Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Mondiaux de ski alpin: Shiffrin arrache le bronze, loin de la nouvelle pépite Liensberger

Article

le

mondiaux-de-ski-alpin:-shiffrin-arrache-le-bronze,-loin-de-la-nouvelle-pepite-liensberger

Dominée comme rarement, l’Américaine Mikaela Shiffrin a tout de même arraché avec le bronze du slalom une quatrième médaille en quatre courses aux Mondiaux de ski alpin de Cortina d’Ampezzo (Italie) samedi, sur une course écrasée par l’Autrichienne Katharina Liensberger.

Liensberger a devancé la Slovaque Petra Vlhova d’une seconde, et Shiffrin de 1 sec 98.

Depuis plus de six ans et Levi (Finlande) en novembre 2014, Mikaela Shiffrin n’avait pas pris une telle claque au niveau du chrono en slalom, sa discipline, dont elle était quadruple championne du monde en titre ; celle qui l’avait révélé et qu’elle avait d’abord dominée avant d’écraser le ski mondial entre 2017 et 2019.

Déjà loin derrière après la première manche sur la pente de l’inédite piste Druscie de Cortina (à 1 sec 30), elle a été légèrement meilleure en deuxième manche, juste de quoi doubler la Suissesse Wendy Holdener pour monter sur le podium.

Un podium qui compte: c’est son 11e aux Mondiaux en cinq participations, lui permettant de passer deuxième de ce classement honorifique derrière l’Allemande Christl Cranz (15), mais à égalité avec la Suédoise Anja Pärson et la Française Marielle Goitschel.

C’est également son quatrième à Cortina d’Ampezzo en quatre courses (bronze du super-G, or du combiné, argent du géant). Un exploit étant donné le mystère qui entourait son niveau général avant la compétition, au coeur d’une saison de reconstruction où elle a moins couru.

« J’ai été déçue par ma première manche. Je ne pense pas que j’aurais pu changer la couleur de ma médaille. Ca reste du bronze, une quatrième médaille dont je suis contente. C’est un sentiment doux-amer, je suis sur le podium mais j’aurais aimé mieux skier », a-t-elle expliqué.

« J’ai travaillé si dur »

Pour l’Américaine aux 68 victoires en Coupe du monde, Cortina pourrait marquer le retour sur la route des sommets et des records, à un an des Jeux olympiques de Pékin, alors qu’elle n’a que 25 ans.

Mais samedi, elle est tombée sur plus jeune qu’elle encore.

Katharina Liensberger (23 ans) n’avait jamais gagné de slalom au plus haut niveau. Elle a bien choisi son jour.

Malgré son palmarès vierge, sa victoire n’est pas une surprise : elle s’était montrée la plus régulière cette saison sur la discipline en montant sur tous les podiums, échouant souvent à quelques centièmes de la victoire.

Après le titre en parallèle mardi et une troisième place surprise sur le géant jeudi, elle a écrasé la course samedi en remportant avec autorité les deux manches.

« J’ai tout donné aujourd’hui. J’ai travaillé si dur pour cela. C’est incroyable, lorsque vous voulez vraiment quelque chose, l’univers fait en sorte de vous renvoyer quelque chose », a-t-elle réagi.

5e médaille pour Vlhova

Cette démonstration consacre une skieuse surdouée et solitaire, qui a eu du mal à trouver sa place.

A l’automne 2019, elle a été un temps privée de course en voulant signer avec un équipementier non autorisé par sa fédération, avant de plier. En Autriche, les gens du Vorarlberg (ouest), dont elle est originaire, sont réputés têtus.

Aux Mondiaux d’Are (Suède) il y a deux ans, les journalistes pouvaient croiser la jeune skieuse dans la salle de sport du majestueux hôtel Tott, normalement réservé aux médias. Mais avec sa mère qui la suit partout et gère sa carrière, Liensberger avait préféré s’isoler du reste de son équipe.

Derrière elle, la Slovaque Petra Vlhova, victorieuse de six des huit derniers slaloms en Coupe du monde, doit se contenter de l’argent. C’est déjà sa cinquième médaille mondiale, la deuxième à Cortina après l’argent du combiné.

Elle doit désormais se concentrer sur le classement de la Coupe du monde, dont elle est leader aux deux tiers de la saison, mais avec des concurrentes proches et en grande forme, notamment la Suissesse Lara Gut-Behrami.

Côté français, Nastasia Noens a pris la 11e place à 2 sec 02.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

Paris 2024 : les ex-ministres et leurs conjoints conviés à la cérémonie d’ouverture malgré leur démission

Article

le

Paris 2024 : les ex-ministres et leurs conjoints conviés à la cérémonie d'ouverture malgré leur démission
©Paris2024

Les anciens ministres du gouvernement Attal, accompagnés de leurs conjoints, ont été conviés à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, prévue pour le vendredi 26 juillet. Malgré la démission récente du gouvernement, ces invitations visent à honorer leur contribution passée et à maintenir une présence institutionnelle lors de cet événement historique.

À seulement trois jours de la cérémonie d’ouverture, les invitations ont été officiellement envoyées aux anciens membres du gouvernement Attal, offrant à chacun deux places pour assister aux festivités depuis la tribune. Cette décision a été perçue comme nécessaire pour éviter une cérémonie sans représentation gouvernementale, un fait souligné avec une pointe d’humour par un secrétaire d’État également invité.

La plupart des anciens ministres ont accepté l’invitation et seront présents aux côtés du Président Emmanuel Macron, place du Trocadéro. Certains ont choisi de transmettre leurs places à leurs enfants, permettant ainsi à la jeune génération de participer à cette célébration sportive.

La cérémonie promet d’être un spectacle mémorable, avec des performances d’artistes ayant un lien fort avec Paris, bien que le programme détaillé reste en grande partie confidentiel. Le metteur en scène Thomas Joly a indiqué que même les artistes non francophones partagent une connexion spéciale avec la capitale française.

Conformément au protocole olympique, c’est le Président de la République qui aura l’honneur de déclarer officiellement l’ouverture des Jeux Olympiques, marquant ainsi le début de cette compétition internationale tant attendue.

Lire Plus

France

JO-2024: le périmètre de protection de la cérémonie d’ouverture déployé jeudi

Article

le

JO-2024: le périmètre de protection de la cérémonie d'ouverture déployé jeudi

À partir de jeudi et jusqu’au 26 juillet, Paris activera le périmètre de sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme (SILT) autour des quais de Seine en préparation de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques.

À partir de jeudi, un périmètre de sécurité sera instauré aux abords des quais de Seine à Paris, en vue de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques le 26 juillet. Cet événement historique, qui se déroulera sur la Seine, prévoit d’accueillir 326 000 spectateurs, dont 104 000 avec des places payantes sur les quais bas et 222 000 avec des places gratuites sur les quais hauts. Ce sera la première fois dans l’histoire des Jeux que la cérémonie d’ouverture se tiendra en dehors d’une enceinte sportive.

Accès au périmètre de protection

Seuls les athlètes, spectateurs munis d’un billet, et les personnes accréditées par le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques seront autorisés à entrer dans le périmètre. Ils devront se soumettre à des fouilles et des palpations et présenter un « pass jeux » avec QR Code, après une enquête administrative. La circulation des véhicules motorisés sera interdite dans cette zone, sauf pour ceux disposant d’une accréditation Paris 2024.

Le périmètre de protection couvrira presque tous les bords de Seine de Paris, du pont de Tolbiac au pont du Garigliano. Les passages d’une rive à l’autre, du pont d’Austerlitz à la passerelle Debilly, seront inclus dans le périmètre « SILT ». La zone s’étendra également de la place du Trocadéro au Champ de Mars, et inclura les îles Saint-Louis et de la Cité ainsi que le jardin des Tuileries.

À partir du 18 juillet et pendant toute la durée des Jeux, des périmètres « rouge et bleu » seront activés autour des sites de compétition. La circulation motorisée sera interdite dans le périmètre rouge, sauf pour les détenteurs d’un laissez-passer, tandis que le périmètre bleu déviera les véhicules en amont des zones concernées.

Les périmètres « SILT » seront en place du 18 au 26 juillet pour préparer la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, qui verra défiler 10 500 athlètes de 206 délégations sur un parcours de 6 kilomètres, du pont d’Austerlitz au pont d’Iéna. Le démontage du périmètre commencera dès le 27 juillet.

Pour suivre les impacts routiers des périmètres de sécurité, une carte est disponible sur le site anticiperlesjeux.gouv.fr. La plateforme « pass-jeux », qui délivre les laissez-passer numériques permettant d’accéder à certaines zones de Paris, est accessible sur pass-jeux.gouv.fr.

Cette mise en place de sécurité vise à garantir la protection des spectateurs, athlètes et riverains durant cet événement majeur, tout en facilitant l’organisation et la fluidité des déplacements dans la capitale.

Lire Plus

Sports

Rugby : Deux joueurs français inculpés pour viol aggravé en Argentine

Article

le

Rugby : Deux joueurs français inculpés pour viol aggravé en Argentine

Hugo Auradou et Oscar Jegou, deux joueurs de l’équipe de France de rugby, ont été inculpés pour viol aggravé en Argentine. Les deux jeunes hommes risquent jusqu’à vingt ans de prison et restent en détention en attendant une décision sur leur demande de placement en liberté surveillée.

Hugo Auradou, deuxième ligne de Pau, et Oscar Jegou, troisième ligne de La Rochelle, ont été accusés de viol aggravé en réunion par le parquet de Mendoza, suite à des événements survenus dans cette ville du nord-ouest argentin. Les faits reprochés se seraient déroulés après une victoire de l’équipe de France contre l’Argentine, au Diplomatic Hotel où logeaient les joueurs.

Selon le porte-parole du parquet, Martin Ahumada, une audience prévue dans dix jours déterminera si la demande de placement en liberté surveillée sera acceptée. Si tel est le cas, les joueurs devront résider à Mendoza et ne pourront pas retourner en France durant l’enquête. Leur avocat, German Hnatow, affirme que les joueurs sont sereins car convaincus de leur innocence, bien que préoccupés par la situation. Il soutient que leur version des faits, très différente de celle de la plaignante, est cohérente.

L’avocat de la plaignante, Mauricio Cardello, se dit satisfait de l’inculpation. La défense des joueurs, dirigée par Antoine Vey et Rafael Cuneo Libarona, met en avant la présomption d’innocence et se concentre sur la collecte de preuves tangibles pour démontrer l’absence de violence. Les joueurs admettent avoir eu des relations sexuelles avec la plaignante, mais insistent sur le consentement mutuel.

L’accusation, représentée par l’avocate de la plaignante, Me Romano, soutient que la victime a été contrainte et a tenté de s’échapper à plusieurs reprises. Elle affirme que la plaignante, une femme de 39 ans, a subi des violences physiques et sexuelles de la part des deux joueurs. Actuellement hospitalisée, la plaignante souffre d’une décompensation générale suite aux événements.

La ministre française des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a exprimé son soutien à la victime sur les réseaux sociaux, soulignant l’atrocité des faits s’ils sont avérés. Le sélectionneur de l’équipe de France, Fabien Galthié, a reconnu l’impact psychologique de cette affaire sur l’équipe, qualifiant la situation de cataclysme.

L’affaire continue de faire des vagues en Argentine et en France, avec des implications sérieuses pour les joueurs et l’équipe de rugby française, à la veille de leur dernier match de la tournée estivale à Buenos Aires.

Lire Plus

Les + Lus