Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

TikTok voit une lueur d’espoir aux Etats-Unis avec Oracle

Article

le

tiktok-voit-une-lueur-d’espoir-aux-etats-unis-avec-oracle

Le gouvernement américain va étudier cette semaine une « proposition » transmise par le groupe chinois ByteDance, incluant la société américaine Oracle, pour tenter de résoudre le différend sur la plateforme à succès TikTok dont les activités américaines sont sous la menace d’une fermeture imminente.

« Nous avons reçu une proposition au cours du week-end qui inclut Oracle comme partenaire technologique de confiance, avec de nombreuses recommandations en matière de sécurité nationale », a annoncé lundi sur la chaîne CNBC le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

Le ministre de Donald Trump n’a pas précisé sous quelle forme le partenariat pourrait se faire entre le groupe chinois et le californien Oracle, spécialisé dans les logiciels et services à destination des entreprises.

Un accord semble néanmoins se dessiner, puisqu’Oracle a confirmé de son côté dans un communiqué, que sa proposition faisait partie de celle « soumise par ByteDance au département du Trésor au cours du week-end ».

Une source proche du dossier a indiqué au Wall Street Journal que l’accord ne sera « probablement pas structuré comme une vente pure et simple » tandis que certains médias, citant des sources chinoises, évoquaient lundi un « partenariat technologique privilégié » et non pas une vente des activités américaines de TikTok.

CNBC a aussi évoqué la possibilité qu’Oracle prenne une participation minoritaire au capital de TikTok.

Donald Trump avait exigé par décret une vente des opérations, reste donc à savoir si un partenariat pourrait satisfaire l’hôte de la Maison Blanche.

Le temps presse puisque la date butoir a été fixée au 20 septembre, soit dimanche, a précisé Steven Mnuchin.

Le président américain, qui accuse TikTok d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois, avait, lui, évoqué mardi comme échéance.

TikTok conteste la mesure américaine et a porté plainte contre le gouvernement américain.

« Sécurité nationale »

La proposition d’Oracle sera examinée « cette semaine au comité Cfius », qui passe en revue les investissements étrangers aux Etats-Unis, a précisé Steven Mnuchin.

« Puis nous ferons une recommandation au président et l’examinerons avec lui », a-t-il ajouté.

Steven Mnuchin s’est refusé à « entrer dans les détails de la négociation », martelant que la condition sine qua non était la préservation de la sécurité nationale.

L’administration Trump va s’assurer « que la technologie sur les téléphones américains est sûre », a-t-il poursuivi, évoquant « une grande confiance en Microsoft et Oracle ».

Pour Carl Tobias, professeur de droit à l’université de Richmond, « il est difficile de savoir ce qu’Oracle veut dire en affirmant vouloir servir de fournisseur technologique de confiance de Tiktok. »

« Cette notion est cruciale car l’une des raisons principales des décrets de Trump venait des inquiétudes au sujet de la menace que fait peser TikTok sur la sécurité nationale », ajoute M. Tobias, qui se demande si l’accord sera suffisant pour empêcher l’interdiction de la plateforme aux Etats-Unis.

Microsoft hors course

A Wall Street, le titre d’Oracle grimpait de près de 5% à la mi-séance. Sa cotation avait été suspendue peu après l’ouverture.

Microsoft avait fait part dès début août de son intérêt pour le rachat des opérations américaines de TikTok. Le groupe de supermarchés Walmart s’était allié avec lui dans ces négociations avant que l’opération ne soit rejetée dimanche par ByteDance, la maison-mère du réseau social.

« Nous pensons que Microsoft voulait acheter TikTok uniquement AVEC son algorithme principal, une concession sur laquelle le gouvernement chinois et ByteDance ne voulaient absolument pas céder », avait décrypté dimanche dans une note Daniel Ives, analyste pour la société d’investissement Wedbush Securities.

De son côté, le ministère chinois du Commerce avait allumé un contre-feu en amendant — pour la première fois depuis 2008 — sa liste des technologies soumises à des restrictions ou interdictions d’exportation.

Celle-ci comprend désormais, entre autres, des technologies d’intelligence artificielle (traitement des données, recommandation de contenus, etc.) qui ont fait le succès de l’application TikTok, où les vidéos s’affichent sur l’écran des utilisateurs principalement en fonction de leurs goûts, et beaucoup moins de leurs contacts.

ByteDance avait dans la foulée fait savoir qu’il « respecterait strictement » les nouvelles règles de Pékin, c’est-à-dire l’obtention d’une licence d’exportation auprès des autorités.

En plus d’être un enjeu diplomatique, le sort de TikTok aux Etats-Unis pose des questions de taille au niveau économique et sociétal.

En août, l’application, plébiscitée par les adolescents, a dépassé les 2 milliards de téléchargements dans le monde et revendique une présence dans plus de 200 pays.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus