Nous rejoindre sur les réseaux

France

Nouvelle vague de chaleur en France, désormais totalement touchée par la sécheresse

Article

le

nouvelle-vague-de-chaleur-en-france,-desormais-totalement-touchee-par-la-secheresse

Frappée par une troisième vague de chaleur estivale qui remonte et s’intensifie dans le sud du pays, la France est désormais entièrement frappée par la sécheresse, conséquence d’un mois de juillet le plus sec jamais enregistré.

La préfecture d’Ile-de-France a placé en vigilance « sécheresse » Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, rejoignant ainsi l’ensemble des autres départements métropolitains, déjà concernés.

Une sécheresse qui s’aggrave alors que l’Hexagone vit sa troisième canicule en à peine deux mois, rendant encore plus perceptibles les conséquences du réchauffement climatique.

« Un épisode de canicule se confirme pour le milieu de semaine, centré sur mercredi et jeudi avec des températures maximales entre 34 à 38 °C et localement 40°C », a indiqué lundi soir Météo-France.

En conséquence, quatre départements du Sud-Est (Ardèche, Drôme, Gard et Vaucluse) et les Pyrénées-Orientales restent en vigilance orange.

Cinquante autres départements, au sud d’une ligne allant de la Charente-Maritime jusqu’à l’Alsace, sont en vigilance jaune.

« Mercredi, un pic de chaleur est attendu avec des températures maximales atteignant le plus souvent 34 à 38 °C, et localement 39 à 40 °C sur le midi toulousain », précise Météo-France, avant que l’axe chaud ne se décale jeudi vers le Nord-Est.

Dans ce contexte, déjà propice à des feux de forêt inédits, un incendie a ravagé lundi « au moins 200 hectares » de maquis sur la commune de Santo-Pietro di Tenda en Haute-Corse, a indiqué un porte-parole des pompiers.

Autre illustration des conséquences négatives, l’Ardèche a annoncé lundi l’installation en urgence de six climatiseurs au sein d’un Foyer de l’enfance à Privas, où « règne depuis des semaines » une « chaleur étouffante », selon un communiqué de la collectivité.

Assèchement des sols

Cette nouvelle canicule s’annonce plus brève et moins intense, précise Météo-France, que celle de mi-juillet, lors de laquelle des records absolus avaient été battus dans 64 communes, flirtant voire dépassant les 40°C dans plusieurs localités.

Mais ce retour si rapide de fortes chaleurs vient frapper une majeure partie du pays déjà affectée par une sécheresse exceptionnelle et aux conséquences immédiates, notamment sur l’agriculture, le transport fluvial ou les loisirs aquatiques.

Seulement 9,7 millimètres de précipitations agrégées ont été enregistrés en France métropolitaine le mois dernier, un déficit d’environ 84 % par rapport aux normales, presque aussi peu que les 7,8 mm de mars 1961, le record des minima depuis les premiers relevés nationaux en août 1958.

« Ce fort déficit de précipitation, qui fait suite à un printemps très sec et conjugué avec des fortes chaleurs, contribue à aggraver l’assèchement des sols », met en garde Méteo-France.

Si désormais l’ensemble de la France est sous vigilance « sécheresse » avec des restrictions d’eau à différents niveaux, 57 préfectures ont désigné des territoires en état de crise, synonyme d’arrêt des prélèvements non prioritaires « y compris des prélèvements à des fins agricoles ».

« Seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité) », explique le site d’information sécheresse du gouvernement, Propluvia.

L’Europe occidentale a fait face en juillet à une sécheresse historique et à deux vagues de chaleur en à peine un mois, au cours desquelles se sont déclenchés des feux de forêt ravageurs comme en Gironde, en Espagne ou en Grèce.

France

En plein été, les bassins manquent de maîtres-nageurs

Article

le

en-plein-ete,-les-bassins-manquent-de-maitres-nageurs

Salaires faibles, formation exigeante, image erronée sur le métier: les maîtres-nageurs peinent à recruter alors que la fréquentation bat son plein en été, entraînant des fermetures de bassins et des craintes sur la sécurité des baigneurs.

Dans toute la France, « il manque au moins 5.000 maîtres-nageurs à l’année », déclare Axel Lamotte, de la Fédération nationale des maîtres-nageurs (FNMNS). Comme explications, il cite en vrac des salaires faibles, la privatisation des centres aquatiques et centres de formation, et aussi les incivilités des usagers, qui sapent le moral.

La difficulté, c’est le nombre insuffisant de « personnes qui entrent en formation », relève également Jean-François Druon, dirigeant de Performeo, un centre de formation des maîtres-nageurs à Béthune (Pas-de-Calais).

Les maîtres-nageurs des années 1970, arrivés dans le métier avec l’opération « 1.000 piscines » (un programme national de construction de piscines pour favoriser l’apprentissage de la natation), partent à la retraite et il faut donc les remplacer, explique-t-il.

En maillot de bain, perché sur son fauteuil de surveillance, le sifflet autour du cou… le métier pâtit aussi d’une image erronée, selon les professionnels. « Sur 35 heures, le maître-nageur ne passe pas plus de deux ou trois heures sur sa chaise », souligne Jean-François Druon.

Le manque de maîtres-nageurs se fait sentir dans toutes les régions. Certaines villes sont contraintes de réduire les horaires d’ouverture des bassins l’été. Et ce, alors que les températures élevées et les congés attirent plus de visiteurs dans les piscines.

C’est le cas par exemple à la piscine municipale de Lambersart (Nord), dans la banlieue lilloise, où un poste de maître-nageur est « vacant depuis février ». « On est freiné dans le développement, on ne peut pas ouvrir le dimanche matin », regrette Thomas Hubert, adjoint aux sports de la ville.

« Des vies sont en jeu »

« On a revu le salaire un petit peu à la hausse, mais cela oblige à augmenter les salaires de ceux qui sont déjà en poste », ajoute-t-il.

Dans ce contexte de personnel manquant, « on est obligés de baisser les prérequis » d’obtention du diplôme de maître-nageur « tellement le niveau (de natation) s’est dégradé », déplore Axel Lamotte.

« Des vies sont en jeu », rappelle le responsable à la Fédération des maîtres-nageurs, soulignant le rôle de la profession dans l’apprentissage de la natation. En France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’un millier de décès (dont environ 400 l’été), ce qui en fait la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, rappelle Santé publique France.

Mais soumettre les candidats à des épreuves exigeantes –et coûteuses, avec une formation estimée à quelque 5.000 euros– peut freiner les bonnes volontés, estime Roxana Maracineanu, ancienne ministre des Sports et championne de natation.

Nager 800 mètres en moins de 16 minutes, comme le requiert le diplôme, « c’est un niveau beaucoup trop élevé pour enseigner la natation à des enfants », pointe-t-elle.

Pour l’ancienne ministre –et ancienne maître-nageuse–, « le vivier est là, on sait où aller le chercher ». Elle propose ainsi de faire passer le brevet de sauvetage aquatique à tous les membres des fédérations de sports nautiques.

Le brevet ne suffit pas à dispenser des cours de natation, comme seul peut le faire un maître-nageur. Mais Roxana Maracineanu pense que cette mesure peut créer des vocations et recentrer le métier vers la surveillance, le secours et l’apprentissage. « Le métier de maître-nageur sauveteur est parfois devenu celui d’animateur en piscine », regrette-t-elle

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

France

Incendie : Renforts européens contre les feux qui se multiplient en France

Article

le

renforts-europeens-contre-les-feux-qui-se-multiplient-en-france,-gigantesque-brasier-en-gironde

Six pays européens vont envoyer des renforts pour aider les pompiers qui luttent particulièrement dans les Landes et la Gironde, alors que les brasiers se multiplient en France dans des forêts desséchées par les vagues de chaleur et le manque historique de pluie.

Avant la tombée de la nuit mercredi, huit feux importants brûlaient en France, en Gironde, dans le Maine-et-Loire, le Jura, la Drôme, l’Aveyron et la Lozère… Sans compter d’innombrables départs de feux plus petits chaque jour du nord au sud.

L’un des deux incendies de forêt qui ont ravagé plus de 330 hectares dans le sud du Jura depuis mardi, était toujours en cours jeudi matin. Et 500 vacanciers et habitants des villages de Rivière-sur-Tarn et Mostuéjouls, dans l’Aveyron, ont été évacués mercredi soir, l’incendie qui s’est déclaré lundi étant toujours actif.

Dans le Maine-et-Loire, les deux principaux feux qui ont ravagé plus de 1.500 hectares sont désormais fixés.

Emmanuel Macron a loué la « solidarité européenne », annonçant l’arrivée de l’aide de « l’Allemagne, la Grèce, la Pologne, et dans les prochaines heures la Roumanie et l’Autriche ». « Sauver toutes les vies, sauver tout ce qui peut l’être, puis reconstruire: personne ne sera oublié », a-t-il ajouté sur Twitter.

Quatre avions de la flotte de l’UE ont été envoyés en France depuis la Grèce et la Suède, a aussi annoncé la Commission européenne.

La Pologne avait annoncé qu’elle allait envoyer 146 sapeurs-pompiers pour combattre les incendies dans le sud, qui devraient arriver vendredi midi selon l’Elysée. L’Allemagne envoie 64 pompiers et 24 véhicules prévus dès jeudi soir.

A Hostens (Gironde), où sont arrivés la Première ministre Elisabeth Borne et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, soucieux de démontrer la mobilisation du pouvoir pendant les vacances gouvernementales, les pompiers ont poursuivi leur lutte contre une reprise de feu du gigantesque incendie de Landiras en juillet (14.000 hectares brûlés).

Quelque 6.800 hectares avaient été ravagés depuis mardi, selon un dernier bilan, 10.000 personnes évacuées dont 2.000 dans les Landes, pour la deuxième fois pour certains.

Jeudi matin, un voile de fumées sombres couvrait une partie du ciel en direction du sud-ouest, où les feux ont progressé dans la nuit.

Sur la D110, l’unique route ouverte à la circulation, plus à l’est, quelques braises encore fumantes persistaient dans des parcelles de pins à moitié brûlés, dont seule la tête gardait son vert.

« On se croirait en Californie »

Plusieurs habitations évacuées arboraient des banderoles « merci pour nos maisons », « merci les pompiers », peintes sur des draps blancs.

« On se croirait en Californie, c’est gigantesque… pourtant il y a une culture du feu de forêt » localement, indiquait les yeux cernés Rémy Lahay, pompier professionnel de la Rochelle, 22 ans de carrière, « mais là on se fait déborder de partout. Personne ne peut s’attendre à ça ».

La sécheresse qui sévit toujours sur la région et les températures caniculaires, se conjuguant avec un air très sec, créent toujours un « risque très sévère d’éclosion de feu », selon la préfecture de Gironde.

Dans le Sud-Ouest, selon Météo-France, 35 à 39 degrés sont attendus, localement jusqu’à 40 degrés en Nouvelle-Aquitaine, mais le reste du pays n’est pas épargné avec 31 à 36 degrés sur la moitié nord, ainsi que dans le Languedoc-Roussillon, en Auvergne-Rhône-Alpes et en PACA.

Plus de 40.000 hectares ont déjà brûlé cette année en France selon la sécurité civile, mais il y aurait  plutôt de l’ordre de 50.000 hectares selon des données satellitaires européennes: c’est dans tous les cas plus de trois fois la moyenne annuelle des dix dernières années, à l’image d’autres pays comme l’Espagne, alors que l’été n’est pas terminé.

Et la pluie n’est pas attendue avant dimanche.

L’un des effets les plus scientifiquement vérifiés du changement climatique est que les vagues de chaleur vont se multiplier, s’allonger et s’intensifier. Une canicule se définit par trois critères: des températures anormalement élevées, des nuits chaudes qui empêchent le corps de se refroidir, pendant plusieurs jours.

Les scientifiques estiment qu’en Europe, le nombre de morts liées au stress thermique pourrait doubler voire tripler selon l’ampleur du réchauffement de la planète au cours du siècle.

En Gironde et dans les Landes, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé mercredi le renforcement des moyens qui comprennent désormais « plus de 1.000 sapeurs-pompiers, 9 avions et de deux hélicoptères bombardiers d’eau ».

Le ministre a par ailleurs dit soupçonner un acte d’incendiaires car huit feux très rapprochés ont démarré entre 08H et 09H mercredi.

Dans les Landes, l’autoroute A63 de Bordeaux à Bayonne a été coupée dans les deux sens au niveau de Saint-Geours-de-Maremme, la fumée environnante représentant un « risque pour les usagers ».

Selon le gestionnaire d’autoroute Vinci, la barrière de péage du Biriatou a été un temps fermée aux poids lourds en direction de Bordeaux. Interrogé à ce sujet, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a dit qu’il allait « entrer en contact avec (son ) homologue pour voir ce qui peut être fait ».

Dix-huit départements, du sud-ouest jusqu’à la pointe de la Bretagne, sont jeudi matin en vigilance orange, le niveau d’alerte où les habitants doivent être « très vigilants ». Le niveau supérieur, rouge, n’a pas encore été activé comme mi-juillet

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

France

Mort du béluga égaré dans la Seine malgré une vaste opération de sauvetage

Article

le

mort-du-beluga-egare-dans-la-seine-malgre-une-vaste-operation-de-sauvetage

Le béluga égaré dans la Seine depuis une semaine a dû être euthanasié mercredi après son arrivée en camion à Ouistreham (Calvados), où les experts espéraient pouvoir le soigner avant de le relâcher en mer.

Le cétacé de 800 kg, un animal évoluant habituellement en eaux froides, avait été placé à l’arrière d’un camion frigorifique mercredi vers 4H après six heures d’efforts pour l’extraire de l’écluse de Saint-Pierre-la-Garenne (Eure).

« Le béluga est arrivé le mercredi 10 août à 10h30 au Service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières (SIVEP), situé à Ouistreham, pour réaliser une expertise vétérinaire et sanitaire avant d’envisager son potentiel transfert dans l’écluse de Ouistreham », a indiqué la préfecture du Calvados dans un communiqué.

Une conférence de presse était prévue au port de Ouistreham en fin de matinée.

« Malgré les moyens techniques et logistiques mis en oeuvre, l’état du cétacé s’est malheureusement dégradé lors du voyage. L’expertise vétérinaire a révélé la situation de grande faiblesse, et d’activité respiratoire défaillante du béluga. La décision a donc été prise collégialement, avec les vétérinaires, de l’euthanasier », a ajouté la préfecture.

Sur twitter, la vétérinaire du Sdis Florence Ollivet-Courtois, a expliqué que le cétacé avait subi une dégradation de son état lors du transport en camion mercredi matin.

« En cours du voyage, les vétérinaires ont constaté une dégradation de son état, notamment de ses activités respiratoires. Et on a pu constater à l’instant que l’animal était en anoxie (une diminution de la quantité d’oxygène, ndlr), donc ventilé insuffisamment, et donc la souffrance était évidente pour cet animal », a déclaré Mme Ollivet-Courtois.

« Nous avons décidé qu’il n’était pas pertinent de le relâcher et donc qu’il fallait procéder à son euthanasie », a-t-elle ajouté.

L’ONG Sea Shepherd a également confirmé le décès du cétacé.

« C’est la mort dans l’âme que nous annonçons que le béluga n’a pas survécu à la translocation qui était risquée, mais indispensable pour donner une chance à un animal autrement condamné. Suite à la dégradation de son état, les vétérinaires ont pris la décision de l’euthanasier », peut-on lire sur twitter.

Les 24 plongeurs engagés et les sauveteurs manipulant les cordages autour de l’écluse avaient dû s’y reprendre à plusieurs fois, entre 22h et 4h du matin, pour attirer l’animal dans les filets et la structure capable de le soulever hors de l’eau, ont constaté des journalistes.

Le cétacé, dont l’état de santé a été jugé « alarmant », avait fini par être soulevé dans un filet tracté par une grue et déposé sur une barge, où il a été immédiatement pris en charge par une dizaine de vétérinaires vêtus de combinaisons blanches.

Le béluga, dont la présence dans la Seine est exceptionnelle, avait ensuite été placé dans un camion réfrigéré qui a quitté l’écluse peu après 7h30, à petite vitesse pour parcourir les 160 km jusqu’à Ouistreham, selon des journalistes sur place.

Un bassin d’eau de mer, dans une écluse du port de Ouistreham, avait été mis à disposition pour réceptionner l’animal, qui devait y rester trois jours avant d’être remis en mer selon son état de santé.

Repéré le 2 août dans le fleuve, le cétacé était retenu depuis vendredi dans le bassin d’une écluse, située à 70 km au nord-ouest de Paris.

« le plus dur »

Une orque, avait déjà été observée dans la Seine en mai, entre Rouen et Le Havre. Elle avait finalement été retrouvée morte et une autopsie avait privilégié un décès par inanition.

Sea Shepherd a indiqué que le béluga souffrait de problèmes digestifs.

« Le béluga est un mâle qui ne présente pas de maladie infectieuse mais qui n’a plus d’activité digestive, ce qui explique qu’il ne s’alimente plus ».

Selon l’observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga a une distribution arctique et subarctique.

Il s’agit, selon ces experts, du second béluga connu en France après qu’un pêcheur de l’estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus