Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Le caviar blanc, trésor inattendu dans les Alpes autrichiennes

Article

le

le-caviar-blanc,-tresor-inattendu-dans-les-alpes-autrichiennes

Stefan Astner inspecte en cuissardes au pied d’un magnifique décor alpin des esturgeons albinos rarissimes, dont le caviar au coût astronomique est expédié dans le monde entier pour le réveillon de la Saint-Sylvestre.

« Les poissons sont déjà passés à l’échographie pour qu’on voit s’ils sont pleins et ils entreront en phase de production bientôt », explique bonnet vissé sur la tête cet employé.

Il travaille à Grödig, un village situé près de Salzbourg, en Autriche, où grandissent en pisciculture des femelles aux oeufs qui valent de l’or.

A l’atelier, le patron Walter Grüll incise délicatement la chair de l’une d’entre elles, âgée de 16 ans, pour en extraire un caviar à la couleur crème surprenante.

« Il est encore plus doux, encore plus fondant que celui qui est traditionnellement noir », dit-il en lavant sa récolte.

Cette dernière ne pèse que 600 grammes et vaut… 8.000 euros. C’est trois fois plus que le caviar noir, déjà considéré comme un produit de luxe.

« Ces oeufs sont parmi les aliments les onéreux au monde. Ils représentent seulement 1% de notre production totale de caviar », énonce Walter Grüll.

Argenterie

Dans une pièce à côté, sa fille Alexandra prépare une quarantaine de colis réfrigérés. « Ca part pour l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne », détaille-t-elle, le nez sur les bons de commande.

La crise du coronavirus a certes eu un effet sur la demande: les tables étoilées attendent des jours meilleurs, les palaces sont fermés.

Mais la vente au détail explose. Quitte à rester chez soi, autant ressortir l’argenterie et les mets qui vont avec…

« Les gens veulent savourer l’instant présent », lance l’éleveur en répondant aux incessants coups de fil qui ponctuent ses journées. Les fêtes de fin d’année représentent près de 40% de son chiffre d’affaires annuel.

Les noms des clients ne seront pas révélés, la discrétion est gage de succès dans ce secteur. Beaucoup d’entre eux se situent en Asie, en Russie et au Moyen-Orient.

Une célèbre marque de voitures haut de gamme vient d’appeler et récemment, la maison a reçu la proposition d’une compagnie aérienne désirant offrir à ses clients premium du caviar « Made in Austria ».

Walter Grüll, qui a humblement démarré en 1981 avec l’omble et la truite, a voulu se démarquer de l’offre mondiale en faisant se reproduire en captivité ces esturgeons immaculés, caractérisés par une absence totale de pigmentation.

Il dispose désormais de plusieurs centaines de poissons protégés par des caméras et des grilles cadenassées dans un parc arboré proche du château de Hellbrunn, un joyau Renaissance. Car cette précieuse denrée attire les convoitises: plusieurs vols ont eu lieu ces dernières années dans d’autres exploitations.

La qualité de leurs oeufs, eux aussi sans mélanine, doit beaucoup aux bassins cristallins dans lesquels ils évoluent. La pureté de l’eau venue des cimes convient par exemple à merveille à l’esturgeon du Danube, l’un des plus petits de l’espèce.

Du temps des dinosaures

Cette démarche « d’exotisme du terroir » s’inscrit dans l’air du temps, les changements climatiques incitant des consommateurs plus regardants à rapprocher les produits de leur assiette.

Plus largement, l’élevage d’esturgeon noir ou blanc, qui s’est développé depuis un quart de siècle principalement en Chine, en Italie et en France à la suite de l’interdiction de la pêche, s’inscrit également dans une volonté de conservation.

Cette espèce pouvant vivre jusqu’à 120 ans, présente sur terre au temps des dinosaures, est au bord de l’extinction dans son milieu naturel en Russie ou en Iran.

La production mondiale issue de l’esturgeon sauvage s’est effondrée dans les années 1980, en raison de la surpêche et de la pollution.

Selon les dernières statistiques disponibles de la World Sturgeon Conservation Society en date de 2018, 2.480 fermes dans 55 pays produisent 415 tonnes de caviar par an.

Seuls 30 à 40 d’entre elles, dont deux ou trois en Autriche, en proposent du blanc, estime l’universitaire Thomas Friedrich, qui coordonne à Vienne un programme de renforcement des populations d’esturgeon du Danube.

Quand par miracle un albinos arrivait à l’âge adulte à l’état sauvage et finissait pêché en mer Caspienne, raconte-t-il, ses oeufs blancs étaient réservés exclusivement au Shah d’Iran.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Le Danemark adopte une loi interdisant les autodafés du Coran

Article

le

Le Danemark adopte une loi interdisant les autodafés du Coran

Cette loi entend enrayer la vague de profanations de livres saints, observée ces derniers mois au Danemark et en Suède notamment.

Le Parlement danois a adopté jeudi une loi criminalisant les « traitements inappropriés » de textes ayant une signification religieuse importante, interdisant de facto les autodafés du Coran, après des profanations du livre saint de l’islam qui ont entraîné des tensions dans plusieurs pays musulmans pendant l’été. À l’issue d’un débat de près de quatre heures, le texte a été adopté en troisième lecture par 94 des 179 membres du Parlement.

Concrètement, il sera désormais interdit de brûler, souiller ou de donner des coups de pied publiquement sur des textes religieux ou dans le but de diffuser largement les images des profanations. Il sera également interdit de les déchirer, les couper ou les poignarder. Tout contrevenant s’expose à une peine de deux ans d’emprisonnement.

Pour le gouvernement danois, dont aucun représentant ne s’est exprimé lors du débat parlementaire, il s’agit avant tout de protéger les intérêts et la sécurité nationale du pays scandinave.

Le Danemark et son voisin suédois ont récemment cristallisé la colère au sein de pays musulmans. En Irak par exemple, des centaines de manifestants partisans de l’influent leader religieux Moqtada Sadr ont tenté fin juillet de marcher en direction de l’ambassade danoise à Bagdad.

Lire Plus

Culture

Une présentatrice de la BBC fait un doigt d’honneur en ouverture de journal

Article

le

Une présentatrice de la BBC fait un doigt d’honneur en ouverture de journal

La journaliste Maryam Moshiri raconte avoir été prise par surprise en pleine plaisanterie avec l’équipe du journal. Sur les réseaux sociaux, elle présente ses excuses.

Un dérapage d’une seconde, mais un moment mémorable pour les téléspectateurs de BBC News. Alors que s’achevait le générique de lancement du journal de 13 heures, mercredi 6 décembre, ils ont eu la drôle de surprise de tomber nez à nez avec la présentatrice Maryam Moshiri, sourire aux lèvres et doigt d’honneur à la main. Visiblement surprise par l’arrivée soudaine de la prise d’antenne, la journaliste a rapidement repris une expression de circonstance avant de se lancer dans son journal, mais le mal était fait.

La séquence, partagée sur les réseaux sociaux, atteint rapidement les centaines de milliers de vues, certains internautes dénonçant ce comportement (et l’ensemble de la BBC au passage) quand d’autres notent le fait que les premières images du journal concernent les excuses de Boris Johnson aux victimes du Covid-19 dans l’enquête publique sur la gestion de la pandémie au Royaume-Uni.

Il faudra attendre le lendemain pour obtenir une réaction de la part de la journaliste. Sur son compte X (anciennement Twitter), Maryam Moshiri présente ses excuses et apporte quelques éléments de contexte à ce raté insolite. « Hier (mercredi, NDLR), juste avant le début du journal de 13 heures, je plaisantais avec l’équipe en studio, raconte-t-elle. Je mimais un décompte pendant que le réalisateur me donnait le compte à rebours de 10 à 0 avec les doigts pour me montrer les chiffres. Quand nous sommes arrivés à 13 heures pile, j’ai retourné le doigt pour plaisanter et je n’ai pas réalisé que cela serait filmé ».

Face aux réactions nombreuses, la journaliste déclare être désolée. « C’était une blague privée avec l’équipe, explique-t-elle, et je suis vraiment désolée qu’elle ait été diffusée ! Ce n’était pas mon intention que cela se produise et je suis désolée si j’ai offensé ou contrarié quelqu’un. Je n’étais pas vraiment en train de “faire un doigt” aux téléspectateurs ou même à une personne. C’était une blague idiote destinée à un petit nombre de mes amis. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour « acte de torture »

Article

le

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour "acte de torture"

La Cour européenne des droits de l’homme examine le cas de Laurent Théron, éborgné lors d’une manifestation en 2016.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a pris une mesure sans précédent en ouvrant une procédure à l’encontre de la France pour ce qui est qualifié d' »acte de torture » ou de « traitements inhumains et dégradants » à l’encontre d’un manifestant blessé lors d’une manifestation contre la loi travail en 2016.

Cette décision intervient après sept années de combat judiciaire dans l’affaire Laurent Théron. Le manifestant avait perdu l’usage de son œil droit le 15 septembre 2016, lorsqu’il avait été atteint au visage par l’explosion d’une grenade à main de désencerclement tirée par un CRS lors de la manifestation. Le brigadier-chef responsable du tir avait été renvoyé devant la cour d’assises de Paris, mais avait été acquitté le 14 décembre 2022 au motif de la légitime défense, malgré l’absence de réel danger.

Les avocats de Laurent Théron, Mes Céline Moreau, Olivier Peter et Lucie Simon, ont exprimé leur satisfaction face à l’ouverture de cette procédure par la CEDH. Ils ont souligné que cette décision pourrait avoir un impact significatif sur d’autres enquêtes en cours concernant des manifestants blessés, notamment lors du mouvement des Gilets jaunes. Cette affaire soulève des questions cruciales sur la responsabilité de l’État français dans la protection des droits des manifestants, en particulier face à l’utilisation excessive de la force.

La CEDH, basée à Strasbourg, a communiqué au gouvernement français deux questions essentielles : le requérant a-t-il été « victime de traitements contraires à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme », qui prohibe la torture et les traitements inhumains et dégradants ? De plus, « l’enquête menée en l’espèce par les autorités internes a-t-elle satisfait aux exigences de l’article 3 de la Convention » ?

Cette procédure devrait prendre plusieurs mois, mais elle suscite déjà un débat important sur la question de la protection des droits des manifestants en France et l’application de la législation en matière de maintien de l’ordre.

Lire Plus

Les + Lus