Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète / Quartier des Salins : encore en travaux, mais que fait la SA ÉLIT ?

Article

le

©LeSingulier

Le quartier des salins est une nouvelle fois en travaux. Sortie de terre en 2009, ce quartier venait d’être rénové en décembre 2021 avant de subir une nouvelle transformation.

La Ville de Sète lance une nouvelle phase de travaux dans le quartier des salins sur la route des 4 Chansons. En effet la majorité municipale vient de décider d’aménager le carrefour en face de la boulangerie du quartier pour mieux fluidifier la circulation des entrées et sorties de plage.

Une nouvelle fois, plusieurs riverains et commerçants sont en colère contre ce réaménagement décidé sans concertation. Plusieurs fois attaquée sur cette gestion arbitraire de l’aménagement du domaine public, la majorité municipale ne semble pas avoir tiré des leçons du litige qui l’oppose aux citoyens de la place Aristide Briand. « les travaux c’est elle qui décide et c’est quand elle veut », témoigne un habitant du quartier rencontré sur place vendredi après-midi.

« Pourquoi ne pas avoir pensé à faire ce rond-point en décembre dernier quand ils avaient fait des travaux ? », questionne un riverain. « On vient casser ce qu’on a aménagé en décembre 2021, c’est une aberration », ajoute-t-il.

Un autre habitant du quartier précise que Sète Agglopôle Mobilité n’a pas averti les usagers du commencement des travaux et rien n’a été mis en place pour la suppression temporaire de l’arrêt de bus du quartier, « j’ai appelé et eux aussi n’étaient pas au courant du début des travaux, ils l’ont appris le matin même ».

Manque de communication, aménagement non réfléchi et sans concertation avec les habitants, la majorité municipale est dans la continuité de sa politique ?

L’opposition charge la SA Élit

Questionné par notre rédaction sur cette nouvelle phase de travaux qui a débuté dans le quartier des salins, l’opposition sétoise charge la SA Élit (maitre d’ouvrage).

Pour le groupe d’opposition de gauche, Ensemble pour Sète, c’est une « gabegie et futurologie à la mode municipale ». Mais aussi un manque d’anticipation relevant d’une incompétence « rare et d’une forme de mépris à l’égard des résidents du quartier. »

« La SAElit démarre des travaux dans le quartier des Salins au niveau de la rue des 4 chansons. REdémarre devrions nous dire car la SA Élit vient de détruire des trottoirs et la chaussée qu’elle avait rénové en décembre 2021, il est cette fois question d’un rond-point. Un rond-point peut être nécessaire mais rien n’est anticipé ou réfléchi dans les aménagements de ce quartier. », regrettent les élus d’oppositions.

« Le projet d’urbanisation de ce quartier n’est ni fait, ni à faire. Une enfilade de bâtiments destinés pour la plupart à des investisseurs ou du logement secondaire, une place ou plutôt un grand espace vide, rempli uniquement par la tramontane à travers une haie de béton où les arbres ont été oubliés donc invivable en été, des commerces qui ferment et d’autres, désespérément vides, depuis de très longs mois… », ajoute-t-il.

Avant de conclure, « La Chambre Régionale des Comptes notait dans son rapport de 2021 le manque d’attractivité de cette zone d’aménagement Ouest (…) Le déficit des Salins est estimé à 2.5 millions d’euros. Une avance de la ville de 974 000 euros a été accordée en 2019 et 2020, et prolongée jusqu’au 31 décembre 2021. Sans tenir compte d’un certain nombre d’incertitudes pouvant augmenter la participation de la ville : le lot 12 dont le programme reste à confirmer, le lot 14 sur lequel le programme doit être établi, le lot 2 sur lequel le promoteur a renoncé à son projet. Malgré le rapport de la Chambre régionale de la cour des comptes qui épingle la gestion de la SAElit, cette dernière n’en finit pas de faire et de refaire ce quartier avec l’argent public. Le quartier des Salins est la triste illustration d’un manque de vision et de projection urbaine et écologique de la municipalité.»

