Nous rejoindre sur les réseaux

France

Un responsable d’un centre de réfugiés de Pau tué par un Soudanais sur le point d’être expulsé

Article

le

un-responsable-d’un-centre-de-refugies-de-pau-tue-par-un-soudanais-sur-le-point-d’etre-expulse

-Le responsable d’un centre d’accueil de réfugiés et demandeurs d’asile de Pau, un père de famille de 46 ans, a été tué vendredi à coups de couteau par un Soudanais que la France s’apprêtait à expulser.

La victime, depuis 12 ans chef de service au Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) Isard COS, est morte des suite de ses blessures peu après les faits, et son agresseur, un Soudanais de 38 ans, a été interpellé sans incident, a-t-on précisé de même source.

L’agresseur présumé est connu de la police pour des faits de violence, et avait effectué un passage en prison. Mais il était inconnu des services de renseignement et l’attaque n’est pas considérée comme terroriste, selon une source proche du dossier. L’homme est un demandeur d’asile qui ne vivait pas au centre, mais y avait été pris en charge par le passé.

Vers 11H00, il s’est présenté dans les locaux administratifs du Cada pour y rencontrer le chef du pôle asile. Alors qu’il était dans son bureau, « des employés ont été alertés par des cris et ont immédiatement appelé les services de police », a précisé le parquet de Pau.

Policiers et secours ont découvert la victime au sol, porteur de plusieurs plaies, principalement au thorax. L’agresseur présumé était alors gardé dans un bureau annexe par des employés du centre, a détaillé la procureure de la République de Pau Cécile Gensac dans un communiqué.

L’homme a été placé en garde à vue pour assassinat, et une enquête confiée à la sûreté départementale de la police de Pau, pour déterminer l’exact déroulement des faits et leurs motivations, a ajouté la procureure.

Une cellule de soutien psychologique a été déclenchée pour le personnel du centre d’accueil.

« Il devait quitter le territoire »

Choquée, une employée de 47 ans, en « état de détresse pyschologique », a été transportée à l’hôpital de Pau, selon les pompiers.

Né en 1983, l’agresseur présumé « avait été suivi par le centre d’accueil pour demandeurs d’asile il y a quelques années. Son casier judiciaire fait apparaître deux condamnations exécutées pour faits de violences commis en 2017 », selon le parquet.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, venu à Pau porter « la solidarité » du gouvernement, a expliqué que l’homme était arrivé en France en 2015, et s’était vu alors refuser son statut de réfugié par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

Cependant, a ajouté le ministre, il avait été autorisé par la justice administrative à rester en France, une autorisation qui avait pris fin avec sa condamnation à de la prison « pour rixe à l’arme blanche ».

L’agresseur présumé n’avait cependant pas répondu à deux convocations, dont une fois fin 2020, pour se faire signifier son expulsion et « c’est parce qu’il devait quitter le territoire national (…) sans doute qu’il est venu ici », a déclaré M. Darmanin devant le centre d’accueil.

Gérald Darmanin « doit maintenant sans délai décréter un moratoire sur l’immigration », a tweeté le N.2 du Rassemblement national, Jordan Bardella, assurant que « l’hospitalité accordée à la Terre entière nuit gravement à la sécurité des Français ».

« Un étranger connu par la police pour des faits de violence et ayant fait de la prison en France devrait être renvoyé immédiatement dans son pays. La droite a fait l’erreur de supprimer la double peine, il nous faudra la rétablir », a affirmé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau.

« Qu’on ne mélange pas tout ! », a répliqué M. Darmanin, dénonçant « quelques réactions qui ne font pas honneur à ceux qui les ont faites ».  « Il est tout à fait normal que la République soit fidèle à la vocation de la France d’accueillir des réfugiés ».

A ses côtés, le maire Modem de Pau François Bayrou a exprimé le « double choc » de l’association « qui prend en charge plus de 250 personnes en recherche d’asile, de refuge, dans des moments particulièrement difficiles de leur vie ». Un choc « parce qu’ils ont perdu leur collègue, leur ami, leur proche », et que celui-ci a perdu la vie « par l’un d’entre ceux » qu’ils ont vocation « à prendre en charge et aider ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

Article

le

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures, demandant la constitution d’un gouvernement « autour du programme du Nouveau Front populaire ».

Ce mercredi, dans un communiqué, la CGT cheminot a appelé à des rassemblements le 18 juillet « devant les préfectures et à Paris à proximité de l’Assemblée nationale pour exiger la mise en place d’un gouvernement issu du Nouveau Front Populaire ». « La CGT et ses organisations appellent solennellement Emmanuel Macron à respecter le résultat des urnes », exhorte l’organisation dans ce document. « L’espoir suscité par le vote est immense, nos exigences sociales le sont tout autant », prévient par ailleurs le syndicat.

Des propos repris et martelés par Sophie Binet, secrétaire générale du syndicat, sur le plateau de LCI ce jeudi 11 juillet. « On a l’impression d’avoir Louis XVI qui s’enferme à Versailles », a-t-elle lancé, appelant Emmanuel Macron à « préserver le pays au lieu de jeter des bidons d’essence sur les incendies qu’il a allumés ». Objectif : « faire pression » sur l’exécutif. « Il faut, toutes et tous, rejoindre ces rassemblements, pour mettre l’Assemblée nationale sous surveillance et appeler au respect du vote populaire », a plaidé la syndicaliste. Et d’ajouter que dans le cas contraire, « il risque encore une fois de plonger le pays dans le chaos ».

