Nous rejoindre sur les réseaux

Décès

Décès : Jean-Pierre Pernaut, ex-présentateur star du 13H de TF1, est décédé

Article

le

jean-pierre-pernaut,-ex-presentateur-star-du-13h-de-tf1,-est-decede

Avec lui, le terroir primait sur les crises à l’autre bout du monde: pendant plus de 30 ans, Jean-Pierre Pernaut, star du JT, décédé mercredi à l’âge de 71 ans, a fait du 13h de TF1 la vitrine de la province.

Comme le JPP du football, celui de la télé fut immensément populaire. Cinq millions de téléspectateurs étaient ponctuels pour sa grand-messe de la mi-journée.

Sourcils broussailleux, lunettes et voix grave, Jean-Pierre Pernaut c’était avant tout une recette faite de « proximité », selon ses mots.

Rencontré il y a quelques années, il se targuait d’avoir été le premier présentateur télé à créer un réseau de correspondants en région. Pour « avoir un journal moins parisien », « moins institutionnel » et « aller voir les gens chez eux ».

Arrivé à la tête du JT en 1988, après 13 ans à TF1, il impose son style, avec ses sujets et ses magazines, ceux de la France des traditions, des artisans, des cafés et du patrimoine. Quarante minutes de journal, du lundi au vendredi, sans prompteur. Il ne quittera le JT de 13h qu’en 2020, devant plus de huit millions de spectateurs pour sa dernière.

« La télé n’a jamais été un objectif pour moi », assurait-il, heureux « d’être au charbon tous les jours ».

« 20 ans d’avance »

Dans son bureau au deuxième étage de la chaîne, décoré d’une photo de Johnny, d’une figurine de Titeuf et d’une carte de France, le Picard se félicitait d’avoir eu dès le départ « vingt ans d’avance sur les autres ».

« Il y a 20 ans, j’étais le seul à parler des tempêtes. Pour les autres, c’était vulgaire. Aujourd’hui, quand il tombe deux centimètres de neige quelque part, c’est quatre sujets au 20H00 de France 2 ».

Chaque matin, plutôt que de scruter les chaînes d’info en continu, il dévorait les unes de la presse régionale pour « voir quel est l’air du temps ».

Les critiques ne l’épargnaient pas. Le sémiologue François Jost lisait dans ce journal un « certain populisme » : « On voit Pernaut comme quelqu’un de tourné vers la tradition, la province. Mais il promeut toujours, dans son discours, les intérêts du contribuable, du petit contre le grand, du provincial contre Paris ».

Mais son succès était son armure, même si les audiences se tassèrent vers la fin.

Quand il succède à Yves Mourousi, alors patron du 13H00, en 1988, TF1 ne réunit que 2,5 millions de téléspectateurs, derrière Antenne 2. Il en rassembla donc le double chaque jour, avec une part d’audience dépassant régulièrement les 40% et un écart considérable sur la concurrence.

Ce qui explique que la France retint son souffle en apprenant ses soucis de santé, comme les cancers, de la prostate et du poumon, qu’il rendit publics.

Humeurs

Ses collaborateurs décrivaient un présentateur inépuisable et charismatique, entré à TF1 le 6 janvier 1975, jour de la création de la chaîne issue de l’éclatement de l’ORTF.

« Il ne s’arrête jamais. Il vit ses JT comme au premier jour, avec une soif, un engagement qui use parfois les gens autour », décrivait Catherine Nayl, qui fut directrice de l’information de TF1, pour expliquer sa longévité.

Après avoir annoncé son départ surprise du JT, pas question de retraite pour lui, avec sa plateforme en ligne « JPP TV » et une émission hebdomadaire sur LCI (groupe TF1).

L’homme passait par « des éclats de rires et des grands éclats », ajoutait Catherine Nayl qui le côtoya pendant trente ans, allusion à ses mouvements d’humeur. Un correspondant en province confirme: si « JPP » est « proche de ses équipes », c’est aussi un « gros bosseur, très exigeant (…), colérique mais jamais méchant ».

A l’école de journalisme de Lille, au début des années 1970, l’élève Pernaut ne sortait pas du lot, mais « il était déjà hyperactif, hyper-passionné, très impliqué dans le boulot. On passait des soirées à faire des journaux, des reportages », se rappelle son camarade de promo, Jean Colin.

