Nous rejoindre sur les réseaux

Occitanie

Sète : Sébastien Denaja est candidat pour les régionales sur la liste de Carole Delga

Article

le

Sébastien Denaja

Sébastien Denaja est candidat pour les élections régionales sur la liste de Carole Delga. L’ancien député Sétois est actuellement en 3e position masculine pour la gauche Héraultaise, il est donc en position éligible. 

Sébastien Denaja explique les raisons qui l’ont amené à se positionner sur cette liste. « C’est d’abord le prolongement naturel de mon engagement, depuis toujours, pour Sète, le bassin de Thau, mais aussi pour l’Occitanie. En effet, lorsque j’étais député, j’étais responsable du groupe majoritaire et j’ai donc œuvré pour ce mariage, heureux, entre le Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. L’autre raison de ma candidature est que je succède à mon ami André Lubrano, représentant du bassin de Thau au conseil régional depuis deux mandats. De par notre amitié, le passage de flambeau s’est fait très naturellement. »

Par ailleurs, l’ancien député ajoute : « C’est une relation d’amitié, de confiance et de travail que j’ai depuis une dizaine d’années maintenant avec Carole Delga. Il y a une confiance réciproque et pour ma part, j’ai beaucoup d’estime pour son volontarisme, sa niaque et les valeurs qu’elle porte. Ensuite, nous appartenons à la même famille politique, c’est donc à la fois un marqueur de sa confiance mais aussi celle de ma famille politique, le Parti socialiste. Un vote à l’unanimité a eu lieu au Conseil fédéral de l’Hérault qui a validé ma présence, c’est une confiance collective. »

Une campagne repensée

Le conseiller municipal d’opposition de Sète a expliqué : « Dès vendredi matin, on sera sur le marché de Sète, sur l’avenue Victor Hugo afin de distribuer un premier document. Évidemment, les contacts seront limités avec un respect très strict des gestes barrières. Par ailleurs, nous devrions mettre en place certaines mobilisations sur les réseaux sociaux. Mais la principale nouveauté réside dans la création d’une plateforme participative, l’Occitanie en commun, sur laquelle, nous avons recueilli des centaines de contributions citoyennes. Ainsi, jusqu’à la fin de semaine, les citoyens sont appelés à voter pour prioriser les propositions qu’ils jugent les plus pertinentes. C’est une belle manière de promouvoir la démocratie participative. »

Il a par la suite ajouté : « Cette démocratie participative permet d’associer les citoyens dans l’élaboration du projet régional. Les citoyens peuvent choisir et voter sur les propositions qui leur semblent prioritaires. Ainsi, notre programme sera principalement inspiré de ces initiatives citoyennes. Mais dans les grandes lignes, il faut répondre aux urgences économiques, sociales et sanitaires causées par la crise du Covid-19. Il faut accompagner les étudiants, les entreprises et les citoyens pour que tout le monde surmonte ces difficultés. Enfin, dans le même temps, nous devons préparer l’avenir et réarmer notre territoire sur le plan économique en relocalisant les emplois. »

Avant de conclure : « Un autre axe de notre programme sera de faire face aux grands défis du 21e siècle : la transition écologique et la transition numérique. Pour l’écologie, c’est ce que nous faisons déjà avec le port de Sète qui tend à être un exemple sur le plan environnemental avec l’électrification de quais, une flotte de véhicules 100 % électriques et bientôt la mise en service d’un bateau dépollueur des canaux. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

2 Commentaires

1 Commentaire

  1. gg

    6 mai 2021 at 15 h 34 min

    À mon Seb,il y a encore des gens qui te font confiance… Incroyable…

  2. Anne Lesage

    6 mai 2021 at 18 h 49 min

    Une candidature naturelle et cohérente , résultat d’une engagement constant au service des citoyens et d’une vision dynamique du développement de notre territoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Occitanie

Gérald Darmanin demande l’interdiction de la manifestation contre l’A69, les organisateurs maintiennent la mobilisation

Article

le

Gérald Darmanin demande l'interdiction de la manifestation contre l'A69, les organisateurs maintiennent la mobilisation

Le ministre de l’Intérieur a ordonné l’interdiction de la manifestation prévue ce week-end contre le chantier de l’autoroute A69 entre Toulouse et Castres, mais les organisateurs persistent.

Gérald Darmanin a demandé au préfet du Tarn d’interdire la manifestation prévue ce week-end contre le chantier controversé de l’autoroute A69 entre Toulouse et Castres, mais les organisateurs ont annoncé le maintien de la mobilisation. La manifestation, soutenue notamment par les Soulèvements de la Terre et des collectifs écologistes locaux, est prévue pour attirer jusqu’à 5 000 personnes, dont « 600 black blocs (…) qui veulent en découdre avec les forces de l’ordre, s’en prendre aux biens, attaquer des personnes », a déclaré le ministre de l’Intérieur lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

« Des contrôles de zone ont commencé à avoir lieu et depuis lundi, des couteaux, des marteaux, des haches sont saisis dans les véhicules », a précisé Gérald Darmanin. Au total, « ce seront 1 000 gendarmes et policiers qui seront mobilisés », selon le préfet du Tarn, Michel Vilbois, qui a ajouté que « des patrouilles de gendarmerie seront également effectuées sur des entreprises considérées comme +cibles potentielles+ ».

Le préfet a souligné que « notre objectif n’est pas d’aller à la confrontation et le premier signe est justement l’interdiction de la manifestation ».

Etienne Fauteux, porte-parole de La Voie est libre, collectif écologiste à l’origine de la mobilisation, affirme que les trois jours de manifestation, de vendredi à dimanche, se dérouleront comme prévu. « On maintient la manifestation. Cette interdiction est une atteinte démesurée aux libertés fondamentales. Cela marque un virage autoritaire de la part du gouvernement », a-t-il dit.

« On attend 15 000 personnes. On est un mouvement d’opposition des plus forts en France », assure-t-il. « Interdire, c’est disproportionné et injustifié. Il veut installer un climat de peur alors que c’est une manifestation massive et populaire. Les gens viennent pour lutter contre la destruction de leur territoire ».

Pour Claire Dujardin, avocate des opposants à l’A69, « il y a une sorte de banalisation, de généralisation des interdictions de manifester dès qu’il s’agit de militants écologistes ». Elle ajoute que l’interdiction, en prévoyant des violences, « va créer la possibilité d’organiser une opération de maintien de l’ordre extrêmement développée, d’utiliser la force et les armes et de créer de fait des affrontements ».

La construction de cette portion d’autoroute de 53 km, qui réduirait d’une vingtaine de minutes le trajet Castres-Toulouse, fait l’objet d’une importante contestation depuis plusieurs mois. Plusieurs engins utilisés pour les travaux de construction ont été incendiés sur le chantier ces dernières semaines.

Lors de la séance de questions au gouvernement, le député Renaissance du Tarn, Jean Terlier, avait demandé l’interdiction de la mobilisation, dénonçant l’objectif annoncé des opposants de « bloquer les chantiers de l’A69 et de reprendre les terres accaparées par le concessionnaire Atosca/NGE ».

Fin avril à Toulouse, un cortège d’opposants à ce projet d’autoroute avait réuni entre 1 550 personnes (préfecture) et 5 000 manifestants (organisateurs) dans une ambiance festive. Le préfet du Tarn a récemment réaffirmé la volonté sans faille de l’État de faire aboutir ce chantier, soulignant avoir « toujours eu les moyens pour faire face » aux protestations.

L’autoroute devrait être mise en circulation fin 2025.

Lire Plus

Occitanie

Occitanie : la qualité de l’air dégradée en raison de particules de sable

Article

le

Occitanie : la qualité de l'air dégradée en raison de particules de sable

La qualité de l’air en Occitanie connaît une dégradation significative ce dimanche dans cinq départements, en raison du vent fort de sud transportant des particules de sable provenant du Sahara, selon un rapport d’Atmo Occitanie.

L’observatoire Atmo Occitanie, qui surveille quotidiennement la qualité de l’air, alerte sur la présence d’une masse d’air chargée de particules désertiques, principalement concentrée dans une zone située au pied des Pyrénées.

Dans les départements de la Haute-Garonne, du Gers, de l’Ariège, des Pyrénées-Orientales et des Hautes-Pyrénées, l’indice de qualité de l’air devrait atteindre le niveau 4 (mauvais) ce dimanche, sur une échelle de 1 (bon) à 6 (extrêmement mauvais).

Lire Plus

Faits Divers

Agression de Samara à Montpellier : Une mission flash annoncée par la ministre de l’Éducation

Article

le

Agression de Samara à Montpellier : Une mission flash annoncée par la ministre de l'Éducation

Nicole Belloubet réagit à l’agression de l’adolescente et annonce des mesures de sécurité.

La ministre de l’Éducation nationale, Nicole Belloubet, a réagi ce jeudi à l’agression violente de Samara, une adolescente de 14 ans à Montpellier, en annonçant une « mission flash » pour faire la lumière sur les faits.

« Une inspection générale va se rendre sur place pour une mission flash dès demain (vendredi) », a précisé la ministre, soulignant qu’elle avait également pris contact avec la famille de la jeune fille.

L’adolescente a été agressée mardi par un groupe de trois individus, dont une mineure de 14 ans étudiant dans le même établissement. Cette dernière a été interpellée depuis, selon le parquet de Montpellier. Bien que gravement blessée, le pronostic vital de Samara n’est plus engagé, a déclaré le parquet mercredi.

L’agression s’est produite aux alentours de 16 heures devant le collège Arthur-Rimbaud, situé dans le quartier de Mosson-La Paillade, au nord-ouest de Montpellier.

Nicole Belloubet a insisté sur l’importance de faire toute la lumière sur les événements précédents et a promis des conséquences pour les responsables éventuels. « Nous devons tout savoir sur ce qu’il s’est passé durant les mois précédents, les heures précédentes, à l’école et en dehors de l’école. Nous devons la vérité à Samara, à sa famille, à l’institution », a-t-elle déclaré.

La ministre a également souligné l’importance de lutter contre le harcèlement et a annoncé que la politique en la matière serait examinée. Une réunion interministérielle sur la sécurisation des établissements scolaires est prévue pour ce jeudi, afin d’assurer un climat serein et sécurisé pour tous les élèves.

Lire Plus

Les + Lus