Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

L’économie mondiale après le choc du Covid-19: la Chine et les GAFA renforcés

Article

le

l’economie-mondiale-apres-le-choc-du-covid-19:-la-chine-et-les-gafa-renforces

L’irruption de la pandémie de Covid-19 il y a un an a provoqué une crise économique sans précédent, et redonné aux Etats un rôle de premier plan, mais aussi amplifié plusieurs tendances lourdes de la mondialisation, entre montée en puissance de la Chine et affirmation du pouvoir des GAFA.

Une crise sans précédent 

S’il fallait ne retenir qu’un chiffre: en avril, 20,5 millions d’emplois ont été détruits aux Etats-Unis.

1929 fut un krach boursier, 2008, une crise financière… En 2020, le choc est exogène mais paralyse, du jour au lendemain, l’ensemble des secteurs économiques « physiques ».

Les mesures de confinement qui, en avril, ont touché la moitié de l’humanité, sont un choc inouï pour une économie mondiale fonctionnant à flux tendu, sans stocks, avec des chaînes de production éclatées.

Les avions, qui transportent habituellement 4,3 milliards de personnes par an, sont cloués au sol. Le tourisme de masse, qui représente 10,5% du PIB mondial, s’arrête. Les porte-containers restent à quai, et avec eux des milliers de membres d’équipage.Transports et usines tournent au ralenti, petits commerces, restaurants et théâtres baissent le rideau.

A l’inverse, les nouvelles technologies, les télécoms, la distribution en ligne ou la pharmacie tirent profit de cette crise parfois qualifiée de « darwinienne », qui accélère la transition vers le numérique.

A la différence de 2008, les pays émergents subissent la crise de plein fouet dès le début. Leurs exportations chutent, les prix des matières premières aussi. En 2020, le FMI prévoit une récession mondiale de 4,4%.

L’espoir d’une reprise rapide en V a fait long feu avec les reconfinements de l’automne, augurant d’une année 2021 encore très perturbée. Les avancées sur le front des vaccins en novembre laissent cependant entrevoir une sortie de crise.

« Quoi qu’il en coûte »

Autre différence avec les crises précédentes, la réponse des gouvernements a été immédiate et massive, « quoi qu’il en coûte », selon la formule du président français Emmanuel Macron.

Mais rien n’aurait été possible sans la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre ou du Japon, qui ont ouvert grand les vannes pour acquérir massivement des titres de dette, principalement d’Etats.

Les gouvernements laissent filer les déficits:  la dette de la zone euro devrait dépasser 100% du PIB en 2020.

Quelque 11.000 milliards de dollars ont été dépensés par les Etats du G20 pour soutenir les entreprises ou les ménages. Sans empêcher malgré tout des vagues de licenciements.

Les Etats-Unis comptent pour le quart de ces dépenses. L’Union européenne a accouché d’un plan de relance de 750 milliards d’euros, financé par un emprunt commun, qui reste toutefois à mettre en oeuvre.

La Chine au centre du jeu

Berceau de la pandémie, la Chine est d’abord fragilisée par ce virus qui la plonge dans une récession historique (-6,8% au 1er trimestre). Accusé d’avoir tardé à informer l’Organisation mondiale de la santé, Pékin est montré du doigt. Mais la planète ne s’en rue pas moins sur les masques « made in China ».

En 2020, la Chine devrait finalement être la seule grande économie à afficher une croissance, estimée à 1,9% par le FMI. Elle a même accru sa part de marché dans le commerce mondial, grâce aux exportations de produits médicaux et aux équipements de télétravail, selon l’assureur-crédit Euler Hermes.

Tandis que les Etats-Unis sont embourbés dans la pandémie et une transition présidentielle difficile, l' »Empire du milieu » continue d’avancer ses pions. Mi-novembre, il a signé un accord commercial réunissant 15 pays d’Asie et du Pacifique, le plus vaste au monde.

La Chine détient aussi en grande partie la clé du problème grandissant de la dette des pays pauvres, qu’elle possède à plus de 60%.

Les GAFA, toujours plus forts

Google, Amazon, Facebook et Apple ont profité des confinements qui ont démultiplié les utilisateurs des réseaux sociaux, comme les achats sur internet. Le chiffre d’affaires d’Amazon s’est envolé de 37% au 3e trimestre, à 96 milliards de dollars.

« Les groupes forts deviennent encore plus forts », résume l’analyste Daniel Ives de Wedbush Securities. Et leurs actions flambent en Bourse: +31% pour Google, +34% pour Facebook, +36% pour Microsoft, +58% pour Apple et +72% pour Amazon depuis le 1er janvier.

Cette hégémonie ne va pas sans contestation. Abus de position dominante, diffusion de contenus haineux, désinformation, utilisation des données personnelles, optimisation fiscale, partage inéquitable des revenus au détriment des médias, conditions de travail: les griefs et les procédures s’accumulent des deux côtés de l’Atlantique contre ces géants qui sont de véritables « adversaires des Etats », selon le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Apple rattrapé par la crise : premier recul de résultats depuis la pandémie

Article

le

Apple rattrapé par la crise : premier recul de résultats depuis la pandémie

Le groupe à la pomme ne résiste pas à trois vents contraires : l’appréciation du dollar, des problèmes de production en Chine et la perte de pouvoir d’achat des consommateurs.

Même Apple est frappé par le ralentissement de la demande mondiale. Le géant californien, pour la première fois depuis la pandémie, rend compte d’une chute de 5% de son chiffre d’affaires et de 13% de ses profits trimestriels. C’est la première fois depuis sept ans qu’Apple ne réussit pas à satisfaire les anticipations des analystes.

Au même moment, Alphabet et Amazon, publient des résultats à bien des égards pires que prévu. Les profits de la maison mère de Google plongent de 34%, alors que le chiffre d’affaires est pratiquement inchangé. De leur côté, les bénéfices nets d’Amazon ont pratiquement disparu, en dépit d’un gain de 8,6% de son chiffre d’affaires.

Apple, admirée pour sa capacité à offrir des produits et services innovants, à fortes marges, différenciés de ceux de ses rivales, ne résiste pas à trois vents contraires : l’appréciation du dollar, des problèmes de production en Chine et la perte de pouvoir d’achat des consommateurs. Le premier phénomène affecte toutes les multinationales américaines, mais particulièrement celles qui réalisent comme Apple une grande part de leurs ventes en dehors des États-Unis. Leurs profits en devises sont relativement moins élevés une fois convertis en dollars.

Le second problème est lié aux restrictions imposées ces derniers mois, mais levées depuis par les autorités chinoises, pour combattre la pandémie de Covid. Les usines des fournisseurs d’Apple n’ont pas pu produire autant d’iPhone de dernier modèle où les marges sont les plus élevées. Il s’agit de l’iPhone 14 Pro et de l’iPhone 14 Prom Max. «Sans les problèmes de production, nous aurions connu une croissance des ventes d’iPhone», avance Tim Cook, le patron d’Apple.

Le troisième handicap est planétaire : l’affaiblissement général de la croissance, la perte de pouvoir d’achat de milliards de consommateurs en raison de l’envolée des prix, pèsent aussi sur les fans d’Apple, connus pour leur loyauté et leur capacité à faire des sacrifices pour acquérir les gadgets du géant californien.

Le bilan est plus mauvais que les anticipations, même si dans la catégorie des géants de la technologie, Apple ne peut se targuer d’être très au-dessus des autres avec un chiffre d’affaires trimestriel de plus de 117 milliards de dollars et de profits de 30 milliards de dollars. Il faut néanmoins remonter à 2019 pour observer une baisse du chiffre d’affaires de la société dirigée par Tim Cook.

Pas de renversement de tendance imminent

Plus décevant encore : Luca Maestri, directeur financier du groupe, anticipe la poursuite de la tendance pour le trimestre en cours. Apple n’offre certes plus de fourchette de résultats anticipés depuis 2020. Si la société table sur une poursuite de la croissance dans ses ventes de services, en revanche, elle se prépare à une baisse de ses ventes de Mac, iPad et même d’iPhone. Cette gamme, principal moteur du groupe, affiche une contraction de 8% de ses ventes au dernier trimestre. Le recul s’annonce moins marqué toutefois de janvier à mars

On note quelques points positifs dans ce tableau qui a fait chuter le cours d’Apple de 3,2% sur le marché hors cote, jeudi soir, après la clôture du Nasdaq. Les ventes d’iPad ont tout de même bondi de 30%. Quant aux ventes de services, comme les applications et la musique, elles s’approchent de 21 milliards de dollars, ce qui représente un gain de 6% en un an.

De tous les géants de la technologie, Apple se distingue aussi en n’ayant pas annoncé de réductions importantes d’effectifs. Microsoft, Google, Meta, Salesforce et Amazon au contraire ont tous annoncé des plans sociaux à la fin de l’année dernière. Cela s’explique d’abord par le fait qu’Apple a fait preuve de plus de discipline en matière d’embauche que les autres géants du numérique depuis la sortie de la pandémie. Au cours des trois dernières années, les effectifs d’Apple n’ont augmenté que de 20% tandis que ceux de Meta et Amazon avaient pratiquement doublé… «Je considère les licenciements comme quelque chose de dernier recours. On ne saurait jamais dire jamais. Nous souhaitons gérer nos coûts en utilisant d’autres manières dans la mesure où nous le pouvons», résume Tim Cook.

Lire Plus

Économie

L’inflation en France remonte à 6% en janvier, selon l’Insee

Article

le

L'inflation en France remonte à 6% en janvier, selon l'Insee

Cette hausse proviendrait de «l’accélération des prix de l’alimentation et de ceux de l’énergie».

La hausse des prix à la consommation s’est légèrement accélérée en janvier. Le taux d’inflation a atteint 6% sur un an, après 5,9% en décembre, selon une première estimation publiée mardi 31 janvier par l’Insee. « Cette légère hausse de l’inflation serait due à l’accélération des prix de l’alimentation et de ceux de l’énergie », respectivement en hausse de 13,2% et 16,3% sur un an, estime l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Les prix de l’énergie ont rebondi « du fait de la hausse des prix des produits pétroliers, en partie due à la fin des remises sur les carburants, et de celle, encadrée, des prix du gaz ». Au 1er janvier 2023 ont en effet pris fin la remise à la pompe de 10 centimes d’euros par litre et le plafonnement à 4% de la hausse du prix du gaz (au profit d’un plafonnement à 15% en 2023). A titre de comparaison, les prix de l’énergie avaient progressé de 15,1% sur un an en décembre et de 19,9% en janvier 2022.

Quant aux produits alimentaires, la hausse des prix s’est accélérée en janvier à la fois pour les produits frais (+9,8% sur un an après +9,3% en décembre 2022) et les autres produits alimentaires (+13,8% après +12,6%).

Lire Plus

Économie

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Article

le

Renault : Le groupe augmente de 110 euros net par mois ses salariés

Il s’agit d’une mesure présentée aux syndicats dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. Elle pourra toutefois être appliquée même sans leur accord.

Renault a proposé un budget en augmentation de 7,5 % pour soutenir le pouvoir d’achat de ses salariés en 2023 à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO) achevées jeudi soir, ce qui garantit une augmentation moyenne de 110 euros net par mois pour chaque salarié.

Les hausses de salaires se divisent entre augmentations générales et individuelles, et une prime de soutien au pouvoir d’achat sera en outre versée aux ouvriers, techniciens, agents de maîtrise et cadres dans la limite d’un certain niveau de revenus, a précisé vendredi le constructeur automobile à l’AFP.

Cette prime, d’un montant de 700 euros, sera attribuée aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic. L’ensemble de ces mesures permet une augmentation moyenne de 110 euros net par mois en 2023, a assuré le groupe. Elles doivent entrer en vigueur à partir du 1er février.

La CFDT s’est réjouie de l’effort consenti par la direction de Renault, dans un communiqué.

Aucun syndicat (CFE-CGC, CGT, CFDT et FO) n’avait accepté en 2022 de valider l’accord trouvé au terme des négociations annuelles. Celui-ci proposait d’augmenter les salaires de 1,9 % en moyenne pour 2022, une mesure complétée par des distributions d’actions aux salariés mais bloquées pendant cinq ans.

Lire Plus

Les + Lus