Nous rejoindre sur les réseaux

Décès

Pluie d’hommages pour Bill Russell, basketteur mythique et militant des droits civiques

Article

le

pluie-d’hommages-pour-bill-russell,-basketteur-mythique-et-militant-des-droits-civiques

Il était pour sa famille « le gagnant le plus prolifique de l’histoire du sport américain » et pour l’ancien président Barack Obama « un géant »: Bill Russell, sacré onze fois champion NBA avec les Celtics et défenseur des droits civiques, est décédé dimanche.

« Bill Russell, le gagnant le plus prolifique de l’histoire du sport américain, s’est éteint paisiblement aujourd’hui à l’âge de 88 ans, avec sa femme Jeannine à son chevet », a annoncé sa famille sur le compte Twitter de l’ancien joueur.

La NBA et plus largement le sport américain a perdu l’une de ses légendes, reconnaissable aussi à son rire profond.

Son palmarès est impressionnant et ne sera sans doute jamais égalé: en treize saisons en NBA, toutes sous le maillot vert des Celtics de Boston, Russell a décroché onze titres de champion, un record qui tient toujours, dont huit d’affilée de 1959 à 1966.

S’il a fini sa carrière avec un moyenne tout à fait honorable de 15,1 points par match, Russell s’est fait un nom grâce à sa défense: du haut de ses 208 cm, il était intraitable et a écoeuré ses adversaires avec ses contres.

Il fut aussi le premier noir américain nommé à la tête d’une franchise d’un sport professionnel américain et le premier à être sacré, dès sa deuxième année (1967), à la tête de « ses » Celtics.

« Nous avons perdu un géant »

C’est aussi en dehors des terrains de basket que Russell est devenu une figure de la société américaine, ce qui lui a valu de recevoir en 2011 des mains de Barack Obama la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine.

« Aujourd’hui, nous avons perdu un géant », a réagi à l’annonce de son décès l’ancien président américain. « Sur le terrain, il était le plus grand champion de l’histoire du basket-ball. En dehors du terrain, il était un pionnier des droits civiques, marchant avec le Dr (Martin Luther) King et se tenant aux côtés de Mohamed Ali. »

« Pendant des décennies, Bill a enduré les insultes et le harcèlement, mais cela ne l’a jamais empêché de défendre ce qui était juste. J’ai tellement appris de sa façon de jouer, de sa façon d’entraîner et de sa façon de vivre sa vie », a ajouté Barack Obama.

« La promesse de l’Amérique est que nous sommes tous créés égaux et que nous méritons d’être traités de la même manière tout au long de notre vie. Nous n’avons jamais pleinement tenu cette promesse, mais Bill Russell a fait en sorte que nous ne l’abandonnions jamais », a également salué l’actuel président Joe Biden, dans un communiqué.

Né en 1934 en Louisiane, dans un Sud profond vivant encore sous le régime de la discrimination raciale, avant de déménager avec sa famille en Californie dans les années 1940, Russell mit à profit sa notoriété pour faire avancer la cause des droits civiques.

En 1963, il avait participé à la Marche sur Washington de Martin Luther King.

« Depuis son enfance dans la Louisiane ségréguée jusqu’à sa carrière dans les plus grandes salles de sport, au plus fort du mouvement pour les droits civiques, Bill a été confronté à l’hostilité et à la haine raciste, ancrées dans tous les aspects de la vie américaine. Pourtant, il n’a jamais baissé les bras. Tout au long de sa vie, il nous a forcés à affronter de dures vérités », a souligné Joe Biden.

Dès l’annonce de son décès, la NBA a rendu hommage au « plus grand champion de tous les sports d’équipe ».

« Bill défendait quelque chose de bien plus grand que le sport: les valeurs d’égalité, de respect et d’inclusion qu’il a inscrites dans l’ADN de notre ligue », a indiqué le patron de la NBA Adam Silver dans un communiqué.

« Au sommet de sa carrière sportive, Bill a vigoureusement défendu les droits civiques et la justice sociale, un héritage qu’il a transmis aux générations de joueurs de la NBA qui ont suivi ses traces », a ajouté Adam Silver.

Les joueurs actuels des Celtics lui ont également rendu hommage.

« Tu as changé non seulement la ligue mais le monde », a tweeté Grant Williams, tandis que Jaylen Brown a publié un message remerciant Bill Russell « d’avoir ouvert la voie et d’avoir inspiré tant de gens. »

« Bill Russell était mon idole », a réagi de son côté l’ancien meneur des Los Angeles Lakers Magic Johnson. « Il a été l’un des premiers sportifs à se battre en première ligne pour la justice sociale, l’équité, l’égalité et les droits civiques ».

La star Michael Jordan a lui rendu hommage à un « pionnier », qui « a ouvert la voie et donné l’exemple à tous les joueurs noirs qui sont entrés dans la ligue après lui, y compris moi ».

« Le monde a perdu une légende avec le décès de Bill Russell. Son impact sur le basket-ball et la société ne sera pas oublié », a salué Patrick Ewing, ancien pivot des New York Knicks.

Alors que la date de ses obsèques n’a pas encore été fixée, sa famille a espéré que « chacun d’entre nous trouve les moyens de parler et d’agir à la manière de Bill, sans faire de compromis, avec dignité et une approche toujours constructive »…

Décès

Décès : Roland Dumas, ministre et fidèle compagnon de Mitterrand, meurt à 101 ans

Article

le

Décès : Roland Dumas, ministre et fidèle compagnon de Mitterrand, meurt à 101 ans

Roland Dumas, ministre et fidèle compagnon politique de François Mitterrand, est décédé mercredi à l’âge de 101 ans. Avocat brillant et négociateur habile, il a marqué la politique française par ses plaidoiries et ses missions diplomatiques, malgré une carrière ternie par des scandales judiciaires.

Roland Dumas marqua les prétoires par ses plaidoiries de brillant avocat, les chancelleries par ses dons de négociateur roué et les salons par sa personnalité d’esthète et de séducteur. Mais sa carrière fut ternie par le scandale Elf qui le contraignit à démissionner de la présidence du Conseil constitutionnel et par sa condamnation pénale dans le dossier de la succession du sculpteur Giacometti.

L’homme, qui a partagé « 50 ans de secrets » avec François Mitterrand dont il a été trois fois ministre, avait une personnalité complexe. Chaleureux et cynique, ce fin collectionneur de tableaux était aussi misogyne et fasciné par l’argent. « Chez Dumas, il n’y a que le volant de sa Porsche qui soit à gauche », raillait-on au barreau.

Après une jeunesse « tranquille, monotone même », la vie de l’étudiant en droit, né à Limoges le 23 août 1922, bascule en mars 1944, lorsque son père, un contrôleur des impôts, est fusillé par les Allemands. Une « blessure singulière » qui marque à jamais le jeune homme, lui-même résistant depuis 1942.

Après la guerre, il « monte » à Paris, touche au journalisme et s’inscrit au barreau en 1950. Un temps tenté par le chant lyrique, il devient, au prix d’un travail acharné, l’un des ténors du palais. Il rencontre François Mitterrand dans des cercles d’anciens résistants. Les deux hommes, qui partagent le même goût pour les arts et la séduction, deviennent proches après l’élection en 1956 de Roland Dumas comme député de la Haute-Vienne. En 1959, Mitterrand est accusé d’avoir commandité l’attentat des Jardins de l’Observatoire dirigé contre lui-même. Roland Dumas assure sa défense.

Me Dumas est aux premières loges dès qu’un dossier sent le soufre: en pleine guerre d’Algérie, il défend Francis Jeanson, l’organisateur des réseaux du financement du Front de libération nationale (FLN). Puis il plaide pour la partie civile dans l’enlèvement de l’opposant marocain Ben Barka, défend l’un des assassins du député Jean de Broglie et devient l’avocat du Canard Enchaîné notamment contre Valéry Giscard d’Estaing dans l’affaire des diamants de Bokassa. Il collectionne les clients médiatiques: Chagall, Picasso, le psychanalyste Jacques Lacan ou encore Jean Genet pour qui il nourrit une affection particulière. Homme de réseaux, il rejoint le Grand Orient en 1980.

En mai 1981, il est le seul fidèle que Mitterrand n’appelle pas au gouvernement, préférant d’abord en faire son émissaire secret auprès de Kadhafi ou de Bongo. D’abord Européen frileux, il est toutefois nommé ministre des Affaires européennes en 1983. Cet anti-colonialiste devient tout naturellement diplomate et contribue finalement à plusieurs succès européens. « Dumas peut tout faire à partir du moment où il s’applique », murmure Mitterrand qui lui offre le Quai d’Orsay dans le gouvernement Fabius (1984), puis à nouveau en 1988. Germanophone, il laisse le souvenir d’un diplomate précieux dans le règlement de la réunification de l’Allemagne.

Dans l’entourage présidentiel, certains admirent son « intelligence fulgurante » mais critiquent sa propension à s’attribuer toutes les décisions majeures de la politique internationale. En 1995, François Mitterrand le nomme à la tête du Conseil constitutionnel pour succéder à Robert Badinter. « Mitterrand a deux avocats. Badinter, pour le droit; Dumas, pour le tordu », ironise Roger-Patrice Pelat, un fidèle du président. Froidement accueilli par les Sages, il parvient bientôt à les séduire et à les convaincre de valider les comptes de campagne de la présidentielle de 1995. « Les comptes étaient manifestement irréguliers », avouera-t-il en 2015. « Que faire ? C’était un grave cas de conscience. Annuler l’élection de Chirac aurait eu des conséquences terribles. Je suis convaincu que j’ai sauvé la République en 1995 ».

Trois ans plus tard, l’affaire Elf éclate. Soupçonné d’avoir favorisé l’embauche d’une de ses nombreuses maîtresses, Christine Deviers-Joncour, dans des sociétés du groupe pétrolier pour des salaires de complaisance, Roland Dumas est mis en examen. Il démissionne de la présidence du Conseil constitutionnel en mars 2000. C’est une première. Condamné en première instance, le dandy de la République est relaxé en appel en 2003. Exécuteur testamentaire du sculpteur Alberto Giacometti, il est en revanche condamné en 2007 à un an d’emprisonnement avec sursis et 150.000 euros d’amende pour complicité d’abus de confiance.

Après avoir été très malade, l’élégant octogénaire au brushing blanc impeccable ne craint alors plus rien et multiplie les sorties politiquement incorrectes: il défend l’humoriste Dieudonné après ses déclarations antisémites, flirte avec l’extrême droite. Imperturbable, infatigable, ce père de trois enfants le demeure jusqu’au bout. Il avouera avoir eu « l’effroyable envie d’en finir » au moment de l’affaire Elf mais estimera plus tard « avoir vécu pleinement ».

Lire Plus

Décès

Décès : Anouk Aimée, étoile du cinéma franco-italien, s’éteint à 92 ans

Article

le

Décès : Anouk Aimée, étoile du cinéma franco-italien, s'éteint à 92 ans

Une page d’histoire du cinéma français et italien se tourne avec la mort d’Anouk Aimée, star élégante et mystérieuse qui aura illuminé les chefs d’oeuvre de Claude Lelouch (« Un homme et une femme ») et Federico Fellini.

Anouk Aimée, qui disait vivre le cinéma « comme une rencontre amoureuse », est décédée mardi matin chez elle, à son domicile parisien, à l’âge de 92 ans, a annoncé son agent, Sébastien Perrolat de l’agence Time Art.

Elle est partie entourée des siens, a précisé sa fille, Manuela Papatakis. « Avec ma fille, Galaad, et ma petite fille, Mila, nous avons l’immense tristesse de vous annoncer le départ de ma maman Anouk Aimée. J’étais tout auprès d’elle lorsqu’elle s’est éteinte ce (mardi) matin, chez elle, à Paris », a-t-elle écrit sur son compte Instagram.

Anouk Aimée s’éteint quasiment deux ans jour pour jour après Jean-Louis Trintignant, avec lequel elle partageait l’écran dans « Un homme et une femme ».

Les retrouvailles des deux amants sur une plage de Deauville dans ce film culte de Claude Lelouch, sur une musique de Francis Lai, font partie des scènes les plus romantiques du cinéma.

Palme d’Or à Cannes en 1966, le film vaudra à Anouk Aimée une reconnaissance internationale, le Golden Globe de la meilleure actrice et une nomination à l’Oscar.

« Anouk, ma Nounouk, nous a quittés ce (mardi) matin. (…) Elle a été ma compagne de route, mon amie de toujours. Elle m’a donné toutes mes chances et m’a dit oui quand, jeune cinéaste, les autres m’ont dit non. Grâce à elle et uniquement à elle, j’ai tutoyé la lumière », a salué Claude Lelouch, 86 ans, sur Instagram.

« Sa silhouette et sa grâce resteront à jamais gravées sur une plage de Normandie. Après avoir fait rêver la terre entière, maintenant, elle va faire rêver les anges ».

Au-delà de ce rôle resté dans les mémoires, Anouk Aimée aura prêté son sourire mélancolique et sa chevelure noire aux plus grands du cinéma franco-italien du XXe siècle: Jacques Demy (« Lola »), Federico Fellini (« La Dolce vita » et « Huit et demi »), Marco Bellocchio, Jacques Becker ou André Cayatte, qui la lance en 1949 dans « Les amants de Vérone ».

« Elle a été +la+ comédienne de l’après-guerre, la belle mystérieuse et talentueuse actrice des années lumières du cinéma », a réagi l’icône du cinéma Brigitte Bardot, engagée elle aussi dans la cause animale. « Nous perdons une femme, une actrice, une amie des animaux, un talentueux symbole inoubliable qui me laisse orpheline d’elle ».

« J’ai commencé avec Carné, Becker, Duvivier, Bertolucci, Lumet, Altman… (Claude) Lelouch est quelqu’un d’important pour moi et Fellini c’était le Mont Blanc. C’est comme ma famille. Il y en a un du côté de ma mère et l’autre du côté de mon père », disait-elle il y a vingt ans à l’occasion de la remise d’un Ours d’or d’honneur à la Berlinale.

L’actrice, qui a été mariée au cinéaste Nico Papatakis, au compositeur Pierre Barouh (celui qui écrira les paroles de « dabadabada ») et à l’acteur britannique Albert Finney, s’était fait plus discrète ces dernières années, mais avait tout même fait un retour émouvant en 2019 à Cannes, pour reformer au côté de Trintignant le couple mythique d' »Un homme et une femme », dans une suite tournée par Claude Lelouch.

« Ses grands beaux yeux, son long visage de madone, la mèche qu’elle repoussait toujours, sa voix musicale, ce sourire teinté d’ironie et de tristesse. En un mot, sa classe. Anouk aimait qu’on l’aime: on ne s’en est pas privé », a salué l’ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob.

« Anouk si bien nommée: nous vous avons tant aimée ! Nous disons adieu à une icône mondiale, à une immense actrice du cinéma français, qui a tourné pour les plus grands », a écrit la ministre de la Culture, Rachida Dati, sur X.

Lire Plus

Culture

Décès : La chanteuse Françoise Hardy est morte à l’âge de 80 ans

Article

le

Décès : La chanteuse Françoise Hardy est morte à l'âge de 80 ans

La chanteuse française Françoise Hardy est morte à l’âge de 80 ans, a annoncé son fils Thomas Dutronc mardi soir sur Facebook. L’icône des sixties à l’aura internationale était atteinte du cancer depuis 2004.

Avec le départ de Françoise Hardy, décédée à l’âge de 80 ans, c’est une artiste discrète, icône des sixties et figure de la chanson française à l’aura internationale, qui disparaît.

Son fils Thomas Dutronc a annoncé son décès mardi 11 juin au soir sur ses réseaux sociaux. « Maman est partie », a-t-il mis en ligne, avec une photo de lui enfant, auprès de sa mère. Dans le classement 2023 des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone, Françoise Hardy était l’unique représentante de la France.

