Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Frontignan – Neptune Olympique: Gérard Prato dénonce l’inaction de Pierre Bouldoire et Michel Arrouy

-

le

Cela fait 7 mois que l’affaire du club de natation de Frontignan le Neptune Olympique Frontignan a éclaté au grand jour. 

En effet l’ancienne adjointe aux finances de la Ville de Frontignan est soupçonnée d’un détournement de fonds de l’association de natation. D’après des relevés bancaires Mireille Durand aurait utilisé la carte bancaire de l’association à quatorze reprises pour des achats dans trois bureaux de tabac de Frontignan, pour un montant total de plus de 500 euros. Un compte pour un club sportif. On y retrouve également une dépense de plus de 70 € dans un salon de coiffure.

Dans un communiqué Gérard Prato élu d’opposition de droite à Frontignan dénonce l’inaction de la majorité devant cette affaire, « depuis les révélations par la presse au mois de juin 2020 de graves soupçons de détournements de fonds par l’adjointe aux finances de Pierre Bouldoire, les Frontignanais et Lapeyradois attendent de connaître la vérité. Cela fait 7 mois que cette affaire est au point mort et Michel Arrouy semble vouloir protéger Mireille Bertrand, soupçonnée, en sa qualité de trésorière du NOF, d’avoir utilisé la carte de paiement du club pour ses propres besoins ».

Pour Gérard Prato la majorité tente d’étouffer l’affaire, « Pierre Bouldoire et Michel Arrouy ont refusé de porter plainte contre leur ancienne collègue. Laissant sous-entendre que cette démarche devrait être effectuée par le Président du NOF, ils ont indiqué avoir simplement transmis ce dossier à la Chambre Régionale des Comptes (CRC), allant jusqu’à évoquer la possibilité d’un audit privé pour éclaircir cette affaire », explique t-il. Avant de s’interroger, « ni la Chambres des Comptes Régionales, ni un quelconque cabinet d’audit, ni le NOF, n’ont à ce jour, et jusqu’à preuve du contraire, mené la moindre démarche. Pierre Bouldoire, et maintenant Michel Arrouy, tentent tout simplement de gagner du temps, en espérant que cette histoire soit oubliée. Mais qu’ont-ils réellement à cacher dans cette affaire pour œuvrer de la sorte ? ».

Gérard Prato rappelle que, « dès le conseil municipal d’installation du 05 juillet 2020, Gilles Ardinat, élu d’opposition à mes côtés, avait invité à faire toute la transparence sur cette triste affaire. La réponse de Michel Arrouy avait été consternante et Gilles Ardinat fut fustigé par la majorité ».

L’élu d’opposition explique dans son communiqué que l’opposition se substitue à un maire défaillant et à donc saisi le Procureur de la République en date du 26 Juin 2020. « Est-il normal que ce soit à un élu d’opposition d’engager des démarches, à la place du maire, sur une affaire aussi importante ? ».

Gérard Prato s’interroge, « depuis combien de temps, Mireille Bertrand, adjointe aux Finances de la Ville lors du mandat de Pierre Bouldoire, a-t-elle utilisé, en tant que trésorière du NOF, la carte bleue du club de natation pour ses propres besoins ? Quelle est la somme exacte qu’elle aurait détournée, la presse indiquant un montant de plus de 3000 euros pour le seul mois de mars 2020 ? Comment une telle dérive a pu être possible, sachant qu’un quitus doit être délivré après vérification des comptes chaque année lors de l’assemblée générale. Mme Bertrand aurait-elle bénéficié de protection ou de complicité ? ».

L’élu d’opposition de droite de Frontignan demande que, « toutes ces sommes devront bien évidement être remboursées, puisqu’il s’agit de l’argent des contribuables frontignanais (subventions municipales) mais également des adhérents du NOF. Soucieuse du bon usage de l’argent public, l’opposition frontignanaise continuera à jouer pleinement son rôle lors des prochains conseils municipaux, vous pouvez compter sur elle pour briser l’omerta voulue par la gauche frontignanaise sur cette affaire ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

À LIRE AUSSI > Le Singulier a déposé plainte contre Midilibre Sète

Bassin de Thau

Sécurité : une visite de Gérald Darmanin à Sète prévue au mois de Mai

Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Sète dans la première quinzaine du mois de Mai pour faire des annonces.

-

le

Gérald Darmanin - Ministre de l'Intérieur

Les semaines se suivent et se ressemble à Sète encore marquées par plusieurs affaires de violences volontaires ces dernières semaines.

Dernier événement en date, ce vendredi 09 Avril 2021 un individu qui venait de fêter son 18ème anniversaire a été interpellé après des tirs avec arme à feu en pleine après-midi. Le suspect a été placé en garde à vue suite à une plainte d’un commerçant et déféré dimanche au parquet en vue d’une comparution immédiate devant le tribunal judiciaire de Montpellier. Il a été incarcéré hier à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone suite de son passage devant le juge pour violences volontaires avec arme.

Une visite du Ministre de l’intérieur Gérald Darmanin début Mai 2021

Malgré l’excellent travail des forces de l’ordre ces dernières semaines qui enchaînent les interpellations et les incarcérations, la situation reste très compliquée face à des effectifs insuffisants pour gérer la montée de violence sur le quartier de l’île de Thau. Il devient urgent de trouver des solutions.

Selon nos informations le Ministre de l’intérieur Gérald Darmanin qui était attendu à Sète le vendredi 02 Avril 2021 pour faire des annonces a dû reporter sa visite à la dernière minute pour des raisons personnelles. Un autre déplacement devrait être fixé les prochaines semaines dans l’agenda du Ministre de l’intérieur qui devrait se rendre sur l’île singulière au début du mois de Mai. Il y aurait une réelle volonté de la part du gouvernement de régler rapidement la question de la sécurité sur la Ville de Sète.

Le Ministère de l’intérieur qui fait rarement le voyage à vide, devrait annoncer des renforts supplémentaires lors de sa prochaine visite. Un classement du quartier de l’île de Thau en ZSP (Zone de sécurité prioritaire) n’est pas à exclure. L’ensemble de la classe politique Sétoise semble unanime sur le sujet de classer le quartier de l’île de Thau en ZSP.

Gérald Darmanin ira-t-il jusqu’à classer ce quartier en grande difficulté en ZSP ? Réponse lors de la premiers quinzaine du mois de Mai lors de sa prochaine visite.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Villes où il fait bon vivre : Comment se classent les communes du bassin de Thau ?

Le traditionnel classement des villes où il fait bon vivre est paru. Regardons comment se placent les communes du bassin de Thau.

-

le

Port de la Ville de Marseillan

Porté par l’association Villes et Villages Où Il Fait Bon Vivre, le palmarès 2021 vient de paraître. Construit en fonction des priorités des Français, ce classement est établi par 183 critères différents mis à jour avec les dernières données disponibles (de sources officielles : Insee, organismes d’État…). Tous résultats du classement sont à découvrir sur le site de l’association ICI.

  • SÈTE

Sète est la 3e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 20 000 et 50 000 habitants) dans le département et 70e de sa catégorie au rang national. L’île Singulière se retrouve en 180e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • FRONTIGNAN

Frontignan est la 29e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 5e rang des villes de sa catégorie (entre 20 000 et 50 000 habitants) dans le département et 312e de sa catégorie au rang national. Frontignan se retrouve en 1 640e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MÈZE

Mèze est la 28e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 6e rang des villes de sa catégorie (entre 10 000 et 20 000 habitants) dans l’Hérault et 417e de sa catégorie au rang national. Mèze se retrouve en 1 608e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MARSEILLAN

Marseillan est la 26e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 12e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 437e de sa catégorie au rang national. Marseillan se retrouve en 1 561e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BALARUC-LES-BAINS

Balaruc-les-Bains est la 19ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 8e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 338e de sa catégorie au rang national. La station thermale du bassin de Thau se retrouve en 1 315e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • GIGEAN

Gigean est la 70e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 28e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 986e de sa catégorie au rang national. Gigean se retrouve en 4 977e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • POUSSAN

Poussan est la 66e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 26e rang des villes de sa catégorie (entre 5 000 et 10 000 habitants) dans l’Hérault et 961e de sa catégorie au rang national. Poussan se retrouve en 4 702e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • VILLEVEYRAC

Villeveyrac est la 107e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 14e rang des villes de sa catégorie (entre 3 500 et 5 000 habitants) dans l’Hérault et 854e de sa catégorie au rang national. Villeveyrac se retrouve en 8 933e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MIREVAL

Mireval est la 47ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 7ème rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 536e de sa catégorie au rang national. Mireval se retrouve en 3 229e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • VIC-LA-GARDIOLE

Vic-la-Gardiole est la 100ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 26e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 1 493e de sa catégorie au rang national. Vic-la-Gardiole se retrouve en 8 064e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • MONTBAZIN

Montbazin est la 131ème ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 35e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 1892e de sa catégorie au rang national. Montbazin se retrouve en 11 992e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BALARUC-LE-VIEUX

Balaruc-le-Vieux est la 31e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 160e de sa catégorie au rang national. Balaruc-le-Vieux se retrouve en 1 760e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • LOUPIAN

Loupian est la 46e ville de l’Hérault où il fait bon vivre. Elle se classe au 6e rang des villes de sa catégorie (entre 2 000 et 3 500 habitants) dans l’Hérault et 512e de sa catégorie au rang national. Loupian se retrouve en 3 141e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

  • BOUZIGUES

Bouzigues est la 42e ville départementale où il fait bon vivre. Elle se classe au 2e rang des villes de sa catégorie (entre 500 et 2 000 habitants) dans l’Hérault et 340e de sa catégorie au rang national. Bouzigues se retrouve en 2 790e position sur les 34 837 des communes de l’Hexagone.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète : Nouvelle mobilisation de « Sète Animal Save » devant le port

L’association « Sète Animal Save » s’est réunit ce samedi devant le port de Sète afin de montrer les conditions déplorables dans lesquelles les animaux sont traités lors de leur transports en mer.

-

le

Sète Animal Save

L’association « Sète Animal Save » est la déclinaison du mouvement « Save » sur le bassin de Thau. Ce mouvement est né au Canada en décembre 2010. Il existe aujourd’hui plus de 330 groupes sous la bannière « Save » dans le monde entier. 

Ainsi, à l’occasion de la mobilisation de ce week-end, c’est aussi les associations « Alliance Éthique » et « L214 » qui sont venues prêter main forte. Malgré le mauvais temps, c’est tout de même 13 courageux qui se sont présentés à l’entrée du port pour la cause animale. Les mobilisations devant le port de l’île Singulière sont réalisés une fois par mois, auxquelles s’ajoutent de nombreuses autres action.

En effet, ces mobilisations sont très importantes comme nous l’explique Caty Ciancilla, présidente de l’association : « Le port de Sète est le premier port exportateur d’animaux vivants en Europe avec plus de 100 000 animaux embarqués chaque année. Ce qui nous choque c’est le non respect des lois quant au traitement des animaux, ce sont des êtres vivants, et non de simples marchandises ! ».

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung) <

Lire Plus

Les + Lus