Sans surprise, quand Jean-Pierre Pernaut revient à ses « premières amours », la presse écrite en 2021, son magazine s’appelle « Au coeur des régions ».

Côté vie personnelle, le natif d’Amiens, fan de sport auto, a épousé en 2007 l’ex-Miss France et animatrice télé Nathalie Marquay, et était père de quatre enfants, dont deux nés d’une précédente union.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Décès

Mort de Benoît XVI : La dépouille du pape décédé exposée aux fidèles jusqu’aux funérailles

Article

le

Les portes de l’immense basilique du Vatican seront ouvertes lundi au public à partir de 9 heures jusqu’à 19 heures, puis de 6 heures à 18 heures mardi et mercredi

Un dernier hommage. Le corps de Benoît XVI, décédé samedi à l’âge de 95 ans, est exposé à la basilique Saint-Pierre de Rome. Là-bas, les fidèles pourront rendre un dernier hommage au feu pape émérite, avant ses funérailles prévues jeudi. Les portes de l’immense basilique du Vatican seront ouvertes au public à partir de 9 heures (heure locale) jusqu’à 19 heures, puis de 6 heures à 18 heures mardi et mercredi.

Nul besoin de réservation de billets, l’entrée est libre, a précisé le Vatican qui a mis en place un important dispositif de sécurité pour l’occasion. La dépouille de Joseph Ratzinger était restée jusqu’ici dans la petite chapelle privée du monastère où il vivait depuis sa renonciation en 2013, situé au cœur des jardins du Vatican.

Les premières images du pape diffusées

Le Vatican a diffusé dimanche les premières photos du corps du pape émérite, allongé sur un catafalque, vêtu de rouge – la couleur du deuil papal – et coiffé d’une mitre blanche ornée d’une ganse dorée, un chapelet dans les mains. Un crucifix, un sapin de Noël et une crèche sont visibles dans l’arrière-plan.

Le transfert de son corps à la basilique Saint-Pierre, la plus grande église catholique du monde pouvant accueillir des dizaines de milliers de fidèles, aura lieu lundi à l’aube.

La basilique, chef-d’œuvre d’architecture mêlant les styles Renaissance et Baroque achevé en 1626, est aussi l’un des lieux les plus saints du christianisme, puisqu’elle abrite la sépulture de saint Pierre, premier évêque de Rome dont les papes sont les successeurs. Dimanche, le pape François a de nouveau rendu hommage au « bien-aimé » Benoît XVI, « ce fidèle serviteur de l’Évangile et de l’Église ».

Brillant théologien et fervent gardien du dogme, Benoît XVI, qui avait renoncé en 2013 à sa charge à cause de ses forces déclinantes, s’est éteint paisiblement samedi matin. Dernier pape à avoir participé au Concile Vatican II, il a toutefois défendu une ligne conservatrice à la tête de l’Eglise, notamment sur l’avortement, l’homosexualité et l’euthanasie.

Lire Plus

Décès

Pelé est mort : le football a perdu son Roi

Article

le

Pelé est mort : le football a perdu son Roi

Le Brésilien Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, est décédé ce 29 décembre 2022 à São Paulo à l’âge de 82 ans. Icône absolue du football mondial, considéré par beaucoup comme le plus grand joueur de l’histoire, le “Roi” laisse derrière lui le souvenir d’une incroyable carrière, marquée par plusieurs records qui tiennent toujours.

Ses prouesses sur le terrain ont émerveillé plusieurs générations de passionnés de ballon rond et inspiré un nombre incalculable de vocations. Le “Roi Pelé” s’est éteint ce 29 décembre 2022 à São Paulo, à l’âge de 82 ans. Ces derniers mois, le Brésilien avait multiplié les séjours à l’hôpital, notamment pour une tumeur au côlon ou une infection urinaire. En deuil, le monde du football perd l’un de ses plus illustres représentants, qui a activement contribué à en faire le sport le plus populaire au monde.

Initié au foot par son père (le surnom Pelé provient d’ailleurs de Bilé, gardien de Vasco Da Gama, où évoluait le paternel), le Brésilien Edson Arantes do Nascimento montre rapidement un talent prodigieux balle au pied, qui l’amène à signer un premier contrat pro en 1956 avec le club de Santos, à l’âge de 15 ans ! Devenu titulaire l’année suivante à la faveur d’une blessure, le natif de Três Corações ébahit les observateurs en plantant but sur but et en affichant une incroyable facilité technique.

Le messie de la Seleçao

Ses performances conduisent rapidement le prodige à intégrer l’équipe nationale brésilienne, avec laquelle il marque lors de ses deux premières sélections. Retenu pour disputer la Coupe du monde 1958 en Suède, il illumine la compétition de sa classe. Après une blessure qui le prive des deux premiers matchs, Pelé est lancé dans le match couperet contre l’URSS.

Il ne marque pas, mais le Brésil séduit et s’impose (2-0). En état de grâce, Pelé va ensuite inscrire six buts en trois matches (1 contre le pays de Galles en quart de finale, 3 contre la France en demie et 2 contre la Suède en finale) et propulser la Seleçao vers son premier titre de championne du monde, effaçant ainsi pour toute une nation le traumatisme de 1950 (défaite à domicile en finale contre l’Uruguay).

À 17 ans, Pelé devient le plus jeune buteur en phase finale de Coupe du monde et le plus jeune champion du monde, deux records qui tiennent toujours aujourd’hui. Ce n’est cependant que le début d’une carrière exceptionnelle, qui le verra notamment remporter deux autres Mondiaux, en 1962 au Chili (en ayant toutefois manqué sur blessure les trois derniers matchs) et en 1970 au Mexique, où il signe son chef d’œuvre absolu en tant qu’astre majeur de l’une des plus belles équipes de l’histoire du football.

La première icône mondiale du football

En club également, le “Roi Pelé” a amassé une quantité impressionnante de trophées, dont 2 Copa Libertadores, 2 Coupe Intercontinentale et 6 Championnats du Brésil, tous avec Santos, où il restera 18 saisons. A une époque où les transferts étaient loin d’être aussi fréquents qu’aujourd’hui, Pelé n’aura en fait connu que deux clubs (le Santos FC et le New York Cosmos), aucun en Europe. Qu’importe, tant le Brésilien a su, par son talent et sa simplicité, séduire la planète entière, s’imposant comme l’une des, sinon la première star mondiale du ballon rond.

Devenu une icône bien avant de prendre sa retraite en 1977, celui qui a été élu “athlète du siècle” en 1999 par le CIO a évidemment gardé ce statut tout au long de sa vie, avec notamment un passage par la case Hollywood (“A nous la victoire” de John Houston, en 1981). Comme pour toutes les légendes, le mythe se confond parfois avec la réalité. Ainsi, si Pelé affirmait avoir inscrit un total de 1284 buts en carrière (en 1375 matchs), les statistiques officielles font état de “seulement” 767 buts (en 831 matchs). Une marque qui pourrait être dépassée dans l’avenir par Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. On souhaite en revanche bien du courage aux deux superstars du football actuel pour battre le record le plus emblématique du Roi, ses insurpassables trois succès en Coupe du monde.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète / Décès : la conseillère municipale Madeleine Estryn est décédée

Article

le

©EnsemblePourSète

Madeleine Estryn, conseillère municipale à Sète est décédée à l’âge de 75 ans.

C’est avec émotion que les militants d’Ensemble pour Sète– ont appris le décès à l’âge de 75 ans, de Madeleine Estryn, conseillère municipale investie au sein du groupe d’opposition.

Médecin du travail et de santé publique des hôpitaux, Madeleine Estryn a défendu les droits et le bien-être des soignants, paramédicaux et médecins, qui s’occupent de la santé de tous.

Véronique Calueba décrit une femme qui « défendait avec opiniâtreté des valeurs sociales et écologiques tant au niveau associatif que politique. » 

« Médecin de formation, spécialiste reconnue de la médecine du travail, autrice de plusieurs ouvrages de référence sur ce sujet, elle essayait avec obstination d’infléchir les choix politiques tant au sein du conseil d’administration du CCAS qu’au sein du conseil municipal », ajoute la vice présidente du département de l’Hérault.


« Engagée à nos cotés dès la mise en place de la liste du premier tour « Alternatives sétoises » et puis  « Ensemble pour Sète » elle était la représentante de la France Insoumise dans notre groupe d’opposition au conseil municipal qu’elle a quitté en juin dernier pour combattre la maladie. Toutes nos pensées vont aujourd’hui à son compagnon et ses enfants », conclut Véronique Calueba dans sa déclaration.

En juin dernier, pour faire face à la maladie, Madeleine Estryn avait été contrainte de démissionner et laisser place à Arnaud Jean.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus