Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Ukraine : la pression russe s’accroît sur l’est au début du quatrième mois de guerre

Article

le

ukraine:-la-pression-russe-s’accroit-sur-l’est-au-debut-du-quatrieme-mois-de-guerre

A l’entame du quatrième mois de la guerre en Ukraine, les troupes russes intensifient mardi leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Lougansk, dans l’est.

Après avoir éloigné les forces russes des deux plus grandes villes du pays, la capitale Kiev fin mars et début avril, puis Kharkiv (nord-est) en mai, les Ukrainiens reconnaissent depuis quelques jours des « difficultés » dans le bassin houiller Donbass, formé par les provinces de Lougansk et de Donetsk.

« Les prochaines semaines de guerre seront difficiles », a prévenu lundi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Les occupants russes s’efforcent de montrer qu’ils n’abandonneront pas les zones occupées de la région de Kharkiv, qu’ils ne rendront pas la région de Kherson (sud), les territoires occupés de la région de Zaporijjia (sud-est) et le Donbass », où ils cherchent à « éliminer tout ce qui est vivant », a-t-il encore dit.

Un nouveau Marioupol ?

Moscou concentre précisément sa puissance de feu sur le réduit ukrainien de la région de Lougansk, essayant de cerner les villes de Severodonetsk et de Lyssytchansk.

Le ministère ukrainien de la Défense a aussi évoqué d’intenses combats en cours à proximité de là, dans les environs des localités de Popasna et de Bakhmout.

La chute de Bakhmout, dans la province de Donetsk, donnerait aux Russes le contrôle d’un carrefour qui sert actuellement de centre de commandement impromptu pour une grande partie de l’effort de guerre ukrainien.

Ses habitants, en tout cas, rechignent à fuir, malgré les risques : « Les gens ne veulent pas partir », se désole son maire-adjoint, Maxim Soutkovyï, devant un autocar à moitié vide prêt à emmener des civils vers des endroits plus sûrs.

Dans ce secteur, « l’ennemi a amélioré sa position tactique sur le territoire de Vasylivka », a admis mardi matin l’état-major de l’armée ukrainienne, qui assure que « la plus grande activité hostile » est observée « près de Lyssytchansk et de Severodonetsk » que les Russes cherchent à « encercler ».

« Severodonetsk est entièrement sous le contrôle des autorités ukrainiennes. Mais c’est vraiment très difficile. Nous comprenons que les Russes ont maintenant jeté toutes leurs forces soit pour s’en emparer, soit pour assiéger toute la partie de la région de Lougansk qui est contrôlée par l’Ukraine », a commenté mardi son gouverneur, Serguiï Gaïdaï.

« Aujourd’hui, nous constatons que le nombre des bombardements à Severodonetsk a augmenté (…) Ils détruisent simplement toute la ville », a-t-il ajouté.

Le sort de Severodonetsk rappelle forcément celui de Marioupol, la grande cité portuaire du sud-est pratiquement rasée après plusieurs semaines de siège.

« Nous avons de très violents combats dans les régions de Gorlovka, d’Avdiivka, de Maryinka, de Novomaryinka », a signalé le même jour Edouard Bassourine, un représentant des forces séparatistes prorusses de Donetsk.

Deux républiques séparatistes prorusses ont été proclamées en 2014 dans le Donbass et c’est pour les défendre d’un prétendu « génocide » que le président russe Vladimir Poutine avait lancé le 24 février l’invasion de l’Ukraine. Cette « opération militaire spéciale », selon les termes du Kremlin, a débuté quelques jours après que Moscou a reconnu leur indépendance.

« Accélérer » les livraisons d’armes

Le front méridional semble quant à lui stable, bien que les Ukrainiens y revendiquent des gains territoriaux.

Le commandement sud a fait état, dans la nuit de lundi à mardi, d’une « avancée » de ses divisions « à travers la région de Mykolaïv en direction de la région de Kherson », contrôlée par les Russes qui y ont introduit leur monnaie, le rouble. Il a accusé les « occupants » d’avoir tué des civils cherchant à fuir en voiture.

Les forces ukrainiennes pilonnent désormais les positions russes avec des systèmes d’artillerie occidentaux tout nouvellement acheminés, notamment des obusiers américains, a expliqué à l’AFP un porte-parole de l’armée ukrainienne.

Dans ce contexte, Kiev appelle instamment les Occidentaux à lui livrer davantage d’armements.

« Il est trop tôt pour conclure que l’Ukraine dispose déjà de toutes les armes dont elle a besoin. L’offensive russe dans le Donbass est une bataille impitoyable, la plus vaste sur le sol européen depuis la Deuxième guerre mondiale. J’exhorte nos partenaires à accélérer les livraisons d’armes et de munitions », a ainsi lancé mardi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba.

Au cours d’une réunion virtuelle la veille du « Groupe de contact pour la défense de l’Ukraine », vingt des 44 pays représentés s’étaient engagés à lui fournir des armements supplémentaires tandis que d’autres entraîneront son armée.

Un embargo de l’Union européenne sur le pétrole russe est par ailleurs possible « d’ici quelques jours », a estimé lundi soir le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck, alors que le sujet ne fait pour l’instant pas l’unanimité nécessaire au sein des Vingt-Sept.

234 enfants tués

En trois mois de conflit armé, 234 enfants ont été tués et 433 blessés, a dénoncé mardi le bureau de la procureure générale d’Ukraine Iryna Venediktova.

Au total, des milliers de personnes, civils et militaires, ont péri, sans qu’il existe un bilan chiffré. Pour la seule ville de Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent toutefois de 20.000 morts.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 29.200 hommes, 204 avions et près de 1.300 chars depuis le début de l’invasion le 24 février.

Le Kremlin pour sa part a admis des « pertes importantes ».

Des sources occidentales évoquent quelque 12.000 soldats russes tués.

Ces chiffres sur trois mois avoisinent ceux enregistrés en neuf ans par l’armée soviétique en Afghanistan, souligne le ministère britannique de la Défense.

L’Ukraine n’a pour sa part fourni aucune indication de ses pertes militaires.

La guerre a aussi chamboulé la répartition de la population : plus de huit millions d’Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur de leur pays, selon l’ONU. S’y ajoutent 6,5 millions qui ont fui à l’étranger, dont plus de la moitié – 3,4 millions – en Pologne.

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre reçoit une amende pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a reçu une amende vendredi pour ne pas avoir porté la ceinture de sécurité la veille alors qu’il tournait une vidéo à l’arrière d’une voiture.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a reçu une amende, vendredi 20 janvier, pour ne pas avoir porté sa ceinture de sécurité. Dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, mais qui a depuis été retirée, le chef du gouvernement conservateur évoque avec entrain sa politique de rééquilibrage territorial, assis à l’arrière d’une voiture sans porter sa ceinture de sécurité, lors d’un déplacement dans le Lancashire, dans le nord de l’Angleterre.

Rapidement, les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux et Rishi Sunak a reconnu jeudi soir « une erreur de jugement ». La police du Lancashire a annoncé la sanction dans un tweet vendredi : « Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un individu ne portant pas sa ceinture de sécurité alors qu’il était passager d’une voiture en mouvement dans le Lancashire, nous avons aujourd’hui émis une offre conditionnelle de pénalité fixe à un homme de 42 ans de Londres ».

Le Premier ministre « reconnaît pleinement qu’il s’agissait d’une erreur et a présenté ses excuses. Il va bien sûr se conformer à l’amende fixée », n’a pas tardé à réagir un porte-parole de Downing Street. Selon la BBC, la contravention pour le non-port de la ceinture de sécurité en tant que passager d’une voiture s’élève à 100 livres sterling (114,20 euros) et peut monter jusqu’à 500 livres sterling (571 euros) si l’affaire est portée devant le tribunal.

Ce n’est pas la première fois que Rishi Sunak reçoit une amende. Quand il était ministre des Finances de Boris Johnson, il avait été sanctionné dans le scandale dit du « Partygate », pour avoir été présent lors d’un rassemblement pour l’anniversaire du Premier ministre, en violation des règles anti-Covid.

Lire Plus

Europe

Grève du 19 janvier : Macron, Darmanin et Le Maire seront en Espagne ce jeudi

Article

le

Grève du 19 janvier : Macron, Darmanin et Le Maire seront en Espagne ce jeudi

11 ministres seront en Espagne avec le président ce jeudi 19 janvier, jour de grève contre la réforme des retraites.

La France et l’Espagne vont célébrer en grande pompe l’étroitesse de leurs relations lors d’un sommet ce jeudi 19 janvier à Barcelone, où Paris espère afficher un front uni sur la riposte européenne au regain de protectionnisme américain. Le président français Emmanuel Macron signera avec le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez un « traité d’amitié et de coopération ». Ils devraient annoncer une coopération accrue sur les questions migratoires, la défense, l’énergie et la jeunesse.

Ce traité est le troisième de la sorte signé en Europe par la France après celui de l’Élysée, paraphé en 1963 avec l’Allemagne et complété par celui d’Aix-la-Chapelle en 2019, et celui du Quirinal, signé avec l’Italie en 2021. Cette signature intervient trois mois après un accord entre les deux pays et le Portugal pour enterrer le projet de gazoduc « Midcat », auquel s’opposait Paris, et le remplacer par un pipeline d’hydrogène « vert » reliant Barcelone à Marseille et baptisé « H2Med ».

Désaccords avec Berlin

Comme le traité du Quirinal, ce traité de Barcelone vise à graver dans le marbre le renforcement des relations de Paris avec d’autres voisins que l’Allemagne, au moment où le moteur franco-allemand de l’UE est souvent apparu essoufflé. Dans l’esprit d’Emmanuel Macron, il s’agit de concrétiser une « ligne commune avec Madrid » sur la réponse européenne à l’Inflation Reduction Act, le plan d’investissement massif des États-Unis dans la transition énergétique. La France veut une action tout aussi massive de l’UE, et des décisions rapides pour éviter la fuite d’entreprises européennes attirées par les aides américaines.

Le président français caresse l’espoir de rallier à sa position non seulement Pedro Sánchez jeudi, mais aussi, dans une certaine mesure, le chancelier allemand Olaf Scholz. Ce dernier sera reçu dimanche à Paris pour célébrer les 60 ans du Traité de l’Élysée et participer à un conseil des ministres franco-allemand censé solder les nombreux différends entre les deux premières puissances européennes.

Lire Plus

Les + Lus