Pour l’Union des Droites sétoise, « Ces travaux sont une preuve supplémentaire des errements de la municipalité. Je préconisai ce rond point avant la construction de la résidence odalis puisque l’emprise au sol était existante et qu’il était nécessaire à la bonne circulation des véhicules. Un feu a alors était installé pour finalement n’avoir jamais été mis en fonction. Désormais ce chantier est attaqué à contre temps ce qui représente un double coût en terme de travaux puisque l’on casse des trottoirs neuf », précise Sébastien Pacull.

« Sur l’aspect pratique : Pour avoir échangé  avec des commerçants , ceux ci n’ont pas été informés alors que deux d’entre eux sont lourdement impactés. Alors même que ce quartier est un échec cuisant en terme d’attractivité commerciale on vient encore imposer de nouvelles contraintes sans communication ni respect pour ces courageux entrepreneurs .De manière plus générale nous avons ici la parfaite illustration de la méthode de l’équipe municipale : improvisation, absence de communication et de respect envers les riverains, absence de réflexion urbanistique, dépense anarchique de l’argent public », précisent les élus d’opposition de droites de la Ville de Sète.

Et de conclure, « nous sommes très triste pour les personnes qui ont investit dans cette zone et qui se voient fragilisées par les errements de la municipalité. Notre groupe est à leur disposition pour les accompagner face au rouleau compresseur municipal ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

A LIRE AUSSI > Sète – Quartiers des Salins: l’opération « on casse tout on recommence » débute

Mèze

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature

Article

le

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature
©VilledeMèze

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité.

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité (OFB).Le principe : les élèves et leurs enseignants deviennent gestionnaires d’une petite parcelle de terrain pour la découverte, l’étude, la préservation et l’aménagement d’un espace naturel. Cette démarche a pour but de sensibiliser les jeunes à la protection du territoire mais également de participer à un projet pédagogique écocitoyen avec les associations environnementales locales.

A Mèze, les CM1 de l’école Jules Verne gèrent, depuis 2 ans, un terrain bordant le ruisseau Font-Frat face à la Conque. L’ARDAM y anime régulièrement des ateliers d’éducation à l’environnement. Depuis la rentrée scolaire 2022, une parcelle située près du Pallas est gérée par les élèves de Clemenceau qui bénéficient des animations menées par le CPIE du Bassin de Thau. Par ailleurs, la Calandreta la Cardonilha, école de statut associatif, souhaite, elle aussi s’inscrire dans cette démarche et se lancer dans la gestion environnementale d’une parcelle communale. Leur projet est en cours d’élaboration.

Marie Hélène Pelain, adjointe à l’environnement explique la démarche : « Ces projets s’inscrivent pleinement dans le programme d’éducation à l’environnement voulu par la municipalité. En s’appropriant un micro espace naturel, les enfants apprennent à mieux connaître leur environnement et développent leur envie de le protéger. »

Lire Plus

Sète

Sète / Place Aristide Briand : les militants s’opposent à la reprise des travaux

Article

le

©BancsPublics

Une quinzaine de militants du Collectif Bancs Publics se sont allongés sur la route afin de bloquer l’accès de la place Aristide Briand à plusieurs camions de chantier.

Le tribunal administratif de Montpellier a levé, ce jeudi 26 janvier 2023, la suspension du permis de construire de la place Aristide Briand. Par conséquent, cela autorise la reprise des travaux et de surcroît l’arrachage des 52 tilleuls de la place.

Et la reprise des travaux n’a pas tardé ! Ce lundi 30 janvier, très tôt ce matin, des militants du Collectif Bancs Publics ont fait face aux premiers camions. Pour protester, les militants se sont allongés à même le bitume pour essayer de barrer l’accès de la place aux camions. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour donner l’accès aux véhicules sur la place.

Côté judiciaire, où en est la procédure aujourd’hui ? Après deux jugements défavorables devant le tribunal administratif de Montpellier et l’accord donnée par le Préfet de l’Hérault pour arracher les arbres de la place Aristide Briand, le Collectif a saisi le Conseil d’État pour faire annuler ces décisions.

Malheureusement les militants le savent, cela va prendre quelques mois et les arbres ne seront peut-être plus là comme l’écrit le Collectif Bancs Publics sur ses réseaux sociaux.

Lire Plus

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus