Nous rejoindre sur les réseaux

Économie

« Pas de bonne surprise » pour les soldes, moins réussis qu’en 2021

Article

le

« pas-de-bonne-surprise »-pour-les-soldes,-moins-reussis-qu’en-2021

Inquiétudes sur le pouvoir d’achat et désintérêt structurel ont pénalisé les soldes d’été en 2021, indiquent les professionnels dans un premier bilan lundi, certains réclamant une réforme tandis que d’autres restent attachés à ce moment de consommation.

« Comme il y a des réductions toute l’année, on attend moins les soldes » : à l’image de Mélanie, 32 ans, social media manager dans une banque, qui a quand même poussé les portes de quelques boutiques avant de partir en vacances, les clients semblent s’être lassés des soldes.

La période reste bien sûr un temps fort de la consommation en France : « Les périodes de soldes génèrent des ventes supérieures aux périodes de non soldes », explique Sophie Brenot, présidente de la Fédération des détaillants Maroquinerie. Mais elle perd d’année en année de l’intérêt aux yeux des acheteurs.

Francilienne, Mélanie « déteste faire les boutiques » et n’y va que « quand elle a un objectif précis, besoin d’une robe par exemple ». Même si après avoir écumé Promod, H&M ou Pull&Bear, elle avait « tout acheté sauf une robe ». Seule condition, explique-t-elle : que les vêtements « soient vraiment bien soldés ».

« Très mauvais démarrage »

La recherche des bonnes affaires est d’autant plus importante cette année que le sujet du pouvoir d’achat s’est imposé comme la préoccupation première des Français, dans un contexte d’inflation inédit depuis plus de 30 ans.

« On pouvait se demander s’il y allait avoir un effet d’aubaine avec une quête de prix bas, mais ça ne s’est pas produit », note toutefois le directeur de l’observatoire économique de l’Institut Français de la Mode (IFM), Gildas Minvielle.

« Il n’y a pas eu de bonne surprise », poursuit-il, « quand on a un marché qui n’est pas dynamique, les soldes ne font pas exception ». L’IFM a interrogé les professionnels sur les quinze premiers jours de la période de soldes, qui donnent généralement le « la », et le bilan est une baisse moyenne des ventes de 4,5% par rapport à l’année précédente.

L’Alliance du commerce, qui rassemble des professionnels des grands magasins, de l’habillement et de la chaussure et qui avait alerté début juillet sur le « très mauvais démarrage » des soldes, a de son côté noté, via le panel d’une quarantaine d’enseignes représentatives du marché de l’habillement qu’il réalise avec Retail Int, une « légère amélioration » des ventes lors de la troisième semaine de soldes.

Comparant de son côté à la période pré-Covid, en 2019, son directeur général Yohann Petiot évoque des ventes en recul de 13%. « La situation s’est un peu améliorée mais reste largement décevante », précise-t-il, avec une fréquentation en nette baisse dans les magasins.

Touristes de retour

La reprise du trafic aérien et du tourisme a toutefois fait quelques heureux : les grands magasins, « qui ont retrouvé une meilleure dynamique avec la reprise des voyages », note Gildas Minvielle.

Et le secteur de la bagagerie, « qui en compensation des années Covid a vraiment explosé », note Sophie Brenot. « On vend même des bagages qui ne sont pas en soldes car les gens veulent s’équiper ».

Les ventes dans les stations balnéaires et zones littorales restent également très dynamiques, selon les acteurs interrogés.

Si les mauvaises performances de la période trouvent en partie leur explication dans « les difficultés de pouvoir d’achat » pour une partie des Français, avec un secteur « très fragile et très touché par les changements d’environnement économique » selon Gildas Minvielle, certains estiment que les soldes sont aujourd’hui largement obsolètes.

En juin, le trésorier de la Fédération nationale de l’habillement (FNH) Stéphane Rodier appelait à une « réflexion globale » pour faire émerger des « solutions viables qui ne nous fassent pas consommer pour consommer », jugeant le modèle des soldes « pas du tout écologique ».

Un point de vue que tous ne partagent pas. Les soldes « ne sont plus ce qu’ils étaient mais ont le mérite d’exister et sont réglementés, je crains que si on ne les retire, ça pourrait un peu encourager le n’importe quoi… », estime ainsi Sophie Brenot, de la Fédération des détaillants Maroquinerie.

Économie

Electricité : le gouvernement renonce à appliquer une augmentation des tarifs prévue pour le 1ᵉʳ août

Article

le

Electricité : le gouvernement renonce à appliquer une augmentation des tarifs prévue pour le 1ᵉʳ août

Le gouvernement a décidé de ne pas appliquer l’augmentation des prix de l’électricité initialement prévue pour le 1er août 2024. Cette décision évite une hausse de la facture pour environ 22 millions de ménages et entreprises au tarif réglementé.

Le gouvernement a annoncé qu’il renonçait à l’augmentation des prix de l’électricité, prévue pour le 1er août 2024. Cette augmentation, d’environ 1%, était liée à la revalorisation du tarif d’acheminement du courant. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué que les évolutions tarifaires prévues ne s’appliqueront pas à cette date.

Le ministre chargé de l’Énergie a décidé de ne pas publier les délibérations qui faisaient évoluer le tarif d’utilisation des réseaux publics de distribution d’électricité (TURPE) au Journal officiel. Le gouvernement dispose désormais de deux mois pour demander de nouvelles délibérations sur l’évolution du TURPE, selon la CRE.

Si cette évolution tarifaire avait été appliquée, la facture d’électricité des consommateurs au tarif réglementé aurait augmenté d’environ 1%. Bien que modeste comparée à l’augmentation de 11,7% du prix du gaz en juillet, cette hausse aurait eu lieu dans un contexte politique délicat, marqué par les prix élevés de l’énergie suite à la reprise post-covid et à la guerre en Ukraine.

Pour les abonnés résidentiels ou entreprises sous contrat de marché, l’impact de cette décision dépend des conditions contractuelles, bien que les fournisseurs puissent choisir de répercuter ou non l’évolution tarifaire.

Le TURPE, représentant environ un tiers de la facture d’électricité, rémunère les gestionnaires de réseau de transport et de distribution d’électricité pour l’utilisation de leur infrastructure. En annulant cette augmentation, le gouvernement évite une seconde hausse des tarifs, après celle de presque 10% en février dans le cadre de la sortie du bouclier tarifaire sur l’énergie.

Le ministre de l’Économie, Bruno le Maire, s’était engagé à ne pas augmenter davantage cette taxe pour le reste de l’année 2024, avec une prochaine hausse prévue pour le 1er février 2025, revenant à la situation d’avant le bouclier tarifaire. Le ministre a également annoncé une baisse attendue des factures d’électricité de 10 à 15% à cette échéance, en raison de la forte baisse des prix sur les marchés de gros.

Lire Plus

Économie

Économie : la Cour des comptes alerte sur l’état des finances publiques françaises

Article

le

Économie : la Cour des comptes alerte sur l’état des finances publiques françaises

La Cour des comptes a publié un rapport préoccupant sur la situation des finances publiques françaises après une année 2023 difficile. Le gouvernement doit faire face à des défis importants pour atteindre ses objectifs de réduction du déficit d’ici 2027.

La Cour des comptes a publié un rapport alarmant sur l’état des finances publiques françaises, mettant en lumière une « situation inquiétante » après une année 2023 qualifiée de « très mauvaise ». Le rapport, qui sera présenté lundi matin, souligne que les objectifs fixés par le gouvernement sortant pour assainir les finances publiques d’ici 2027 reposent sur des « objectifs peu réalistes ».

Les magistrats financiers attribuent la dégradation des comptes publics aux crises sanitaire et inflationniste, ainsi qu’à l’incertitude politique post-législatives. Le programme de stabilité (PSTAB) présenté par le gouvernement en avril à la Commission européenne prévoit un retour sous les 3% de PIB de déficit public d’ici 2027, malgré un dérapage à 5,5% en 2023.

Le rapport vise un déficit de 5,1% en 2024, diminuant progressivement à 2,9% en 2027, avec un endettement atteignant 112% du PIB en 2027, supérieur au 109,9% de 2023. La Cour des comptes critique cette trajectoire, jugée peu ambitieuse et reposant sur des hypothèses de croissance « trop optimistes ». Elle souligne également que des économies en dépenses « sans précédent » et des hausses importantes de prélèvements obligatoires non précisées seraient nécessaires.

Les prévisions gouvernementales n’intègrent pas pleinement les enjeux du réchauffement climatique et de la transition énergétique, qui auront un coût significatif sur les finances publiques. La Cour des comptes prévient que tout écart par rapport aux prévisions de croissance, de dépenses ou de recettes pourrait compromettre les objectifs de déficit et de dette pour 2027.

Pour 2024, des « risques importants » pèsent sur l’atteinte des objectifs, notamment en raison de dépenses imprévues liées à la crise des agriculteurs, à la situation en Nouvelle-Calédonie et à l’organisation des Jeux Olympiques. L’Insee prévoit une croissance de 1,1% du PIB en 2024, légèrement supérieure à la prévision gouvernementale.

Le gouvernement anticipe 25 milliards d’euros d’économies cette année, avec d’autres en 2025. La Cour des comptes souligne les incertitudes entourant le projet de taxe sur les rentes, censé rapporter 3 milliards d’euros. Le premier président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, appelle à un effort résolu de réduction du déficit public pour replacer la dette sur une trajectoire descendante, rappelant que la charge de la dette devrait atteindre 72,3 milliards d’euros en 2027.

Le ministère de l’Économie et des Finances conteste certaines conclusions du rapport, affirmant que la France a déboursé des sommes importantes pour protéger les ménages et les entreprises des crises récentes, permettant ainsi une reprise économique rapide après la crise du Covid. Le ministère souligne également que la notation française a été maintenue par la majorité des agences de notation, malgré l’annonce récente de la dissolution de l’Assemblée nationale.

Lire Plus

Économie

Économie : Baisse du taux du Livret d’épargne populaire à 4%

Article

le

Économie : Baisse du taux du Livret d'épargne populaire à 4%

À compter du 1er août, le taux du Livret d’épargne populaire (LEP) sera abaissé à 4%, suite à une décision conjointe du ministère de l’Économie et de la Banque de France. Cette mesure vise à maintenir l’attrait de ce produit d’épargne pour les Français.

Le taux du LEP, qui concernait jusqu’à présent 5% des épargnants français, va être abaissé à 4% dès le 1er août. Cette décision, approuvée par le ministère de l’Économie, fait suite à une proposition du gouverneur de la Banque de France. Celui-ci souhaitait un taux supérieur à 3,6%, en accord avec la formule légale basée sur l’inflation et les taux de court terme des marchés financiers. « Le ministre a décidé, en lien avec le gouverneur de la Banque de France, de fixer le taux du LEP à 4% », a confirmé Bercy.

La Banque de France considère cette réduction comme un « coup de pouce » par rapport à ce que le taux aurait été si la formule avait été strictement appliquée. Ce taux de 4% est destiné à conserver l’attrait du LEP pour les Français éligibles qui n’en sont pas encore détenteurs. En effet, malgré cette baisse, le taux reste supérieur à l’inflation, qui était de 2,1% en juin.

Le LEP, qui est plafonné à 10 000 euros, verra donc son rendement diminuer, mais il demeure une option d’épargne attrayante. La Banque de France insiste sur la nécessité de continuer à promouvoir ce livret.

En parallèle, le taux du livret A sera maintenu à 3% jusqu’en février 2025, bien que la formule de calcul aurait permis une légère augmentation à 3,1%. La Banque de France a justifié cette stabilité en expliquant que cela a déjà permis de relancer le financement du logement social, avec plus de 16 milliards de nouveaux prêts signés en 2023, et d’assurer une distribution de crédits aux PME à des conditions plus favorables que chez les principaux voisins européens.

Lire Plus

Les + Lus