Nous rejoindre sur les réseaux

Décès

Décès : Yves Pietrasanta, ancien maire de Mèze et pionner de l’écologie politique en France, est mort

Article

le

Yves Piétrasanta est mort à l’âge de 82 ans. Il a été maire de Mèze de 1977 à 2001 et c’est l’un des précurseurs sur les questions environnementales en politique.

La commune de Mèze a annoncé sur son site Internet, la mort de l’ancien maire de la commune, Yves Pietrasanta, à l’âge de 82 ans. Pionner de l’écologie politique en France, Yves Pietrasanta a notamment été cofondateur du parti Génération Ecologie en 1990 – avec Brice Lalonde, Noël Mamère, Corinne Lepage et Jean-Louis Borloo – avant d’être nommé président du conseil scientifique des Verts en 1998.

Ancien eurodéputé (1999-2003), ancien candidat à l’élection présidentielle de 2012 pour le compte de Génération Ecologie, Yves Pietrasanta a surtout occupé de nombreux mandats électifs locaux. Conseiller municipal de Mèze dès 1971, il est élu conseiller général de l’Hérault dès l’année suivante et jusqu’en 2001, puis conseiller régional de 1986 jusqu’en 2015 – Yves Pietrasanta occupera dans ces deux dernières collectivités la vice-présidence, notamment chargé de l’environnement.

« Mèze perd aujourd’hui l’un de ses plus illustres représentants, un homme à la vie professionnelle brillante, à la carrière politique très riche, un grand précurseur de la cause écologique, mais surtout, un homme particulièrement proche et à l’écoute de tous ses concitoyens », écrit la Ville de Mèze sur son site internet.

Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie a aussi communiqué sur la disparition d’Yves Pietrasanta, « Premier maire écologiste de notre région, Yves aimait passionnément sa ville de Mèze et a consacré une grande partie de son énergie à la protection de l’étang de Thau. Député européen, vice-président du Département de l’Hérault et de la Région Languedoc-Roussillon aux côtés de Georges Frêche, il a contribué en tant que scientifique et qu’homme politique à promouvoir l’écologie des solutions.En Occitanie, j’ai eu le privilège de travailler avec lui pour la création de l’Agence Régionale de la Biodiversité. Son histoire continuera d’inspirer nos combats pour le climat et doit guider les générations futures. J’adresse mes plus sincères condoléances à ses proches et à tous ceux qui l’aimaient et ont eu le bonheur, à Génération Ecologie et ailleurs, de militer à ses côtés », écrit-t-elle.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Décès

Décès : « Une page se tourne »: Jean-Louis Trintignant tire sa révérence à 91 ans

Article

le

« une-page-se-tourne »:-jean-louis-trintignant-tire-sa-reverence-a-91-ans

Lelouch, Chéreau, Haneke …. Il a travaillé avec les plus grands réalisateurs: figure majeur du cinéma et du théâtre français, l’acteur aux 120 films, Jean-Louis Trintignant s’est éteint vendredi à l’âge de 91 ans. 

L’acteur de « Et Dieu… créa la femme » et « Amour », que l’on disait gravement malade, est « mort paisiblement, de vieillesse, ce matin, chez lui, dans le Gard, entouré de ses proches », ont indiqué son épouse et de la famille dans un communiqué adressé.

Ses obsèques se dérouleront dans l’intimité.

La vie de l’acteur, à la voix enveloppante, a été marquée par plusieurs drames dont la mort de sa fille Marie, actrice, tuée en 2003 sous les coups de son compagnon, Bertrand Cantat.

Drame qui avait suscité l’émoi et dont il ne s’était jamais remis.

« À l’intérieur de moi, tout est détruit », confiait-il après le drame qui l’avait conduit à s’éloigner des plateaux pendant une dizaine d’années.

Le président de la République Emmanuel Macron a salué vendredi la mémoire d’un « formidable talent artistique » qui « a accompagné un peu nos vies à travers la cinéma français ». « C’est une page qui se tourne », a ajouté le chef de l’État, évoquant la « voix douce » du comédien.

Entré dans l’histoire du cinéma avec « Un homme et une femme » de Claude Lelouch, où il incarnait un pilote automobile amoureux d’Anouk Aimée sur la plage de Deauville, Jean-Louis Trintignant a remporté un prix d’interprétation à Cannes pour « Z » de Costa Gavras en 1969 et un César du meilleur acteur pour « Amour » de Michael Haneke, Palme d’or 2012.

Sa dernière apparition sur le grand écran date de 2019 avec « Les plus belles années d’une vie », où il retrouvait sa partenaire Anouk Aimée et le réalisateur Claude Lelouch.

Il avait également fait une rapide apparition, face caméra, lors de la cérémonie des César 2021, où il était apparu très diminué.

Une voix et un sourire

« Après Belmondo, encore un frère qui part et je suis bouleversé », a réagi Alain Delon, 86 ans, qui avait tourné avec lui dans « Flic Story » de Jacques Deray (1975).

« C’était quelqu’un de rare, de déroutant dans le bon sens. Un immense comédien. Il a travaillé toute sa vie avec son magnétophone à la main à dire des poèmes et à la fin de sa vie, enfin les quatre dernières années, il a bouleversé tout le monde en disant des poèmes merveilleux et d’une façon merveilleuse.

Et il a fait des grands films, bien sûr Lelouch, mais y a aussi le conformiste, rouge, enfin des films superbes », a réagi sur BFMTV son ex-épouse Nadine Trintignant, mère de ses enfants.

Un peu moins connu que les deux monstres sacrés du cinéma tricolore Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, décédé en septembre 2021, Jean-Louis Trintignant reste une figure incontournable du cinéma et du théâtre qu’il a traversé jusqu’à la fin des années 2010.

Un flegme, une voix et un magnétisme rendent sa présence si spécifique pour des millions de spectateurs.

Né le 11 décembre 1930 à Piolenc dans le Vaucluse, ce fils d’industriel a suivi à Paris les cours de comédie de Charles Dullin, avant de débuter sur les planches en 1951.

C’est le film « Et Dieu… créa la femme » (1956), de Roger Vadim, qui le révèle de manière retentissante. Lui et Brigitte Bardot, sa partenaire de jeu.

Il y joue un mari piqué au vif. Dans la vraie vie, c’est pourtant l’inverse qui se produit. Une passion amoureuse nait avec « BB ».

Il enchaînera ensuite les films à succès côtoyant tous les réalisateurs phares du cinéma: Costa-Gavras, Claude Lelouch, Éric Rohmer, Michael Haneke, Claude Chabrol, ou Patrice Chéreau. Au total, il a tourné dans près de 120 films.

Il avait quitté le cinéma après avoir reçu le César pour son rôle dans « Amour ».

Lire Plus

Décès

Mèze : Les obsèques d’Yves Piétrasanta ont eu lieu mercredi

Article

le

Personnalités, femmes et hommes politiques, famille, amis, anciens collaborateurs et, bien sûr, d’innombrables Mézoises et Mézois étaient rassemblés, ce mercredi 1er juin, pour rendre un dernier hommage à Yves Piétrasanta.

Les obsèques de cet enfant de Mèze, ville dont il fut maire durant 24 ans, ont débuté par un instant républicain célébré, au son de la Marseillaise, sur le parvis de la mairie. Le Bœuf de Mèze était également présent pour lui rendre honneur à sa manière, de quelques claquements de gueule.

Porté par son neveu, Thierry Baëza, maire de Mèze et ses plus proches collaborateurs, le cercueil, suivi du cortège, s’est ensuite rendu à l’Eglise Saint-Hilaire où s’est déroulée la cérémonie religieuse. Enfin, Yves Piétrasanta a rejoint sa dernière demeure, au cimetière de Mèze, où il reposera en paix après une vie particulièrement riche et intense.

Thierry Baëza a prononcé un émouvant discours d’adieu avant l’inhumation.

 En voici quelque extraits :

« Yves aimait dire :  on ne peut pas comprendre l’homme que je suis devenu si l’on ne connait pas Mèze, la petite ville du Languedoc où je suis né. Ma vie entière prend ses racines dans cette terre !  Et il répétait souvent ce conseil : « Connais bien ton village et tu seras universel. »
Ses racines, son empreinte, il les a laissées dans sa ville pour toujours. Nous lui devons beaucoup !
Mon cher Yves, je m’adresse à toi pour te dire toute notre reconnaissance pour ce que tu as fait pour que notre ville soit si belle et si agréable aujourd’hui. Voilà pourquoi nous voulons rendre hommage à ta mémoire en proposant que l’esplanade de Mèze porte désormais, et pour toujours, le nom d’Yves Piétrasanta.
 Les hommages affluent, je retiendrai des mots : gentillesse, générosité, visionnaire, un génie de la nature, un modèle pour nous.
Merci Yves, adieu l’ami… »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Culture

Décès : Miss. Tic, pionnière du street art parisien, est morte à 66 ans

Article

le

miss.-tic,-pionniere-du-street-art-parisien,-est-morte-a-66-ans

Elle ne dégainera plus ses pochoirs mais ses silhouettes de femmes brunes, fortes, belles et poétiques interpelleront toujours les passants dans les rues: Miss. Tic, figure pionnière du street art parisien, est décédée dimanche à l’âge de 66 ans.

Sa mort, survenue à Paris des suites d’une maladie, a été annoncée par sa famille à l’AFP. Sur ses réseaux sociaux, la nouvelle est accompagnée d’une photo de la poète et plasticienne dans son atelier.

Datée de mars 2022, le cliché montre l’artiste, régulièrement exposée en France et à l’étranger depuis 1986, souriante derrière ses lunettes rondes, les cheveux courts et gris.

Le grand public, lui, retiendra sûrement la chevelure noire — qu’elle a elle-même longtemps arborée — de ses héroïnes graphées au pochoir sur les murs de la capitale notamment, qui ont ouvert la voie à de nombreux artistes.

« J’avais beaucoup de respect pour son parcours », souligne sur Twitter Christian Guémy, alias C215, une autre figure du street art français

Il salue « l’une des fondatrices du l’art du pochoir », partie « trop tôt ». « Les murs du 13e (arrondissement, ndlr) ne seront plus jamais les mêmes », déplore-t-il.

Son confrère de 65 ans, Jef Aerosol, a quant lui pleuré sur Instagram sa contemporaine, qui « s’est battue contre la maladie avec tant de courage », évoquant « tant de moments partagés depuis le début des années 80 ».

Née d’un père immigré tunisien et d’une mère normande, Radhia Novat, de son vrai nom, commence à imprimer son art en 1985 dans les rues de la Butte-Montmartre — où elle a grandi –, du Marais, de Montorgueil et de la Butte-aux-Cailles, après un séjour en Californie.

« Je venais du théâtre de rue, j’aimais cette idée de l’art dans la rue », expliquait en 2011 à l’AFP cette femme au teint mat, qui a emprunté son pseudonyme à la sorcière Miss Tick de « La bande à Picsou », créée par Carl Barks.

« Mots coeurs »

« Je me suis dit d’abord: +Je vais écrire des poèmes+. Puis: +Il faut des images+ avec les poèmes. J’ai commencé par des autoportraits, puis j’ai continué vers les autres femmes », ajoutait celle qui accompagnait ses oeuvres de légendes incisives comme « J’enfile l’art mur pour bombarder des mots coeurs », pour son premier portrait sur un mur du 14e arrondissement, ou « l’homme est un loup pour l’homme et un relou pour la femme ».

« J’utilise beaucoup la femme contemporaine, celle qu’on nous donne à voir dans la mode, la publicité. Parfois, ce n’est pas très bien compris, alors qu’on peut être jeune et jolie et avoir des choses à dire. Mais c’est vrai qu’on nous vend ce qu’on veut avec de belles filles. Du coup, je me suis dit: +Je vais mettre des femmes pour leur vendre de la poésie+ », poursuivait cette fumeuse impénitente.

Ses débuts sont marqués par de longues années de galère et des ennuis avec la justice, le tag ou le pochoir étant considérés comme une détérioration de biens. Son arrestation pour ce motif en 1997 lui vaut une amende.

Après cet épisode, elle négocie les espaces urbains où elle souhaite travailler, refusant d’être prise pour une délinquante.

Son art, éphémère ou pérenne, attire les grandes marques dans les années 2000, notamment dans le milieu de la mode, où elle collabore avec Kenzo, pour un t-shirt en tirage limité, ou Louis Vuitton.

Elle signe en 2007 l’affiche du film « La fille coupée en deux », de Claude Chabrol, participe à l’édition 2010 du Petit Larousse en illustrant des mots de la langue française et crée une collection de timbres avec la Poste à l’occasion de la journée des droits des femmes en 2011.

Certaines de ses oeuvres ont été acquises par le Victoria and Albert Museum, à Londres, et le Fonds d’art contemporain de la Ville de Paris.

Elle sera d’ailleurs l’une des artistes exposés à l’automne à l’Hôtel de Ville de Paris, à l’occasion d’une exposition retraçant 40 ans d’art urbain dans la capitale.

La date de ses funérailles, « qui seront, selon ses souhaits, ouvertes aux publics », sera précisée ultérieurement, selon son compte Facebook officiel.

Lire Plus

Les + Lus