Nous rejoindre sur les réseaux

France

Maintien de l’ordre: sévère désaveu du Conseil d’Etat à Darmanin  

Article

le

maintien-de-l’ordre:-severe-desaveu-du-conseil-d’etat-a-darmanin  

Le Conseil d’Etat a infligé jeudi un sévère désaveu à Gérald Darmanin en annulant plusieurs dispositions phares du schéma du maintien de l’ordre, dont la technique de la « nasse » et l’obligation faite aux journalistes de quitter les manifestations.

« C’est formidable pour la liberté d’information », a réagi auprès de l’AFP Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ). « Une fois de plus, le gouvernement se fait épingler pour non-respect des droits fondamentaux », se sont réjouis la CGT et le SNJ-CGT.

Tous se sont félicités que le Conseil d’Etat ait rappelé l’importance de la liberté d’informer.

Le ministère de l’Intérieur a promis en début de soirée que des « modifications seraient apportées » à son schéma du maintien de l’ordre pour « atteindre les objectifs du texte, tout en respectant les orientations de la décision du Conseil d’Etat ».

La plus haute juridiction de l’autorité administrative avait été saisie par des associations et des syndicats, notamment de journalistes, vent debout contre ce texte publié le 16 septembre et porté par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Dans un communiqué accompagnant sa décision, le Conseil d’Etat a rappelé que la technique de la « nasse » était prévue « pour contrôler, interpeller ou prévenir la poursuite de troubles à l’ordre public ».

« Si cette technique peut s’avérer nécessaire dans certaines circonstances précises, elle est susceptible d’affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d’aller et venir », ajoutent les juges, en soulignant que le texte « ne précisait toutefois pas les cas où il serait recommandé de l’utiliser ». D’où sa décision de l’annuler.

C’est « une immense avancée pour tous les manifestants », a commenté Me Patrice Spinosi, avocat du SNJ et de la Ligue des droits de l’Homme (LDH).

Second revers

S’agissant de la presse, le Conseil a considéré que les journalistes « n’ont pas à quitter les lieux lorsqu’un attroupement est dispersé » et qu’ils n’ont pas non plus « l’obligation d’obéir aux ordres de dispersion » des forces de l’ordre.

« Les journalistes doivent pouvoir continuer d’exercer librement leur mission d’information, même lors de la dispersion d’un attroupement », a ajouté le Conseil. « Ils ne peuvent donc être tenus de quitter les lieux, dès lors qu’ils se placent de telle sorte qu’ils ne puissent être confondus avec les manifestants ou faire obstacle à l’action des forces de l’ordre ».

Les Sages ont estimé en outre que le « ministre de l’Intérieur ne peut pas imposer des conditions au port de protections par les journalistes ».

Dans une circulaire sur le maintien de l’ordre, ont-ils ajouté, le ministre ne peut « pas édicter ce type de règles à l’attention des journalistes comme de toute personne participant ou assistant à une manifestation ».

Le Conseil d’Etat a également rejeté l’accréditation des journalistes, qu’ils possèdent ou non une carte de presse, pour avoir accès au canal d’informations en temps réel mis en place lors de manifestations.

Cette décision constitue, en moins d’un mois, un second revers pour Gérald Darmanin après la censure, le 20 mai, par le Conseil constitutionnel de l’ex-article 24 de la loi sur la Sécurité globale.

Devenu l’article 52 de cette loi, cette disposition prévoyait de punir « la provocation à l’identification des forces de l’ordre », une nouvelle incrimination qui avait suscité une levée de boucliers des défenseurs des libertés publiques.

Le schéma national du maintien de l’ordre et la loi sécurité globale ont mobilisé l’automne dernier de nombreux détracteurs.

Début mai, une commission, présidée par l’ancien président de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme Jean-Marie Delarue et chargée d’apaiser les tensions entre médias et police, avait remis au Premier ministre Jean Castex son rapport assorti de 32 recommandations.

Parmi celles-ci figuraient l’annulation des accréditations aux journalistes pour couvrir une manifestation et celle de l’obligation qui leur était faite de dispersion en fin de manifestation.

France

Importants moyens déployés en Corse contre une pollution aux hydrocarbures

Article

le

importants-moyens-deployes-en-corse-contre-une-pollution-aux-hydrocarbures

Plages fermées, pêche interdite et déploiement d’importants moyens de protection du littoral: l’est de la Corse se préparait samedi à une possible arrivée d’une pollution aux hydrocarbures vraisemblablement liée au dégazage illégal d’un navire en Méditerranée.

« Nous craignons qu’une partie de cette pollution touche les côtes corses aujourd’hui (samedi) », a indiqué la capitaine de frégate Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée.

Repérée vendredi lors d’un exercice militaire aérien au large de Solenzara, dans l’est de l’île méditerranéenne, la pollution aux hydrocarbures – trait noir dans les eaux bleues de la Méditerranée – était samedi dans la nuit à une dizaine de kilomètres au large du secteur d’Aleria-Solenzara, une zone touristique à l’est de l’île qui compte de nombreuses plages de sable.

« Les reconnaissances effectuées en tout début de matinée établissent la présence de deux nappes », la première se situant désormais dans la zone d’Aleria à 800 mètres des côtes, et la seconde au large de la commune de Solenzara à 3,5 kilomètres des côtes », a indiqué la préfecture de Haute-Corse dans un communiqué.

La présence d’hydrocarbures lourds dont la dissolution est difficile inquiète les autorités qui ont déclenché samedi le plan de protection du littoral Polmar-Terre, qui inclut aussi une action sur les côtes.

Le préfet de Haute-Corse François Ravier a interdit l’accès aux plages sur une quarantaine de kilomètres, entre les communes d’Aleria jusqu’à Ventiseri, alors que l’île connaît un temps estival.

« Il est aussi recommandé aux habitants de ne pas se rendre sur les plages proches de ces zones. Le périmètre de l’arrêté sera revu en fonction des informations sur la dérive des nappes », a indiqué la préfecture dans un communiqué.

La pêche est aussi interdite sur ces mêmes secteurs.

Quelque 80 militaires de la sécurité civile, pompiers et gendarmes sont déployés dans cette région pour lutter contre la pollution maritime. « Ils sont munis des outils de collecte au sol des hydrocarbures s’ils venaient à toucher les côtes ainsi que du matériel de protection », a précisé la préfecture.

Enquête pour identifier le navire

Le préfet de Haute-Corse appelle les populations à « ne pas toucher ou procéder par eux-même au ramassage des galettes qu’ils peuvent être susceptibles de trouver sur les plages » mais à informer de leur présence la gendarmerie ou les sapeurs-pompiers.

Des travaux de protection des étangs côtiers sont en cours, comme la fermeture de l’embouchure de l’étang de Diane par ensablement. La pose de barrages nautiques est aussi envisagée.

La situation pourrait évoluer en raison du déplacement rapide de cette pollution, a toutefois précisé la préfecture.

La marine nationale a envoyé deux bâtiments de soutien et d’assistance affrété (BSAA), « Pionnier » et « Jason », « avec des matériels spécifiques antipollution et du personnel spécialisé de la cellule antipollution de la base navale de Toulon, pour renforcer les moyens déjà déployés depuis la Corse.

La pollution « résulte vraisemblablement d’un dégazage », un procédé interdit en mer qui consiste pour un navire à débarrasser ses cuves de carburant des gaz qui y subsistent quand elles sont vides, selon la préfecture maritime.

Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie maritime, a indiqué à l’AFP Dominique Laurens, la procureure de Marseille, compétente pour les affaires de pollution maritime sur le littoral méditerranéen français.

« Une analyse du trafic maritime dans la zone est en cours », a-t-elle ajouté.

« La brigade de recherche de la gendarmerie est en train d’enquêter pour identifier le navire responsable de cette pollution et nous avons aussi une vedette sur place qui procède à des constatations », a indiqué à l’AFP le colonel Jean-Guillaume Remy, commandant du groupement Méditerranée.

Il s’agit d’une des pollutions par dégazage parmi les plus significatives constatées au cours des trois dernières années, dans cette zone méditerranéenne, selon la gendarmerie maritime.

Lire Plus

France

La gauche politique, associative et syndicale défile contre l’extrême droite

Article

le

la-gauche-politique,-associative-et-syndicale-defile-contre-l’extreme-droite

Militants politiques et syndicaux, activistes écolos et associatifs de divers secteurs défilent ensemble samedi dans de nombreuses villes de France pour dénoncer « les attaques contre les libertés » qui se multiplient selon eux à la faveur de la montée de l’extrême droite et de lois « liberticides ».

La « Marche des libertés » est une sorte de grand rattrapage pour les milieux militants de tous secteurs après un an et demi de crise sanitaire qui a compliqué l’organisation de manifestations. Le sujet des libertés s’est imposé de lui-même aux dires des initiateurs de l’appel, le député Insoumis Eric Coquerel et le porte-parole de Générations Thomas Portes.

Car ils savaient que la montée de l’extrême droite dans le pays, selon eux aussi électorale que culturelle, est actuellement un thème majeur de colère pour les gauches, surtout en l’absence pour l’heure d’une alternative forte de ce côté-ci de l’échiquier politique à Marine Le Pen et Emmanuel Macron en vue de l’élection présidentielle de 2022.

CGT, FSU, le Syndicat de la magistrature ou encore l’UNEF côté syndical, la Ligue des droits de l’homme, la Cimade, Oxfam ou encore Attac du côté des ONG, Youth for climate et France nature environnement pour les défenseurs du climat, tous les partis de gauche: ce sont en tout plus de 100 organisations qui seront représentées.

La « Marche » a lieu dans plus de 140 villes. A Paris, après une conférence de presse à 12H45, elle débutera à 14H00 place de Clichy, pour rejoindre la place de la République par le boulevard Magenta.

« La très grande diversité m’impressionne. Ça montre qu’il y a un souci d’autoritarisme du pouvoir, et une pression idéologique et électorale de l’extrême droite qui touchent tout le monde », estime Eric Coquerel, qui reconnaît que l’ampleur de la mobilisation dans la rue samedi est imprévisible.

Pour Thomas Portes, également président de l’Observatoire national de l’extrême droite, la marche a une « importance capitale »: « On sent sur le terrain que les gens (de gauche) en ont marre de prendre des coups ».

Darmanin dans le viseur

Accusations d’islamogauchisme, polémique sur les réunions non-mixte, manifestation des policiers, scores du RN dans les sondages…. puis plus récemment vidéo du Youtubeur Papacito simulant un meurtre d’électeur insoumis, et gifle à Emmanuel Macron par un sympathisant se disant « patriote »: l’atmosphère du pays nécessitait une réaction aux yeux de nombreux militants.

La France insoumise a d’ailleurs annoncé vendredi que sa plainte contre Papacito s’accompagnait de 4.000 plaintes de militants insoumis, en faisant une raison supplémentaire de manifester samedi.

La diversité de la mobilisation, à confirmer sur le terrain, ne pourra cependant pas faire oublier les divisions qui minent la gauche, même sur les sujets de laïcité, des libertés et de sécurité, chose inconcevable il y a plusieurs années.

La participation des chefs socialiste Olivier Faure, communiste Fabien Roussel et du potentiel candidat à la présidentielle écologiste Yannick Jadot à la manifestation des policiers devant l’Assemblée nationale, le 19 mai, a profondément secoué les partis de l’intérieur.

Les manifestants s’élèvent aussi samedi contre le gouvernement et la droite, qu’ils accusent de courir après l’extrême droite. Ils visent « les lois liberticides » du gouvernement, comme la loi Sécurité globale et certains de ses articles, par exemple la sanction de « la provocation à l’identification des forces de l’ordre », censurée par le Conseil constitutionnel le 20 mai.

Nul doute qu’ils célèbreront le nouveau désaveu infligé par le Conseil d’Etat jeudi au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, conspué à gauche. La haute juridication a annulé plusieurs dispositions phares du schéma du maintien de l’ordre, dont la technique de la « nasse » et l’obligation faite aux journalistes de quitter les manifestations.

Lire Plus

France

A Marseille, un restaurant solaire pour cuisiner « écolo » sans aller « chez les Amish »

Article

le

a-marseille,-un-restaurant-solaire-pour-cuisiner-« ecolo »-sans-aller-« chez-les-amish »

13H00, l’heure du coup de feu pour l’équipe du restaurant « Le Présage » sur les hauteurs de Marseille. Ici, pas de gaz, très peu d’électricité: la cuisine de ce restaurant dépend du soleil.

Au moment de se mettre aux fourneaux, la brigade n’allume rien, mais déploie une parabole de deux mètres de diamètre recouverte de miroirs Schaeffer, prototype d’une société allemande.

Si ce miroir existe depuis plus de 50 ans, « Le Présage » est le premier restaurant solaire d’Europe, affirme Richard Loyen, délégué général d’Enerplan, représentant des professionnels de l’énergie solaire en France.

Orientée vers le soleil, cette parabole réfléchit les rayons lumineux vers un foyer situé dans l’arrière-cuisine, puis vers une plaque en fonte dont la température peut monter jusqu’à 300 degrés en une vingtaine de minutes. C’est sur cette plaque et grâce à des fours, eux aussi solaires, que le fondateur du restaurant Pierre-André Aubert et son équipe concoctent leurs plats.

Et les recettes proposées sont indexées sur la consommation d’énergie qu’elles nécessitent. Pas question par exemple de proposer des pâtes, qui « consomment une énergie folle » puisqu’il faut « faire bouillir une énorme marmite d’eau pour 100 grammes », pointe M. Aubert.

L’expérience n’est pas « un retour à la bougie », ni « une virée chez les Amish », assure Pierre-André Aubert. Ingénieur aéronautique de formation de 39 ans reconverti sur le tard, il prépare aujourd’hui une thèse sur… « la conception de restaurant optimisé pour la cuisine solaire ».

L’énergie, c’est autour de 10% du bilan carbone d’un restaurant, rappelle Richard Loyen, qui est également associé depuis un an à l’expérience menée au « Présage ». Et, souligne-t-il, « la cuisine végétale et l’approvisionnement local » permettent encore de diminuer cette empreinte.

Julienne de légumes verts, risotto aux asperges…: les recettes changent régulièrement, mais sont composées de « produits locaux cuisinés au soleil », abonde Pierre-André Aubert. « Même les aromates viennent d’ici », promet-il, en montrant les herbes folles entourant les tables disposées sur un terrain de Château-Gombert, un quartier du nord de Marseille.

Expérimentations

A quelques encablures de cette prairie péri-urbaine, le Technopôle Marseille Provence, et deux grandes écoles d’ingénieurs: l’École Centrale et Polytech Marseille. Selon la Ville de Marseille, cette zone est le premier pôle de recherche français en mécanique-énergétique après Paris, avec 170 entreprises, 4.000 employés et près de 2.600 étudiants. Autant de personnes qui cherchent une bonne table entre midi et deux.

« Très bon, très parfumé, très frais », se régale justement ce jour-là Marie-Christine Henriot, directrice adjointe de Polytech Paris-Saclay, en déplacement dans l’antenne marseillaise de l’école. Contrairement à d’autres clients, elle est plus surprise par « les innovations culinaires » du restaurant que par ses cuisines solaires –qui utilise une technologie dont elle suit le processus expérimental.

Ses « élèves turbinent à 3.000 tours/minute pour imaginer le monde de demain », sourit-elle.

Autant d’innovations dont est aussi fier son voisin de table, Philippe Pannier, directeur délégué de Polytech Marseille: ses étudiants continuent d’améliorer les prototypes de fours utilisés au « Présage ».

La cuisine de Pierre-André tient dans un conteneur et les clients sont installés sous la structure métallique d’une serre, ou sur l’herbe. Quand le soleil est caché par des nuages, « on allume les plaques électriques », admet le chef.

L’ingénieur ne cesse d’expérimenter: il cherche par exemple à développer un système de récupération du méthane produit par les déchets du restaurant, ou à réutiliser l’eau de cuisine — une fois filtrée — pour irriguer le terrain.

Son ambition: ouvrir plusieurs « guinguettes » du même type –« pourquoi pas pour les JO? »–, mais aussi, d’ici fin 2022, un restaurant « en dur » sur le terrain de Château-Gombert. Le projet, estimé à 1,8 million d’euros, s’articulera autour « d’un bâtiment bioclimatique » entouré d’un « jardin comestible ».

Lire Plus

Les + Lus