Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Chasseur de grottes en Slovénie, paradis des spéléologues

Article

le

chasseur-de-grottes-en-slovenie,-paradis-des-speleologues

Une simple fissure dans le sol, des herbes folles vacillant sous la pression des courants d’air souterrains, et voilà Ludvik Husu, un retraité slovène passionné des profondeurs, sur la piste d’une nouvelle grotte.

En 50 ans d’une inlassable quête, il ne compte plus les cavités qu’il a découvertes dans la spectaculaire région du Karst, où les premiers animaux cavernicoles au monde ont été observés il y a environ deux siècles.

Plus de 14.000 grottes ont déjà été cartographiées dans ce pays d’Europe centrale certes petit par la taille – 20.300 kilomètres carrés – mais dont les entrailles constituent un réseau exceptionnel de galeries et de salles enfouies.

« C’est l’hiver qu’on a le plus de chances de tomber sur un site encore inexploré », quand les températures extérieures sont plus fraîches que sous la surface, créant des remontées d’air chaud, explique à l’AFP le sexagénaire.

Récemment, il a déniché une grotte de 60 mètres de profondeur et l’a baptisée du nom de son fils, Matej.

‘Un monde nouveau’

Mû par une « curiosité » insatiable, Ludvik Husu aime arpenter ces terres pleines de surprises, à la frontière avec l’Italie, les yeux rivés au sol, à la recherche d’indices.

Mettre la main sur un lieu inconnu, creuser puis descendre, muni de cordes et d’une lampe frontale, c’est pour lui comme dégoter un trésor. Qui sait ce qui repose sous terre depuis des millénaires?

L’engouement des deux millions de Slovènes pour les abîmes remonte à loin: Vilenica, la plus ancienne grotte d’Europe, se visite depuis 1633!

On y trouve aussi les plus longues du continent: le réseau de Postojna, qui s’étend sur 24 kms.

Il fut découvert en 1818, quand la Slovénie était sous le contrôle des Habsbourg, grâce au lampiste Luka Cec, chargé de préparer l’éclairage d’une visite de l’empereur autrichien François Ier. « Il y a ici un monde nouveau, il y a ici un paradis! », se serait-il alors exclamé.

Plus tard, il y trouvera « le premier animal cavernicole, le coléoptère Leptodirus hochenwartii », explique à l’AFP le guide Stanislav Glazar.

Mission d’astronautes

On sait désormais que ce berceau de la biospéléologie abrite plus de 150 espèces, parmi lesquelles les fameux protées anguillards aux allures de « bébés dragons » avec leur forme allongée, leur gueule carrée et leur couleur rose.

Cet animal aquatique « peut vivre jusqu’à 100 ans, atteindre une longueur de 25 à 35 cm et rester sans nourriture pendant presque 12 ans. C’est fantastique », s’enthousiasme M. Glazar, intarissable sur le sujet.

Postojna vit aussi apparaître le premier train touristique souterrain, en 1872, qui se faufile entre de multiples « stalagtiques, stalagmites, colonnes, piliers et draperies ».

Passages secrets reliés à un château, lieu de remise d’un prix littéraire, concerts de musique classique ou même matchs de basket: il y en a pour tous les goûts dans les grottes slovènes, devenues un atout touristique.

Les astronautes de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’aventurent également dans ces espaces confinés.

Ils forment un terrain d’entraînement « exceptionnel », souligne Tomaz Zorman, responsable des grottes de Skocjan, un site classé au patrimoine de l’Unesco qui a accueilli une mission en 2019.

« Le monde karstique est exactement comme peut l’être l’espace: c’est un environnement inconnu dans lequel vous ne savez pas à quoi vous attendre à la prochaine étape », détaille-t-il, du sommet d’un vertigineux canyon souterrain.

Un univers des ténèbres qui n’effraie pas le téméraire Ludvik Husu, au moment d’explorer des terrains vierges: « je ne ressens aucune crainte. Les peureux n’ont qu’à rester chez eux ».

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus