Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Salman Rushdie va un peu mieux après avoir été poignardé aux Etats-Unis

Article

le

salman-rushdie-va-un-peu-mieux-apres-avoir-ete-poignarde-aux-etats-unis

Salman Rushdie va un peu mieux selon ses proches, deux jours après que l’écrivain des « Versets sataniques », menacé de mort depuis 1989 par une fatwa de l’Iran, eut été poignardé au moins dix fois par un Américain d’origine libanaise, dans le nord des Etats-Unis.

Cette attaque vendredi matin sur la scène d’un amphithéâtre du centre culturel de la ville tranquille de Chautauqua, près du lac Erié dans le nord de l’Etat de New York, a choqué en Occident mais a été saluée par des extrémistes musulmans.  

L’intellectuel britannique et américain de 75 ans n’est plus sous assistance respiratoire et « la voie du rétablissement a commencé », s’est félicité son agent Andrew Wylie dans un communiqué transmis au Washington Post. 

« Les blessures sont graves, mais son état évolue dans la bonne direction », a ajouté ce proche de l’écrivain à la renommée mondiale, poignardé une dizaine de fois au cou et à l’abdomen. Un homme de 24 ans, Hadi Matar, s’était précipité sur l’estrade avant que M. Rushdie ne prenne la parole au centre culturel de Chautauqua.

« Humour intact »

Zafar Rushdie, son fils, a confirmé sur Twitter que son père « avait pu dire quelques mots » et qu’il avait « conservé intact son sens de l’humour ». La famille s’est dite « extrêmement soulagée ».

Salman Rushdie reste hospitalisé à Erié, en Pennsylvanie, au bord du lac qui sépare les Etats-Unis du Canada.

Si les nouvelles de dimanche sont rassurantes, l’agent Wylie avait été alarmiste vendredi en parlant de blessures graves au bras et au foie et la perte possible d’un œil.

L’animateur de la conférence, Henry Reese, 73 ans, qui a été légèrement touché au visage, a raconté sur CNN que l’attaque « ressemblait à une sorte de mauvaise blague (qui) n’avait pas l’air réel. Quand il y a eu du sang derrière lui, c’est devenu réel ».

Leur agresseur, Hadi Matar, né aux Etats-Unis, vivant dans le New Jersey et dont les parents sont d’un village du sud du Liban, a été inculpé de « tentative de meurtre et agression ».

En tenue rayée noire et blanche de détenu, menotté et masqué, il n’a pas dit un mot samedi soir devant le tribunal de Chautauqua et a plaidé « non coupable » par la voix de son avocat.

Il doit comparaître de nouveau le 19 août.

Préméditée

Sans donner de mobile, les procureurs ont qualifié l’attaque de préméditée. 

L’attentat a provoqué une onde de choc, particulièrement en Occident: le président américain Joe Biden a rendu hommage à M. Rushdie pour son « refus d’être intimidé et réduit au silence ».

Vivant à New York depuis vingt ans, naturalisé américain en 2016, Salman Rushdie avait repris une vie publique à peu près normale tout en continuant de défendre, dans ses livres, la satire et l’irrévérence.

Coïncidence, le magazine allemand Stern l’avait interviewé quelques jours avant l’attaque: « Depuis que je vis aux Etats Unis, je n’ai plus de problème (…) Ma vie est de nouveau normale », assure l’écrivain, dans cet entretien à paraître le 18 août, en se disant « optimiste » malgré « les menaces de mort quotidiennes ».

Salman Rushdie, né en 1947 en Inde dans une famille d’intellectuels musulmans non pratiquants, avait embrasé une partie du monde islamique avec la publication en 1988 des « Versets sataniques », jugés par les musulmans les plus rigoristes comme blasphématoires à l’égard du Coran et du prophète Mahomet, et conduisant l’ayatollah iranien Rouhollah Khomeiny à émettre la fatwa réclamant son assassinat.

La fatwa n’a de fait jamais été levée et beaucoup de ses traducteurs ont subi des attaques.

Combat « universel »

« Son combat est le nôtre, universel », avait lancé le président Emmanuel Macron, tandis que  le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’était déclaré « horrifié ».

Le chef du gouvernement israélien Yair Lapid — dont le pays est l’ennemi de l’Iran — a dénoncé « le résultat de décennies d’incitation au meurtre par le régime extrémiste iranien ». 

Mais dans des pays musulmans, l’attaque a été saluée par des extrémistes.

En Iran, le quotidien ultraconservateur Kayhan a félicité « cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie » et le journal Javan écrit dimanche qu’il s’agit d’un complot des Etats-Unis qui « veulent probablement propager l’islamophobie dans le monde ».

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a déclaré dimanche que des médias d’Etat iraniens « jubilaient » après l’agression de l’intellectuel. « C’est abject », a-t-il observé dans un communiqué.

Au Pakistan, le parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan — réputé pour sa violence contre ce qu’il considère comme du blasphème antimusulman — a jugé que Rushdie « méritait d’être tué ».

Au Royaume-Uni, la police enquête sur une menace dont l’autrice de Harry Potter, J.K. Rowling, dit être la cible sur Twitter, après avoir exprimé son soutien à Salman Rushdie.

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus