Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Thau : Thierry Baeza « le ramassage des ordures ménagères sur les communes de l’agglo n’est pas équitable »

Article

le

Sète Agglopôle Méditerranée

Mardi, lors du conseil communautaire, Thierry Baeza a dénoncé une inégalité qui pèse sur les communes de Sète Agglopôle Méditerranée : la fréquence du ramassage des déchets ménagers.

Depuis la création de Sète Agglopôle Méditerranée, la fréquence des collectes de déchets des communes du nord de l’agglomération diminue. Avant la fusion entre les EPCI, les zones pavillonnaires de la CCNBT (Communauté des Communes Nord du Bassin de Thau) étaient mieux loties. En effet, de mi-mai à mi-octobre, elles bénéficiaient de 2 ramassages de déchets par semaine. Le reste de l’année, un ramassage hebdomadaire est suffisant.

Lors de la fusion, la période de collecte bihebdomadaire a été raccourcie sur 4 mois. Récemment, elle a à nouveau été réduite. « Sur la volonté de Laurence Magne, élue en charge des déchets, la période de ramassage bihebdomadaire est passée à 2 mois. Soit seulement sur juillet et août. Néanmoins, cette réduction n’a été prévue que pour l’ancienne CCNBT. Les villes du sud du Bassin bénéficient toujours de 2 ramassages par semaine de juin à septembre », développe Thierry Baeza. L’agglopôle justifie ces choix par la fin de la saison touristique. La baisse de la fréquentation du Bassin entraîne effectivement la réduction du volume de déchets à collecter.

Un tarif unique pour des services qui diffèrent

Avant la fusion, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères était fixée au taux de 18,5% pour l’ex-Thau agglo et de 14,5% pour l’ex-CCNBT. Un an après la création de Sète Agglopôle, cette taxe a été minorée au taux de 14,5% pour toute la communauté d’agglomération. Administrativement, l’harmonisation de ce taux est obligatoire dans les 5 ans qui suivent une fusion d’intercommunalités. « Alors que les habitants de l’Agglopôle paient tous la même taxe d’enlèvement des ordures ménagères, ils ne disposent pas des mêmes services. Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de grosse chaleur mais ça ne saurait tarder. Nous habitons une région où nous consommons du poisson, des coquillages, etc. La saison du melon va débuter. Une seule collecte des déchets ménagers par semaine va causer de gros désagréments hygiéniques en plus des odeurs nauséabondes », explique M. Baeza.

L’intervention de M. Baeza a semblé porter ses fruits puisqu’un retour à l’équité semble se profiler. « François Commeinhes a semblé surpris par cette révélation. Je suis moi-même étonné qu’aucun élu n’ait fait remonter ce souci auparavant. À l’issue du conseil, M. Commeinhes m’a garanti qu’il ferait en sorte de réinstaurer les ramassages bihebdomadaires sur la même durée pour toute l’agglo », conclut-il.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Bassin de Thau

Sète: des urgences sous tension, le niveau 2 du plan de sauvegarde activé

Article

le

©hbt

Confronté à un taux d’absentéisme important, les urgences des HBT ont activé le niveau II du plan de sauvegarde du fonctionnement des urgences.

Voilà bientôt un mois que la population du bassin de Thau est invitée à appeler son médecin traitant ou le 15 en priorité avant de rejoindre les urgences des Hôpitaux du bassin de Thau (HBT). C’est désormais obligatoire à partir de demain.

En effet, confronté à un taux d’absentéisme important, les urgences des HBT ont activé le niveau II du plan de sauvegarde du fonctionnement des urgences.

La cellule de crise interne a pris la décision de limiter l’accueil des patients en le conditionnant de manière obligatoire à une orientation préalable par le centre 15. Aucune admission aux urgences ne sera possible sans une orientation par la régulation du centre 15.

Cette mesure sera activée sur les nuits du 12 au 13 et du 13 au 14 aout 2022 (de 18h30 à 8h30). Le retour à la normale est planifié à la suite de ces périodes.

Le ministre de la Santé reconnaît que plusieurs services sont bien fermés

Mercredi matin le ministre de la Santé, François Braun, a fait savoir que plusieurs services étaient actuellement fermés en France. « En termes de fermetures, c’est-à-dire un service d’urgence qui n’accueillerait plus personne, il y en avait quatre avant le mois de juillet, il y en a huit aujourd’hui », a-t-il déclaré sur RTL. Et il y a, par ailleurs, « des services d’urgence qui limitent leur entrée la nuit ».

Les mesures de la mission flash – qui lui avait été confiée pour régler ce problème avant qu’il n’entre au gouvernement – « n’allaient pas régler tous les problèmes : c’était des mesures pour passer l’été le moins mal possible », a commenté le ministre.

Ces propos marquent un changement de discours du ministre, qui réfutait jusqu’ici toute fermeture des urgences, n’évoquant qu’un accès régulé des patients à certains de ces services, malgré des témoignages en ce sens des professionnels de santé

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : Le projet « Autour de t’eau » met en avant la sensibilisation des jeunes aux enjeux environnementaux 

Article

le

Initié par le CPIE Bassin de Thau en 2008, le projet s’adresse aux établissements scolaires, et vise à faire comprendre aux plus jeunes les problématiques environnementales liées à l’eau sur le territoire.

Du primaire au lycée, ce sont près de 900 élèves qui participent à ce projet chaque année. Ce dernier bénéficie de l’appui du syndicat Mixte du Bassin de Thau mais pas que… Parmi les structures membres qui sont impliqués dans la gestion et l’animation, on peut retrouver l’ADENA, LPO Hérault, l’association Kimiyo, CIVAM Racine 34, Prud’homie de Thau et Ingril, et La Clé des Arts.

Selon chaque niveau, « Autour de t’eau » propose à ses élèves d’aborder chaque enseignement selon différentes thématiques, et différents cycles d’application. Ces thématiques peuvent être la découverte de l’écosystème d’une rivière, l’approche géologique, économique ou sociale de la ressource en eau sur le territoire, ou encore la consommation et la qualité de l’eau dans une consommation quotidienne, pour les plantes et les jardins par exemple.

Malgré les mesures mises en avant par le CPIE, les enseignants restent maîtres de leurs leçons. Les contenus proposés aux élèves peuvent être modifiés en fonction des attentes et des objectifs pédagogiques de chaque enseignant. Les cours consistent en 7 séances pour le niveau primaire, 3 ou 4 séances pour le collège et 2 séances pour le lycée avec dans l’ensemble trois ou 4 thématiques possibles.

Les activités proposées associent des visites sur le terrain, en espaces près lagunaires par exemple ou sur des sites de spéléologie, toujours accompagné de rencontres avec des professionnels (pêcheurs, conchyliculteurs, scientifiques…).  Les heures de travail prévoient tout de même plusieurs séances d’apprentissage en classe.

En fin de cycle, une restitution est organisée pour chaque classe de primaire composée généralement de 30 élèves, en présence des élus, de la Commission Locale de l’Eau, des enseignants, et des parents. Cet évènement prend la forme d’expositions ou d’ateliers divers comme une balade en bateau ou la réalisation d’un film par exemple. L’occasion aussi de montrer le fruit de leur apprentissage, pour valoriser leur travail et les nouvelles connaissances acquises de la région qui les entourent.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Culture : Les mélodies de Brassens font leur retour à Sète à partir du 9 août

Article

le

L’association CAP Brassens organise la 7ème édition des concerts de chansons de Georges Brassens, interprétée par des artistes de passions et de talents. L’événement sera tenu au théâtre de la Mer à 19€ l’entrée, le mardi 9 août à partir de 20h30. 

Face au soleil qui se couche sur la lagune de Thau, Cap Brassens vous propose une soirée sur le ton du rock, avec quatre groupes qui interpréteront les chansons inoubliables du « génie de la poésie chantée ». On peut croire que ce genre musical va à l’encontre du style du chanteur, mais bien au contraire c’est ce qui emporte le public. 

C’est la chorale dirigée par Juliette Pradelle qui ouvrira la soirée, suivie du groupe punk rock Brassen’s Not Dead. Le groupe des Not Dead reprend depuis 2006 les chansons de l’artiste Sétois tout en gardant « l’humour et l’esprit contestataire de ses textes ». Avec 4 albums au compteur, l’énergie et la présence de ces derniers donne le rythme à une soirée qui se promet festive et électrique. Comme dirait le groupe Toulousain : « Du Brassens mais résolument rock parbleu ». Enfin, La Bise à Madame et le groupe montpelliérain Les Naufragés vous feront découvrir une rock brûlant et voyageur. Des rythmes « entrainants de la fête aux rimes coquines de la séduction ».

« Une association, pour l’amour de Georges »

Cap Brassens, c’est avant tout la musique, les concerts, les repas qui s’adressent à tous, à travers toute la commune. Relié par un même lien, l’amour des bons mots de Georges « et sa franche camaraderie ». Mais c’est tout autant « un maillon essentiel du tissu social, un lien intergénérationnel autour de la fraternité et des racines sétoises », explique le collectif

Fondé par José Capel et quelques bénévoles en 2014, l’organisation est née d’une volonté de conserver, de rendre hommage à l’œuvre intemporel de Georges Brassens à travers les quelques 180 tubes que ce dernier à laisser dernier lui et qui ont marqué l’histoire de la musique.

« Nous resterons fidèles à ce que nous sommes et à ce que nous a légué José, des rêveurs, des copains, des fous, des bénévoles au grand cœur que, depuis 2014, organisons cet hommage à Brassens », déclare Isabelle François, présidente de l’association Cap Brassens. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus