Nous rejoindre sur les réseaux

France

Malgré le Covid, plusieurs milliers de fidèles à Lourdes pour célébrer la « fraternité »

Article

le

malgre-le-covid,-plusieurs-milliers-de-fideles-a-lourdes-pour-celebrer-la-« fraternite »

« Je suis surprise qu’il y ait autant de monde »: plusieurs milliers de fidèles sont attendus dimanche à Lourdes, le plus grand centre de pèlerinage catholique français, malgré un contexte de reprise épidémique et de déplacements à l’étranger limités.

Pour les célébrations de l’Assomption, les fidèles, toutefois moins nombreux que d’habitude, accompagnent quelque 300 malades en quête de guérison miraculeuse qui étaient absents l’an dernier.

« On se sent protégé, on n’a pas peur. C’est un lieu d’espérance pour guérir. Je suis venue avec une douleur à la hanche. Il y a eu beaucoup de miracles ici, pourquoi pas nous ? », raconte Marie-Bernadette Zombré, 44 ans, originaire de Bordeaux et habituée de Lourdes depuis cinq ans.

La grotte où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie est apparue à Bernadette Soubirous en 1858, est fermée au public pour éviter des contaminations. Les pèlerins avaient l’habitude d’y poser la main sur les parois, embrasser la pierre.

« Je suis surprise qu’il y ait autant de monde. Ce n’est pas comme les autres années mais c’est un bonheur de voir toutes ces personnes », s’émeut pour sa part Hélène Thurnreiter, 80 ans.

L’octogénaire venue de Mulhouse dédie ses prières à « ceux partis cette année avec le Covid ».

En 2020, le sanctuaire avait dû fermer plusieurs semaines pour la première fois de son histoire et 85% des pèlerinages avaient été annulés.

Cette année le masque est encore obligatoire dans le sanctuaire, pas le pass sanitaire.

Peu de touristes étrangers

Quelque 9.300 personnes ont participé samedi soir à la traditionnelle procession mariale aux flambeaux sur l’esplanade du sanctuaire de Lourdes, où les fidèles ont récité plusieurs « Je vous salue Marie » en levant leurs flambeaux vers le ciel.

Et jusqu’à 15.000 pèlerins sont attendus dimanche à 10H00 pour la messe internationale dite en plusieurs langues, présidée par l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit. Il délivrera un message de « fraternité », thème du pèlerinage cette année, dans la basilique Saint-Pie X, une gigantesque église souterraine de 200 mètres de long sur 80 de large, qui peut accueillir 25.000 personnes en temps normal.

« Ce thème est particulièrement important dans une société française abîmée, fracturée, où la violence a sa part, aussi bien physique que verbale. La fraternité, c’est toujours un appel, ce n’est jamais acquis », souligne le recteur du sanctuaire de Lourdes, Mgr Olivier Ribadeau Dumas.

Bien que les touristes et les fidèles soient de retour, sans jauge limitée cette année, les grands contingents d’étrangers (environ 65% des pèlerins généralement) manquent à l’appel et une quarantaine d’hôtels restent actuellement fermés dans la deuxième ville hôtelière de France, après Paris, qui dépend à 90% du tourisme.

« Les hôtels ont majoritairement ouvert début juillet. Ca a été très calme au démarrage, avec un taux d’occupation de l’ordre de 10%. C’est très faible », regrette Hervé Jeanson, président du club des hôteliers et restaurateurs de Lourdes et propriétaire d’un hôtel, pointant toutefois « une grande envie de revenir à Lourdes » pour les pèlerins.

Et cette moindre affluence se fait sentir un peu partout dans la ville: le sanctuaire a franchi en août la barre du million de visiteurs, contre environ 3,5 millions sur une année normale. Et au total, le sanctuaire qui recevait jusqu’à 30.000 malades par an prévoit d’en accueillir dix fois moins en 2021.

Faits Divers

Faits divers : Enlèvement et meurtre de la petite Célya en Seine-Maritime

Article

le

Faits divers : Enlèvement et meurtre de la petite Célya en Seine-Maritime

Samedi matin, les gendarmes ont interpellé le suspect principal dans l’enlèvement et le meurtre de Célya, une fillette de six ans. Le compagnon de la mère de l’enfant a été placé en garde à vue après la découverte du corps de la petite dans un bois de Saint-Martin-de-l’If.

Le quadragénaire suspecté d’avoir enlevé Célya vendredi en Seine-Maritime a été arrêté tôt samedi matin à proximité du lieu où sa voiture avait été retrouvée. Le suspect, âgé de 42 ans, est le compagnon de la mère de l’enfant. Les gendarmes ont déployé d’importants moyens pour le retrouver, appelant les habitants de Saint-Martin-de-l’If à la vigilance.

Le corps sans vie de Célya a été découvert peu après minuit dans un bois près de la voiture du suspect. Le ministère de la Justice a annoncé la levée de l’alerte-enlèvement déclenchée plus tôt. La fillette avait disparu de son domicile vendredi soir, après que sa mère a signalé une agression au couteau par son compagnon.

La mère de Célya, actuellement hospitalisée, a déclaré que son compagnon était resté avec la petite fille après l’agression. Les gendarmes, arrivés sur place, ont trouvé la maison vide. Plus de cent gendarmes, une équipe cynophile et un hélicoptère ont été mobilisés pour les recherches.

Un riverain, informé par l’alerte-enlèvement, a permis de localiser le véhicule du suspect. Les recherches ont conduit à la découverte du corps de l’enfant à proximité du véhicule. Le couple n’était pas signalé pour des violences intrafamiliales, bien que l’homme soit connu pour des troubles du comportement.

Le dispositif « alerte-enlèvement », adopté en 2006, mobilise la population lors des enlèvements d’enfants mineurs. Il n’est activé que si plusieurs critères sont réunis, notamment la preuve d’un enlèvement avéré et la mise en danger de l’enfant. Cette alerte avait déjà été utilisée en janvier pour retrouver une petite fille enlevée à l’hôpital de Meaux.

L’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances exactes de ce drame qui a profondément marqué la communauté locale et au-delà.

Lire Plus

France

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

Article

le

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures, demandant la constitution d’un gouvernement « autour du programme du Nouveau Front populaire ».

Ce mercredi, dans un communiqué, la CGT cheminot a appelé à des rassemblements le 18 juillet « devant les préfectures et à Paris à proximité de l’Assemblée nationale pour exiger la mise en place d’un gouvernement issu du Nouveau Front Populaire ». « La CGT et ses organisations appellent solennellement Emmanuel Macron à respecter le résultat des urnes », exhorte l’organisation dans ce document. « L’espoir suscité par le vote est immense, nos exigences sociales le sont tout autant », prévient par ailleurs le syndicat.

Des propos repris et martelés par Sophie Binet, secrétaire générale du syndicat, sur le plateau de LCI ce jeudi 11 juillet. « On a l’impression d’avoir Louis XVI qui s’enferme à Versailles », a-t-elle lancé, appelant Emmanuel Macron à « préserver le pays au lieu de jeter des bidons d’essence sur les incendies qu’il a allumés ». Objectif : « faire pression » sur l’exécutif. « Il faut, toutes et tous, rejoindre ces rassemblements, pour mettre l’Assemblée nationale sous surveillance et appeler au respect du vote populaire », a plaidé la syndicaliste. Et d’ajouter que dans le cas contraire, « il risque encore une fois de plonger le pays dans le chaos ».

Sophie Binet s’est quelque peu écartée de la ligne de Jean-Luc Mélenchon qui affirmait la volonté du NFP le soir du second tour des élections législatives d’appliquer « rien que son programme, mais tout son programme. » La secrétaire générale a ouvert la porte à des compromis, insistant sur la nécessité de « laisser le parlement trouver des majorités de projets. »

Le 18 juin, une semaine après l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, Sophie Binet avait, au nom de son syndicat, appelé à faire barrage au Rassemblement national et à voter pour le Nouveau Front Populaire. « On est dans un contexte inédit, notre République et notre démocratie sont en danger, dans ce type de moments, la CGT prend toujours ses responsabilités », avait alors déclaré la secrétaire générale.

Lire Plus

Économie

Économie : l’activité des start-up a bondi de 19% en 2023

Article

le

Économie : l'activité des start-up a bondi de 19% en 2023

L’activité des start-up a connu une hausse de 19% en 2023, sur fond de chute des levées de fonds qui a obligé ces entreprises à adapter leur gestion, selon le rapport annuel de la Banque de France publié jeudi. Le chiffre d’affaires des start-up françaises a atteint 24,6 milliards d’euros l’an passé, affichant un taux de variation plus de trois fois supérieur à celui des TPE et PME du pays, a indiqué l’institution.

La Banque de France classe comme start-up les entreprises avec plus de 750.000 euros de chiffre d’affaires et ayant levé plus de 3 millions, ce qui exclut les plus petites. La croissance globale de l’activité cache toutefois d’importantes disparités. Les entreprises qui officient dans les secteurs de l’énergie, de l’environnement et de la mobilité enregistrent les plus fortes hausses de chiffre d’affaires, a précisé Maurice Oms, en charge des start-up à la Banque de France.

Les jeunes pousses dédiées à la transition écologique, appelées aussi « greentech », sont également les plus soutenues, soit par des programmes de soutien, soit par les investisseurs. Elles concentrent ainsi le plus de levées de fonds en nombre et en montant, selon le rapport, qui rappelle que les levées de fonds ont globalement été en baisse de 38% en 2023, d’après le bilan du cabinet EY dévoilé en janvier dernier.

Les entrepreneurs semblent avoir adapté leur gestion à cette situation en se rapprochant de leur seuil de rentabilité pour préserver leur trésorerie sans sacrifier la croissance de l’activité et des emplois, a relevé l’institution. Selon le rapport, 64% des start-up étudiées avaient néanmoins un résultat d’exploitation négatif en 2023. Le niveau de perte globale des start-up de notre échantillon (2.295 sociétés) s’est stabilisé, c’est-à-dire qu’il n’y a pas plus de pertes que l’année d’avant, a fait valoir M. Oms.

Au rythme de consommation de trésorerie observé en 2023, les start-up en perte auraient moins d’un an de réserve devant elles, hors nouvelle levée de fonds, a toutefois mis en garde la Banque de France.

Lire Plus

Les + Lus