Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète – Quartiers des Salins: l’opération « on casse tout on recommence » débute

Article

le

C’est dans la rue des Quatre chansons au quartier des salins pratiquement vide de ses commerces que la ville de Sète va procéder à des travaux.

L’opération « on casse tout on recommence » a débutée lundi. Alors que le quartier devait repartir de plus belle grâce à l’arrivée du nouveau LIDL, en réalité, il a tué le dernier commerçant (Tielles Dassé). La suite ? Personne n’a pointé le bout de son nez et les commerces restent tristement vides

Il faut donc repenser ce triste quartier tout neuf  qui n’attire personne pour lui offrir une nouvelle dynamique. 

Une série de travaux débute

Sans mea culpa et aucune explication on repart à l’assaut du quartier avec les mêmes personnes qui ont échoué. Au lieu de mettre à contribution ces promoteurs immobiliers qui continuent de laisser le prix des loyers excessivement cher des locaux commerciaux vides et qui ne favorise pas l’arrivée de futurs commerçants dans le quartier.

Ceux qui se sont donc trompés hier nous proposent depuis lundi des travaux d’aménagement qui vont durer jusqu’au début d’année 2021. La très critiquée SA Elit maître d’ouvrage, va mener plusieurs chantiers qui vont permettre, tour à tour, de remplacer l’éclairage, d’implanter des bornes d’arrêt-minute, de revoir les deux carrefours. La création d’un verger est aussi annoncée.

Deux phases de travaux

Une première phase de travaux aura lieu jusque fin décembre avec le changement des lampadaires. Les actuels projecteurs vont laisser place à de nouveaux candélabres LED des deux côtés de la rue. L’éclairage de la rue des Oiseaux de passage sera aussi réalisé.

Une deuxième phase de travaux est prévue avec l’installation de bornes arrêt-minute. Ce chantier sera réalisé courant janvier et pour une durée d’un mois. Sont aussi prévus en janvier la reprise des deux carrefours, ainsi que l’aménagement du trottoir rive nord au pied du bâtiment Les Posidonies.

Dans le même temps, un verger qui va voir le jour entre deux des résidences installées autour du mail des Salins. Il sera finalisé en janvier.

Comment sont fiancées et amorties ces dépenses ? Qui décroche ces marchés public ? Que va-t-on faire des lampadaires tout neufs remplacés par d’autres ? Autant de questions sans réponse aujourd’hui.

Une chose est sure c’est que c’est un gros gâchis écologique, économique et c’est toujours le contribuable qui paye

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > Sète -Covid-19: Le Cabaret s’adapte et maintient ses spectacles pendant les fêtes

5 Commentaires

5 Comments

  1. Capelli

    3 décembre 2020 at 12 h 14 min

    Nous avons logé à l’Empyree. Vue magnifique, grande terrasse, mais bruit insupportable surtout depuis l’installation du Lidl avec des livraisons jour et nuit. Sans parler du train, du stand de tir et des ‘petrolettes’ des clients du tacos. Nous avons tenu 2 ans ….

  2. Carole

    3 décembre 2020 at 14 h 46 min

    Bonjour
    Juste pour info le train est toujours passé la ! Et le stand de tir aussi !!!!!
    Désolé mais sous prétexte que vous débarquez dans le quartier on va pas déménagé train tir et tout le reste !

  3. André

    3 décembre 2020 at 16 h 38 min

    Lidl nous sert nous qui ne sommes pas plein aux as.. Et pour le reste prenez vous en aux promoteurs immobiliers qui ne pensent qu’a s’enrichir au depend de notre ville.

  4. Anonyme

    6 décembre 2020 at 11 h 42 min

    Pourquoi refaire des quartiers neufs alors que nous a l’île de Thau on a toujours des vieux trottoirs et toujours pas de centre commercial commencé bien sur on a toujours la pancarte pour nous faire patienté mais maintenant sa fait longtemps et toujours rien.

  5. Pingback: Sète - Les élus à la rencontre des habitants du quartier des Salins - Le Singulier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mèze

Mèze / JO 2024 : l’équipe de judo du Kazakhstan en stage en juillet

Article

le

Mèze / JO 2024 : l’équipe de judo du Kazakhstan en stage en juillet
©VilledeMèze

L’équipe du Kazakhstan de judo viendra effectuer un premier stage d’entraînement à Mèze au mois de juillet en vue des JO 2024.

C’est Officiel ! L’équipe du Kazakhstan de judo viendra effectuer un premier stage d’entraînement à Mèze au mois de juillet en vue des JO 2024. L’occasion également de découvrir les équipements sportifs qui pourront accueillir les compétiteurs et leurs entraîneurs avant les JO de Paris.

La venue de l’équipe nationale a été finalisée ce week-end, à l’Aréna de Paris lors du grand « slam de judo 2023 ».

Thierry Baëza, maire de Mèze, accompagné de son adjoint aux sports, Nicolas Archimbeau, ont rencontré les dirigeants de la fédération de judo du Kazakhstan, le président Kuanyshbek Yessekeev , le secrétaire général Askhat Zhitkeyev ainsi que leur entraîneur Français, Stéphane Traineau.

Depuis l’année dernière, Stéphane Traineau, ancien directeur des équipes de France de judo, entraîne l’équipe nationale kazakhstanaise de judo pour les prochains JO qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024.

Cette visite de la solide délégation de judo du Kazakhstan permet à Mèze de s’inscrire pleinement dans le label « Terre de jeux Paris 2024 »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Lire Plus

Mèze

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature

Article

le

Mèze : des écoliers-citoyens proches de la nature
©VilledeMèze

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité.

Les écoles publiques de Mèze participent à la démarche des « aires éducatives » initiée par l’Office Français de la Biodiversité (OFB).Le principe : les élèves et leurs enseignants deviennent gestionnaires d’une petite parcelle de terrain pour la découverte, l’étude, la préservation et l’aménagement d’un espace naturel. Cette démarche a pour but de sensibiliser les jeunes à la protection du territoire mais également de participer à un projet pédagogique écocitoyen avec les associations environnementales locales.

A Mèze, les CM1 de l’école Jules Verne gèrent, depuis 2 ans, un terrain bordant le ruisseau Font-Frat face à la Conque. L’ARDAM y anime régulièrement des ateliers d’éducation à l’environnement. Depuis la rentrée scolaire 2022, une parcelle située près du Pallas est gérée par les élèves de Clemenceau qui bénéficient des animations menées par le CPIE du Bassin de Thau. Par ailleurs, la Calandreta la Cardonilha, école de statut associatif, souhaite, elle aussi s’inscrire dans cette démarche et se lancer dans la gestion environnementale d’une parcelle communale. Leur projet est en cours d’élaboration.

Marie Hélène Pelain, adjointe à l’environnement explique la démarche : « Ces projets s’inscrivent pleinement dans le programme d’éducation à l’environnement voulu par la municipalité. En s’appropriant un micro espace naturel, les enfants apprennent à mieux connaître leur environnement et développent leur envie de le protéger. »

Lire Plus

Sète

Sète / Place Aristide Briand : les militants s’opposent à la reprise des travaux

Article

le

©BancsPublics

Une quinzaine de militants du Collectif Bancs Publics se sont allongés sur la route afin de bloquer l’accès de la place Aristide Briand à plusieurs camions de chantier.

Le tribunal administratif de Montpellier a levé, ce jeudi 26 janvier 2023, la suspension du permis de construire de la place Aristide Briand. Par conséquent, cela autorise la reprise des travaux et de surcroît l’arrachage des 52 tilleuls de la place.

Et la reprise des travaux n’a pas tardé ! Ce lundi 30 janvier, très tôt ce matin, des militants du Collectif Bancs Publics ont fait face aux premiers camions. Pour protester, les militants se sont allongés à même le bitume pour essayer de barrer l’accès de la place aux camions. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour donner l’accès aux véhicules sur la place.

Côté judiciaire, où en est la procédure aujourd’hui ? Après deux jugements défavorables devant le tribunal administratif de Montpellier et l’accord donnée par le Préfet de l’Hérault pour arracher les arbres de la place Aristide Briand, le Collectif a saisi le Conseil d’État pour faire annuler ces décisions.

Malheureusement les militants le savent, cela va prendre quelques mois et les arbres ne seront peut-être plus là comme l’écrit le Collectif Bancs Publics sur ses réseaux sociaux.

Lire Plus

Les + Lus