Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Planète: Menaces sur les forêts marines: en Albanie, c’est le désert des gobies

Article

le

menaces-sur-les-forets-marines:-en-albanie,-c’est-le-desert-des-gobies

Changement climatique, rejets d’eaux polluées, pêche au marteau piqueur: les forêts marines de l’Adriatique disparaissent, une tendance inquiétante pour des experts albanais qui ont rejoint un programme méditerranéen de repeuplement des fonds par de « bonnes algues ».

Dans la baie de Vlora, dans le centre de l’Albanie, les eaux scintillent au soleil et la mer est belle. Mais sous les flots bleus, c’est le désert.

Les scientifiques ont constaté que les forêts d’algues brunes qui constituent en principe un nid de biodiversité, se font plus rares.

Faute de données historiques, il est difficile de quantifier le recul des Cystoseira qui servent de garde-manger, de frayères et de nurseries à de nombreuses espèces. Mais les spécialistes s’accordent à dire qu’elle est importante en mer Adriatique comme en mer Ionienne.

« Nous avons constaté ces dernières années une forte régression des forêts marines de Cystoseira, les plus affectées par l’augmentation des températures provoquée par le changement climatique », explique Ina Nasto, professeure de biologie à l’Université de Vlora.

Egalement en cause, l’urbanisation côtière, le déversement des eaux agricoles ou industrielles, la sédimentation.

Fruit défendu

Interdite, la pêche à la dynamite ou au marteau-piqueur des dattes de mer provoque aussi de gros dégâts aux fonds marins, ajoute la professeure Denada Sota. Le fruit, pourtant défendu, est servi par de nombreux restaurants du littoral.

Résultat, des rochers nus à perte de vue, où les poissons sont rares, peuplés seulement d’oursins qui prolifèrent car leurs prédateurs naturels ont disparu, victimes de la surpêche, comme en témoignent des images tournées par les scientifiques.

Depuis janvier 2019, des biologistes du laboratoire de l’Université de Vlora participent à une expérimentation visant au repeuplement des fonds menée par une dizaine d’instituts de recherche de Méditerranée.

Dans le laboratoire de Vlora, les scientifiques favorisent la culture de cellules d’algues fertilisées au fond d’aquariums. Les minuscules plants se fixent sur des pierres qui seront immergées en mer par quatre mètres de fond.

« Il faut assurer tout le suivi même au fond de la mer », déclare Ina Nasto qui plonge régulièrement pour identifier les lieux d’intervention.

D’ici quelques semaines, les chercheurs vérifieront si les algues ont pris, une expérience qui doit permettre de mettre au point des protocoles de restauration des forêts d’algues.

Depuis quelques années, le littoral albanais, qui s’étend sur plus de 400 kilomètres du nord au sud-ouest, est envahi par des nuisibles, à commencer par la Caulerpa cylindracea, une espèce tropicale qui décime les herbiers de posidonies, autre algue essentielle pour la biodiversité.

« Comme le Covid »

Venue d’Australie dans les années 1990, cette algue parfois baptisée « tumeur » de la Méditerranée a déjà “colonisé” toutes les côtes albanaises, dit le professeur Sajmir Beqiraj de l’Université de Tirana.

« Comme d’autres espèces invasives, elle possède de grands avantages pour rivaliser avec les espèces indigènes et dégrader la faune et la flore maritimes, réduisant considérablement la biodiversité ».

A Kallmet, dans le nord de la mer Adriatique, il suffit de plonger à deux mètres de profondeur pour la trouver « en colonies denses », raconte-t-il, en montrant sous l’eau les fonds gagnés par la Caulerpa. En quelques minutes, sa pochette est à moitié remplie de cette algue vert sombre en forme de grappe de raisin miniature.

Au total, les spécialistes ont recensé en Albanie 40 espèces invasives végétales et animales comme les poissons-lapins venus de mer Rouge qui dévorent les forêts maritimes.

« La perte des habitats, la dégradation des herbiers et des forêts, la surpêche, ont considérablement réduit les stocks de poissons », constate Nexhip Hysolokaj, expert en environnement. « Le denti, la daurade qui utilisent les herbiers de posidonie mais aussi le mérou brun, le gobie et le rouget sont en voie de disparition ».

Ces phénomènes sont communs aux riverains de la Méditerranée et de l’Adriatique et les scientifiques plaident pour une approche commune.

« Il faut joindre nos forces, et agir vite pour trouver une solution »,poursuit Nexhip Hysolokaj.

« C’est comme pour le Covid », sourit le capitaine Baci Dyrmishaj, pêcheur depuis plus de 25 ans à Vlora, déplorant la prolifération des crabes bleus invasifs qui s’attaquent à ses filets et engloutissent ses prises. « Les grands pays se sont mis ensemble pour trouver un vaccin, il faut faire pareil pour la planète car aucune frontière ne sauve ».

Europe

Irlande : Scènes de chaos à Dublin après une attaque au couteau sur des enfants

Article

le

Irlande : Scènes de chaos à Dublin après une attaque au couteau sur des enfants

Des heurts violents attribués à des groupes d’extrême droite ont éclaté jeudi soir à Dublin, suite à une attaque au couteau survenue en début d’après-midi. Cette attaque, qui a laissé plusieurs personnes blessées, dont trois enfants, a été déclarée non terroriste par la police.

La soirée a été marquée par des scènes de chaos : des véhicules incendiés, dont une voiture de police et un bus, ainsi que des magasins pillés. Le calme n’est revenu que tard dans la nuit, après que le superintendant en chef Patrick McMenamin a qualifié les événements de « sauvagerie gratuite ». Heureusement, aucun blessé grave n’a été signalé malgré les confrontations violentes avec les forces de l’ordre.

Au cœur des troubles, des pancartes proclamant « Irish Lives Matter » et des drapeaux irlandais ont été aperçus, témoignant d’une tension inédite depuis des années. Ces incidents ont éclaté dans un quartier abritant une importante population immigrée, sur fond de rumeurs concernant l’origine de l’agresseur présumé.

Le commissaire Drew Harris a souligné le rôle d’une « faction de hooligans dingues » mus par une idéologie d’extrême droite, tout en mettant en garde contre les « rumeurs » et « insinuations » diffusées à des fins malveillantes.

La ministre de la Justice Helen McEntee, dans un appel au calme, a condamné fermement ces actes et promis une réponse sévère contre toute attaque envers la police.

L’enquête, menée par la police locale sous la direction de Liam Geraghty, s’oriente vers une attaque isolée, écartant tout motif terroriste. Le Premier ministre Leo Varadkar, tout en annonçant l’arrestation d’un suspect, a exprimé sa solidarité avec les victimes et leurs familles.

Les faits, qui se sont déroulés près d’une école, ont laissé une femme et une petite fille grièvement blessées, tandis qu’un garçon de cinq ans a pu être libéré de l’hôpital.

Cet événement soulève de nouvelles questions sur la montée de l’extrémisme et de la violence urbaine en Irlande, dans un contexte de crise du logement et de discours anti-immigration alimentés par des figures d’extrême droite.

Lire Plus

Europe

Pays-Bas : large victoire de l’extrême droite aux législatives

Article

le

Pays-Bas : large victoire de l'extrême droite aux législatives

Porté par un discours anti-immigration, le parti de Geert Wilders s’est imposé dans les urnes mercredi. Un séisme électoral qui risque d’être ressenti dans toute l’Europe.

Une victoire monstre et une situation bloquée : le populiste de l’extrême-droite, Geert Wilders, a réussi un exploit. Le leader (et seul membre) de son parti PVV (Parti de la Liberté) a, selon les sondages à la sortie des urnes, gagné les élections législatives aux Pays-Bas, et aura probablement 37 sièges (une augmentation de 18 par rapport à l’Assemblée actuelle) sur 150. Le bloc de gauche GL-PvdA obtiendra 25 sièges pour devenir le deuxième plus grand parti. Le VVD, de loin le plus important parti lors des élections précédentes, recule fortement et devrait terminer à 24 sièges. Le débutant, le parti de centre droit « Nouveau contrat social », gagnerait 20 sièges.

Selon la tradition, le plus grand parti peut prendre la tête de la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale, bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle écrite. Geert Wilders a déclaré mercredi soir qu’il pourrait essayer de former une coalition de centre droit avec le BBB, le VVD et le NSC. Le PVV « ne peut plus être ignoré », a-t-il martelé. Mais il reste à voir si ces partis souhaitent entrer en pourparlers avec Wilders.

La cheffe du parti libéral VVD, Dilan Yeşilgöz-Zegerius, qui se voyait déjà comme la première femme Premier ministre, a déclaré qu’elle ne voyait pas comment Wilders pourra former une majorité. Frans Timmermans, le leader du bloc de gauche GroenLinksPvda, a été plus explicite et a exclu à nouveau d’entrer « dans une coalition qui exclut des Néerlandais ».

A Bruxelles, on étudiera minutieusement les résultats des élections à La Haye. Par le passé, Wilders a souvent plaidé en faveur d’un Nexit et d’un retour au florin. Par conséquent, la première réaction européenne est venue du Premier ministre hongrois Viktor Orban sur X (anciennement Twitter) : « Le vent du changement est là ».

Même enthousiasme en France où la présidente du groupe Rassemblement national à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen, a félicité Geert Wilders et son parti d’extrême droite pour « leur performance spectaculaire » aux législatives.

Lire Plus

Économie

Protection des consommateurs: l’UE ouvre une enquête visant Amazon

Article

le

Protection des consommateurs: l'UE ouvre une enquête visant Amazon

Amazon face à des questions sur la sécurité des produits et le respect des nouvelles règles numériques de l’UE

La Commission européenne a intensifié son action réglementaire dans le domaine du commerce en ligne en annonçant ce mercredi une enquête approfondie sur les mesures adoptées par Amazon pour protéger les consommateurs, notamment contre la vente de produits illégaux. Cette initiative fait suite à l’enquête lancée début novembre contre AliExpress pour des problématiques similaires.

Cet examen minutieux d’Amazon s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle législation sur les services numériques (DSA), entrée en vigueur fin août, qui impose des obligations accrues aux géants du web. La Commission, en tant qu’organe d’exécution de cette législation, dispose de pouvoirs étendus, incluant la capacité d’imposer des sanctions aux plateformes ne respectant pas les règles.

La Commission a spécifiquement demandé à Amazon de fournir plus de détails sur les mesures prises pour se conformer aux exigences de la DSA. Ces informations concernent les stratégies d’évaluation et de réduction des risques pour la protection des consommateurs et la prévention de la diffusion de produits illégaux. Les questions de la Commission touchent également à la protection des droits fondamentaux et à la conformité des systèmes de recommandation avec les nouvelles régulations.

Une préoccupation majeure soulignée par la Commission concerne la possibilité pour les consommateurs de refuser les recommandations de produits personnalisées, qui impliquent l’utilisation de données personnelles. De plus, le DSA exige que les plateformes de vente en ligne vérifient l’identité des vendeurs avant de les autoriser sur leurs sites et les contraint à bloquer les vendeurs fraudeurs récidivistes.

Amazon a jusqu’au 6 décembre 2023 pour répondre à ces demandes. Les réponses fournies détermineront les actions futures de la Commission. Bien que cette demande d’information ne constitue pas une accusation formelle à ce stade, elle représente une étape importante qui pourrait mener à de sévères sanctions financières en cas de non-conformité prolongée. Les amendes pourraient atteindre jusqu’à 6% du chiffre d’affaires mondial des entreprises concernées.

Dans un contexte réglementaire similaire, la Commission a également lancé des enquêtes sur les mesures de protection des mineurs mises en place par Meta, Snap, TikTok et YouTube, mettant en lumière l’engagement accru de l’UE pour la sécurité et le bien-être des utilisateurs numériques.

Lire Plus

Les + Lus