Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Chute de téléphérique en Italie: le gouvernement promet la vérité

Article

le

chute-de-telepherique-en-italie:-le-gouvernement-promet-la-verite

Le gouvernement italien a promis lundi de faire toute la lumière sur la chute d’une cabine de téléphérique qui a fait 14 morts dont cinq Israéliens dimanche à Stresa, une station balnéaire du Piémont sur les rives du lac Majeur, dans le nord de l’Italie.

« Nous ferons la lumière sur toutes les circonstances entourant ce qui s’est passé. Nous avons dès hier institué une commission ad hoc », a déclaré le ministre des Transports Enrico Giovannini au cours d’une conférence de presse sur place, alors que le parquet de Milan a ouvert une enquête pour « homicide involontaire et blessures par négligence ».

L’unique survivant de l’accident, un enfant de cinq ans hospitalisé à Turin, souffre d’un traumatisme crânien et de fractures des jambes. « Nous attendons les prochaines 48 heures, son état est critique mais il y a encore de l’espoir », a estimé le directeur de l’hôpital Giovanni La Valle, cité par le journal La Repubblica.

L’accident s’est produit vers 12H30 à une centaine de mètres de la dernière station d’altitude du téléphérique au sommet du mont Mottarone. Il serait dû à la rupture d’un câble sur la partie la plus haute du parcours.

Un problème de surcharge semble a priori exclu, puisque la cabine ne transportait que 15 passagers pour une capacité de 35. La cabine a fait une chute d’une quinzaine de mètres, puis a dévalé une partie de la pente avant de s’écraser contre un arbre.

Cet accident est intervenu alors que la péninsule commence à peine à accueillir de nouveau des touristes avec la levée des restrictions dues à la lutte contre la pandémie de Covid.

Cet accident a aussitôt suscité des critiques sur l’état des infrastructures dans le pays, où l’effondrement meurtrier du pont Morandi à Gênes en 2018, qui avait fait 43 morts, est encore dans toutes les mémoires.

Double problème

« Il est clair que dans notre pays quelque chose ne fonctionne pas dans le domaine des contrôles de la sécurité des transports », a ainsi estimé Carlo Rienzi, le président de la Codacons, la plus grande association italienne de consommateurs, dans un communiqué.

« Nous avons un réseau d’infrastructures qui date pour l’essentiel de l’époque de l’après-guerre et du boom économique (des années 1960-70). Elles sont en fin de vie », a expliqué Gianpaolo Rosati, professeur de Technique des constructions à l’Institut Polytechnique de Milan.

Le ministre des Transports s’est entretenu avec les autorités locales et régionales: « Toutes les institutions s’engagent ensemble non seulement pour éviter que cela se produise de nouveau (…) Il est important de comprendre la dynamique » des événements, a-t-il dit.

Le téléphérique construit en 1970, qui relie en 20 minutes le village de Stresa au mont Mottarone qui culmine à près de 1.500 mètres en offrant une vue spectaculaire sur le lac Majeur et les Alpes, avait été fermé entre 2014 et 2016 pour des travaux d’entretien.

« Il ne s’agit que de suppositions, mais je crois qu’il y a eu un double problème: la rupture du câble et le dysfonctionnement du frein d’urgence », a estimé le responsable régional des secours alpins, Matteo Gasparini, cité par le quotidien La Stampa. « Nous ne savons pas pourquoi il ne s’est pas activé ».

Pour connaître la vérité, « il faut réaliser une sorte d’autopsie de toutes les parties mécaniques qui peuvent avoir concouru à cette tragédie (…) Il faut du temps, des expertises, notamment en laboratoire, et pour les parties mécaniques on peut aussi utiliser des rayons X très puissants », selon le Pr Rosati.

« Habituellement il n’y a pas une seule cause, mais une série de causes qui malheureusement se combinent de la pire manière et provoquent une tragédie », a-t-il ajouté.

Plusieurs accidents meurtriers de téléphériques, télécabines et funiculaires ont eu lieu depuis 50 ans en Europe.

Le dernier en date remonte au 5 septembre 2005, lorsqu’un bloc de béton de 800 kilos s’était décroché de l’hélicoptère qui le transportait et était tombé sur un téléphérique près de Sölden, dans le Tyrol autrichien, provoquant la mort de neuf skieurs allemands.

En Italie, un accident s’était produit le 3 février 1998: un avion militaire américain avait sectionné le câble d’un téléphérique à Cavalese, station de ski des Dolomites (nord), tuant 20 passagers.

Europe

Le Danemark adopte une loi interdisant les autodafés du Coran

Article

le

Le Danemark adopte une loi interdisant les autodafés du Coran

Cette loi entend enrayer la vague de profanations de livres saints, observée ces derniers mois au Danemark et en Suède notamment.

Le Parlement danois a adopté jeudi une loi criminalisant les « traitements inappropriés » de textes ayant une signification religieuse importante, interdisant de facto les autodafés du Coran, après des profanations du livre saint de l’islam qui ont entraîné des tensions dans plusieurs pays musulmans pendant l’été. À l’issue d’un débat de près de quatre heures, le texte a été adopté en troisième lecture par 94 des 179 membres du Parlement.

Concrètement, il sera désormais interdit de brûler, souiller ou de donner des coups de pied publiquement sur des textes religieux ou dans le but de diffuser largement les images des profanations. Il sera également interdit de les déchirer, les couper ou les poignarder. Tout contrevenant s’expose à une peine de deux ans d’emprisonnement.

Pour le gouvernement danois, dont aucun représentant ne s’est exprimé lors du débat parlementaire, il s’agit avant tout de protéger les intérêts et la sécurité nationale du pays scandinave.

Le Danemark et son voisin suédois ont récemment cristallisé la colère au sein de pays musulmans. En Irak par exemple, des centaines de manifestants partisans de l’influent leader religieux Moqtada Sadr ont tenté fin juillet de marcher en direction de l’ambassade danoise à Bagdad.

Lire Plus

Culture

Une présentatrice de la BBC fait un doigt d’honneur en ouverture de journal

Article

le

Une présentatrice de la BBC fait un doigt d’honneur en ouverture de journal

La journaliste Maryam Moshiri raconte avoir été prise par surprise en pleine plaisanterie avec l’équipe du journal. Sur les réseaux sociaux, elle présente ses excuses.

Un dérapage d’une seconde, mais un moment mémorable pour les téléspectateurs de BBC News. Alors que s’achevait le générique de lancement du journal de 13 heures, mercredi 6 décembre, ils ont eu la drôle de surprise de tomber nez à nez avec la présentatrice Maryam Moshiri, sourire aux lèvres et doigt d’honneur à la main. Visiblement surprise par l’arrivée soudaine de la prise d’antenne, la journaliste a rapidement repris une expression de circonstance avant de se lancer dans son journal, mais le mal était fait.

La séquence, partagée sur les réseaux sociaux, atteint rapidement les centaines de milliers de vues, certains internautes dénonçant ce comportement (et l’ensemble de la BBC au passage) quand d’autres notent le fait que les premières images du journal concernent les excuses de Boris Johnson aux victimes du Covid-19 dans l’enquête publique sur la gestion de la pandémie au Royaume-Uni.

Il faudra attendre le lendemain pour obtenir une réaction de la part de la journaliste. Sur son compte X (anciennement Twitter), Maryam Moshiri présente ses excuses et apporte quelques éléments de contexte à ce raté insolite. « Hier (mercredi, NDLR), juste avant le début du journal de 13 heures, je plaisantais avec l’équipe en studio, raconte-t-elle. Je mimais un décompte pendant que le réalisateur me donnait le compte à rebours de 10 à 0 avec les doigts pour me montrer les chiffres. Quand nous sommes arrivés à 13 heures pile, j’ai retourné le doigt pour plaisanter et je n’ai pas réalisé que cela serait filmé ».

Face aux réactions nombreuses, la journaliste déclare être désolée. « C’était une blague privée avec l’équipe, explique-t-elle, et je suis vraiment désolée qu’elle ait été diffusée ! Ce n’était pas mon intention que cela se produise et je suis désolée si j’ai offensé ou contrarié quelqu’un. Je n’étais pas vraiment en train de “faire un doigt” aux téléspectateurs ou même à une personne. C’était une blague idiote destinée à un petit nombre de mes amis. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Europe

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour « acte de torture »

Article

le

La Cour européenne des droits de l’homme ouvre une procédure contre la France pour "acte de torture"

La Cour européenne des droits de l’homme examine le cas de Laurent Théron, éborgné lors d’une manifestation en 2016.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a pris une mesure sans précédent en ouvrant une procédure à l’encontre de la France pour ce qui est qualifié d' »acte de torture » ou de « traitements inhumains et dégradants » à l’encontre d’un manifestant blessé lors d’une manifestation contre la loi travail en 2016.

Cette décision intervient après sept années de combat judiciaire dans l’affaire Laurent Théron. Le manifestant avait perdu l’usage de son œil droit le 15 septembre 2016, lorsqu’il avait été atteint au visage par l’explosion d’une grenade à main de désencerclement tirée par un CRS lors de la manifestation. Le brigadier-chef responsable du tir avait été renvoyé devant la cour d’assises de Paris, mais avait été acquitté le 14 décembre 2022 au motif de la légitime défense, malgré l’absence de réel danger.

Les avocats de Laurent Théron, Mes Céline Moreau, Olivier Peter et Lucie Simon, ont exprimé leur satisfaction face à l’ouverture de cette procédure par la CEDH. Ils ont souligné que cette décision pourrait avoir un impact significatif sur d’autres enquêtes en cours concernant des manifestants blessés, notamment lors du mouvement des Gilets jaunes. Cette affaire soulève des questions cruciales sur la responsabilité de l’État français dans la protection des droits des manifestants, en particulier face à l’utilisation excessive de la force.

La CEDH, basée à Strasbourg, a communiqué au gouvernement français deux questions essentielles : le requérant a-t-il été « victime de traitements contraires à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme », qui prohibe la torture et les traitements inhumains et dégradants ? De plus, « l’enquête menée en l’espèce par les autorités internes a-t-elle satisfait aux exigences de l’article 3 de la Convention » ?

Cette procédure devrait prendre plusieurs mois, mais elle suscite déjà un débat important sur la question de la protection des droits des manifestants en France et l’application de la législation en matière de maintien de l’ordre.

Lire Plus

Les + Lus