Nous rejoindre sur les réseaux

Sports

Euro-2020 de hand: une finale de rêve pour écrire une nouvelle page glorieuse

Article

le

euro-2020-de-hand:-une-finale-de-reve-pour-ecrire-une-nouvelle-page-glorieuse

Les handballeuses françaises affrontent la Norvège dimanche (18h00) en finale du Championnat d’Europe à Herning (Danemark), une affiche de rêve entre les deux meilleures équipes du tournoi et la possibilité pour les Bleues d’écrire une nouvelle page glorieuse de leur histoire.

Arrivée avec le lourd poids de l’élimination dès le premier tour du Mondial-2019 de Kumamoto (Japon) sur les épaules, l’équipe de France repartira l’esprit bien plus léger lundi, avec une médaille autour du cou, grâce à un parcours quasi parfait -six victoires et un match nul- et une montée en puissance tout au long de son épopée danoise.

Dans cette finale idéale contre la Norvège et son armada de joueuses de classe mondiale -Stine Oftedal, Nora Mork, Henny Reistad, Heidi Lokke- il ne manquera que l’ambiance car le match se jouera en quasi huis clos à cause de la pandémie. Rien à voir avec le chaudron de Bercy où les Bleues avaient gagné l’Euro en 2018 contre la Russie.

Les joueuses des deux sélections se connaissent très bien, puisqu’elles sont huit au total (quatre de chaque côté) à jouer à Györ, le meilleur club au monde. Mais l’amitié qui les lie en dehors du terrain sera « mise de côté » pendant soixante minutes, promet la patronne de la défense française Béatrice Edwige.

Le Brésil du hand féminin

Affronter la Norvège en finale d’une grande compétition en hand féminin, c’est un peu comme jouer le Brésil en foot ou les États-Unis en basket. « Oui, c’est une très belle finale, ça a un petit côté historique. Tout a commencé par un Norvège-France » en 1999, se remémore le sélectionneur de l’équipe de France Olivier Krumbholz, qui anticipe surtout un match difficile.

Les deux équipes se sont rencontrées à deux reprises en grand championnat depuis la médaille d’argent des Françaises aux Jeux olympiques de Rio en 2016. En demi-finale de l’Euro-2016, les Norvégiennes avaient pris le dessus (20-16) et s’étaient parées d’or. L’année suivante, les Françaises avaient pris leur revanche en finale du Mondial-2017 (23-21). Un partout balle au centre, avec une belle à Herning.

Mais le contexte semble cette année plus favorable aux Norvégiennes à en croire Olivier Krumbholz. « De mon avis de technicien, la Norvège est favorite. Elles sont plus avancées que nous dans l’exploitation du potentiel. Elles n’ont pas plus de potentiel que nous, mais elles sont un peu plus matures », estime Krumbholz.

Créer un désordre collectif

Le danger arrivera de partout, notamment de la demi-centre Stine Oftedal, désignée meilleure joueuse du monde de l’année 2019 par la fédération internationale. « Quand c’est dangereux partout, c’est un désordre collectif qu’il faut savoir créer », glisse le Mosellan.

C’est en instaurant ce désordre que la défense française a parfaitement brouillé l’esprit de tous ses adversaires depuis deux semaines au Danemark. Et en attaque, les solutions sont multiples, entre l’arrière gauche Estelle Nze Minko, l’arrière droite Alexandra Lacrabère (meilleure marqueuse française avec 29 buts), les demi-centres Grâce Zaadi et Méline Nocandy, ou encore Pauletta Foppa au pivot.

« Ça va être un match très difficile. Elles ont été très régulières et ça va être un match très disputé et très physique. J’ai confiance », a dit l’arrière gauche Kalidiatou Niakaté, précieuse dans ses entrées en jeu depuis le début du tournoi, comme l’ensemble du banc français.

Confiné avec son groupe à l’hôtel depuis près de trois semaines, Olivier Krumbholz s’est montré très facétieux avec les quelques médias présents dans le Jutland danois, maniant le comique de répétition.

L’un des fils rouges de la vingtaine de jours aura été la couverture nuageuse grise et très basse du Danemark. « On va aller loin dans la compétition pour voir le ciel bleu », avait-il plaisanté. Et son double souhait a été exhaussé: samedi matin, les nuages avaient laissé la place à un somptueux ciel bleu. Et surtout, son équipe s’est hissée en finale, la quatrième sur les six derniers grands tournois.

« Tout tombe en même temps: la médaille, le ciel bleu. Après, ce n’est qu’un petit clin d’œil, parce que l’essentiel va se passer dans les pièces confinées à préparer le match », a souri le sélectionneur.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

JO d’hiver 2030 : les Alpes françaises, seule candidature retenue

Article

le

JO d'hiver 2030 : les Alpes françaises, seule candidature retenue

La France est en passe d’organiser les Jeux olympiques d’hiver en 2030. Le CIO a écarté les autres candidatures en lice.

Les Alpes françaises sont en excellente position pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver 2030, devenant ainsi la quatrième ville hôte de cet événement emblématique. Le Comité international olympique (CIO) a annoncé aujourd’hui que la France est la seule candidature retenue, marquant ainsi un moment historique dans l’histoire des Jeux olympiques d’hiver.

Le projet olympique, porté conjointement par les deux régions françaises d’Auvergne – Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, a réussi à convaincre la commission exécutive du CIO grâce à son dossier de candidature solide et à une présentation convaincante lors du grand oral de 45 minutes. Cette décision fait suite à des mois de préparation et de compétition intense entre plusieurs nations aspirantes à l’accueil des Jeux olympiques d’hiver 2030.

La France a une longue histoire de réussite dans l’organisation des Jeux olympiques d’hiver, avec des précédents à Chamonix en 1924, Grenoble en 1968 et Albertville en 1992. Le choix des Alpes françaises comme hôte des Jeux olympiques d’hiver 2030 est le fruit d’un projet ambitieux qui met en avant 95 % de sites existants, de Nice au Grand-Bornand, en passant par Courchevel Méribel, Val d’Isère et La Clusaz.

Malgré une concurrence sérieuse de la part de la Suède et de la Suisse, la France a réussi à l’emporter grâce à la qualité de son dossier de candidature et à la solidité de son projet. Les Scandinaves avaient précédemment candidaté pour les Jeux olympiques d’hiver 2026, qui finiront par se dérouler à Milan-Cortina d’Ampezzo en Italie. Cependant, face à la puissance et à la tradition des sports d’hiver en France, ces deux pays ont été contraints d’abandonner leur candidature.

La décision finale concernant l’attribution des Jeux olympiques d’hiver 2030 sera officialisée en juillet 2024 lors de la session du CIO à Paris, juste avant le début des Jeux Olympiques d’été. Si tout se passe comme prévu, les amoureux du sport du monde entier auront rendez-vous dans les Alpes françaises pour une nouvelle olympiade hivernale mémorable en 2030.

Lire Plus

France

Paris 2024 : « On ne va pas être prêts », selon Anne Hidalgo

Article

le

Paris 2024 : « On ne va pas être prêts », selon Anne Hidalgo

Dans l’émission « Quotidien », la maire de Paris a annoncé mercredi du retard dans la préparation des JO 2024 à Paris d’un point de vue des transports en commun.

Alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024, la maire de la ville, Anne Hidalgo, a récemment exprimé des inquiétudes concernant l’état de préparation des infrastructures de transport. Lors de son apparition dans l’émission « Quotidien » sur TMC mercredi soir, la maire socialiste a indiqué que Paris n’était « pas prête » en termes de transports, évoquant un nombre et une fréquence de trains insuffisants dans certaines zones.

La future station du RER E à la Porte Maillot a été spécifiquement mentionnée comme un point critique. « Il y a des endroits où les transports ne seront pas prêts parce qu’il n’y aura pas le nombre de trains et la fréquence », a précisé Hidalgo. Elle a également souligné les difficultés quotidiennes existantes dans le réseau de transport parisien et la lutte pour atteindre les niveaux requis de ponctualité et de confort.

Interrogée sur la responsabilité de ces retards, la maire a évoqué le rôle du gouvernement et de la Région Île-de-France, tout en reconnaissant sa propre implication dans le processus. Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, a rapidement répondu en critiquant l’approche médiatique de Hidalgo.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a elle aussi commenté sur les réseaux sociaux, en insistant sur la nécessité de la participation active d’Anne Hidalgo aux comités stratégiques sur les transports.

Outre les préoccupations liées aux transports, Anne Hidalgo a également abordé le sujet des personnes sans domicile fixe, pointant du doigt un autre défi majeur à relever avant les Jeux.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 représentent un événement de grande ampleur pour Paris, avec près de 15 millions de spectateurs attendus. La promesse faite par les autorités d’assurer un accès 100 % public aux sites de compétition souligne l’importance cruciale de résoudre ces problèmes de mobilité dans un délai serré. La préparation de la capitale française pour cet événement mondial est désormais plus que jamais sous le feu des projecteurs.

Lire Plus

Sports

Éliminatoires de l’Euro 2024 : l’équipe de France termine son année 2023 par un match nul en Grèce

Article

le

Éliminatoires de l’Euro 2024 : l’équipe de France termine son année 2023 par un match nul en Grèce

Avant l’important Euro 2024 en Allemagne, Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France, se retrouve face à un défi crucial. Avec seulement deux matchs amicaux programmés en mars, il lui faut prendre des décisions déterminantes sur la composition de son équipe. Cette année 2023 s’est achevée par un match nul (2-2) contre la Grèce, offrant à Deschamps matière à réflexion.

En dépit de l’équipe remaniée contre la Grèce, les leaders incontestés restent Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, avec Mike Maignan comme gardien de but principal. Deschamps a figé pour l’instant la hiérarchie des gardiens, avec Brice Samba et Alphonse Areola en tant que remplaçants.

La défense semble également avoir ses favoris. Jules Koundé, malgré une performance mitigée contre la Grèce, garde son poste à l’arrière droit. Les frères Hernandez se disputent la place à gauche, tandis que la paire centrale Dayot Upamecano et Ibrahima Konaté, formée lors de la Coupe du monde, conserve la confiance du sélectionneur.

Le milieu de terrain s’articulera autour d’Aurélien Tchouameni, d’Eduardo Camavinga et d’Adrien Rabiot, ce dernier gagnant en leadership. L’attaque verra une compétition entre Ousmane Dembélé et Kingsley Coman pour l’aile droite, et bien qu’Olivier Giroud, à 37 ans, ne soit pas assuré d’une place de titulaire, son expérience reste précieuse.

Des joueurs comme Randal Kolo Muani et Marcus Thuram se détachent pour leurs récentes performances, augmentant leurs chances de figurer dans la liste finale. En défense, Benjamin Pavard, désormais désireux d’évoluer comme défenseur central, pourrait laisser sa place sur le côté droit à Jonathan Clauss.

Dans le secteur du milieu de terrain, Youssouf Fofana et le jeune Warren Zaïre-Emery, impressionnant avec le PSG, sont des noms à surveiller. La défense centrale, quant à elle, offre peu de place pour les nouveaux venus, malgré les efforts de joueurs comme William Saliba ou Jean-Clair Todibo.

Boubacar Kamara pourrait se frayer un chemin au milieu, tandis que Christopher Nkunku et le jeune Mathys Tel restent des options offensives à considérer en fonction de leur forme et progression.

Alors que 16 places semblent déjà attribuées, la concurrence reste féroce pour les 9 places restantes. Deschamps devra équilibrer expérience et jeunesse pour construire une équipe capable de briller en Allemagne en 2024.

Lire Plus

Les + Lus