Nous rejoindre sur les réseaux

Culture

Le Musée d’histoire naturelle de Londres met en ligne une visite virtuelle 3D

-

le

Natural History Museum, London

Le 30 mai 2020, Natural History Museum de Londres a lancé une nouvelle expérience de visite virtuelle unique de son bâtiment historique.

L’outil en ligne permet non seulement aux clients de voir l’intérieur du bâtiment emblématique du musée, mais de découvrir aussi ces espaces dans une exploration à 360°.

Visite du Natural History Museum ici

Le Natural History Museum est l’un des lieux les plus emblématiques de Londres. Son architecture magnifique et ses collections impressionnantes constituent donc un décor parfait pour les organisateurs d’événements, soirées d’entreprises, fête privée voire mariage.

Conçue sur la plateforme Matterport et très bien réalisée, cette visite virtuelle est un outil unique lancé par un service privatisation de musée.

Le Musée d’histoire naturelle est à la fois un centre de recherche scientifique de premier plan et le musée d’histoire naturelle le plus visité d’Europe. Il est dépositaire de l’une des plus importantes collections scientifiques du monde comprenant plus de 80 millions de spécimens. Le Musée accueille plus de cinq millions de visiteurs chaque année, et sa production numérique atteint des centaines de milliers de personnes dans plus de 200 pays chaque mois tandis que ses expositions itinérantes ont été vues par environ 30 millions de personnes au cours des 10 dernières années.

Culture

Les grandes chansons francophones :  » Comme ils disent  » Charles Aznavour

-

le

 » Comme ils disent  » Charles Aznavour.

Charles Aznavour a toujours défendu ses engagements. En 1972, il interprète une chanson  traitant de l’homosexualité et les difficultés à l’assumer, dans  » Comme ils disent « .

« Mais mon vrai métier, c’est la nuit ,

Que je l’exerce, travesti,

Je suis artiste »,

Devant une salle comble à l’Olympia, il dévoile cette nouvelle chanson. Le succès est immédiat, les foules s’arrachent le disque. Peu de chanteurs avant lui ont abordé avec sensibilité la question de l’homosexualité et le tabou qu’elle représente alors. Car en 1972, l’homosexualité est encore sanctionnée. C’est en 1982 qu’elle est dépénalisée.

Le temps d’une chanson, Aznavour se met ainsi à la place de ceux qui sont moqués et caricaturés à cause de leur orientation sexuelle.

« On rencontre des attardés

Qui pour épater leur tablée

Marchent et ondulent,

Singeant ce qu’ils croient être nous

Et se couvrent les pauvres fous

De ridicule », énonce-t-il, comme une dédicace à la différence.

En avant-première, c’est devant un cercle d’amis homosexuels que l’artiste interprète pour la première fois cette chanson. Ils sont alors étonnés par son audace. « Ça a jeté un froid. Puis on m’a demandé qui va chanter ça. J’ai répondu : « moi ». Nouveau silence. Puis quelqu’un s’est inquiété de savoir si je ferais une annonce. Vous m’imaginez annonçant sur scène que je vais me mettre à la place d’un homosexuel, alors que je ne le suis pas ? Il n’était pas question de reculer ! », raconte-t-il à l’époque.

Charles Aznavour est né le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, son père est originaire de Géorgie et sa mère de Turquie. La famille mène une vie où la musique et le théâtre sont très présents. Charles Aznavour fréquente l’École des enfants du spectacle et dès l’âge de 9 ans il monte sur scène. Il se tourne ensuite vers la chanson, mais a du mal à percer. Il est pris en charge par Edith Piaf qui croit en lui et le fait tourner en première partie. Le succès arrive dans les années 1960 pour lui en tant que chanteur et aussi en tant qu’auteur pour Johnny Hallyday ou Sylvie Vartan. Charles Aznavour réussit également à lancer sa carrière à l’international, notamment aux États-Unis. Depuis, sa célébrité n’a pas faibli et il a enchaîné les tournées triomphales dans le monde entier. Parallèlement, il mène une carrière d’acteur au cinéma, tournant avec de grands réalisateurs comme François Truffaut, Claude Chabrol entre autres. En 80 ans de carrière, Charles Aznavour a composé plus de 800 chansons et joué dans une soixantaine de films. Il décède dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2018.

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : L’éco-festival de la région dévoile sa programmation

-

le

Festival de Thau à Mèze

Le Festival de Thau, qui prône l’ouverture culturelle, la cohésion sociale et la protection de l’environnement revient dès le 21 mai 2021. Audrey Malaval, chargée de communication et des partenariats, en dit plus sur le caractère imprévisible de l’édition à venir.

Le Festival de Thau est le plus ancien du territoire. Depuis ses débuts, en 1991, son programme se concentre sur les musiques du monde. Orchestré par l’association Jazzamèze, il ouvre à la fois sur le monde et sur son patrimoine territorial. « Le festival se déroule dans une ambiance conviviale et familiale. Le public ne vient pas seulement assister à un concert mais profiter d’un cadre spacieux et consommer des produits locaux », explique Audrey Malaval.

Pour sa 31ème édition, le Festival de Thau bénéficie d’un préambule. Le 21 mai se tiendra la soirée de présentation du festival dans le jardin du château de Girard, à Mèze. Ensuite, le 11 juin, Walid Ben Selim et Marie-Marguerite Cano mêleront voix et harpe au musée gallo-romain Villa-Loupian. Le 16 juin, des dialogues poétiques sur fond de piano auront lieu au musée ethnographique de l’Étang de Thau, à Bouzigues. S’ensuivra une balade le long de la lagune, jusqu’à un mas ostréicole pour une dégustation commentée d’huîtres. Enfin, le duo de biologistes sonore Labotanique livreront une performance à la croisée de la conférence botanique et du concert, au Jardin antique de Balaruc-les-Bains le 24 juin.

Le festival se déroulera ensuite du 19 au 29 juillet. Suzanne, Trio Mademoiselle, Têtes Raides, HK, Gaël Faye et Ballaké Sissoko sont les têtes d’affiches de cette édition 2021 qui – espérons-le – marquera les retrouvailles entre le public et les artistes. « On ne sait pas trop dans quelles conditions se dérouleront les soirées du mois de juillet. On a mis en œuvre beaucoup de moyens pour s’adapter aux contraintes sanitaires. 2021 est une année risquée pour tous les acteurs culturels. On encourage donc le public à réserver ses places, puisqu’un remboursement sera instauré si le festival est annulé. On incite aussi ceux qui le souhaitent à rejoindre notre équipe de bénévoles, sans qui on n’existerait pas. En fonction des normes sanitaires en place d’ici là, on risque d’avoir besoin de beaucoup plus de bénévoles que les années précédentes », informe Madame Malaval.

Un festival engagé pour la planète

En plus d’être un évènement culturel emblématique, le Festival de Thau éduque et sensibilise au développement durable. Il planifie des éco-dialogues, des villages des rencontres, des débats et des projections. Ainsi, des personnalités et associations engagées viennent présenter leurs actions.

Festival connu pour ses engagements écoresponsables, il joue aujourd’hui un rôle d’exemple et de conseiller pour nombre de ses homologues. « Cet engagement est né dès le début du festival, dans les années 90. Nous organisions un festival dans un écosystème admirable et il était hors de question d’y nuire. » Chaque année, Jazzamèze se fixe de nouveaux objectifs environnementaux. En 2019, elle a supprimé toutes les bouteilles plastique du festival, invité les spectateurs à se munir de gourdes et fourni ses équipes. Cette année, le festival sensibilisera à la pollution aux mégots. « On va fournir des cendriers de poches et installer des colonnes pour qu’ils puissent être vidés », annonce Audrey Malaval.

Cet engagement écologique a permis au Festival de Thau de devenir le seul d’Occitanie et un des rares en France à obtenir la certification ISO20201. « Cette norme rigoureuse garantie le management responsable des évènements. Ses vertus s’appliquent sur nos partenaires, prestataires et fournisseurs. En effet, on les questionne sur leurs propres engagements et pratiques. Ainsi, on les pousse à progresser et s’engager. »

En outre, l’équipe projette la création d’un label écoresponsable, en partenariat avec d’autres acteurs culturels de la région. « Ce label serait décerné aux festivals de la région engagés pour l’environnement. Son obtention sera à la portée de tous, pour motiver les acteurs à fournir des efforts. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Culture

Broadway attend l’automne, mais la plus ancienne pièce de New York déjà de retour

-

le

broadway-attend-l’automne,-mais-la-plus-ancienne-piece-de-new-york-deja-de-retour
Charles Geyer et Catherine Russell durant une représentation de la pièce "Perfect Crime" à New York, le 27 avril 2021 ©Angela Weiss

A l’affiche depuis 1987, la doyenne des pièces de New York, « Perfect Crime », est déjà de retour sur les planches, devançant Broadway qui attendra septembre. Elle le doit à l’énergie de Catherine Russell, qui a joué plus de 13.500 fois le même rôle et porte son théâtre à bout de bras.

