Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique / Législatives : intenses négociations à gauche mais encore des atermoiements

Article

le

legislatives:-intenses-negociations-a-gauche-mais-encore-des-atermoiements

Un accord entre La France insoumise et ses partenaires PS et EELV en vue des législatives semblait se dessiner vendredi à l’approche de la date butoir, mais la course d’obstacles n’est pas terminée, notamment avec les socialistes qui ont suspendu leurs échanges.

Forte des 22% des voix de son candidat Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, La France insoumise a lancé des discussions bilatérales notamment avec EELV, le PCF et le Parti socialiste, afin de trouver un accord aux législatives et se donner une chance d’envoyer le tribun Insoumis à Matignon.

La direction du PS a fait un pas en avant vendredi matin, en souscrivant dans les grandes lignes aux « marqueurs » du programme de LFI: augmentation du Smic à 1.400 euros nets par mois, retraite à 60 ans, planification écologique, abrogation de la loi El Khomri (réformant le code du travail), VIe République, par exemple.

Ils avancent également, mais avec des « divergences », sur la question de la « désobéissance aux traités européens » que souhaite LFI alors qu’eux, soulignent-ils, refusent de « mettre en danger la construction européenne ».

Mais les socialistes assument que « la mise en œuvre du programme que nous construisons conduira nécessairement à (…) ne pas respecter certaines règles », évoquant notamment leur refus d’un « retour du pacte de stabilité ».

Parmi les points qui restent sensibles, le PS liste « la défense de la République laïque et universaliste » et « la nécessité d’un soutien plein et entier à la nation ukrainienne, à sa liberté et à sa souveraineté », face à la position « non-alignée » sur les Etats-Unis de LFI.

Les discussions ont repris dans la matinée au siège de LFI. A sa sortie à la mi-journée, le négociateur du PS Pierre Jouvet a indiqué: « A ce stade, nous avons encore un certain nombre de désaccords. Nous allons encore en parler dans la journée, mais pour l’instant, nous avançons ».

Mais peu après annonce surprise: la délégation a suspendu les négociations, intimant à LFI de « rompre avec toute logique hégémonique et accepter la pluralité ».

Une partie des socialistes refuse ce rapprochement historique avec le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, décidé la semaine dernière lors d’un Conseil national du PS.

Citant Pierre Mendès-France, la présidente de la région Occitanie Carole Delga, notoirement en conflit avec LFI, a tweeté: « La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fût-ce pour des motifs d’opportunité transitoire ».

L’ex-président François Hollande avait déjà mis en garde jeudi contre une « disparition » du PS en cas d’accord, et le courant minoritaire du PS, mené par la maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, a dénoncé « une reddition » à LFI.

Cette avancée est aussi critiquée par les macronistes: le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau estime dans un tweet que le PS a « abjuré (…) contre son idéal, ses figures historiques » et « contre l’honneur », la députée européenne Nathalie Loiseau qu’il « a vendu son âme pour un plat de lentilles ».

« Accord en vue » avec EELV

Du côté des écologistes, où les négociations avec LFI s’étaient tendues depuis deux jours, les discussions reprennent vendredi après-midi au siège des insoumis.

« On pourrait avancer aujourd’hui », a indiqué le secrétaire national d’EELV Julien Bayou, estimant qu’il n’y avait « rien d’absolument insurmontable, mais rien de certain ». Sur France 2, il s’est montré optimiste: « J’estime que l’accord est en vue », et « pourquoi pas un 1er-Mai commun en soutien aux syndicats », dimanche.

Il avait formulé mercredi de sévères critiques concernant notamment la question du « label commun », qui ne peut pas être selon lui uniquement celui de LFI, « l’Union populaire », et le nombre de circonscriptions réservées aux écologistes, trop faible à ses yeux.

Mais des « échanges officieux » ont eu lieu depuis avec LFI, précise M. Bayou pour expliquer l’évolution.

EELV a pu aussi être bousculé par l’accord trouvé jeudi entre LFI et Générations, membre de leur pôle écologiste, ainsi que par les avancées avec le PS.

Un élu EELV résume : « 99,9% des militants d’EELV souhaitent un accord. On fait confiance à Julien Bayou pour y arriver. Et je pense qu’il le souhaite aussi ».

Les communistes et le NPA, pour qui subsistent des points de contentieux, doivent aussi venir au siège de LFI vendredi après-midi, a indiqué le député LFI Eric Coquerel.

Europe

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le « racket social » du gouvernement

Article

le

Européennes: Manon Aubry (LFI) dénonce le "racket social" du gouvernement

À Montpellier ce dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement.

Lors d’un meeting à Montpellier dimanche, Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux élections européennes, a vivement critiqué ce qu’elle a qualifié de « racket social » perpétré par le gouvernement. Elle a appelé à faire des élections du 9 juin un « référendum contre ces nouvelles règles d’austérité ».

Manon Aubry a vivement critiqué les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne et mises en œuvre par le gouvernement français. Elle a également accusé une alliance entre macronistes, la droite et les socialistes d’avoir voté en faveur d’un pacte asile-immigration qu’elle qualifie d' »infâme ».

De plus, elle a qualifié le programme du Rassemblement National de « vide sidéral », reprochant à leur tête de liste, Jordan Bardella, de ne pas avoir déposé suffisamment d’amendements lors de son mandat au Parlement européen.

Manuel Bompard, coordinateur national de LFI, a également pris la parole pour critiquer le candidat des socialistes, Raphaël Glucksmann, l’accusant de vouloir « une élection sans le peuple pour préparer le retour de François Hollande ».

Le meeting a également été marqué par les propos de Rima Hassan, militante franco-palestinienne controversée, appelant à mettre fin à l’accord d’association entre l’UE et Israël, conditionné selon elle au respect des droits humains.

Ce meeting à Montpellier, ville où Jean-Luc Mélenchon avait obtenu un fort soutien lors de la présidentielle de 2022, a rassemblé environ 1 000 personnes selon les organisateurs. Depuis leur premier meeting à Villepinte le mois dernier, les Insoumis ont prévu 60 réunions publiques à travers la France.

Lire Plus

France

Emmanuel Macron condamne fermement l’attaque de l’Iran contre Israël

Article

le

Emmanuel Macron condamne fermement l'attaque de l'Iran contre Israël

Emmanuel Macron a « condamné avec la plus grande fermeté l’attaque sans précédent lancée par l’Iran contre Israël » et appelé « à la retenue » les parties prenantes, dans un message publié dimanche sur X.

Le président français, Emmanuel Macron, a réagi avec fermeté à l’attaque lancée par l’Iran contre Israël, la qualifiant d’ « attaque sans précédent » qui risque de déstabiliser la région. Dans un message publié sur X dimanche, il a exprimé sa solidarité avec le peuple israélien et a réaffirmé l’engagement de la France envers la sécurité d’Israël et la stabilité régionale. Macron a également appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue.

L’Iran a lancé plus de 200 drones et missiles contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche, en représailles à une frappe contre son consulat à Damas. Cependant, l’armée israélienne a affirmé que cette attaque avait été « déjouée ».

Le G7, dont la France est membre, tiendra une réunion en vidéo-conférence dimanche après-midi pour discuter de cette attaque. Le gouvernement italien, président actuel du G7, a souligné la nécessité d’éviter une escalade militaire et de promouvoir la prudence. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra également une réunion d’urgence, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, ayant qualifié cette situation d' »escalade grave ».

Lire Plus

France

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Article

le

Fonction publique : Stanislas Guerini veut « lever le tabou du licenciement »

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique a ouvert, mardi 9 avril, la concertation avec les collectivités, les hôpitaux et les syndicats pour réformer la fonction.

C’est une petite phrase qui suscite l’ire des syndicats. Stanislas Guerini a lancé, ce mardi 9 avril à Paris, la concertation autour de la réforme de la fonction publique, qui doit être présentée en conseil des ministres, cet automne. Ce projet de loi vise notamment à accentuer la rémunération des fonctionnaires au mérite et faciliter les mutations dans les trois branches de la fonction (État, collectivité, hôpitaux).

« Je veux qu’on lève le tabou du licenciement dans la fonction publique », a confié le ministre de la Transformation et de la Fonction publique, pointant du doigt une « culture de l’évitement sur ces sujets-là ».

« C’est un dévoiement du statut de la fonction publique que de considérer que, au nom de la garantie de l’emploi, on ne puisse pas se séparer d’un agent qui ne ferait pas son boulot. La justice, c’est de récompenser les agents qui sont engagés et de sanctionner ceux qui ne font pas suffisamment leur travail », a-t-il ajouté.

Selon les chiffres du ministère, rapportés par Le Parisien, treize licenciements pour insuffisance professionnelle ont eu lieu en 2023 dans la fonction publique, pour 2,5 millions d’agents.

Dans un document présenté ce mardi aux syndicats et aux employeurs, le gouvernement a détaillé une série de mesures qu’il envisage de glisser dans son projet de loi : maintien systématique de la rémunération en cas de mutation, octroi facilité d’un « emploi pérenne » aux apprentis, élargissement de la palette de sanctions face à une « insuffisance professionnelle »…

« Le statut de la fonction publique, ce n’est pas le statu quo, ce n’est pas l’égalitarisme. Il faut le faire évoluer, le moderniser. On a des agents pleinement dans le XXI siècle, mais un système qui est parfois resté bloqué dans les années 1980 », appuie le ministre.

Les huit syndicats ont dénoncé, lundi 8 avril, dans un communiqué commun une réforme « dogmatique » et qui ne répondrait « à aucune des préoccupations des agents publics ». L’Unsa-FP juge notamment que les priorités pour les agents sont « celles de leur pouvoir d’achat et de leurs conditions de travail ». « Plutôt qu’un projet de loi, c’est un engagement budgétaire qui est nécessaire », soutient-il.

La concertation doit se poursuivre jusqu’à l’été, avant une présentation du projet de loi à la rentrée. Deux autres réunions plénières avec les syndicats doivent se tenir le 14 mai et le 20 juin prochains.

Lire Plus

Les + Lus