Nous rejoindre sur les réseaux

Société

Un adolescent tué, quatre blessés dans une fusillade à Bordeaux, inquiète d’une « escalade »

Article

le

un-adolescent-tue,-quatre-blesses-dans-une-fusillade-a-bordeaux,-inquiete-d’une-« escalade »

Un adolescent de 16 ans a été tué et quatre hommes, dont trois jeunes, blessés samedi soir dans un quartier populaire de Bordeaux, lors d’une fusillade à l’arme automatique qui pourrait être liée à des rivalités inter-cités, marque inquiétante selon la mairie d’une « escalade » locale de la délinquance armée.

Vers 22H50, un groupe de jeunes qui se trouvait sur une placette au coeur des Aubiers, une cité d’environ 3.500 habitants du nord de Bordeaux, a été la cible de tirs en rafale à l’arme automatique depuis un véhicule passant à leur hauteur, a indiqué le parquet dans un communiqué.

Après sécurisation de la zone par la police, les pompiers ont secouru un adolescent de 16 ans grièvement blessé, qui est décédé peu après au CHU de Bordeaux. Trois adolescents de 13 à 16 ans et un homme de 35 ans, également blessés, sont parvenus à s’enfuir en pénétrant dans un immeuble.

Les adolescents ont été hospitalisés au CHU, l’un d’eux atteint d’une balle sous le coeur, mais dont les jours ne seraient pas en danger, un autre touché au biceps et à l’omoplate, un troisième au genou. L’homme de 35 ans, blessé au mollet, s’est présenté plus tard à une clinique.

« On a eu très, très peur », a raconté à l’AFP Habib, un habitant de la cité qui a vu de sa fenêtre une partie de la fusillade et a décrit « plusieurs passages » en voiture d’un ou des agresseurs. Selon lui, parmi les victimes figuraient des adolescents tenant un petit étal improvisé où ils vendaient des boissons.

Selon le parquet, des vidéos sont en cours d’exploitation dans le cadre de l’enquête de police judiciaire et de nombreuses douilles ont été découvertes – « plusieurs dizaines » selon Vincent Maurin, maire-adjoint de Bordeaux pour le quartier.

Armes et détermination

La cité était calme dimanche avec des jeunes rassemblés aux abords des immeubles, mais une hostilité latente persistait à l’égard des visiteurs. Un photo-reporter de l’agence Rea a indiqué à l’AFP avoir été brièvement pris à partie par un groupe, recevant un coup de poing.

La cité des Aubiers avait été dans la nuit de la Saint-Sylvestre théâtre d’incidents répétés: des arrêts de bus et tramway ont été détruits, un bureau de poste incendié et des mortiers d’artifice et projectiles tirés vers des policiers en intervention. Les incidents n’ont pas fait de blessé et n’avaient, deux jours plus tard, donné lieu à aucune interpellation.

Le quartier est aussi associé à des rivalités sporadiques avec des jeunes de deux autres cités du nord de l’agglomération. Or la fusillade de samedi, aux apparences d’expédition punitive, « selon les premières informations, a tout l’air » d’être liée à une telle rivalité, selon une source proche du dossier.

Le parquet évoque une fusillade s’inscrivant « dans une escalade des tensions constatées entre quartiers depuis plusieurs semaines, sans qu’à cette heure aucun élément ne permette de relier ces éléments entre eux ».

Le maire (EELV) de Bordeaux Pierre Hurmic, aux côtés des élus dimanche matin à la mairie du quartier englobant les Aubiers, a fait part à des journalistes de son inquiétude face à l' »escalade depuis quelque temps d’une criminalité organisée avec des armes lourdes », alors que Bordeaux « a longtemps été à l’abri des phénomènes de grande délinquance ».

Son adjoint à la Sécurité Amine Smihi a jugé « très inquiétants » deux aspects: que « des armes de calibre et nature quasi-automatique circulent à ce niveau dans la population » et « le degré de détermination concerné: des gens qui n’étaient pas venus pour parader, fanfaronner ou défier, mais manifestement avec l’intention de tuer ». Ces derniers temps, « nos acteurs sociaux nous font remonter que la tension monte », a-t-il relevé.

« Un nouveau cap est franchi, qui dépasse les structures de contenance sociale des quartiers », a appuyé M. Maurin, qui a dit à l’AFP ne « pas reconnaître » la cité ou il a vécu dans les années 1980. Pourtant, « il se passe des choses positives » aux Aubiers, un quartier prioritaire, objet d’un vaste projet de renouvellement urbain, et qui prépare des manifestations pour son 50e anniversaire (elle date de 1970). « Une partie de la population s’est toujours impliquée, mais aujourd’hui elle a peur », déplore l’élu.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

France

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

Article

le

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures

La CGT cheminots appelle à des manifestations devant l’Assemblée nationale et les préfectures, demandant la constitution d’un gouvernement « autour du programme du Nouveau Front populaire ».

Ce mercredi, dans un communiqué, la CGT cheminot a appelé à des rassemblements le 18 juillet « devant les préfectures et à Paris à proximité de l’Assemblée nationale pour exiger la mise en place d’un gouvernement issu du Nouveau Front Populaire ». « La CGT et ses organisations appellent solennellement Emmanuel Macron à respecter le résultat des urnes », exhorte l’organisation dans ce document. « L’espoir suscité par le vote est immense, nos exigences sociales le sont tout autant », prévient par ailleurs le syndicat.

Des propos repris et martelés par Sophie Binet, secrétaire générale du syndicat, sur le plateau de LCI ce jeudi 11 juillet. « On a l’impression d’avoir Louis XVI qui s’enferme à Versailles », a-t-elle lancé, appelant Emmanuel Macron à « préserver le pays au lieu de jeter des bidons d’essence sur les incendies qu’il a allumés ». Objectif : « faire pression » sur l’exécutif. « Il faut, toutes et tous, rejoindre ces rassemblements, pour mettre l’Assemblée nationale sous surveillance et appeler au respect du vote populaire », a plaidé la syndicaliste. Et d’ajouter que dans le cas contraire, « il risque encore une fois de plonger le pays dans le chaos ».

Sophie Binet s’est quelque peu écartée de la ligne de Jean-Luc Mélenchon qui affirmait la volonté du NFP le soir du second tour des élections législatives d’appliquer « rien que son programme, mais tout son programme. » La secrétaire générale a ouvert la porte à des compromis, insistant sur la nécessité de « laisser le parlement trouver des majorités de projets. »

Le 18 juin, une semaine après l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, Sophie Binet avait, au nom de son syndicat, appelé à faire barrage au Rassemblement national et à voter pour le Nouveau Front Populaire. « On est dans un contexte inédit, notre République et notre démocratie sont en danger, dans ce type de moments, la CGT prend toujours ses responsabilités », avait alors déclaré la secrétaire générale.

Lire Plus

Économie

Économie : l’activité des start-up a bondi de 19% en 2023

Article

le

Économie : l'activité des start-up a bondi de 19% en 2023

L’activité des start-up a connu une hausse de 19% en 2023, sur fond de chute des levées de fonds qui a obligé ces entreprises à adapter leur gestion, selon le rapport annuel de la Banque de France publié jeudi. Le chiffre d’affaires des start-up françaises a atteint 24,6 milliards d’euros l’an passé, affichant un taux de variation plus de trois fois supérieur à celui des TPE et PME du pays, a indiqué l’institution.

La Banque de France classe comme start-up les entreprises avec plus de 750.000 euros de chiffre d’affaires et ayant levé plus de 3 millions, ce qui exclut les plus petites. La croissance globale de l’activité cache toutefois d’importantes disparités. Les entreprises qui officient dans les secteurs de l’énergie, de l’environnement et de la mobilité enregistrent les plus fortes hausses de chiffre d’affaires, a précisé Maurice Oms, en charge des start-up à la Banque de France.

Les jeunes pousses dédiées à la transition écologique, appelées aussi « greentech », sont également les plus soutenues, soit par des programmes de soutien, soit par les investisseurs. Elles concentrent ainsi le plus de levées de fonds en nombre et en montant, selon le rapport, qui rappelle que les levées de fonds ont globalement été en baisse de 38% en 2023, d’après le bilan du cabinet EY dévoilé en janvier dernier.

Les entrepreneurs semblent avoir adapté leur gestion à cette situation en se rapprochant de leur seuil de rentabilité pour préserver leur trésorerie sans sacrifier la croissance de l’activité et des emplois, a relevé l’institution. Selon le rapport, 64% des start-up étudiées avaient néanmoins un résultat d’exploitation négatif en 2023. Le niveau de perte globale des start-up de notre échantillon (2.295 sociétés) s’est stabilisé, c’est-à-dire qu’il n’y a pas plus de pertes que l’année d’avant, a fait valoir M. Oms.

Au rythme de consommation de trésorerie observé en 2023, les start-up en perte auraient moins d’un an de réserve devant elles, hors nouvelle levée de fonds, a toutefois mis en garde la Banque de France.

Lire Plus

France

Politique : Emmanuel Macron prône le compromis face aux résultats des législatives

Article

le

Politique : Emmanuel Macron prône le compromis face aux résultats des législatives

Trois jours après les élections législatives, Emmanuel Macron a brisé son silence, appelant à un compromis entre les forces républicaines pour gouverner la France. Dans une lettre aux Français, le président exclut toute cohabitation avec les oppositions extrêmes, cherchant à maintenir une position centrale malgré la perte de sièges de son camp à l’Assemblée nationale.

Malgré la victoire du Nouveau Front Populaire, Macron souligne que les électeurs ont refusé leur accès au gouvernement. Le président constate qu’aucune force politique n’a obtenu une majorité suffisante, rendant nécessaires des alliances entre les forces républicaines pour gouverner. En excluant le Rassemblement national et La France insoumise, il appelle à la formation d’une majorité plurielle fondée sur des valeurs républicaines et européennes.

Cet appel stratégique repousse la nomination d’un nouveau premier ministre, alors que le président a refusé lundi la démission de Gabriel Attal. Macron préfère donner du temps aux forces politiques pour construire des compromis, fermant ainsi la porte à toute tentative de cohabitation avec des oppositions. Les offensives de la droite, appelant à la nomination d’un premier ministre issu de leurs rangs, sont également rejetées par l’Élysée, qui met en avant la fragmentation de la nouvelle Assemblée nationale.

Dans le gouvernement et parmi les députés réélus, l’idée d’une grande coalition centrale est déjà en discussion. Aucun acteur n’est officiellement mandaté, mais de nombreuses conversations informelles sont en cours. Un ministre confie que cette coalition pourrait inclure divers partis, à condition de ne pas prétendre à de grandes réformes, mais de se concentrer sur la gestion du pays et quelques points importants.

L’entourage présidentiel insiste sur la nouvelle posture de Macron, garant des institutions, laissant la responsabilité des négociations aux chefs de parti. Le scénario d’un conclave républicain est cependant jugé peu réaliste, les tentatives précédentes ayant échoué. Pour l’instant, Macron se concentre sur le sommet de l’Otan à Washington, où il a finalisé sa lettre aux Français, sans prévoir d’intervention médiatique avant son retour à Paris.

Les oppositions, quant à elles, expriment leur impatience face à l’inaction perçue du président. Des leaders comme Jordan Bardella et Jean-Luc Mélenchon critiquent vivement Macron, l’accusant de ne pas respecter le suffrage universel. Malgré ces critiques, Macron semble déterminé à utiliser le temps à son avantage, avant de concrétiser les résultats des élections législatives avec la nomination d’un nouvel exécutif.

Lire Plus

Les + Lus