Nous rejoindre sur les réseaux

France

Macron défend la vaccination et le pass sanitaire pour empêcher « la fermeture du pays »

Article

le

macron-defend-la-vaccination-et-le-pass-sanitaire-pour-empecher-« la-fermeture-du-pays »

« L’objectif, c’est la vaccination de tous les Français »: Emmanuel Macron a lancé un « appel au civisme et au sens du devoir » mercredi lors d’un Conseil de défense sanitaire, en alertant sur la « situation dramatique » des Antilles et en défendant le pass sanitaire pour empêcher « la fermeture du pays ».

« La crise sanitaire n’est pas derrière nous. Nous allons vivre pendant encore plusieurs mois avec ce virus », a averti le chef de l’Etat qui a présidé en visioconférence depuis le fort de Brégançon (Var) le Conseil de défense, avant un Conseil des ministres à 12H30.

Première priorité: les Antilles, qui affichent des « taux d’incidence que l’on n’a jamais connus » en France, selon le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, arrivé mardi soir en Guadeloupe accompagné d’un renfort de 274 soignants et 60 pompiers.

La courbe des contaminations y est « tellement forte » que « nous allons devoir durcir le confinement », selon des modalités à préciser mercredi soir par le préfet, a confirmé le ministre.

Il doit ensuite se rendre en Martinique, où un nouveau confinement strict vient déjà d’entrer en vigueur avec fermeture des commerces non-essentiels, des locations saisonnières, des hôtels et des plages, invitation faite aux touristes à quitter l’île.

Emmanuel Macron a décrit une « situation dramatique » dans ces deux départements ultra-marins où la vaccination est trois fois plus faible qu’en métropole, « démonstration cruelle », selon lui, de la nécessité du vaccin.

Mais Emmanuel Macron a également souligné « l’état des lieux préoccupant » en métropole, notamment en régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et Occitanie, où le taux d’incidence dépasse les 500 cas pour 100.000 et fait craindre une montée de la pression hospitalière.

Troisième dose

Alors que l’exécutif décrit une trajectoire épidémique sur « un plateau haut légèrement ascendant », Emmanuel Macron a là-aussi insisté sur « un objectif très simple: la vaccination de tous les Français qui peuvent être vaccinés ».

« Il faut tenir au moins la cible des 50 millions de vaccinés à la fin du mois d’août », a-t-il ajouté, en estimant être « en bonne voie » puisque « 37,8 millions de Français » le sont déjà complètement.

« Personne n’est à l’abri. Il y a trop de gens qui pensent, à tort, qu’ils ne feront au pire que des formes légères » du Covid, a martelé le Premier ministre Jean Castex plus tôt dans la matinée devant des soignants, lors d’un déplacement dans l’Aude.

A la rentrée, collégiens, lycéens et étudiants pourront se faire vacciner dans leurs établissements scolaires.

Emmanuel Macron a aussi confirmé la mise en place à la rentrée d’une campagne de rappel vaccinal, avec une troisième dose pour les plus de 80 ans et les personnes particulièrement vulnérables.

« Société fatiguée »

Deux jours après la mise en œuvre de l’extension du contesté pass sanitaire, le président de la République a dit en « mesurer les contraintes », notamment pour les restaurateurs et cafetiers qui doivent en contrôler la validité. Mais « nous n’avions pas d’autre choix car c’était cela ou la fermeture du pays », a-t-il fait valoir.

« Que chacun se souvienne que quand il n’y avait plus de chiffre d’affaires du tout à cause de l’épidémie, c’est bien l’argent public qui a permis de rémunérer les responsables de ces lieux. Il est donc légitime de demander une part de responsabilité », a insisté le chef de l’Etat.

Confronté à des manifestations réunissant un nombre croissant d’anti-pass chaque samedi – 237.000 le week-end dernier, selon l’Intérieur – dont les cortèges dénoncent régulièrement une supposée « dictature sanitaire », Emmanuel Macron a affirmé que « jamais dans notre histoire une crise d’une telle ampleur n’a été combattue de manière aussi démocratique », en fustigeant ceux qui « font commerce de cette pandémie pour gagner des parts de marché politiques ».

Il a lancé un « appel au civisme et au sens du devoir » des Français, en exhortant à « poursuivre (la) voie de la confiance sans cesse renouvelée dans nos institutions comme celle de la mobilisation des savoirs scientifiques qui seuls doivent prévaloir ».

Le Premier ministre a pour sa part reconnu que « la société est fatiguée, incandescente » mais insisté sur le fait que « le gouvernement (devait) tenir un discours ferme, sérieux et responsable ».

« Il y en a que le pass sanitaire inquiète, c’est leur droit. Mais n’oublions pas qu’il y a des gens, plus nombreux, mais peut-être plus silencieux, que le pass sanitaire rassure », a-t-il plaidé.

 

France

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

Article

le

Retraites : 50 % de grévistes dans les écoles primaires, mardi

La moitié des enseignants du premier degré (maternelle et élémentaire) devrait faire grève mardi 31 janvier, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, a prévu ce lundi 30 janvier que la moitié des enseignants du premier degré seraient grévistes dans le cadre de la deuxième journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier.

« Il n’y a pas d’étonnement, on savait que nous n’irions pas jusqu’à 70 % comme lors de la première mobilisation [le 19 janvier, ndlr]. Mais 50 % reste un très bon chiffre qui montre qui le mouvement de contestation contre la réforme des retraites s’installe dans les écoles », a expliqué à l’AFP Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Lire Plus

France

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

Article

le

Grèves: trafic «fortement perturbé» mardi sur les TGV, très peu de Transilien et TER

La circulation des trains sera « très fortement perturbée » mardi, pour la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, en particulier pour les trains régionaux TER et Transilien, et sera « fortement perturbée » pour les TGV, a annoncé la SNCF.

La grève de mardi, deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, sera encore très suivie dans les transports ferroviaires, avec très peu de trains régionaux TER et Transilien et une circulation des TGV « fortement perturbée », a annoncé dimanche la SNCF.

Sur les TGV, la SNCF s’attend à voir circuler un train sur trois en moyenne : deux TGV sur cinq sur l’axe Nord, un sur deux dans l’Est comme dans le Sud-Est, un sur quatre sur l’arc Atlantique et deux sur cinq pour ses Ouigo. Sur les lignes province à province, seul un train sur trois circulera.

Le trafic des trains régionaux sera encore plus affecté avec deux TER sur 10 en moyenne. Un plan de transport sera communiqué ultérieurement par la SNCF dans chacune des régions.

En Ile-de-France, la SNCF prévoit un train sur trois sur les lignes de RER A, B, et les Transiliens H et U ; un train sur quatre sur la ligne de Transilien K ; et un train sur 10 pour les lignes de RER C et D (en partie fermées), le RER E, et les Transiliens J, L, N, P et R, selon un communiqué. Les lignes 4, 11 et 13 du tramway fonctionneront normalement.

Le trafic des Intercités sera également « très fortement perturbé » : aucun train ne circulera à l’exception d’un aller-retour sur les liaisons Paris-Clermont-Ferrand, Paris-Limoges-Toulouse et Bordeaux-Marseille. Les trains de nuit seront eux totalement interrompus les nuits de lundi à mardi et de mardi à mercredi.

Côté international, les trains connaîtront des sorts divers : la circulation des Eurostar et Thalys fonctionnera quasi normalement mais le trafic des TGV sera « fortement perturbé » entre la France et la Suisse (Lyria).

« Les prévisions sont globalement similaires » à celles de jeudi dernier, qui marquait la première journée de mobilisation, a indiqué la SNCF à l’AFP.

Dans son communiqué, SNCF voyageurs recommande aux voyageurs qui le peuvent « d’annuler ou reporter leurs déplacements » et de « privilégier le télétravail ».

Les usagers sont invités à « vérifier la circulation des trains » lundi dès 17H sur les sites et applications de la SNCF.

Lire Plus

France

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Article

le

Congrès du PS : la victoire d’Olivier Faure entérinée par le parti

Le Parti socialiste a finalement trouvé un accord ce samedi après-midi, après plusieurs jours de contestations internes sur les résultats de l’élection du premier secrétaire du parti.

Soumis de 14 à 16 heures au vote des délégués du Congrès socialiste à Marseille, un protocole d’accord a finalement été entériné vers 15 heures ce samedi, confirmant la victoire d’Olivier Faure comme premier secrétaire du PS, à l’issue de plusieurs jours de contestations internes. Les 186 délégués ont à la quasi-unanimité brandi leur carton rouge validant l’accord entre les deux rivaux, portant sur la composition de la direction notamment. « Cette maison, vous venez encore, une fois de plus, de la sauver », a réagi au micro, sous les applaudissements, le maire de Marseille Benoît Payan, qui a dit « avoir eu peur ces derniers jours ».

Le texte détermine que son rival Nicolas Mayer-Rossignol, sceptique vis-à-vis de l’alliance de gauche Nupes et qui contestait jusqu’à présent sa victoire, deviendra premier secrétaire délégué au côté de la maire de Nantes pro-Faure Johanna Rolland. Hélène Geoffroy, chef de file des anti-Nupes, prendra la présidence du conseil national, le parlement du parti.

Le maire de Rouen a contesté pendant plusieurs jours la victoire du premier secrétaire sortant (avec officiellement 51,09 %). Nicolas Mayer-Rossignol ne cache pas ses réticences vis-à-vis de LFI et d’un accord qui a déçu beaucoup de socialistes.

Organigramme

À l’issue d’un premier vote sur le texte d’orientation, Olivier Faure avait obtenu 49 % des voix et le maire de Rouen autour de 30 %, devant une troisième candidate, la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy (autour de 20 %).

Les négociations se sont notamment débloquées lorsque cette dernière, qui n’avait pas pu se maintenir et avait décidé de soutenir Nicolas Mayer-Rossignol, a indiqué qu’elle ne souhaitait pas intégrer la direction, mais rester dans l’opposition. « Ils assument d’être la minorité, mais ne sont plus avec Nicolas Mayer-Rossignol, ce qui change la donne » et le rapport de force, explique une proche d’Olivier Faure.

Lire Plus

Les + Lus