Sophie Binet s’est quelque peu écartée de la ligne de Jean-Luc Mélenchon qui affirmait la volonté du NFP le soir du second tour des élections législatives d’appliquer « rien que son programme, mais tout son programme. » La secrétaire générale a ouvert la porte à des compromis, insistant sur la nécessité de « laisser le parlement trouver des majorités de projets. »

Le 18 juin, une semaine après l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, Sophie Binet avait, au nom de son syndicat, appelé à faire barrage au Rassemblement national et à voter pour le Nouveau Front Populaire. « On est dans un contexte inédit, notre République et notre démocratie sont en danger, dans ce type de moments, la CGT prend toujours ses responsabilités », avait alors déclaré la secrétaire générale.

Lire Plus

Économie

Économie : l’activité des start-up a bondi de 19% en 2023

Article

le

Économie : l'activité des start-up a bondi de 19% en 2023

L’activité des start-up a connu une hausse de 19% en 2023, sur fond de chute des levées de fonds qui a obligé ces entreprises à adapter leur gestion, selon le rapport annuel de la Banque de France publié jeudi. Le chiffre d’affaires des start-up françaises a atteint 24,6 milliards d’euros l’an passé, affichant un taux de variation plus de trois fois supérieur à celui des TPE et PME du pays, a indiqué l’institution.

La Banque de France classe comme start-up les entreprises avec plus de 750.000 euros de chiffre d’affaires et ayant levé plus de 3 millions, ce qui exclut les plus petites. La croissance globale de l’activité cache toutefois d’importantes disparités. Les entreprises qui officient dans les secteurs de l’énergie, de l’environnement et de la mobilité enregistrent les plus fortes hausses de chiffre d’affaires, a précisé Maurice Oms, en charge des start-up à la Banque de France.

Les jeunes pousses dédiées à la transition écologique, appelées aussi « greentech », sont également les plus soutenues, soit par des programmes de soutien, soit par les investisseurs. Elles concentrent ainsi le plus de levées de fonds en nombre et en montant, selon le rapport, qui rappelle que les levées de fonds ont globalement été en baisse de 38% en 2023, d’après le bilan du cabinet EY dévoilé en janvier dernier.

Les entrepreneurs semblent avoir adapté leur gestion à cette situation en se rapprochant de leur seuil de rentabilité pour préserver leur trésorerie sans sacrifier la croissance de l’activité et des emplois, a relevé l’institution. Selon le rapport, 64% des start-up étudiées avaient néanmoins un résultat d’exploitation négatif en 2023. Le niveau de perte globale des start-up de notre échantillon (2.295 sociétés) s’est stabilisé, c’est-à-dire qu’il n’y a pas plus de pertes que l’année d’avant, a fait valoir M. Oms.

Au rythme de consommation de trésorerie observé en 2023, les start-up en perte auraient moins d’un an de réserve devant elles, hors nouvelle levée de fonds, a toutefois mis en garde la Banque de France.

Lire Plus

France

Politique : Emmanuel Macron prône le compromis face aux résultats des législatives

Article

le

Politique : Emmanuel Macron prône le compromis face aux résultats des législatives

Trois jours après les élections législatives, Emmanuel Macron a brisé son silence, appelant à un compromis entre les forces républicaines pour gouverner la France. Dans une lettre aux Français, le président exclut toute cohabitation avec les oppositions extrêmes, cherchant à maintenir une position centrale malgré la perte de sièges de son camp à l’Assemblée nationale.

Malgré la victoire du Nouveau Front Populaire, Macron souligne que les électeurs ont refusé leur accès au gouvernement. Le président constate qu’aucune force politique n’a obtenu une majorité suffisante, rendant nécessaires des alliances entre les forces républicaines pour gouverner. En excluant le Rassemblement national et La France insoumise, il appelle à la formation d’une majorité plurielle fondée sur des valeurs républicaines et européennes.

Cet appel stratégique repousse la nomination d’un nouveau premier ministre, alors que le président a refusé lundi la démission de Gabriel Attal. Macron préfère donner du temps aux forces politiques pour construire des compromis, fermant ainsi la porte à toute tentative de cohabitation avec des oppositions. Les offensives de la droite, appelant à la nomination d’un premier ministre issu de leurs rangs, sont également rejetées par l’Élysée, qui met en avant la fragmentation de la nouvelle Assemblée nationale.

Dans le gouvernement et parmi les députés réélus, l’idée d’une grande coalition centrale est déjà en discussion. Aucun acteur n’est officiellement mandaté, mais de nombreuses conversations informelles sont en cours. Un ministre confie que cette coalition pourrait inclure divers partis, à condition de ne pas prétendre à de grandes réformes, mais de se concentrer sur la gestion du pays et quelques points importants.

L’entourage présidentiel insiste sur la nouvelle posture de Macron, garant des institutions, laissant la responsabilité des négociations aux chefs de parti. Le scénario d’un conclave républicain est cependant jugé peu réaliste, les tentatives précédentes ayant échoué. Pour l’instant, Macron se concentre sur le sommet de l’Otan à Washington, où il a finalisé sa lettre aux Français, sans prévoir d’intervention médiatique avant son retour à Paris.

Les oppositions, quant à elles, expriment leur impatience face à l’inaction perçue du président. Des leaders comme Jordan Bardella et Jean-Luc Mélenchon critiquent vivement Macron, l’accusant de ne pas respecter le suffrage universel. Malgré ces critiques, Macron semble déterminé à utiliser le temps à son avantage, avant de concrétiser les résultats des élections législatives avec la nomination d’un nouvel exécutif.

Lire Plus

Les + Lus