Le cancer était apparu dans sa vie dès 2004, prenant plusieurs formes et lui faisant vivre un cauchemar. L’artiste avouait ainsi en 2023 qu’elle voulait « partir bientôt et de façon rapide, sans de trop grosses épreuves, comme l’impossibilité de respirer ». Elle s’affichait pro-euthanasie, déclarant : « Laisser quelqu’un d’incurable avoir des souffrances insupportables jusqu’à ce que mort s’ensuive est inhumain. »

Quels souvenirs resteront ? Son tube « Tous les garçons et les filles », sa voix délicate, le couple people intriguant qu’elle forma avec Jacques Dutronc… Mais pas seulement. C’était aussi l’ambassadrice d’une élégance française et pop à l’international, un « idéal féminin » pour Mick Jagger, figure fantasmée pour Bob Dylan ou David Bowie.

Tout commence donc en 1962 avec ce hit instantané – plus de deux millions d’exemplaires vendus – « Tous les garçons et les filles », qu’elle a écrit et composé, fait rare à l’époque. Elle a 18 ans, c’est son premier disque. Françoise Hardy, toute en contradictions, est là : elle perce en pleine vague yéyé, mais ne correspond pas vraiment à cette étiquette. Dans cette période insouciante, sa mélancolie tranche : « Oui mais moi, je vais seule par les rues, l’âme en peine / Oui mais moi, je vais seule, car personne ne m’aime. »

Son physique androgyne et sa retenue sont également loin des formes et de l’exubérance d’une Brigitte Bardot. Mais elle préfigure les mannequins longilignes qui envahiront bientôt les podiums. Et elle fait rapidement la Une des magazines, photographiée en France par son petit ami de l’époque, Jean-Marie Périer, à l’international par le célèbre William Klein. Elle a les cheveux longs, une frange – qu’elle gardera plus tard avec sa coupe à la garçonne – et porte à merveille les robes à lamelles, futuristes, signées Paco Rabanne.

Sa grande histoire d’amour s’appelle donc Dutronc, qui vient lui aussi de secouer les charts avec « Et moi, et moi, et moi » (1966). Ils auront un enfant, Thomas, lui-même devenu chanteur. Mais leur relation est source de désillusions entre les infidélités de l’auteur des « Playboys » – liaison avec Romy Schneider – et la distance qu’il impose à celle qui devient sa femme. Dans leur immeuble parisien, avant la séparation (sans divorce) ils vivent ainsi dans deux étages distincts…

Cette vie conjugale douce-amère imprègnera toute son œuvre, de « Message personnel », immense succès de 1973, composé avec Michel Berger, à « Personne d’autre », titre du dernier album éponyme en 2018. Parmi les autres pépites, on peut, entre autres, citer « Mon amie la rose » (1964) ou « Comment te dire adieu » écrit par Serge Gainsbourg (1968). Ce morceau est une adaptation de « It hurts to say goodbye » de l’Américaine Margaret Whiting. Mais c’est la version Hardy que reprendra sur une rythmique dance Jimmy Somerville, l’ancien leader de Bronski Beat, vingt ans plus tard.

L’album « La question », ovni réalisé avec la Brésilienne Tuca, est l’un des disques de chevet d’Étienne Daho, admirateur devenu ami de la chanteuse aux cheveux couleur neige, l’âge venu. « Le temps de l’amour » résonne dans le film « Moonrise Kingdom » de Wes Anderson et Morrissey, ex-leader de The Smiths ne passe pas une interview sans la citer. Pas mal pour une jeune Parisienne élevée avec sa sœur par une mère seule, qui n’a eu sa première guitare qu’à 16 ans et a poussé pour la première fois la porte d’une maison de disques après une petite annonce lue dans la presse.

« Toute ma vie, j’ai été à l’affût des belles mélodies. En écouter me met au septième ciel », confiait-elle en 2018. Les plus beaux thèmes mélodiques sont toujours mélancoliques ou romantiques. Elle disait aussi que chanter ne lui était pas naturel et a rapidement abandonné la scène.

Cette férue d’astrologie parlait sans détour de son cancer et de l’idée de la fin. « La mort n’est que celle du corps, lequel est d’essence matérielle. En mourant, le corps libère l’âme qui est d’essence spirituelle. Mais il n’en reste pas moins que la mort du corps est une épreuve considérable et je l’appréhende autant que tout le monde », exposait-elle.

Lire Plus

Les + Lus