Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Sète : MH Barber, le salon de coiffure prisé des jeunes

Article

le

©Le Singulier

À Sète, le 30 rue Révolution abrite un salon de coiffure qui a la côte : le MH Barber. En une dizaine d’années, il a acquis une certaine renommée. Retour sur le parcours de Mohammed Ahbila, son gérant.

« J’ai commencé et appris tout seul. C’est un savoir-faire que j’ai développé dès la première fois où j’ai eu une tondeuse en main. Dès mes 15 ans, je me coupais les cheveux tout seul. Ensuite, j’ai coupé les cheveux de mes cousins, puis de mes amis, de mes collègues, etc. Un jour, un coiffeur a demandé à quelqu’un que j’avais coiffé qui lui avais coupé les cheveux. C’est là que tout a commencé : il m’a contacté et j’ai travaillé quelques temps avec lui, jusqu’à ce qu’il ferme son salon. C’est lui qui m’a formé », raconte Mohammed Ahbila, le gérant du MH Barber. Alors âgé de 19 ans, il prend son envol. « J’ai ouvert mon propre salon, en 2013. J’ai ensuite ouvert un salon pour femme en 2015 et un deuxième salon pour homme en novembre 2020 », précise-t-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

Le savoir-faire de M. Ahbila a vite été reconnu de tous. Son salon est par conséquent devenu populaire. « Dès le début, on a fait beaucoup de coupes de jeunes, à la mode. Ça a permis de mettre notre maîtrise en avant au niveau des fondus, dégradés, coupes aux ciseaux et couleurs. On a pris de l’ampleur grâce aux couleurs et au tribal, que peu de coiffeur proposaient sur Sète à l’époque. J’ai vite compris qu’il fallait que je me différencie des autres salons en faisant ce qu’ils ne faisaient pas », explique-t-il. Quant à ses sources d’inspiration, il n’en a pas vraiment. « Je n’aime pas regarder ce que fait la concurrence, même sur internet ou insta. Je m’inspire de moi-même en essayant de faire chaque jour des meilleurs choses », déclare-t-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

Une notoriété qui ne cesse de croitre

Avec des dégradés méticuleusement travaillés, des colorations modernes et des soins de barbe, le tout pour des tarifs accessibles, le salon est victime de son succès. La clientèle qui le fréquente est composée de 75% de jeunes, jusqu’à la trentaine. Il est possible de s’y présenter avec et sans rendez-vous. Cependant, les délais d’attente peuvent être longs. M. Ahbila recommande d’ailleurs de prendre rendez-vous plusieurs jours à l’avance car les créneaux partent vite. En effet, certains clients font une trentaine de kilomètres pour venir se faire coiffer chez lui.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

« Le confinement a été compliqué mais on a réussi à rebondir. Ceci dit, les gens ont mis du temps à revenir parce qu’ils restaient chez eux », confie M. Ahbila. « Pendant le confinement, énormément d’hommes ont fait la boule à zéro. La plupart d’entre eux ont donc les cheveux courts et repartent sur une nouvelle coupe. On fait beaucoup de fondus, dégradés bas avec barbe longue bien tracée et travaillée. La tendance estivale reste les couleurs : violet, rose, bleu, il y a de tout », poursuit-il.  

Le salon est ouvert du mardi au dimanche, de 9H30 à 19H30. Mohammed Ahbila a 2 autres adresses à Sète. Le 16 Quai du Maréchal de Lattre de Tassigny, réservé aux hommes, et le 11 Rue Honoré Euzet, réservé aux femmes (coiffeur et manucure). M. Ahbila a de belles ambitions et de beaux projets en cours. Espérons qu’ils se concrétisent et lui permettent d’augmenter sa notoriété.

Retrouvez plus d’informations ici.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MH barber7 (@mhbarber7)

Bassin de Thau

Sète: des urgences sous tension, le niveau 2 du plan de sauvegarde activé

Article

le

©hbt

Confronté à un taux d’absentéisme important, les urgences des HBT ont activé le niveau II du plan de sauvegarde du fonctionnement des urgences.

Voilà bientôt un mois que la population du bassin de Thau est invitée à appeler son médecin traitant ou le 15 en priorité avant de rejoindre les urgences des Hôpitaux du bassin de Thau (HBT). C’est désormais obligatoire à partir de demain.

En effet, confronté à un taux d’absentéisme important, les urgences des HBT ont activé le niveau II du plan de sauvegarde du fonctionnement des urgences.

La cellule de crise interne a pris la décision de limiter l’accueil des patients en le conditionnant de manière obligatoire à une orientation préalable par le centre 15. Aucune admission aux urgences ne sera possible sans une orientation par la régulation du centre 15.

Cette mesure sera activée sur les nuits du 12 au 13 et du 13 au 14 aout 2022 (de 18h30 à 8h30). Le retour à la normale est planifié à la suite de ces périodes.

Le ministre de la Santé reconnaît que plusieurs services sont bien fermés

Mercredi matin le ministre de la Santé, François Braun, a fait savoir que plusieurs services étaient actuellement fermés en France. « En termes de fermetures, c’est-à-dire un service d’urgence qui n’accueillerait plus personne, il y en avait quatre avant le mois de juillet, il y en a huit aujourd’hui », a-t-il déclaré sur RTL. Et il y a, par ailleurs, « des services d’urgence qui limitent leur entrée la nuit ».

Les mesures de la mission flash – qui lui avait été confiée pour régler ce problème avant qu’il n’entre au gouvernement – « n’allaient pas régler tous les problèmes : c’était des mesures pour passer l’été le moins mal possible », a commenté le ministre.

Ces propos marquent un changement de discours du ministre, qui réfutait jusqu’ici toute fermeture des urgences, n’évoquant qu’un accès régulé des patients à certains de ces services, malgré des témoignages en ce sens des professionnels de santé

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : Le projet « Autour de t’eau » met en avant la sensibilisation des jeunes aux enjeux environnementaux 

Article

le

Initié par le CPIE Bassin de Thau en 2008, le projet s’adresse aux établissements scolaires, et vise à faire comprendre aux plus jeunes les problématiques environnementales liées à l’eau sur le territoire.

Du primaire au lycée, ce sont près de 900 élèves qui participent à ce projet chaque année. Ce dernier bénéficie de l’appui du syndicat Mixte du Bassin de Thau mais pas que… Parmi les structures membres qui sont impliqués dans la gestion et l’animation, on peut retrouver l’ADENA, LPO Hérault, l’association Kimiyo, CIVAM Racine 34, Prud’homie de Thau et Ingril, et La Clé des Arts.

Selon chaque niveau, « Autour de t’eau » propose à ses élèves d’aborder chaque enseignement selon différentes thématiques, et différents cycles d’application. Ces thématiques peuvent être la découverte de l’écosystème d’une rivière, l’approche géologique, économique ou sociale de la ressource en eau sur le territoire, ou encore la consommation et la qualité de l’eau dans une consommation quotidienne, pour les plantes et les jardins par exemple.

Malgré les mesures mises en avant par le CPIE, les enseignants restent maîtres de leurs leçons. Les contenus proposés aux élèves peuvent être modifiés en fonction des attentes et des objectifs pédagogiques de chaque enseignant. Les cours consistent en 7 séances pour le niveau primaire, 3 ou 4 séances pour le collège et 2 séances pour le lycée avec dans l’ensemble trois ou 4 thématiques possibles.

Les activités proposées associent des visites sur le terrain, en espaces près lagunaires par exemple ou sur des sites de spéléologie, toujours accompagné de rencontres avec des professionnels (pêcheurs, conchyliculteurs, scientifiques…).  Les heures de travail prévoient tout de même plusieurs séances d’apprentissage en classe.

En fin de cycle, une restitution est organisée pour chaque classe de primaire composée généralement de 30 élèves, en présence des élus, de la Commission Locale de l’Eau, des enseignants, et des parents. Cet évènement prend la forme d’expositions ou d’ateliers divers comme une balade en bateau ou la réalisation d’un film par exemple. L’occasion aussi de montrer le fruit de leur apprentissage, pour valoriser leur travail et les nouvelles connaissances acquises de la région qui les entourent.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Culture : Les mélodies de Brassens font leur retour à Sète à partir du 9 août

Article

le

L’association CAP Brassens organise la 7ème édition des concerts de chansons de Georges Brassens, interprétée par des artistes de passions et de talents. L’événement sera tenu au théâtre de la Mer à 19€ l’entrée, le mardi 9 août à partir de 20h30. 

Face au soleil qui se couche sur la lagune de Thau, Cap Brassens vous propose une soirée sur le ton du rock, avec quatre groupes qui interpréteront les chansons inoubliables du « génie de la poésie chantée ». On peut croire que ce genre musical va à l’encontre du style du chanteur, mais bien au contraire c’est ce qui emporte le public. 

C’est la chorale dirigée par Juliette Pradelle qui ouvrira la soirée, suivie du groupe punk rock Brassen’s Not Dead. Le groupe des Not Dead reprend depuis 2006 les chansons de l’artiste Sétois tout en gardant « l’humour et l’esprit contestataire de ses textes ». Avec 4 albums au compteur, l’énergie et la présence de ces derniers donne le rythme à une soirée qui se promet festive et électrique. Comme dirait le groupe Toulousain : « Du Brassens mais résolument rock parbleu ». Enfin, La Bise à Madame et le groupe montpelliérain Les Naufragés vous feront découvrir une rock brûlant et voyageur. Des rythmes « entrainants de la fête aux rimes coquines de la séduction ».

« Une association, pour l’amour de Georges »

Cap Brassens, c’est avant tout la musique, les concerts, les repas qui s’adressent à tous, à travers toute la commune. Relié par un même lien, l’amour des bons mots de Georges « et sa franche camaraderie ». Mais c’est tout autant « un maillon essentiel du tissu social, un lien intergénérationnel autour de la fraternité et des racines sétoises », explique le collectif

Fondé par José Capel et quelques bénévoles en 2014, l’organisation est née d’une volonté de conserver, de rendre hommage à l’œuvre intemporel de Georges Brassens à travers les quelques 180 tubes que ce dernier à laisser dernier lui et qui ont marqué l’histoire de la musique.

« Nous resterons fidèles à ce que nous sommes et à ce que nous a légué José, des rêveurs, des copains, des fous, des bénévoles au grand cœur que, depuis 2014, organisons cet hommage à Brassens », déclare Isabelle François, présidente de l’association Cap Brassens. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus