Nous rejoindre sur les réseaux

Faits Divers

Le corps du fugitif traqué pour féminicide retrouvé dans les Alpes-Maritimes

Article

le

le-corps-du-fugitif-traque-pour-feminicide-retrouve-dans-les-alpes-maritimes

Après deux jours de traque, le corps de Marc Floris, ce fugitif de 33 ans soupçonné d’avoir tué une jeune femme près de Saint-Tropez (Var) après une brève relation où il s’était montré « relativement harcelant », a été retrouvé mardi à Gréolières (Alpes-Maritimes).

Son corps « relativement abimé » a été découvert vers 12H50 dans « des reliefs montagneux » et « escarpés », a expliqué le procureur adjoint de Draguignan (Var), Guy Bouchet, lors d’une conférence de presse sur place.

Moins de 20 minutes plus tard, il était identifié comme étant le suspect traqué par les gendarmes depuis 48 heures. Suicide, chute accidentelle ou autre: seules les investigations médicolégales permettront de déterminer précisément les causes de la mort, a insisté le procureur.

Depuis dimanche soir, les gendarmes, dont des membres de ses unités d’élite du GIGN et l’ensemble des services de l’Etat étaient mobilisés dans cette commune montagnarde pour retrouver ce trentenaire « armé et dangereux » suspecté d’avoir tué d’une balle dans la tête une femme de 32 ans, Doriane, près de Saint-Tropez.

Quelques 200 gendarmes appuyés par des équipes cynophiles et des hélicoptères ratissaient depuis dimanche un terrain « particulièrement difficile d’accès », explorant une à une les quelque 90 grottes d’une zone bien connue du suspect, qui a grandi à Gréolières.

« Comportement harcelant »

Mardi après-midi, la fin de la traque était visible sur place: des groupes de gendarmes ôtaient leurs équipements sur le terrain du club de parapente local, à côté des hélicoptères mobilisés depuis dimanche pour les aider à quadriller la zone, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les enquêteurs étaient sur la trace de Marc Floris depuis la découverte dimanche matin, par un livreur de journaux, du corps de Doriane devant sa résidence du Plan-de-la-Tour, sur les hauteurs de Saint-Tropez.

Identifié par les enregistrements des caméras de vidéosurveillance de la résidence et l’analyse technique du téléphone de la victime, ce salarié d’une entreprise de travaux publics dans les Alpes-Maritimes, avait bien eu « une relation sentimentale » avec la jeune femme, mais celle-ci avait « duré fort peu de temps », a insisté mardi le procureur adjoint de Draguignan.

Dans le cadre de cette relation, Marc Floris avait manifesté « un caractère relativement harcelant », a précisé le magistrat.

Il avait fui vers le village de ses parents, Gréolières, et avait tiré à deux reprises, sans les blesser, sur les gendarmes venus encercler la maison familiale dimanche soir.

Après Bernard Gonzalez, le préfet des Alpes-Maritimes, qui l’avait appelé lundi soir à « déposer les armes » et « se livrer », c’est le maire de la commune qui avait tenté à son tour d’interpeller le jeune homme.

Mardi, après le dénouement tragique, il a dit penser à présent « à ses parents, à lui qui a choisi cette issue redoutée de tous et bien sûr à (s)on collègue du Plan-de-la-Tour et à l’autre victime ». « Il faudra être attentifs aux parents, le village va sûrement continuer à en parler, mais comme toutes les situations de drame, la vie reprend, la vie continue », a ajouté Marc Malfatto.

Le suspect, qui a grandi à Gréolières, était inconnu de la justice et semble avoir « été pris d’un coup de folie meurtrier, dramatique », a indiqué lundi le commandant du groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes le colonel Nasser Boualam, qui commandait les opérations de recherche.

Un hommage doit être rendu à la victime à Plan-de-la-Tour où elle vivait, mercredi à 18H00.

Faits Divers

Incendies dans l’Hérault : un pompier volontaire mis en cause dans plusieurs départs de feu

Article

le

Un pompier volontaire de l’Hérault a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi suspecté d’être à l’origine de plusieurs départs de feu dans le département depuis plusieurs semaines.

Un pompier volontaire au SDIS de l’Hérault a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi suspecté d’être à l’origine de plusieurs départs de feu dans le département depuis plusieurs semaines, indique le parquet de Montpellier dans un communiqué.

Les premiers faits dont est suspecté l’homme remontent au 26 mai dernier. Trois départs de feu avaient eu lieu sur la commune de Saint-Privat, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Montpellier.

Plusieurs incendies dans le département

Dans le cadre de l’enquête ouverte sur ces feux, les gendarmes avaient recueilli le témoignage d’une personne évoquant un véhicule roulant à vive allure feu éteint près de ces incendies. La voiture avait pu être identifiée. Les investigations ont permis d’établir que ce véhicule a également été vu le 21 juillet sur un chemin de terre à Saint-Jean-de-la-Blaquière, là où un départ avait été constaté quelques instants plus tard.

Enfin, dans la nuit de mardi à mercredi, ce véhicule a encore été vu à proximité de quatre départs de feu toujours sur cette commune de Saint-Jean-de-la-Blaquière.

Le suspect est pompier volontaire

La gendarmerie de Lodève, en charge de l’enquête, a interpellé le propriétaire du véhicule, un pompier volontaire au SDIS de l’Hérault. Il a été placé en garde à vue pour « dégradations volontaires par incendie ». L’enquête se poursuit.

Cette interpellation intervient alors que 800 hectares ont brûlés depuis mardi sur la commune de Gignac. Le feu est désormais fixé, mais les autorités redoutent d’éventuelles reprises de feu. Le parquet souligne que cet incendie est « distinct » des investigations menées pour parvenir à cette interpellation.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Faits Divers

Un feu d’artifice vire au drame à Cholet : deux morts, sept blessés

Article

le

un-feu-d’artifice-vire-au-drame-a-cholet:-deux-morts,-sept-blesses

Un garçon de 7 ans et sa soeur de 24 ans ont été tués lors d’un « incident de tir » survenu pendant le feu d’artifice du 14-Juillet jeudi à Cholet (Maine-et-Loire), qui a également fait sept blessés dont un grave selon un dernier bilan.

L’enquête, ouverte pour homicide involontaire, devra déterminer les circonstances précises de l’accident, survenu peu après 23h00 « sur un terrain stabilisé près du stade de Cholet », a précisé le procureur de la République d’Angers, Eric Bouillard, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le frère et la soeur assistaient au feu d’artifice avec d’autres membres de leur famille et se trouvaient « à une cinquantaine de mètres du pas de tir » lors de l’accident.

Un homme d’une trentaine d’années, grièvement blessé, a été hospitalisé en urgence absolue, ont précisé les pompiers vendredi matin.

Six autres spectateurs, dont les parents des deux victimes, ont été légèrement blessés. Ils ont été hospitalisés en urgence relative, selon le service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Maine-et-Loire.

Interrogé dans la nuit sur les circonstances de l’accident, le procureur a évoqué un « incident de tir », sans plus de précision.

« Il est beaucoup trop tôt » pour en dire plus, a-t-il ajouté.

« Servi de bouclier »

Laurent Picard, venu au feu d’artifice avec ses deux filles de 8 et 13 ans, a assisté à l’accident, dont il a publié quelques images vidéo sur Facebook.

« J’étais à 5/6 mètres de l’explosion avec mes deux filles, j’ai reçu des étincelles et senti la chaleur du souffle », a-t-il témoigné. « Heureusement, là où j’étais placé j’ai servi de bouclier à mes filles en quelque sorte ».

A la fin de cette vidéo d’un peu plus d’une minute, on voit ce qui ressemble à l’explosion d’une fusée parmi une petite foule massée derrière un grillage, puis des cris et des gens qui courent en tous sens, alors que des flammes sont visibles par terre.

« Est-ce une fusée partie de travers ou qui a explosé en retombant ? C’est arrivé tellement vite, je ne saurais pas dire », a-t-il ajouté.

Peu après l’explosion, M. Picard dit avoir vu un homme allongé sur le sol, apparemment brûlé, et une femme à qui des secouristes faisaient un massage cardiaque.

« Ca criait partout, c’était un peu la panique », se souvient-il, encore choqué. « J’ai mis les filles à l’abri. Ca aurait pu être nous! Je suis profondément impacté et touché par ces deux décès et le blessé grave »

Malgré l’incident, le feu d’artifice a été mené à son terme puis la foule a été dispersée, selon lui. Environ 70 pompiers ont été dépêchés sur place, selon le Courrier de l’ouest.

Le maire de Cholet Gilles Bourdouleix, a expliqué que des membres de la sécurité auraient « conseillé aux personnes » se trouvant à proximité des lieux de l’accident « de s’éloigner ».

La municipalité travaille « depuis des années » avec l’artificier chargé du feu d’artifice, a-t-il ajouté, et « c’est la première fois » qu’un tel drame survient pendant les festivités du 14-Juillet à Cholet selon lui.

« C’est un drame épouvantable », a-t-il commenté.

L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale du Maine-et-Loire et au commissariat de Cholet.

Lire Plus

Faits Divers

Faits-Divers : Refus d’obtempérer à Paris: des policiers tirent sur une voiture, deux morts

Article

le

refus-d’obtemperer-a-paris:-des-policiers-tirent-sur-une-voiture,-deux-morts

Sur le Pont-Neuf, en plein centre de Paris, des policiers ont tiré dimanche peu avant minuit sur une voiture qui a tenté de les percuter selon une source policière, tuant deux de ses occupants et blessant une troisième personne.

Les faits se sont déroulés peu avant minuit, quelques heures après la réélection du président Emmanuel Macron fêtée au Champs-de-Mars, sans que l’on puisse établir à ce stade un lien avec cet évènement politique.

Ils se sont produits sur le Pont-Neuf, le plus vieux de la capitale, enjambant la Seine et situé à la pointe de l’île de la Cité.

D’après les premiers éléments recueillis, selon une source policière, le véhicule circulait à contresens quand les policiers ont voulu le contrôler.

Les occupants du véhicule auraient alors foncé sur les agents qui ont fait usage de leur arme, faisant deux morts et un blessé, a indiqué cette même source.

La procureure de Paris Laure Beccuau est arrivée vers 1H30 sur place avant de repartir une heure plus tard, a constaté un journaliste.

Un important dispositif policier était déployé aux abords.

A la lumière de lampes torches et sous les lampadaires, sur le pont dominée par la statue équestre d’Henri IV, la police scientifique s’affairait autour de deux corps à terre, recouverts de draps blancs, situés près du véhicule, l’un sur un trottoir et l’autre sur la chaussée.

Le véhicule est de type Polo Volkswagen et de couleur sombre, immatriculé à Paris.

L’enquête a été confiée au 1er district de la police judiciaire pour « tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique », a indiqué le parquet de Paris.

Un touriste égyptien, disant s’appeler El Sammak, a relaté qu’il se trouvait en terrasse à l’hôtel du Cheval blanc avec vue sur la Seine, située en haut du grand magasin de la Samaritaine, quand les faits se sont produits: « J’ai entendu (tirer) quatre balles. Quand j’ai regardé, j’ai vu un homme courir dix à quinze mètres. Puis il s’est écroulé. Apparemment il n’était pas le conducteur, c’était un passager ».

Maxime Guedon, un étudiant de 24 ans, sortait d’un restaurant avec une amie quand il a entendu des coups de feu.

« On était partis dehors faire une petite balade. Ensuite, on a entendu des coups de feu. On a pensé que c’était des pétards. En fait il s’avère que c’était plus grave que ça », a-t-il raconté.

Un autre témoin, sous couvert d’anonymat, a affirmé avoir entendu d’abord deux coups de feu suivis de plusieurs autres.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN, « Police des polices ») a été saisie, a indiqué une source policière. C’est le cas systématiquement dès qu’un policier fait usage de son arme.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus