Nous rejoindre sur les réseaux

France

Procès de Nordahl Lelandais: 30 ans requis pour le meurtre d’Arthur Noyer

Article

le

proces-de-nordahl-lelandais:-30-ans-requis-pour-le-meurtre-d’arthur-noyer

Une peine de trente ans de réclusion criminelle, assortie d’une période de sureté des deux tiers, a été requise mardi devant la cour d’assises de Savoie contre Nordahl Lelandais pour le meurtre d’Arthur Noyer, soit la peine maximale encourue.

La procureure générale de Chambéry, Thérèse Brunisso, a soutenu devant la cour la « volonté de tuer » de Nordahl Lelandais, dans un réquisitoire salué à la sortie de l’audience par la mère d’Arthur, Cécile Noyer. Il « est à la hauteur de ce qu’on espérait », a-t-elle déclaré.

Le jury, qui pourrait délibérer dès mardi soir après les plaidoiries de la défense, devra choisir de retenir l’homicide volontaire – et donc l’intention de tuer – ou les violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner (coups mortels), passibles de 15 ans de réclusion.

Pour le ministère public, qui reprend les conclusions des experts, la « dangerosité » de l’accusé de 38 ans, également mis en cause dans l’affaire de la disparition de la petite Maëlys, ainsi que le pronostic « défavorable » de Nordahl Lelandais pour son avenir, doivent convaincre les jurés de le condamner à la peine maximale.

« Je considère que la gravité du meurtre commis par Nordahl Lelandais, ses actions périphériques, ses éléments de personnalité très défavorables justifient une peine de trente ans », a lancé Thérèse Brunisso à l’issue d’un réquisitoire d’une heure et quart.

Toujours attentif depuis son box, l’accusé, en chemise blanche, s’est montré impassible après le prononcé des réquisitions.

 Le mobile en question

Au fil de son argumentaire, Mme Brunisso a tenté de démontrer les faiblesses de la version donnée par l’accusé depuis le début du procès.

Nordahl Lelandais assure avoir pris Arthur Noyer en stop vers 3H00 dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 et, raconte-t-il, le caporal lui a demandé de le déposer à Saint-Baldoph, une banlieue de Chambéry, où la rixe mortelle aurait eu lieu.

« Arthur Noyer n’a aucun ami, aucune relation professionnelle dans cette commune de Saint-Baldoph. Il n’a donc aucune raison de demander à Nordahl Lelandais de le déposer à cet endroit », a tonné Mme Brunisso, rappelant que deux témoins avaient affirmé à l’audience que le chasseur alpin de 23 ans voulait rentrer à sa caserne, dans une commune voisine.

« J’ai cherché et recherché quel pouvait être le mobile du meurtre (…) le seul mobile qui peut être envisagé est celui d’avoir une relation sexuelle avec Arthur Noyer », a conclu l’avocate générale.

« Terré dans ses mensonges »

La matinée avait débuté avec la plaidoirie de Bernard Boulloud, l’avocat de la famille Noyer.

« Quatre ans et 29 jours après la mort d’Arthur Noyer, après encore sept jours d’audience, Nordahl Lelandais reste toujours campé droit dans ses bottes, dans sa vérité, dont seul lui-même dans la salle d’audience reste encore convaincu », a regretté le conseil des parties civiles.

« Il se terre dans ses mensonges (…) il ne dira jamais, au grand jamais, la vérité sur les circonstances de la mort d’Arthur Noyer, juste pour sauver sa peau, juste par lâcheté », a affirmé Me Boulloud, devant un large portrait de la victime posé aux côtés de ses parents face au box depuis le début du procès.

Cette grande photo, « ça nous faisait du bien », a déclaré Cécile Noyer devant les caméras. « On se disait : +Oui, t’es là Arthur+. Voilà. De toute façon il est toujours présent dans nos cœurs et ça, personne ne pourra nous l’enlever. »

« Espérons que le jury et la cour d’assises suivent ces réquisitions à la lettre, parce qu’effectivement, on n’a jamais cru et jusqu’à encore aujourd’hui, on ne croit absolument pas à la thèse de Nordahl Lelandais », a également déclaré Me Boulloud à la suspension d’audience.

La première semaine d’audience, du 3 au 7 mai, s’était achevée dans une version figée par l’accusé. L’ancien maître-chien a reconnu des coups mortels, mais en répétant qu’il n’avait « jamais voulu tuer » Arthur Noyer.

Nordahl Lelandais devrait également comparaître en 2022 devant la cour d’assises de l’Isère dans le cadre de la disparition de Maëlys de Araujo en août 2017.

France

La célébration d’Hanouka à l’Élysée en présence de Macron fait polémique

Article

le

La célébration d’Hanouka à l’Élysée en présence de Macron fait polémique

La classe politique de tous bords critique le président français pour sa participation à une cérémonie religieuse à l’Elysée.

La séquence fait grincer quelques dents. Alors qu’Emmanuel Macron participait à une cérémonie jeudi soir dans la Salle des fêtes de l’Élysée, pour recevoir le prix Lord Jacobovits – accordé aux chefs d’État et de gouvernement européens (comme Angela Merkel en 2013 ou le roi Felipe en 2016), qui luttent contre l’antisémitisme et défendent la liberté de pratiquer la religion juive – , le chef de l’État a assisté au premier soir de Hanoukka. Plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent en effet le président de la République, aux côtés du grand rabbin de France Haim Korsia, qui allume une bougie, à l’aide d’une autre, sur le chandelier posé sur le pupitre devant lui. Contacté, l’Élysée insiste bien sur le «contexte» de cette soirée, qui ne portait «en aucun cas» sur la célébration de cette fête juive.

Si Emmanuel Macron n’a bien évidemment participé à aucun acte ou parole religieuse, au nom de la laïcité de l’État et de son devoir de neutralité vis-à-vis de l’ensemble des cultes, ce moment filmé commence à agacer les oppositions. Quelles qu’elles soient. Jeudi soir, le maire LR de Cannes David Lisnard s’est demandé «comment peut-on refuser de participer à une marche civique contre l’antisémitisme au motif incongru et fallacieux de la sauvegarde de l’unité nationale, et célébrer une fête religieuse au sein du palais présidentiel ?» Le chef de l’État n’avait, il est vrai, pas défilé à la grande manifestation du 12 novembre, rassemblant toute la classe politique, y compris les représentants du RN, à l’exception des leaders insoumis.

L’Élysée entend tuer la polémique dans l’œuf en affirmant que «plusieurs chefs d’État étrangers» ont déjà pris part à ce genre de célébration religieuse, qui prend généralement place en décembre.

Qu’importe pour la gauche, qui n’a pas été en reste. «Ce soir, le palais de l’Élysée est devenu un lieu de culte. Et dimanche matin, la messe en latin ? Laïcité, quand tu nous tiens», a persiflé le député LFI Adrien Quatennens. L’ancien sénateur et membre du PS David Assouline a, quant à lui, chargé un «président qui navigue à vue, sans principe ni ligne de conduite.» «La République l’attendait pour manifester contre l’antisémitisme il n’était pas là. Laïque, elle ne l’attendait pas pour une fête religieuse à l’Élysée», a-t-il ajouté. Même son de cloche du côté de personnalités plus locales. «La France est une République Laïque, l’Élysée comme les mairies ne peuvent être des lieux de célébration des cultes», a critiqué le maire PS de Montpellier Michael Delafosse.

Le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), Yonathan Arfi, a jugé vendredi que c’était «une erreur» que le début de la fête juive de Hanouka ait été célébré jeudi soir à l’Élysée, en présence d’Emmanuel Macron. «Effectivement ce n’est pas la place au sein de l’Élysée d’allumer une bougie de Hanouka parce que l’ADN républicain c’est de se tenir loin de tout ce qui est religieux», a estimé Yonathan Arfi au micro de Sud Radio, au lendemain d’un début de polémique qui pointe la remise en cause des principes de laïcité.

Lire Plus

France

Éducation : le niveau des élèves dégringole en maths et en français

Article

le

Éducation : le niveau des élèves dégringole en maths et en français

La France connaît une baisse « historique » du niveau de ses élèves âgés de 15 ans en mathématiques dans l’édition 2022 de l’enquête Pisa publiée ce mardi par l’OCDE.

Selon les résultats de l’enquête Pisa 2022 publiés par l’OCDE, la France connaît une baisse « historique » du niveau de ses élèves âgés de 15 ans en mathématiques. Cette baisse est la plus importante depuis la première étude Pisa en 2000, avec une chute de 21 points par rapport à 2018, tandis que la moyenne OCDE enregistre une baisse de 15 points dans le même domaine.

Eric Charbonnier, spécialiste de l’éducation à l’OCDE, souligne que la France avait déjà connu une baisse entre 2003 et 2006, mais les résultats étaient restés stables jusqu’en 2018. Cette nouvelle chute du niveau en mathématiques s’inscrit dans un contexte de pandémie de Covid-19, mais d’autres facteurs sont également en jeu, notamment le problème d’attractivité du métier d’enseignant et la crise de la Covid.

En plus de la baisse en mathématiques, les élèves français connaissent également une forte baisse de leur niveau en compréhension de l’écrit, avec une chute de 19 points par rapport à 2019, tandis que la moyenne OCDE enregistre une baisse de 10 points. En sciences, les résultats sont restés relativement stables.

Eric Charbonnier, estime que ces résultats ne sont pas nécessairement liés à un manque de moyens, car la plupart des pays ont continué à investir dans l’éducation ces dernières années. Il souligne plutôt l’importance de l’utilisation efficace des ressources et met en avant des problèmes tels que le manque d’attractivité du métier d’enseignant, un déficit de formation et des salaires insuffisants.

La France se situe désormais dans la moyenne des pays de l’OCDE en termes de performances scolaires, ce qui souligne la nécessité d’améliorer la qualité de l’éducation. Les résultats de l’enquête Pisa 2022 montrent que le déclin des performances n’est pas unique à la France, mais touche également d’autres pays de l’OCDE.

Face à ces résultats inquiétants, le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, doit annoncer des « mesures fortes » visant à relever le niveau des élèves, en particulier au collège. La baisse du niveau des élèves français en mathématiques et en compréhension de l’écrit soulève des préoccupations quant à la qualité de l’éducation en France et à la manière dont les ressources sont utilisées pour soutenir les élèves dans leur apprentissage.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Faits Divers

Paris : un mort et deux blessés après une attaque à l’arme blanche, l’assaillant interpellé

Article

le

Paris : un mort et deux blessés après une attaque à l'arme blanche, l'assaillant interpellé

Une attaque au couteau et au marteau a fait un mort et deux blessés samedi soir à Paris, près de la Tour Eiffel. L’assaillant, un jeune Français connu pour radicalisme, a été interpellé.

Un drame en plein cœur de Paris. Un assaillant a tué un touriste allemand à coup de couteau, avant de blesser deux autres personnes au marteau tout près de la Tour Eiffel, samedi 2 décembre aux alentours de 21h entre les XVe et XVIe arrondissements de la capitale. Le suspect a été interpellé par les forces de l’ordre puis placé en garde à vue.

L’auteur, un jeune Français né en 1997 en région parisienne, était connu pour radicalisme et avait été condamné à cinq ans de prison pour avoir projeté un attentat en 2016. Il présente également des troubles psychiatriques, a précisé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Une vidéo de revendication a par ailleurs été postée sur les réseaux sociaux. Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête.

L’attaque s’est passée peu après 21h dans un quartier prisé des touristes Paris, à quelques centaines de mètres de la Tour Eiffel, entre le quai de Grenelle et le pont de Bir Hakeïm, dans les XVe et XVIe arrondissements. L’assaillant s’en est d’abord pris à un couple de touristes allemands. « Le mari est décédé sous les coups de couteau », selon le récit livré par Gérald Darmanin, qui s’est rendu sur place. L’épouse, elle, a eu la vie sauve « grâce à un chauffeur de taxi qui semble être intervenu », a ajouté le ministre.

Quatre policiers, rapidement dépêchés sur place, poursuivent alors l’assaillant à pied. Ils tentent une première interpellation mais l’assaillant, « les mains dans son par-dessus », les menace de porter des explosifs, selon Gérald Darmanin. Le suspect continue son échappée et agresse alors deux autres personnes, avant d’être interpellé près d’un square après deux coups de taser.

Lire Plus

Les + Lus