Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Open d’Australie: Serena, Osaka et Djokovic affichent leurs ambitions

Article

le

open-d’australie:-serena,-osaka-et-djokovic-affichent-leurs-ambitions

Ils l’ont déjà gagné, mais ils en veulent encore et l’affichent: Serena Williams, Naomi Osaka et Novak Djokovic ont affiché une grande solidité lundi pour leur entrée en lice à l’Open d’Australie.

En revanche, le Français Gaël Monfils, 11e mondial, quitte le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, abattu et déboussolé après sa défaite d’entrée face au Finlandais Emil Ruusuvuori (86e) 3-6, 6-4, 7-5, 3-6, 6-3.

Retour gagnant en revanche pour la Canadienne Bianca Andreescu (9e), qui n’avait plus joué depuis 15 mois, face à la Roumaine Mihaela Buzarnescu (138e) 6-2, 4-6, 6-3.

« Je me sens sacrément bien! Je suis super, super heureuse… », s’est-elle exclamée dans sa première déclaration, elle qui, en raison d’une blessure à un genou, n’avait plus joué depuis les Masters 2019. Ce tournoi couronnait la saison de sa révélation, quelques semaines après sa victoire à l’US Open.

De nombreux joueurs et joueuses ont montré des signes de faiblesse après les 14 jours de quarantaine imposés à leur arrivée en Australie, mais pas Djokovic. Déjà très solide et très en confiance, il n’a par exemple pas concédé la moindre balle de break face au Français Jérémy Chardy (61e), qu’il a balayé 6-3, 6-3, 6-2.

« Je voulais bien commencer le tournoi ce soir (lundi, NDLR), sur mon court préféré », a-t-il lancé au public de la Rod Laver Arena.

Osaka, 3e mondiale, n’a pas traîné non plus pour se sortir d’un premier tour qui aurait pu être piégeux face à la Russe Anastasia Pavlyuchenkova, 39e mondiale. Un peu moins d’une heure dix sur le court et trois petits jeux concédés à son adversaire, battue 6-1, 6-2.

La lauréate du dernier US Open ne pouvait rêver meilleure entrée en matière, deux jours après son forfait en demi-finale du Gippsland Trophy, en raison d’une douleur à l’épaule.

« J’étais très nerveuse en débutant ce match. J’avais vraiment à cœur de bien jouer », a-t-elle reconnu.

« C’était vraiment difficile d’avoir à affronter quelqu’un d’aussi bon dès le premier tour. Mais d’une certaine manière, cela m’a aussi aidée à rester calme, car je savais que je ne pouvais pas me permettre d’être trop nerveuse », a souligné l’ancienne numéro un mondiale, ravie de retrouver un peu de public pour l’encourager.

Serena en mode express

Si quelqu’un doutait encore de la volonté de Serena Williams (11e mondiale à 39 ans) de remporter un 24e Majeur pour égaler le record de Margaret Court, son premier tour expéditif face à Laura Siegemund a de quoi lever les interrogations.

Vêtue d’une combinaison asymétrique et chamarrée, la cadette des sœurs Williams n’a mis que 56 minutes pour terrasser l’Allemande, 49e mondiale et quart-de-finaliste à Roland Garros cet automne, à laquelle elle n’aura laissé que deux petits jeux (6-1-6-1).

« Je suis heureuse de m’en être sortie. Je ne savais pas comment j’allais servir à cause de mon épaule, mais ça va, je me sens bien », a commenté Serena, qui avait elle aussi déclaré forfait samedi pour des douleurs à l’épaule avant sa demie au tournoi préparatoire de Yarra Valley.

Qualification aisée aussi pour la N.2 mondiale Simona Halep, qui n’a pas eu à forcer pour écarter l’Australienne Lizette Cabrera (140e et bénéficiaire d’une invitation) 6-2, 6-1.

Monfils perdu

Perdu. C’est ainsi qu’est apparu Gaël Monfils en conférence de presse après sa défaite face au Finlandais Emil Ruusuvuori (86e), après cinq sets et 3h46 d’efforts.

La Français de 34 ans, qui avait atteint les huitièmes de finale l’an dernier à Melbourne, enchaîne les défaites depuis plusieurs mois.

Et pour le moment, malgré sa récente association avec l’exigeant Autrichien Günter Bresnik, ex-entraîneur de Dominic Thiem, il ne trouve pas de solution.

« J’ai zéro confiance. Je n’ai pas de repères, c’est dur. (…) J’essaie d’être patient, je bosse mais je n’arrive pas à trouver mon jeu (…) Je ne me sens pas bien et ça se voit ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Paris 2024 : les ex-ministres et leurs conjoints conviés à la cérémonie d’ouverture malgré leur démission

Article

le

Paris 2024 : les ex-ministres et leurs conjoints conviés à la cérémonie d'ouverture malgré leur démission
©Paris2024

Les anciens ministres du gouvernement Attal, accompagnés de leurs conjoints, ont été conviés à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, prévue pour le vendredi 26 juillet. Malgré la démission récente du gouvernement, ces invitations visent à honorer leur contribution passée et à maintenir une présence institutionnelle lors de cet événement historique.

À seulement trois jours de la cérémonie d’ouverture, les invitations ont été officiellement envoyées aux anciens membres du gouvernement Attal, offrant à chacun deux places pour assister aux festivités depuis la tribune. Cette décision a été perçue comme nécessaire pour éviter une cérémonie sans représentation gouvernementale, un fait souligné avec une pointe d’humour par un secrétaire d’État également invité.

La plupart des anciens ministres ont accepté l’invitation et seront présents aux côtés du Président Emmanuel Macron, place du Trocadéro. Certains ont choisi de transmettre leurs places à leurs enfants, permettant ainsi à la jeune génération de participer à cette célébration sportive.

La cérémonie promet d’être un spectacle mémorable, avec des performances d’artistes ayant un lien fort avec Paris, bien que le programme détaillé reste en grande partie confidentiel. Le metteur en scène Thomas Joly a indiqué que même les artistes non francophones partagent une connexion spéciale avec la capitale française.

Conformément au protocole olympique, c’est le Président de la République qui aura l’honneur de déclarer officiellement l’ouverture des Jeux Olympiques, marquant ainsi le début de cette compétition internationale tant attendue.

Lire Plus

France

JO-2024: le périmètre de protection de la cérémonie d’ouverture déployé jeudi

Article

le

JO-2024: le périmètre de protection de la cérémonie d'ouverture déployé jeudi

À partir de jeudi et jusqu’au 26 juillet, Paris activera le périmètre de sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme (SILT) autour des quais de Seine en préparation de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques.

À partir de jeudi, un périmètre de sécurité sera instauré aux abords des quais de Seine à Paris, en vue de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques le 26 juillet. Cet événement historique, qui se déroulera sur la Seine, prévoit d’accueillir 326 000 spectateurs, dont 104 000 avec des places payantes sur les quais bas et 222 000 avec des places gratuites sur les quais hauts. Ce sera la première fois dans l’histoire des Jeux que la cérémonie d’ouverture se tiendra en dehors d’une enceinte sportive.

Accès au périmètre de protection

Seuls les athlètes, spectateurs munis d’un billet, et les personnes accréditées par le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques seront autorisés à entrer dans le périmètre. Ils devront se soumettre à des fouilles et des palpations et présenter un « pass jeux » avec QR Code, après une enquête administrative. La circulation des véhicules motorisés sera interdite dans cette zone, sauf pour ceux disposant d’une accréditation Paris 2024.

Le périmètre de protection couvrira presque tous les bords de Seine de Paris, du pont de Tolbiac au pont du Garigliano. Les passages d’une rive à l’autre, du pont d’Austerlitz à la passerelle Debilly, seront inclus dans le périmètre « SILT ». La zone s’étendra également de la place du Trocadéro au Champ de Mars, et inclura les îles Saint-Louis et de la Cité ainsi que le jardin des Tuileries.

À partir du 18 juillet et pendant toute la durée des Jeux, des périmètres « rouge et bleu » seront activés autour des sites de compétition. La circulation motorisée sera interdite dans le périmètre rouge, sauf pour les détenteurs d’un laissez-passer, tandis que le périmètre bleu déviera les véhicules en amont des zones concernées.

Les périmètres « SILT » seront en place du 18 au 26 juillet pour préparer la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, qui verra défiler 10 500 athlètes de 206 délégations sur un parcours de 6 kilomètres, du pont d’Austerlitz au pont d’Iéna. Le démontage du périmètre commencera dès le 27 juillet.

Pour suivre les impacts routiers des périmètres de sécurité, une carte est disponible sur le site anticiperlesjeux.gouv.fr. La plateforme « pass-jeux », qui délivre les laissez-passer numériques permettant d’accéder à certaines zones de Paris, est accessible sur pass-jeux.gouv.fr.

Cette mise en place de sécurité vise à garantir la protection des spectateurs, athlètes et riverains durant cet événement majeur, tout en facilitant l’organisation et la fluidité des déplacements dans la capitale.

Lire Plus

Sports

Rugby : Deux joueurs français inculpés pour viol aggravé en Argentine

Article

le

Rugby : Deux joueurs français inculpés pour viol aggravé en Argentine

Hugo Auradou et Oscar Jegou, deux joueurs de l’équipe de France de rugby, ont été inculpés pour viol aggravé en Argentine. Les deux jeunes hommes risquent jusqu’à vingt ans de prison et restent en détention en attendant une décision sur leur demande de placement en liberté surveillée.

Hugo Auradou, deuxième ligne de Pau, et Oscar Jegou, troisième ligne de La Rochelle, ont été accusés de viol aggravé en réunion par le parquet de Mendoza, suite à des événements survenus dans cette ville du nord-ouest argentin. Les faits reprochés se seraient déroulés après une victoire de l’équipe de France contre l’Argentine, au Diplomatic Hotel où logeaient les joueurs.

Selon le porte-parole du parquet, Martin Ahumada, une audience prévue dans dix jours déterminera si la demande de placement en liberté surveillée sera acceptée. Si tel est le cas, les joueurs devront résider à Mendoza et ne pourront pas retourner en France durant l’enquête. Leur avocat, German Hnatow, affirme que les joueurs sont sereins car convaincus de leur innocence, bien que préoccupés par la situation. Il soutient que leur version des faits, très différente de celle de la plaignante, est cohérente.

L’avocat de la plaignante, Mauricio Cardello, se dit satisfait de l’inculpation. La défense des joueurs, dirigée par Antoine Vey et Rafael Cuneo Libarona, met en avant la présomption d’innocence et se concentre sur la collecte de preuves tangibles pour démontrer l’absence de violence. Les joueurs admettent avoir eu des relations sexuelles avec la plaignante, mais insistent sur le consentement mutuel.

L’accusation, représentée par l’avocate de la plaignante, Me Romano, soutient que la victime a été contrainte et a tenté de s’échapper à plusieurs reprises. Elle affirme que la plaignante, une femme de 39 ans, a subi des violences physiques et sexuelles de la part des deux joueurs. Actuellement hospitalisée, la plaignante souffre d’une décompensation générale suite aux événements.

La ministre française des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a exprimé son soutien à la victime sur les réseaux sociaux, soulignant l’atrocité des faits s’ils sont avérés. Le sélectionneur de l’équipe de France, Fabien Galthié, a reconnu l’impact psychologique de cette affaire sur l’équipe, qualifiant la situation de cataclysme.

L’affaire continue de faire des vagues en Argentine et en France, avec des implications sérieuses pour les joueurs et l’équipe de rugby française, à la veille de leur dernier match de la tournée estivale à Buenos Aires.

Lire Plus

Les + Lus