Vous pouvez nous suivre

Monde

Etats-Unis, UE, G7: en Birmanie, les pressions contre la junte militaire s’accumulent

Publié

le

etats-unis,-ue,-g7:-en-birmanie,-les-pressions-contre-la-junte-militaire-s’accumulent

Les militaires responsables du coup d’Etat en Birmanie étaient plus que jamais sous pression mardi avec une condamnation du G7 au lendemain de l’adoption par les Etats-Unis et l’Union européenne de nouvelles sanctions et de manifestations parmi les plus massives depuis le putsch du 1er février.

Depuis trois semaines, les autorités birmanes n’ont pas cessé d’intensifier le recours à la force afin d’affaiblir la mobilisation pro-démocratie.

Jusqu’à présent, trois manifestants ont été tués alors qu’un homme qui patrouillait pour éviter des arrestations massives dans son quartier, à Rangoun, a été abattu.

« L’utilisation de balles réelles contre des personnes non armées est inacceptable », ont déclaré mardi dans un communiqué les ministres des Affaires étrangères du G7, les sept plus grandes puissances de la planète, également signé par l’Union européenne.

« Quiconque répond à des manifestations pacifiques par la violence doit être tenu responsable », ont-ils déclaré, appelant les forces de sécurité du Myanmar à « faire preuve de la plus grande retenue et respecter les droits de l’homme et le droit international ».

Dans la nuit de lundi à mardi, les Etats-Unis avaient annoncé des sanctions contre deux autres leaders de la junte militaire birmane qui a renversé le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, le général Maung Maung Kyaw, à la tête de l’armée de l’air, et le lieutenant-général Moe Myint Tun.

Une salve de mesures similaires avait déjà été annoncées par Washington il y a dix jours, visant plusieurs leaders de la junte au pouvoir, dont son chef, le général Min Aung Hlaing.

« Nous n’hésiterons pas à prendre de nouvelles mesures contre ceux qui commettent des actes de violence et répriment la volonté du peuple. Nous ne faiblirons pas dans notre soutien au peuple birman », a prévenu le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Cette annonce est intervenue quelques heures après la décision de l’UE de prendre des sanctions contre les intérêts économiques et financiers des militaires responsables du coup d’Etat.

« Toute aide financière directe (…) aux programmes de réforme du gouvernement est suspendue », a indiqué le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

« Priez pour eux »

Ces sanctions interviennent après que l’armée birmane a eu recours aux balles en caoutchouc, au gaz lacrymogène, aux canons à eau et même parfois aux tirs à balles réelles contre les manifestants.

Elle a également déployé d’avantages de forces de sécurité dans les rue de Rangoun, la plus grande ville du pays et sa capitale économique.

Pour empêcher les manifestants de se rassembler, des barricades ont été notamment installées autour des carrefours et des artères menant vers les ambassades.

Des coupures nocturnes d’internet, ordonnées par la junte, font craindre que les autorités n’en profitent pour procéder à des arrestations massives de militants pro-démocratie.

Jusqu’à présent, les mesures prises par la junte n’ont pas dissuadé les manifestants de descendre dans les rues.

Parmi eux figurent de nombreux fonctionnaires, employés de banque, soignants et employés des travaux publics qui ont cessé de travailler par solidarité.

Mardi, les manifestations se sont poursuivies à travers le pays, même si la capitale économique Rangoun a connu une moindre mobilisation que les jours précédents.

Dans la ville de Myitkyina, dans l’Etat de Kachin (Nord) – où des violences ont éclaté au cours du week-end – des manifestants ont traversé la ville à moto en agitant le drapeau birman et en saluant à trois doigts, un symbole de résistance.

A Mandalay, deuxième ville du pays, une foule recueilli a participé aux funérailles de Thet Naing Win, un homme de 37 ans abattu samedi lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu sur une foule de manifestants anti-junte.

« Je demande à tous d’aider à faire en sorte que le cas de mon mari soit jugé avec justice », a déclaré sa veuve Thidar Hnin, ajoutant qu’elle souhaitait voir « le dictateur détrôné ».

Les appels à cesser de travailler ont fortement perturbé les activités du gouvernement, des entreprises et des banques.

Le pouvoir avait brandi dimanche la menace de recourir à la force létale pour en finir avec « l’anarchie ».

Depuis le putsch, plus de 680 personnes ont été arrêtées, inculpées ou condamnées d’après une ONG d’assistance aux prisonniers politiques et presque toutes sont toujours derrière les barreaux.

Click to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Monde

Le pape conclut sa visite historique en Irak devant des milliers de fidèles

Publié

le

le-pape-conclut-sa-visite-historique-en-irak-devant-des-milliers-de-fideles

Le pape François a conclu sa visite historique en Irak dimanche avec une messe devant des milliers de fidèles dans le nord du pays ravagé par les jihadistes, appelant les chrétiens encore dans le pays à « ne pas se décourager ».

Après avoir prié pour les « victimes de la guerre » dans les décombres de Mossoul, ancienne « capitale » autoproclamée du groupe Etat islamique (EI), ou dans l’église tout juste restaurée d’une localité martyre de la plaine de Ninive, le souverain pontife a célébré la plus grande messe de son voyage sous haute sécurité.

Arrivé triomphalement en papamobile sur la pelouse du stade d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien, le pape argentin a promis aux fidèles d’une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde: « L’Irak restera toujours avec moi ».

Pour Bayda Saffo, catholique de 54 ans ayant fui les jihadistes à Mossoul, « on sait que quelqu’un pense à nous et à ce que nous ressentons ». Cela va « encourager les chrétiens à rester sur leur terre », assure-t-elle à l’AFP au terme de la première visite d’un papale en Irak, pays où le nombre des chrétiens a fondu en 20 ans de 6% à 1% de la population.

Après des déplacements en avion, hélicoptère ou voiture blindée à travers un pays sorti il y a trois ans d’un conflit sanglant contre les jihadistes, le pape est parvenu à passer sa journée de dimanche au plus près des chrétiens d’Irak.

Vigilance renforcée

Depuis son arrivée vendredi, gardes du corps et forces de sécurité sont en vigilance plus que renforcée. Ils l’ont de nouveau été pour cette messe au stade Franso Hariri — du nom d’un politicien chrétien assassiné il y a 20 ans –, après une attaque aux roquettes fin février contre l’aéroport d’Erbil.

Mais dimanche, il est parvenu à toucher la foule, d’abord à Mossoul, où il a déploré l’exil des chrétiens d’Orient sur une estrade construite au milieu des ruines, faute d’église toujours debout.

Là, le pape âgé de 84 ans, qui marche avec difficulté en raison d’une sciatique, a fait un tour en voiturette de golf sous les youyous et les vivats d’une petite foule.

« Plus beau jour »

« C’est le plus beau des jours! », s’exclame Hala Raad, qui l’a vu passer. « Maintenant, on espère vivre en sécurité, c’est ça le plus important », poursuit cette chrétienne, qui a fui Mossoul lors de la percée jihadiste et n’y revient plus que pour de courtes visites.

Puis, à Qaraqosh, localité chrétienne martyre à mi-chemin entre Mossoul et Erbil, le souverain pontife a appelé une foule émue à « reconstruire » et à « ne pas se décourager ».

Si le pape se déplace sous haute protection dans un pays où se terrent encore des cellules jihadistes clandestines, il doit aussi composer avec le Covid-19 pour son premier déplacement en 15 mois.

L’Irak est en confinement total après que les contaminations quotidiennes ont atteint un record: plus de 5.000 cas.

De ce fait, le nombre de fidèles dans le stade a été réduit à plusieurs reprises.

Car si le pape et tous les journalistes et ecclésiastiques qui l’accompagnent ont été vaccinés avant leur départ, aucun des fidèles présent au stade ne l’a été.

Seules 50.000 doses de vaccin sont arrivées à ce jour en Irak et seuls des médecins ont pu en bénéficier.

« Geste d’amour »

« C’est un voyage particulier aussi au regard des conditions » sanitaires et de sécurité, convient Matteo Bruni, le porte-parole du Vatican.

Mais, poursuit-il, c’est « un geste d’amour pour cette terre et ce peuple » que François voulait visiter depuis la percée de l’EI en 2014 en Irak, et « tout geste d’amour est toujours un peu extrême ».

Le pape doit quitter lundi matin l’Irak pour Rome.

Avant d’aller dans le nord du pays, le souverain pontife  s’était rendu samedi à Najaf, ville sainte musulmane chiite du Sud, pour rencontrer le grand ayatollah Ali Sistani. Ce dernier lui a dit oeuvrer pour que les chrétiens d’Irak vivent en « paix », en « sécurité » et avec « tous leurs droits constitutionnels ».

De nombreux chrétiens hésitent encore à rentrer définitivement chez eux.

Quand en 2014, l’EI a pris la plaine de Ninive, des dizaines de milliers d’entre eux ont fui et peu font désormais confiance à des forces de l’ordre qui les avaient alors abandonnés, disent-ils.

Aujourd’hui, beaucoup affirment vivre dans la peur des paramilitaires désormais intégrés à l’Etat et qui ont repris le terrain aux jihadistes.

Lire plus

Europe

Suisse: vers une courte victoire pour l’initiative anti-burqa

Publié

le

suisse:-vers-une-courte-victoire-pour-l’initiative-anti-burqa

L’initiative pour interdire de dissimuler son visage en Suisse, qui vise les rares femmes qui portent le niqab dans le pays, semblait s’acheminer vers une courte victoire  dimanche.

Les dernières projections de l’institut gfs.bern à 13H00 GMT, deux heures après la clôture des bureaux de vote, et celles du Service audiovisuel donnaient 52% mais avec une marge d’erreur de deux points de pourcentage.

Pour être adoptée, l’initiative anti-burqa doit obtenir la majorité des votes de la population mais aussi remporter la majorité des cantons.

Les deux autres initiatives soumises au scrutin ce dimanche donnent le oui à un accord commercial avec l’Indonésie (51%) mais rejette l’introduction d’une identité électronique fédérale (64% de non).

Si le oui devait se confirmer pour l’initiative anti-burqa, la Suisse rejoindrait la France, l’Autriche, la Bulgarie, la Belgique et le Danemark en bannissant le voile intégral, après des années de débat.

Le texte proposé par le parti populiste de droit UDC n’évoque ni la burqa – sorte de longue pièce de tissu qui couvre les femmes de la tête aux pieds et munie d’une fente grillagée à hauteur des yeux – ni le niqab, qui couvre entièrement le corps et le visage à l’exception des yeux, mais les affiches de campagne ne laissent pas de doute sur l’intention.

« Stopper l’islamisme radical » ou « Stopper l’extrémisme », peut-on lire sur les affiches qui montrent des femmes en niqab.

Si le oui devait l’emporter, il serait alors interdit de se couvrir complètement le visage en public, mais des exceptions sont prévues pour les lieux de culte par exemple.

Il sera aussi interdit aux hooligans ou manifestants de se cagouler.

Touristes

Le oui risque de « banaliser l’ambiance xénophobe et raciste » à l’encontre des musulmanes, a déclaré Myriam Mastour, membre du collectif Les Foulards Violets et de la grève féministe sur la chaîçne publique RTS. En revanche elle se réjouit du faible écart entre le oui et le non, alors que les premiers sondages donnaient l’initiative de l’UDC largement favorite.

Selon les opposants, le port du voile intégral n’est pas un sujet en Suisse, où on n’estime qu’à quelques dizaines les femmes ainsi vêtues, en général des converties, a souligné Mme Mastour. Ce sont surtout des riches touristes que l’on voit ainsi vêtues fréquenter les boutiques chics de Genève ou Zürich.

« La cible de l’initiative, ce ne sont pas les musulmans, nous ne remettons pas en cause leurs pratiques religieuses », avait affirmé à l’AFP Jean-Luc Addor, le porte-parole du oui et membre de l’UDC. Pour lui, il s’agit de défendre « les valeurs de notre civilisation ».

« C’est un immense soulagement », a dit Mohamed Hamdaoui, député au Grand Conseil bernois et fondateur de la campagne « A visage découvert » à l’agence ATS. « Ce vote est révélateur d’une prise de conscience », selon ce membre du PS, qui se revendique musulman laïque. « Non seulement parce que l’on ne ne peut pas uniquement laisser la lutte contre le hooliganisme et les casseurs à l’appréciation des cantons, mais qu’il fallait aussi donner un signal très fort à l’islamisme. » C’était « l’occasion de dire stop à l’islamisme » et pas « aux musulmans, qui ont évidemment toute leur place dans ce pays ».

Deux cantons ont déjà une interdiction de se couvrir le visage.

Le gouvernement fédéral et le parlement s’opposaient à cette mesure en arguant que l’initiative s’attaque à un problème qui n’existe pas.

En 2009, les Suisses avaient voté l’interdiction de la construction de minarets sur les mosquées, provoquant la colère dans les pays musulmans et l’approbation des partis nationalistes européens.

Huile de palme

La population semble aussi avoir donné un court avantage à un accord commercial avec l’Indonésie.

Le plus grand pays musulman du monde est un immense marché très prometteur, mais c’est l’huile de palme – à la réputation écologique controversée – qui focalise le débat et avait suscité une initiative populaire des opposants.

Signé en 2018 et approuvé par le parlement suisse en 2019, cet accord prévoit l’abolition des droits de douane sur une grande partie des produits échangés avec l’Indonésie ainsi qu’un ensemble de règles régissant les échanges de services, la propriété intellectuelle et les investissements.

Les opposants fustigent la déforestation, les violations des droits humains et de l’environnement mais aussi les critères de certification de l’huile de palme eux-mêmes, que contient l’accord.

L’introduction d’une identité électronique approuvée par l’Etat fédéral qui aurait permis de faciliter et sécuriser de nombreuses démarches en ligne serait nettement rejetée selon les dernières projections.

Les résultats définitifs sont attendus en milieu d’après-midi.

Lire plus

Monde

Jour J pour l’interview de Meghan et Harry, après une semaine de passes d’armes

Publié

le

jour-j-pour-l’interview-de-meghan-et-harry,-apres-une-semaine-de-passes-d’armes

Jusqu’où iront le prince Harry et son épouse Meghan Markle durant leur entretien choc à la chaîne américaine CBS? Réponse dimanche soir, devant des millions de telespectateurs, au terme d’une semaine marquée par petites phrases et polémiques les opposant à la famille royale britannique.

La série d’extraits savamment distillés depuis dimanche dernier indique que les Sussex, et Meghan Markle en particulier, entendent régler quelques comptes avec Buckingham Palace, un peu plus d’un an après leur mise en retrait de la famille royale.

L’ancienne comédienne de télévision, enceinte de son deuxième enfant, a notamment accusé la maison Windsor de « colporter des mensonges », l’appelant, au passage, « la firme », évoquant les pires travers de la culture d’entreprise.

Mardi, le quotidien britannique The Times a publié les témoignages d’anciens assistants de Meghan Markle qui accusent de harcèlement la duchesse, aujourd’hui âgée de 39 ans, lorsqu’elle vivait encore au sein de la famille royale.

Le palais de Buckingham, qui s’est dit « très préoccupé », a immédiatement annoncé l’ouverture d’une enquête.

Réaction immédiate de Meghan Markle, dont un porte-parole a dit voir dans cette séquence « une campagne de dénigrement ». « Ce n’est pas une coïncidence », a-t-il ajouté, « que des accusations déformées et vieilles de plusieurs années » soient « communiquées à la presse britannique » avant la fameuse interview de dimanche.

Le couple a souvent justifié sa mise en retrait et son départ d’Angleterre par le désir d’échapper à la presse britannique, mais il a aussi laissé filtrer publiquement son malaise au sein de l’institution.

Pourtant, de l’avis de nombreux experts royaux, ni Meghan ni Harry ne devraient s’en prendre directement aux membres de la famille royale au cours de cette émission longue de deux heures, le prince ayant un lien affectif fort avec sa grand-mère, la reine Elizabeth II.

Des millions pour une interview

La crise n’est pas sans rappeler celle qui mena au divorce entre Charles et Diana, les parents d’Harry, aujourd’hui âgé de 36 ans, et l’interview événement de Lady Di à la chaîne BBC1 en 1995.

« Ma plus grande inquiétude, c’était de voir l’histoire se répéter », a expliqué le prince Harry dans un autre extrait de l’émission spéciale de CBS, référence au destin tragique de la princesse de Galles, morte en 1997 dans un accident de la route alors que son chauffeur tentait d’échapper aux paparazzis.

Dernier chapitre en date, le quotidien britannique Daily Telegraph a publié samedi un article contenant des témoignages très critiques de Meghan Markle, présentée comme individualiste, calculatrice et capricieuse.

Après avoir confirmé à la reine leur mise en retrait définitive de la famille royale, au terme d’une période d’observation, le duc et la duchesse de Sussex, mariés depuis mai 2018, ont perdu leurs derniers titres officiels en février.

Installé au Canada, puis en Californie, à Montecito, depuis mars, le duo a déjà résolument pris la tangeante et capitalisé sur son image de couple moderne, mixte, tourné vers l’humanitaire, dans un pays où l’opinion leur est beaucoup plus favorable qu’en Angleterre.

Quand de nombreux commentateurs royaux britanniques critiquent le couple, jugé inconséquent et égocentrique, certains observateurs américains voient dans le traitement de Meghan Markle des relents de racisme.

Depuis leur arrivée aux Etats-Unis, les époux ont créé leur fondation, Archewell, et se sont notamment engagés à produire des programmes pour Netflix, moyennant un montant estimé à 100 millions de dollars par plusieurs médias américains, et des podcasts pour Spotify.

A cela s’ajoute un partenariat déjà annoncé avec la nouvelle plateforme Apple TV+, en collaboration avec la présentatrice américaine Oprah Winfrey, qui a décroché l’interview de dimanche avec les époux princiers.

Le couple vaut de l’or et « Oprah » a vendu, selon le Wall Street Journal, cet entretien entre 7 et 9 millions de dollars à CBS, tout en conservant les droits à l’international, source de juteux revenus car une bonne partie de la planète attend ce rendez-vous télévisuel.

Lire plus

Les + Lus