Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Brexit: la filière champagne soulagée d’un « deal » avec la Grande-Bretagne, son marché historique

Article

le

brexit:-la-filiere-champagne-soulagee-d’un-« deal »-avec-la-grande-bretagne,-son-marche-historique

James Bond sans son Bollinger ? Des mandats royaux de la Famille d’Angleterre sans ses Maisons choisies ? La filière champagne, qui a tissé des liens historiques avec la Grande-Bretagne, a accueilli avec soulagement le « deal » du Brexit.

« Un immense soulagement », assure même Jean-Marie Barrillère, président de l’Union des Maisons de Champagne (UMC), qui résume: « C’est la bonne fin d’une trop longue histoire ».

Une réaction à la hauteur des craintes qu’avait suscitées l’idée d’un « no deal »: « Vous vous rendez compte ! S’il n’y a pas d’accord, les Anglais deviennent des étrangers et la Grande-Bretagne un marché aussi lointain que l’Afrique ou l’Asie », s’étranglait-il encore mi-décembre. Ses mauvais rêves d’hier étaient aussi nourris de « nouvelles taxes, formalités douanières, bureaucratie complexe et cauchemars logistiques ».

Ses inquiétudes étaient d’autant plus vives que le marché anglais reste le premier marché en volume pour le champagne, entre 25 et 30 millions de bouteilles chaque année.

De surcroît, les mois d’avant-Brexit avaient été favorables aux ventes sur cette zone.

« Les Anglais, particuliers ou importateurs, ont continué de stocker. Nous avons continué d’expédier », résume le président de l’UMC, qui estime à « 10% du marché annuel » le montant des stocks au 31 décembre.

James Bond ne manquera donc pas de son champagne officiel pour célébrer son prochain film dont la sortie, deux fois repoussée pour cause de Covid-19, est toujours fixée au printemps 2021.

« Nous avons fait un export d’anticipation, entre un et deux mois de stock, pour passer le cap logistique », confirme Charles-Armand de Belenet, directeur général de Bollinger.

« La simple poignée de mains entre Cubby Broccoli, producteur de James Bond, et Christian Bizot de Bollinger dure depuis 1979 », s’étonne presque le dirigeant de « la plus petite des grandes maisons de champagne » comme elle aime se surnommer.

« Le marché tient bien »

Devant le coquet siège de Bollinger à Aÿ-Champagne (Marne) où trône un rutilant « Royal Warrant » (mandat royal attestant du statut de fournisseur de la Cour) datant de la reine Victoria, Charles-Armand de Belenet n’a cessé d’afficher une confiance qui détonnait dans le paysage champenois.

« Pas de catastrophisme », défendait-il avec clairvoyance quand les rumeurs de « no deal » plombaient le moral de la filière.

« Les Anglais ont une grande résilience. On s’attendait à un choc de confiance. Mais le marché tient bien. Il est plus résistant que le marché français ».

Bollinger réalise chaque année en Grande-Bretagne le tiers de son chiffre d’affaires, soit 1,5 million d’euros sur un total de 4,5 millions d’euros en 2019. Sa production est d’environ trois millions de cols par an.

Dans les entreprises de moindre taille, le « no deal » donnait pourtant des sueurs froides.

Ainsi, avec une production annuelle de 800.000 bouteilles, dont 20% pour le marché anglais, la maison Joseph Perrier à Châlons-en-Champagne n’affichait pas les mêmes moyens pour affronter un marché qui serait soudain devenu trop lointain.

« Comme PME, nous ne sommes pas équipés pour gérer tous les papiers de douane d’un marché lointain », s’alarmait avant l’accord Benjamin Fourmon, le directeur général de cette maison longtemps fournisseur officiel de la Famille Royale au point d’en être toujours « le partenaire officieux », n’hésitant pas à évoquer une « catastrophe ».

« Cela fait trois siècles que les vins de champagne ont conquis le coeur des Anglais. Nous allons rester vigilants mais les liens qui unissent la Champagne et le Royaume-Uni nous permettent d’être confiants », conclut Maxime Toubard, le président du Syndicat général des vignerons de champagne. Mais « la vigilance reste de mise, car la Grande-Bretagne quitte quand même l’Union européenne et le marché unique ».

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Espagne: Une Française retrouvée morte dans son camping-car, la piste criminelle privilégiée

Article

le

Espagne: Une Française retrouvée morte dans son camping-car, la piste criminelle privilégiée

Une femme de 63 ans a été retrouvée morte poignardée dans son camping-car à Alcossebre, sur la côte est de l’Espagne, jeudi 18 juillet. Les enquêteurs n’excluent aucune piste, rapporte le site L’Espanol.

Ce jeudi, une femme a été retrouvée morte dans son camping-car, stationné sur une place d’Alcossebre, sur la côte est de l’Espagne. Le corps de la victime présentait des traces de coups de couteau, selon le média local L’Espanol. Elle avait également un couteau planté dans le visage. La Garde civile a indiqué à nos confrères espagnols que la femme, âgée de 63 ans, était de nationalité française et semblait voyager seule comme touriste.

Une enquête pour meurtre a été ouverte et une autopsie doit être menée prochainement. Pour l’heure, les enquêteurs tentent d’identifier la victime et de recueillir des preuves visant à clarifier la cause du décès. Aucune piste n’est écartée pour le moment. Les premiers éléments de l’enquête ont permis de retracer le parcours de la sexagénaire.

Avant d’arriver à Alcossebre, la victime avait séjourné à Tarragone, à environ 150 km au nord. Elle avait également été inscrite seule. Les forces de l’ordre ont interrogé les voyageurs qui occupaient les caravanes garées à proximité de celle de la femme. Selon les premiers témoignages, elle était garée dans la zone depuis deux jours. Certains ont par ailleurs indiqué avoir vu un homme en compagnie de cette dernière, les heures précédant sa mort. L’individu est actuellement recherché.

Lire Plus

Europe

Ukraine : Zelensky favorable à une participation russe à un sommet pour la paix

Article

le

Ukraine : Zelensky favorable à une participation russe à un sommet pour la paix

Pour la première fois, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est déclaré favorable à la participation de représentants russes à un prochain sommet pour la paix. Il reste confiant quant au soutien des États-Unis, même en cas de retour au pouvoir de Donald Trump.

Lundi 15 juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a surpris en se déclarant ouvert à la participation de la Russie à un futur sommet pour la paix, organisé par Kiev. Lors d’une conférence de presse, il a affirmé que des représentants russes devraient participer à ce deuxième sommet, espérant qu’un plan puisse être prêt en novembre. Zelensky n’a pas évoqué l’arrêt des hostilités, mais l’établissement d’un plan sur trois sujets : la sécurité énergétique de l’Ukraine, la libre navigation en mer Noire et les échanges de prisonniers.

C’est la première fois que Zelensky envisage des discussions avec la Russie sans exiger un retrait préalable des forces russes du territoire ukrainien. Par le passé, il avait refusé toute négociation tant que Vladimir Poutine resterait au pouvoir, allant jusqu’à signer un décret rendant illégales de telles discussions.

Le premier sommet pour la paix en Ukraine, organisé en Suisse en juin, avait rassemblé une centaine de pays, sans la Russie et sans la Chine, alliée de Moscou. En 2022, l’Ukraine avait proposé un plan de paix en dix points, soutenu par l’Occident et impliquant le retrait des forces russes, une proposition rejetée par Moscou.

Volodymyr Zelensky a également affirmé ne pas craindre une éventuelle réélection de Donald Trump à la présidence américaine, malgré les incertitudes que cela pourrait entraîner sur le soutien de Washington à Kiev. « Je pense que si Donald Trump devient président, nous travaillerons ensemble. Je n’ai pas peur », a-t-il déclaré.

La perspective d’une victoire de Trump en novembre soulève des questions sur la continuité du soutien américain à l’Ukraine. Trump a laissé entendre qu’il mettrait fin rapidement au conflit s’il revenait à la Maison-Blanche, ce qui pourrait contraindre Kiev à négocier dans une position défavorable. Actuellement, près de 20% du territoire ukrainien est encore occupé par la Russie.

Cependant, Zelensky a souligné le soutien significatif du parti républicain aux États-Unis, affirmant que la majorité de ce parti soutient l’Ukraine. Il a récemment rencontré de nombreux élus républicains et noté que certains dirigeants républicains avaient des positions plus radicales que Trump lui-même.

En somme, le président ukrainien se montre ouvert à de nouvelles discussions pour la paix, tout en restant confiant quant au soutien international à son pays, indépendamment des changements politiques à venir aux États-Unis.

Lire Plus

Europe

Brest refuse l’accès au voilier russe Shtandart en raison des sanctions européennes

Article

le

Brest refuse l'accès au voilier russe Shtandart en raison des sanctions européennes

La réplique d’une frégate russe du XVIIIᵉ siècle pourrait se voir refuser l’accès au port breton en raison des sanctions européennes.

Le navire russe Shtandart, une réplique d’une frégate du XVIIIᵉ siècle, pourrait se voir refuser l’accès au port de Brest lors des fêtes maritimes prévues du 12 au 17 juillet. Bien que l’événement attire chaque année des milliers de spectateurs, l’application des sanctions européennes contre la Russie, étendues depuis le 24 juin aux « navires répliques historiques », menace la participation de ce trois-mâts de 34 mètres de long.

Le Shtandart, parti de La Rochelle jeudi dernier, doit accoster à Brest malgré un arrêté de la préfecture interdisant son entrée. Le capitaine du navire, Vladimir Martus, se dit déterminé à tenter d’accoster, malgré les interdictions. « Nous allons entrer à Brest avec le voilier français Belem et d’autres bateaux (…) Je ne sais pas si la police va m’arrêter ou pas, mais je vais essayer », a-t-il déclaré.

Le navire, arborant désormais le pavillon des Îles Cook après avoir abandonné celui de la Russie à la demande des autorités françaises, suscite la polémique depuis des mois. Le capitaine Martus, qui se présente comme un dissident au régime russe, affirme œuvrer pour « l’amitié entre les peuples de toutes les nations » et a exprimé son soutien à la « lutte héroïque » des Ukrainiens contre l’agression russe, qualifiant Vladimir Poutine de « dictateur ».

Malgré ces déclarations, une source proche du dossier indique que le Shtandart ne devrait pas être autorisé à approcher de Brest, sauf pour une escale technique. Cette décision est soutenue par certains opposants au navire, qui contestent les intentions du capitaine. Bernard Grua, animateur du collectif « No Shtandart In Europe », accuse Martus de ne jamais critiquer la Russie sur les réseaux sociaux, affirmant que ses propos relèvent du « langage du FSB (ex-KGB) ».

Mardi après-midi, une trentaine de détracteurs du Shtandart se sont rassemblés devant la mairie de Brest, brandissant des drapeaux ukrainiens et des pancartes telles que « Russia go home » et « Shtandart: espion russe ». Ils ont également exprimé leur soutien au préfet du Finistère pour sa décision de tenir le navire à distance.

Lire Plus

Les + Lus