Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Au Yémen, le « Manhattan du désert » épargné par la guerre, menacé par les pluies

Article

le

au-yemen,-le-« manhattan-du-desert »-epargne-par-la-guerre,-menace-par-les-pluies

Avec ses gratte-ciels en argile dans un paysage de Grand Canyon, Chibam, ville historique du Yémen surnommée le « Manhattan du désert », a été épargnée par la guerre mais se trouve menacée par les catastrophes naturelles.

La cité, située au centre de la vallée de Hadramout dans le sud-est du pays, le plus pauvre de la péninsule arabique, a mal supporté les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le pays entre avril et mi-septembre

Déclenchant des crues, elles ont tué des dizaines de personnes selon les derniers chiffres de l’ONU.

Inscrite en 1982 au patrimoine mondial de l’Unesco en tant que « plus ancienne cité gratte-ciel du monde », Chibam porte aujourd’hui les stigmates de cette météorologie défavorable.

« La ville a été frappée par ce qui ressemble à une catastrophe sans précédent », a dit à l’AFP un responsable local, Abdelwahab Abdallah ben Ali Jaber.

Selon lui, au moins quatre maisons de plusieurs étages ont été complètement détruites et 15 endommagées sur ce site du XVIe siècle.

Située sur un éperon rocheux, la ville est protégée par un rempart rectangulaire de 330 mètres sur 250 mètres et offre une rare densité urbaine, ses demeures de sept à huit étages n’étant séparées que par d’étroites ruelles.

« Manque de moyens »

« Les toits et les façades ont subi le plus de dégâts », explique à l’AFP Hassan Aïdid, directeur de l’Organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen, une administration publique.

Pour protéger les tours en argile, l’enduit de protection des façades doit être refait périodiquement mais « les habitants n’ont pas pu le faire en raison du manque de moyens et de la guerre », souligne M. Aïdid.

Chibam n’est pas une ville musée mais une cité habitée depuis l’antiquité, rappellent les spécialistes.

Aux abords de la vallée inondable de Hadramout où prospère une vaste oasis, Chibam est restée loin du conflit opposant depuis 2014 le gouvernement aux rebelles Houthis qui se sont emparés de la capitale Sanaa et d’une bonne partie du nord du pays.

La guerre entre le gouvernement, appuyé depuis 2015 par une coalition militaire emmenée par l’Arabie saoudite, et les rebelles soutenus par l’Iran a dévasté le pays, faisant des dizaines de milliers de morts et provoquant la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations unies.

Théoriquement sous l’autorité du gouvernement, Chibam n’a pas moins souffert des conséquences indirectes du conflit avec un ralentissement de l’activité économique et une baisse des dépenses publiques.

Le programme de conservation tente cependant de parer au plus urgent, indique M. Aïdid, selon lequel une opération de restauration de 40 demeures est en cours avec l’assistance de l’Unesco pour un montant équivalent à 194.000 dollars (environ 166.000 euros).

Berceau de civilisations

Un riche homme d’affaires saoudien, originaire de Hadramout, cheikh Abdallah Ahmed Baqchane, a offert l’équivalent de 54.000 dollars (46.200 euros) pour réparer les dégâts provoqués par les dernières pluies.

Cet argent n’a pas encore été utilisé, affirme Barak Baswitine qui dirige une association spécialisée dans la restauration des bâtiments en argile.

« Le travail est lent car nous nous heurtons à certains obstacles comme le manque de main d’oeuvre spécialisée et le retard dans le paiement des salaires », dit-il à l’AFP à propos de cette opération pilotée par la province de Hadramout et la Caisse de développement social, un organisme gouvernemental.

Chibam, tout comme deux autres villes historiques yéménites, se présentent comme des témoins vivants de l’architecture en argile de la vallée de Hadramout qui a été le berceau de nombreuses civilisations anciennes.

Seyoun, avec son grand palais blanc considéré comme le plus imposant bâtiment en argile de la péninsule arabique, se trouve à seulement une vingtaine de kilomètres à l’est de Chibam.

Le palais a été endommagé par la pluie et les responsables locaux ont lancé un appel à l’aide pour la restaurer.

A 55 km à l’est de Chibam, on trouve aussi la cité de Tarim qui était le centre théologique et universitaire de Hadramout. Elle est connue pour ses 365 mosquées dont celle d’Al-Mehdar, dominée par un minaret d’argile de 46 mètres, le plus élevé du Yémen.

Les pluies torrentielles ont également endommagé de nombreux sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco à Sanaa.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus