Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Russie: victoires symboliques du camp Navalny sur les lieux de son empoisonnement

Article

le

russie:-victoires-symboliques-du-camp-navalny-sur-les-lieux-de-son-empoisonnement

Le camp de l’opposant russe Alexeï Navalny revendiquait lundi des victoires électorales symboliques sur les lieux présumés de son empoisonnement, à l’issue d’élections régionales dominées par le parti du Kremlin, sur fond d’accusations d’irrégularités.

A travers tout le pays, les électeurs étaient appelés de vendredi à dimanche à élire, c’est selon, des gouverneurs, des assemblées régionales ou municipales et quatre députés du Parlement national.

Les candidats du parti du pouvoir, Russie unie, qui domine la vie politique malgré une popularité en forte baisse ces dernières années, ont remporté une majorité des sièges en jeu, selon son chef, l’ex-président et ex-Premier ministre Dmitri Medvedev.

« Notre parti est premier partout où des élections de parlements régionaux avaient lieu, et en terme de nombre de mandats obtenus », s’est-il félicité dès dimanche soir.

Mais même si des postes de gouverneurs étaient en jeu, les regards étaient tournés, une fois n’est pas coutume, vers des élections municipales à Tomsk et Novossibirsk en Sibérie, où l’adversaire numéro 1 du Kremlin Alexeï Navalny avait enquêté sur la corruption des élites locales et faisait campagne quand il a été empoisonné fin août à l’aide d’un neurotoxique de type militaire, identifié par ses médecins allemands. Le gouvernement allemand a indiqué lundi que l’empoisonnement par un agent neurotoxique de type Novitchok avait été confirmé par des laboratoires français et suédois.

A Tomsk, ville où il a été intoxiqué selon ses partisans, ses deux principaux candidats, Andreï Fateev et Ksenia Fadeeva, sont élus au conseil municipal.

 Question de principe

Si Russie unie reste la première force de la ville avec 24,46% des voix, son score est en chute libre par rapport aux 52% de 2015. Et au lieu de 32 sièges sur 37, le parti n’en aura plus que 10, les autres sièges se répartissant entre diverses formations.

« Je pense que chacun comprendra qu’il s’agissait d’une question de principe que de gagner à Tomsk après ce qui s’y est passé », a réagi sur twitter Ksenia Fadeeva.

Partout en Russie, le Fonds de lutte contre la corruption (FBK) de M. Navalny, qui lorsqu’il n’a pas son propre candidat prône de voter pour celui le plus à même de vaincre celui du pouvoir, a revendiqué donc sa part dans le succès d’autres partis.

Dans un contexte économico-social difficile, d’accusations de corruption et d’une impopulaire réforme des retraites, la popularité du parti de Vladimir Poutine s’est en effet considérablement érodée ces dernières années. En septembre 2021, des législatives sont prévues et Russie unie n’est plus qu’à 30% d’intentions de vote dans les sondages.

A Novossibirsk, 3e ville de Russie et principale cité sibérienne qu’Alexeï Navalny avait aussi visitée pendant la campagne des régionales, son camp a revendiqué l’élection dimanche de son chef local au conseil municipal, Sergueï Boïko.

Il y avait fait campagne à la fois contre Russie Unie et le Parti communiste, accusés d’entente pour s’y partager le pouvoir et s’y enrichir.

« Il y aura 22 élus Russie Unie au lieu de 33 et 8 communistes au lieu de 15. Un bon résultat », a proclamé sur twitter M. Boïko, avant l’annonce des résultats officiels concernant les 50 sièges.

Occident contre Russie

L’affaire Navalny a largement plané sur la fin de la campagne électorale. L’opposant de 44 ans, hospitalisé à Berlin, est sorti du coma il y a une semaine. Les Occidentaux ont appelé Moscou à enquêter sous peine de sanctions, mais le Kremlin a rejeté la version de l’empoisonnement, dénonçant des accusations infondées.

A l’issue des élections, le pouvoir russe peut se targuer d’avoir fait élire ses candidats –12 de Russie Unie, 5 sans partis, un nationaliste (LDPR)– en lice pour les 18 postes de dirigeant d’exécutif régional en jeu.

Pour l’ONG indépendante Golos, de nombreux scrutins ont cependant été marqués par des irrégularités.

En cause notamment, la tenue des élections sur trois jours, avec de nombreux bureaux de vote mobiles et en plein air, officiellement pour limiter les risques liés au coronavirus. Ces méthodes rendent difficile le travail des observateurs et, selon ces derniers, favorisent les falsifications.

Golos a aussi constaté que des responsables électoraux freinent « l’examen des plaintes » ce qui a créé les « conditions pour effacer les traces » de fraudes.

« Il n’y a quasiment pas d’irrégularités », a rétorqué Ella Pamfilova, qui dirige la Commission électorale russe.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus