Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Merkel reçue par Biden pour des adieux amicaux, mais endeuillés

Article

le

merkel-recue-par-biden-pour-des-adieux-amicaux,-mais-endeuilles

Ce devait être avant tout une tournée d’adieu amicale, mais la visite d’Angela Merkel à Washington jeudi, sa dernière en tant que chancelière, a été endeuillée par les catastrophiques inondations en Allemagne.

Depuis Washington, la chancelière allemande s’est dite « profondément touchée » par cette tragédie qui a fait, au dernier bilan, 59 morts en Allemagne, tandis que le président américain Joe Biden lui a présenté ses « sincères condoléances » lors d’une conférence de presse commune.

Mais c’est à distance qu’elle a vécu ce « jour de peur, jour d’angoisse, jour de désespoir », et qu’elle a vu s’aggraver une catastrophe dont elle redoute que l’ampleur réelle ne soit connue que « dans les prochains jours ».

Angela Merkel, qui en 16 ans de mandat aura fréquenté pas moins de quatre présidents américains, était attendue à Washington pour des adieux amicaux, marquant le retour au beau fixe, ou presque, des relations bilatérales après le tumultueux mandat de Donald Trump, qui avait fait de la chancelière l’une de ses cibles de prédilection.

Elle est la première dirigeante européenne accueillie à la Maison Blanche depuis l’élection de Joe Biden, et ce dernier organise jeudi en son honneur un dîner officiel, avec par exemple les anciens secrétaires d’Etat américains Hillary Clinton et Colin Powell.

Mais sa visite a donc pris rapidement une tournure amère, à mesure que grimpait en Allemagne le bilan des inondations, la pire catastrophe naturelle dans le pays depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Dans toute l’Europe, le dernier bilan était de 68 morts, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas étant les autres pays les plus touchés.

Nord Stream 2

La chancelière s’est malgré tout pliée aux obligations du jour, petit-déjeunant avec la vice-présidente Kamala Harris, et recevant, en toge, un doctorat d’honneur à l’université Johns Hopkins.

Joe Biden et Angela Merkel ont profité de cette dernière rencontre officielle pour célébrer une relation radicalement apaisée.

Si les deux dirigeants ont rivalisé de démonstrations d’amitié – Joe Biden louant le partenariat « toujours plus fort » entre les aux pays, Angela Merkel estimant que les Etats-Unis étaient « plus qu’un partenaire, un pays ami » – ils n’ont pas fait part d’avancées sur le contentieux le plus délicat entre les deux pays: Nord Stream 2.

Ce gazoduc relie la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique sans passer par l’Ukraine. Il est soutenu par Berlin, mais très critiqué à Washington et en Europe de l’Est, où l’on craint qu’il ne donne à Moscou un levier trop puissant sur ses voisins, et en particulier sur Kiev.

« Même de bons amis peuvent ne pas être d’accord », a constaté Joe Biden.

« Bien que j’aie réaffirmé mon inquiétude à propos de Nord Stream 2, la chancelière Merkel et moi partageons absolument la conviction qu’il ne faut pas laisser la Russie utiliser l’énergie comme une arme pour contraindre ou menacer ses voisins », a indiqué le président démocrate lors de leur conférence de presse conjointe.

La chancelière a elle aussi reconnu des « points de vue différents » et affirmé que l’Ukraine devait bien rester un « pays de transit » pour le gaz naturel.

Berlin est prêt à « réagir » si la Russie ne respecte pas ce principe, a-t-elle dit, sans rentrer dans les détails et en précisant que toute réponse se ferait certainement à l’échelle européenne.

Au-delà du sujet ukrainien, bien qu’amicale, la relation entre Washington et Berlin n’est pas tout à fait sans nuages, au moment où Joe Biden s’emploie à ranimer les relations transatlantiques.

De manière générale, Joe Biden « a besoin qu’Angela Merkel, et surtout son successeur, ait une attitude moins bancale face à la Russie et à la Chine », selon Sudha David-Wilp, du German Marshall Fund, un centre d’études des relations transatlantiques.

Washington aimerait que la première économie européenne, si soucieuse de ses opulentes exportations, mette en sourdine ses intérêts commerciaux au profit d’une attitude diplomatique plus agressive.

Monde

La COP28 détient le record du nombre de lobbyistes des énergies fossiles, selon des ONG

Article

le

La COP28 détient le record du nombre de lobbyistes des énergies fossiles, selon des ONG

Selon la coalition Kick Big Polluters Out, la COP28 est envahie par les lobbyistes des énergies fossiles, mettant en danger les discussions sur le changement climatique.

La 28e Conférence des Parties (COP28) de l’ONU sur le climat, actuellement en cours à Dubaï, est marquée par la présence massive de lobbyistes des énergies fossiles. Selon une étude de la coalition Kick Big Polluters Out (KBPO), au moins 2 456 lobbyistes représentant ces industries ont obtenu une accréditation pour participer à l’événement, un chiffre quatre fois supérieur à celui de la précédente COP27.

La situation est si préoccupante que les ONG affirment que ces lobbyistes sont la principale raison pour laquelle la COP28 est plongée dans un brouillard de déni climatique. Cette augmentation massive du nombre de lobbyistes des énergies fossiles menace sérieusement les discussions sur le changement climatique et les mesures à prendre pour lutter contre ce problème mondial.

Si l’on considère ces lobbyistes comme une délégation, ils constitueraient la troisième plus grande présence à la COP28, derrière le Brésil et les Émirats arabes unis. Cette présence massive dépasse largement celle des délégations des dix pays les plus vulnérables au changement climatique, ainsi que celle des représentants des populations indigènes.

Parmi les lobbyistes des énergies fossiles accrédités, on trouve des personnalités influentes telles que Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, accrédité par la France. L’Italie a emmené des cadres d’Eni, tandis que l’Union européenne a fait venir des employés de BP, Eni et ExxonMobil. Les organisations professionnelles ayant le statut d’observateur à la COP ont également mobilisé leur contingent d’employés de Shell, TotalEnergies ou Equinor. Notons également que le président émirati du sommet, Sultan al-Jaber, est lui-même directeur de la compagnie pétrolière nationale, Adnoc.

La présence massive de lobbyistes des énergies fossiles à la COP28 suscite des inquiétudes quant à l’impact sur les décisions et les engagements pris lors de cette conférence cruciale. Le retrait progressif des énergies fossiles, notamment le pétrole, le gaz et le charbon, est au cœur des enjeux de la COP28, et la présence de ces lobbyistes soulève des questions sur leur rôle et leur influence dans les négociations climatiques.

Cette situation met en lumière la nécessité de trouver un équilibre entre la participation d’acteurs industriels et la prise de décisions visant à lutter efficacement contre le changement climatique. Les ONG et les défenseurs de l’environnement appellent à une plus grande transparence et à des mesures pour réduire l’influence des intérêts industriels sur les discussions climatiques mondiales.

Lire Plus

Europe

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour « acte de torture »

Article

le

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour "acte de torture"

La Cour européenne des droits de l’homme examine le cas de Laurent Théron, éborgné lors d’une manifestation en 2016.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a pris une mesure sans précédent en ouvrant une procédure à l’encontre de la France pour ce qui est qualifié d' »acte de torture » ou de « traitements inhumains et dégradants » à l’encontre d’un manifestant blessé lors d’une manifestation contre la loi travail en 2016.

Cette décision intervient après sept années de combat judiciaire dans l’affaire Laurent Théron. Le manifestant avait perdu l’usage de son œil droit le 15 septembre 2016, lorsqu’il avait été atteint au visage par l’explosion d’une grenade à main de désencerclement tirée par un CRS lors de la manifestation. Le brigadier-chef responsable du tir avait été renvoyé devant la cour d’assises de Paris, mais avait été acquitté le 14 décembre 2022 au motif de la légitime défense, malgré l’absence de réel danger.

Les avocats de Laurent Théron, Mes Céline Moreau, Olivier Peter et Lucie Simon, ont exprimé leur satisfaction face à l’ouverture de cette procédure par la CEDH. Ils ont souligné que cette décision pourrait avoir un impact significatif sur d’autres enquêtes en cours concernant des manifestants blessés, notamment lors du mouvement des Gilets jaunes. Cette affaire soulève des questions cruciales sur la responsabilité de l’État français dans la protection des droits des manifestants, en particulier face à l’utilisation excessive de la force.

La CEDH, basée à Strasbourg, a communiqué au gouvernement français deux questions essentielles : le requérant a-t-il été « victime de traitements contraires à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme », qui prohibe la torture et les traitements inhumains et dégradants ? De plus, « l’enquête menée en l’espèce par les autorités internes a-t-elle satisfait aux exigences de l’article 3 de la Convention » ?

Cette procédure devrait prendre plusieurs mois, mais elle suscite déjà un débat important sur la question de la protection des droits des manifestants en France et l’application de la législation en matière de maintien de l’ordre.

Lire Plus

Monde

Guerre entre Israël et le Hamas : l’armée israélienne annonce avoir repris les combats

Article

le

Guerre entre Israël et le Hamas : l'armée israélienne annonce avoir repris les combats

L’armée israélienne a confirmé avoir « repris » ses frappes sur une partie de ce territoire, accusant le Hamas d’avoir « violé » la trêve en tirant vers le territoire israélien.

La trêve entre Israël et le Hamas, qui avait apporté un fragile répit dans la région, a pris fin sans qu’un nouvel accord puisse être conclu. La situation s’est rapidement détériorée, avec des sirènes d’alerte à la roquette retentissant dans plusieurs localités israéliennes et des frappes aériennes ainsi que des tirs d’artillerie constatés dans la ville de Gaza.

L’armée israélienne a annoncé avoir repris les « combats » contre le Hamas, invoquant la violation de la trêve par le mouvement islamiste. Tsahal a déclaré sur le réseau social X : « Le Hamas a violé la pause opérationnelle en tirant des roquettes vers le territoire israélien », justifiant ainsi la reprise des opérations militaires. Cette escalade a provoqué des moments de panique parmi les populations civiles des deux côtés.

Peu avant l’expiration de la trêve, le système de défense antiaérien israélien a réussi à intercepter avec succès un tir de roquette en provenance de la bande de Gaza. Cependant, des pertes tragiques ont été signalées du côté palestinien, avec six Palestiniens tués dans un raid aérien israélien sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Deux enfants ont également perdu la vie dans des raids aériens sur la ville de Gaza, selon un médecin de l’hôpital Ahli Arab.

La trêve avait vu la libération de plusieurs otages des deux côtés. Six otages israéliens ont été libérés par le Hamas, rejoignant deux autres qui avaient été relâchés plus tôt dans la journée. En échange, Israël a libéré trente Palestiniens, principalement des femmes et des mineurs détenus dans des prisons israéliennes, conformément à l’accord négocié. Cette trêve avait déjà permis la libération de 80 otages israéliens, principalement des femmes et des enfants, ainsi que de 240 prisonniers palestiniens. Toutefois, un certain nombre d’étrangers et de binationaux, dont la plupart étaient des Thaïlandais travaillant en Israël, avaient également été pris en otage.

La situation reste tendue dans la région, avec des inquiétudes croissantes quant à la poursuite des hostilités et à l’impact sur les civils pris au milieu de ce conflit. Les efforts diplomatiques visant à rétablir un cessez-le-feu durable se poursuivent, mais la route vers la paix semble plus incertaine que jamais.

Lire Plus

Les + Lus