« Je suis très déterminée et quand les gens me disent: tu ne peux pas faire ça. Je leur réponds, +Va te faire voir. Regarde-moi faire+. »

Actrice principale de « Perfect Crime » (crime parfait), mais aussi gérante du Theater Center où se joue la pièce, physique sec, longs cheveux blonds, Catherine Russell, 65 ans, est « une dynamo », comme la décrit Charles Geyer, qui partage la scène avec elle. « Je peux faire 180 pompes d’affilée », lance-t-elle.

Lorsqu’il a fallu suspendre les représentations pour cause de pandémie, en mars 2020, la comédienne à tout faire n’a pas eu d’états d’âme. Elle s’est occupée à repeindre le théâtre, réparer quelques fauteuils et acheter un système de ventilation « Covid-compatible ».

Mais « quand j’ai vu que les bowlings rouvraient (fin août), je me suis dit: c’est dingue ». Ni une, ni deux, elle a assigné la ville de New York en justice pour obtenir la réouverture des théâtres. Le gouverneur a, depuis début mars, autorisé une réouverture à 25% de capacité, puis 33%, mais Catherine Russell poursuit son action pour obtenir au moins 50%.

Le 9 avril, elle a rouvert le Theater Center, avec de premières représentations d’une comédie musicale inspirée par la série « The Office », puis la reprise de « Perfect Crime », qu’elle a joué le 17 avril pour la 13.524e fois, record du monde.

« Beaucoup de gens ne se sentaient pas prêts » tant à Broadway qu’off-Broadway, le circuit des théâtres de petite jauge, explique Catherine Russell. « Mais je pensais que nous étions prêts. (…) Je ne crois pas que je sois une éclaireuse. Peut-être simplement que j’ai un peu moins peur que d’autres, mais j’ai aussi moins à perdre. Je suis un petit spectacle du off-Broadway. »

« On perd de l’argent », reconnaît la sexagénaire, et même un passage à 50% de jauge ne suffirait peut-être pas à atteindre l’équilibre, une équation qui a dissuadé Broadway de rouvrir ses portes dans l’immédiat. « Mais on est déterminés et je veux le faire pour le principe. »

« Au-delà d’une simple soirée »

Le Theater Center a obtenu le feu vert du principal syndicat du spectacle vivant, l’Actors’ Equity, moyennant l’obligation de vaccination pour l’ensemble de l’équipe, qui doit aussi se faire tester tous les soirs avant le spectacle.

Les spectateurs, eux, sont au rendez-vous et la salle affiche complet, soit 66 personnes contre 200 en configuration normale, selon le producteur, Armand Hyatt.

Susan Jacknowitz, 75 ans, a fait le déplacement de Caroline du Nord pour voir la pièce avec son amie new-yorkaise, Linda Schiffer. « Quand elle m’a envoyé un message pour me dire qu’elle avait eu des places de théâtre, je n’y croyais pas. J’étais tellement contente. »

Pour « Perfect Crime », énigme policière classique matinée d’un soupçon de psychologie, la période actuelle est l’occasion d’un peu de publicité gratuite, alors que la pièce est habituellement noyée dans l’offre pléthorique de Broadway.

Fan de théâtre, Jessica Bloom était déjà passée des dizaines de fois devant le Theater Center, tout près de Times Square, mais ne s’était jamais arrêtée.

« Je veux voir le premier truc qui me permettra d’entrer dans un théâtre, même si je ne sais même pas de quoi ça parle », dit-elle.

L’acteur Charles Geyer se souvient lui d’une première « fantastique », « parce que nous savions que les gens qui étaient dans la salle étaient un peu des pionniers ».

L’impression ne l’a pas quitté lors des représentations suivantes. « On a le sentiment de former un groupe », avec comédiens et spectateurs. « Cela va au-delà d’une simple soirée au théâtre. »

Lire Plus

Les + Lus