Nous rejoindre sur les réseaux

Politique

Politique : « Je n’ai pas dormi »: le désarroi de maires ruraux face au vote Le Pen

Article

le

« je-n’ai-pas-dormi »:-le-desarroi-de-maires-ruraux-face-au-vote-le-pen

« Je n’ai pas dormi »: comme de nombreux autres maires non encartés, Michel Gros, l’édile de La Roquebrussanne, petite commune du Var, n’a pas digéré la poussée de Marine Le Pen dans les communes rurales à la présidentielle. 

Comme dans cette commune de 2.500 habitants, la vague Le Pen a déferlé sur la ruralité lors de la présidentielle: elle s’est imposée dans plus de la moitié des communes françaises, particulièrement dans celles de moins de 1.000 habitants (57,19%).

« Bien sûr que j’ai eu envie d’arrêter. Bien sûr que je me suis demandé à quoi ça sert de se décarcasser, de ne pas consacrer mon temps à ma famille et à mes petits-enfants », témoigne M. Gros, maire depuis 14 ans de La Roquebrussanne, où la candidate du Rassemblement national a obtenu 64% des voix au second tour.

« Je n’ai pas dormi dans la nuit de dimanche à lundi. Et puis 48 heures plus tard, on se dit qu’il y a encore de belles choses à faire pour la commune et pour ses habitants malgré tout », explique l’élu qui s’est abstenu de donner des consignes de vote, sans cacher pour autant sa préférence pour Emmanuel Macron au second tour.

« Après coup, je me suis rendu compte que ce résultat n’était pas un désaveu pour le maire, mais pour la classe politique qui nous gouverne », tempère-t-il.

Traditionnellement, les maires ruraux ne sont pas affiliés à un parti, refusent d’accorder leur parrainage à un candidat et donnent encore moins de consigne de votes pour ne pas se retrouver en porte à faux avec leurs administrés.

« Je crois qu’une grande majorité d’élus ruraux, voire une très grande, n’est pas dans un registre à soutenir une candidature type Le Pen », affirme Michel Fournier le président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), dont le village vosgien des Voivres a soutenu à 70% la candidate d’extrême droite.

« On ne peut pas tirer les enseignements d’une élection locale sur une nationale », explique ce maire depuis 1989 qui a réalisé son meilleur score lors des dernières municipales en 2020. « Au niveau local, les électeurs choisissent des gens qui représentent la proximité. A l’inverse, ils expriment le sentiment d’oubli de la part de l’Etat » lors de la présidentielle, observe-t-il.

Proximité

Dans le département voisin de la Haute-Saône, où Marine Le Pen est également arrivée en tête, Jean-Paul Carteret, maire de Lavoncourt, commune de 350 habitants, avoue avoir poussé un ouf de soulagement en découvrant dimanche soir que sa commune avait voté pour Emmanuel Macron à 52,51%.

« Je suis républicain et je me suis déjà demandé si je resterais au poste de maire si un jour il y avait un énorme écart dans l’autre sens », explique l’élu, à la recherche d’un médecin comme son homologue de La Roquebrussanne.

Il se félicite d’abriter dans sa commune une Maison France Services qui permet à ses citoyens d’accomplir leurs démarches administratives à proximité de leur domicile. « Elle est fondamentale, sinon mon village se meurt », explique-t-il, déplorant que ces maisons et l’agenda rural mis en place sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron n’aient pas été plus mis en valeur pendant la campagne.

En Bourgogne, dans le nord du département de la Côte d’or, Loup Bommier a fait le choix inverse, pour répondre à un électorat qui a « glissé à droite ».

Cet ancien LR est devenu un fervent soutien du parti Reconquête! d’Eric Zemmour, dénonçant l’abandon du monde rural. Maire de Gurgy-le-Château, commune de 50 habitants où Marine Le Pen a atteint 62,74%, il estime que les maires ruraux « sont aujourd’hui entre deux chaises ».

Selon lui, beaucoup n’ose pas franchir le pas d’un soutien affiché à l’extrême droite car le « maire doit compter aujourd’hui sur tout le monde et n’a donc pas envie de cliver dans son conseil municipal. Parallèlement, il doit travailler avec les décideurs qui sont à la préfecture », précise-t-il.

Face à cette poussée radicale, Michel Gros appelle lui à ne pas baisser les bras et adresse deux messages à l’Etat pour le quinquennat qui commence: « aidez-nous et faites-nous confiance ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Politique

Politique : Le remaniement enfin terminé, voici tous les mouvements de ministres

Article

le

Politique : Le remaniement enfin terminé, voici tous les mouvements de ministres

Après une attente prolongée, la composition complète du gouvernement de Gabriel Attal a été dévoilée ce jeudi 8 février. Confirmée par l’Élysée, cette nouvelle équipe gouvernementale compte 34 ministres et ministres délégués, en plus du Premier ministre lui-même. Voici la liste officielle :

Ministres :

  • Bruno LE MAIRE : Économie, Finances, Souveraineté Industrielle et Numérique.
  • Gérald DARMANIN : Intérieur, Outre-mer.
  • Catherine VAUTRIN : Travail, Santé, Solidarités.
  • Nicole BELLOUBET : Éducation Nationale, Jeunesse.
  • Marc FESNEAU : Agriculture, Souveraineté Alimentaire.
  • Rachida DATI : Culture.
  • Sébastien LECORNU : Armées.
  • Éric DUPOND-MORETTI : Justice.
  • Stéphane SÉJOURNÉ : Europe, Affaires Étrangères.
  • Christophe BÉCHU : Transition Écologique, Cohésion des Territoires.
  • Stanislas GUERINI : Transformation, Fonction Publiques.
  • Amélie OUDÉA-CASTÉRA : Sports, Jeux Olympiques, Paralympiques.
  • Sylvie RETAILLEAU : Enseignement Supérieur, Recherche.

Ministres Délégués :

Auprès du Premier ministre :

  • Prisca THEVENOT : Renouveau Démocratique, Porte-parole du Gouvernement.
  • Marie LEBEC : Relations avec le Parlement.
  • Aurore BERGÉ : Égalité Femmes-Hommes, Lutte contre les Discriminations.
  • Auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté Industrielle et Numérique :
  • Roland LESCURE : Industrie, Énergie.
  • Olivia GRÉGOIRE : Entreprises, Tourisme, Consommation.
  • Thomas CAZENAVE : Comptes Publics.

Auprès du Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et du Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires :

  • Dominique FAURE : Collectivités Territoriales, Ruralité.
  • Auprès du Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer :
  • Marie GUÉVENOUX : Outre-mer.

Auprès de la Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, de la Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse et du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice :

  • Sarah EL HAÏRY : Enfance, Jeunesse, Familles.

Auprès de la Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités :

  • Fadila KHATTABI : Personnes Âgées, Personnes Handicapées.
  • Frédéric VALLETOUX : Santé, Prévention.

Auprès du Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire :

  • Agnès PANNIER-RUNACHER.

Auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères :

  • Franck RIESTER : Commerce Extérieur, Attractivité, Francophonie, Français de l’Étranger.
  • Jean-Noël BARROT : Europe.

Auprès du Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires :

  • Patrice VERGRIETE : Transports.
  • Guillaume KASBARIAN : Logement.

Secrétaires d’État :

Auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté Industrielle et Numérique :

  • Marina FERRARI : Numérique.

Auprès du Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et du Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires :

  • Sabrina AGRESTI-ROUBACHE : Ville.

Auprès du Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer :

  • Sabrina AGRESTI-ROUBACHE : Citoyenneté.

Auprès du Ministre des Armées :

  • Patricia MIRALLÈS : Anciens Combattants, Mémoire.

Auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères :

  • Chrysoula ZACHAROPOULOU : Développement, Partenariats Internationaux.

Auprès du Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires :

  • Hervé BERVILLE : Mer, Biodiversité.

Cette nouvelle équipe gouvernementale prend ainsi ses fonctions dans un contexte politique tendu, avec des défis multiples à relever.

Lire Plus

France

Colère des agriculteurs : 15 interpellations près du marché de Rungis

Article

le

Colère des agriculteurs : 15 interpellations près du marché de Rungis

Ce mercredi matin, près d’une vingtaine d’agriculteurs ont été interpellés alors qu’ils menaçaient d’investir le marché de Rungis, dans le Val-de-Marne.

La situation se tend de plus en plus dans le secteur agricole français. Aux abords du marché international de Rungis, quinze personnes ont été récemment interpellées et placées en garde à vue pour « entrave à la circulation ». Ce développement survient alors que le mouvement de colère des agriculteurs ne montre aucun signe de faiblissement.

Les interpellations sont intervenues dans un climat déjà électrique, au lendemain d’un discours de politique générale qui semble avoir exacerbé les tensions. Les agriculteurs, mobilisés en nombre, ont formé des convois de tracteurs progressant vers Rungis et Paris, malgré les mises en garde du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Dans une démarche résolue pour contrer cette mobilisation, le ministère de l’Intérieur a annoncé l’envoi de renforts, y compris de véhicules blindés, pour bloquer l’accès au marché de Rungis. Cette réponse a été perçue comme disproportionnée par certains représentants du secteur agricole, qui insistent sur le caractère pacifiste de leur action.

Par ailleurs, un blocage majeur a été observé sur l’autoroute A6 près de Chilly-Mazarin, à seulement dix kilomètres de Rungis. Dans le Loiret, un impressionnant convoi de tracteurs, parti d’Agen à l’initiative de la Coordination rurale, a été stoppé par les forces de l’ordre.

Le ministère de l’Intérieur a évoqué la présence de « plus de 100 points de blocage » à travers le pays, impliquant environ 10 000 manifestants. Ces blocages se concentrent principalement autour des grandes villes et des axes routiers majeurs.

Dans ce contexte tendu, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a appelé au calme lors d’une audition au Sénat, tout en critiquant la récente communication du Premier ministre. Il a souligné que plusieurs préoccupations des agriculteurs concernent des enjeux à l’échelle européenne, qui ne peuvent être résolus rapidement.

Face à cette crise, le gouvernement cherche activement des solutions. Des rencontres ont été organisées entre le Premier ministre et les représentants des principaux syndicats agricoles, avec des annonces attendues dans les prochains jours. Ces discussions visent à apaiser les tensions et à trouver un terrain d’entente dans un secteur crucial pour l’économie.

Lire Plus

Politique

IVG dans la Constitution : L’Assemblée valide largement l’inscription d’une « liberté garantie »

Article

le

IVG dans la Constitution : L’Assemblée valide largement l’inscription d’une « liberté garantie »

Large soutien de l’Assemblée Nationale pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le débat se tourne vers le Sénat.

Dans un élan de solidarité historique pour les droits des femmes, l’Assemblée nationale française a franchi un pas décisif en adoptant mardi l’inscription du droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Cette décision, largement soutenue par un vote de 493 pour contre 30, lance un défi au Sénat, où les opinions divergent.

La formulation « liberté garantie à la femme d’avoir recours » à une IVG, proposée par le gouvernement, a été accueillie par des applaudissements vibrants, dans un contexte mondial où ce droit est de plus en plus contesté. Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, et le Premier ministre Gabriel Attal ont tous deux salué cette avancée comme une « très grande victoire pour les droits des femmes ».

La réforme, qui traverse le spectre politique, a vu le soutien unanime de la gauche et une large adhésion au sein de la majorité et du groupe indépendant Liot. Les Républicains (LR) et le Rassemblement National (RN) ont voté de manière divisée, reflétant la complexité et la sensibilité du sujet.

Parmi les préoccupations exprimées par certains députés LR, notamment Emilie Bonnivard, figurent l’équilibre entre le droit à l’IVG et le respect de la vie dès sa conception. D’autres craignent un allongement de la durée légale de l’IVG ou une remise en cause de la clause de conscience pour les soignants.

Guillaume Gouffier Valente (Renaissance), rapporteur à l’Assemblée, a insisté sur le fait que ce projet de loi ne crée pas un « droit opposable » à l’IVG, cherchant à apaiser les inquiétudes. Le Planning familial, par la voix de sa présidente Sarah Durocher, a vu dans ce vote un signal « encourageant » pour le Sénat.

La formulation « liberté garantie » a été choisie pour concilier les différentes visions entre l’Assemblée et le Sénat. Ce dernier, dominé par la droite et le centre, avait adopté une version différente, mettant l’accent sur la « liberté » sans mentionner explicitement un « droit ».

Le Sénat est désormais face à un choix crucial, et Mélanie Vogel, sénatrice écologiste, a appelé ses collègues à ne pas céder à des « arguments de façade » ou à des considérations politiciennes. Philippe Bas, sénateur LR, prévient toutefois que le texte de l’Assemblée ne peut être pris tel quel, soulignant les nuances dans la notion de « liberté garantie ».

Gérard Larcher, président du Sénat, reste opposé à la constitutionnalisation de l’IVG, estimant que ce droit n’est pas en danger en France. Le texte, source de débats passionnés et de perspectives divergentes, sera examiné par la chambre haute le 28 février, offrant un nouvel épisode dans la lutte pour les droits des femmes en France.

Lire Plus

Les + Lus