Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Zelensky promet « la victoire » depuis la région de Kharkiv, sa ville natale menacée d’inondations

Article

le

zelensky-promet-« la-victoire »-depuis-la-region-de-kharkiv,-sa-ville-natale-menacee-d’inondations

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu mercredi dans la région de Kharkiv libérée de l’occupation dans sa « quasi-totalité » et y a promis « la victoire », au moment où sa ville natale de Kryvyï Rig était menacée d’inondations après une frappe russe sur des infrastructures hydrauliques.

Frappée dans la soirée par sept missiles russes, selon les autorités locales, Kryvyï Rig, dans le centre de l’Ukraine, et ses 600.000 habitants sont confrontés à la crue subite d’une rivière, l’Ingoulets, qui menace le centre-ville et un autre quartier.

« Au point d’impact, on observe un débit d’eau de 100 m3 par seconde, ce qui représente un grand volume. Le niveau de l’eau de l’Ingoulets change toutes les heures », a déclaré le chef adjoint de l’administration présidentielle Kyrylo Tymochenko, tout en assurant que la situation est « sous contrôle ».

Le chef de l’administration militaire de la ville, Oleksandr Vilkul, a demandé aux résidents d’un certain nombre de rues « d’évacuer », par précaution.

M. Zelensky a quant à lui dénoncé une « tentative d’inonder Kryvyï Rig ». La frappe n’a pas fait de victimes, selon le gouverneur de la région, Valentin Reznitchenko.

Quelques heures auparavant, M. Zelensky s’était rendu à Izioum pour son premier déplacement dans la région de Kharkiv depuis que cette zone du nord-est a été presque entièrement reconquise aux Russes ces quinze derniers jours.

Cité de quelque 50.000 habitants avant la guerre, Izioum avait fait l’objet de combats meurtriers au printemps avant d’être prise par l’armée russe, qui en a fait un noeud stratégique de ravitaillement.

« Nous n’avançons que dans une direction, en avant, vers la victoire », a écrit à cette occasion sur Telegram M. Zelensky, tout en soulignant les importantes destructions subies par Izioum.

En soirée, dans son adresse quotidienne, il a souligné que « la quasi-totalité de la région de Kharkiv est libérée », avec la prise de « 400 localités » aux troupes russes, ce qui signifie un retour à « une vie normale et sûre » pour « les 150.000 Ukrainiens qui sont restés sur ce territoire ».

Avant son allocution, le président avait par ailleurs subi un accident de voiture à Kiev, lorsqu' »une automobile est entrée en collision » avec son véhicule, selon son porte-parole.

« Le président a été examiné par un médecin, aucune blessure grave n’a été détectée », a précisé Serguiï Nikiforov dans un communiqué publié sur Facebook dans la nuit de mercredi à jeudi, tandis que le chauffeur de l’automobile a, lui, « été transféré dans une ambulance ».

« Coopération constructive » pour la centrale

Malgré le recul russe face aux Ukrainiens, le président Vladimir Poutine ne considère pas l’invasion déclenchée le 24 février comme une « erreur », a estimé mercredi le chancelier allemand Olaf Scholz.

M. Poutine s’est quant à lui entretenu au téléphone avec le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, saluant une « coopération constructive » autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l’Ukraine, occupée par la Russie, où s’est récemment rendue une délégation de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Il a aussi jugé que les céréales ukrainiennes, dont les exportations ont repris après des mois de blocage, devaient aller « en priorité » aux pays qui en ont le plus besoin, et non à l’UE, qu’il a précédemment accusée d’en recevoir la majeure partie.

L’Ukraine a annoncé avoir repris aux Russes pendant le seul mois de septembre des milliers de kilomètres carrés dans l’est et le sud, où la situation est « complètement tendue » et « très dynamique », a averti la porte-parole du commandement Sud de l’armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk.

De son côté, l’armée russe, dont des frappes ont provoqué ces derniers jours de vastes coupures d’électricité dans plusieurs régions ukrainiennes, a déclaré mercredi pilonner tous azimuts les forces ukrainiennes, notamment dans la région de Kharkiv.

« Des frappes massives ont été menées dans les régions des localités de Dvoritchna, Balakliïa et Koupiansk », a dit le ministère russe de la Défense.

A Mykolaïv (Sud), deux immeubles ont été touchés et deux personnes sont mortes, selon les autorités locales. A Bakhmout, une ville de la région de Donetsk que Moscou tente de conquérir depuis des mois, cinq civils ont été tués mardi, a déploré le gouverneur régional.

Frappes « sur toute la ligne de front »

Dans la région de Donetsk, le gouverneur Pavlo Kyrylenko a signalé des bombardements « sur toute la ligne de front ». Celui de la région voisine de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, a annoncé que les forces russes avaient repris le contrôle de la localité de Kreminna.

Forte de livraisons d’armements occidentaux, l’Ukraine a récupéré à la faveur de sa contre-offensive la quasi-totalité de la région de Kharkiv, frontalière de la Russie, et obtenu des gains territoriaux plus modestes dans le sud, où elle continue de frapper les ponts utilisés par les forces russes.

Les avancées ukrainiennes de septembre sont les plus importantes depuis que les Russes ont quitté les abords de Kiev et le centre de l’Ukraine au printemps après avoir échoué dans leur tentative de s’en emparer.

Les Occidentaux ont pris des sanctions contre la Russie et augmenté les livraisons d’armes aux Ukrainiens. Les dirigeants des pays de l’Union européenne et de l’Otan vont régulièrement à Kiev pour afficher leur soutien à M. Zelensky.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a ainsi annoncé devant le Parlement européen à Strasbourg (France) s’y rendre mercredi en promettant une « solidarité indéfectible » avec l’Ukraine et la fermeté face à Moscou.

Europe

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

Article

le

La Russie occupe toujours 18 % du territoire ukrainien

En janvier, les Russes ont très légèrement avancé en prenant le contrôle de 278 km2, selon les calculs d’un cartographe français

Au 31 janvier 2023, la Russie occupait toujours 18 % du territoire de l’Ukraine. Ce chiffre est le fruit du travail d’un cartographe français. Les 18,08 % (exactement) du territoire ukrainien représentent 109 105 km2, soit l’équivalent d’une vingtaine de départements français. Au cours du mois de janvier et au prix de pertes colossales, les forces russes sont parvenues à prendre 278 km2 à l’armée ukrainienne. Cette superficie équivaut à un carré de 16 kilomètres de côté, alors que le front entre les deux armées s’étend sur plus de 1 000 kilomètres.

A la veille de l’invasion, le 24 février 2022, et depuis 2014, la Russie contrôlait directement (la Crimée) ou indirectement (une partie du Donbass) 7,15 % du territoire de son voisin. Au maximum de l’offensive russe, fin mars, l’Ukraine avait perdu un quart (25,11 %) de son sol. Puis, après l’échec de l’opération sur Kiev, ce chiffre s’est stabilisé autour de 20-21%, avant de passer à l’automne sous la barre de 18 %, grâce au succès de la double offensive ukrainienne, d’abord vers Kharkhiv, puis vers Kherson. Depuis novembre, la Russie regrignote un peu de terrain, surtout dans le secteur très disputé de Bakhmut.

Dans le détail, la Russie ne contrôle totalement qu’une seule région, la Crimée, et la quasi-totalité d’une autre, l’oblast de Louhansk (97,78 %). Trois sont partiellement occupées : Zaporijjia (72,94 %), Kherson (72,02 %) et Donetsk (56,65 %). Ces quatre derniers oblasts font, sur le papier, partie de la Fédération de Russie depuis leur annexion illégale en septembre. Enfin, les forces russes n’occupent plus qu’une infime partie (1,88 %) de l’oblast de Kharkiv (nord) et 0,56 % de celui de Mykolaïv (sud).

L’objectif de Kiev est de reprendre la totalité de son territoire (603 554 km2), plus vaste que la France : on mesure l’ampleur de la tâche.

Lire Plus

Europe

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Article

le

Guerre en Ukraine : Biden dit « non » à l’envoi d’avions de combat

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le président français Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu ».

Joe Biden a opposé ce lundi 30 janvier un refus catégorique à l’idée d’envoyer à l’Ukraine des avions de combat américains de type F-16. « Non », a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur la possibilité de fournir les appareils que réclament les dirigeants ukrainiens.

Les Occidentaux viennent de franchir un palier dans l’aide militaire apportée à l’Ukraine, après que l’Allemagne et les États-Unis ont annoncé l’envoi de chars. Le président Volodymyr Zelensky réclame une assistance encore plus poussée, passant par la livraison de missiles à longue portée et d’avions de combat.

Berlin a déjà rejeté catégoriquement cette idée, tandis que le qu’Emmanuel Macron a estimé prudemment que « par définition, rien (n’était) exclu », tout en assurant que les Ukrainiens ne lui avaient pas fait à ce jour de demande en ce sens.

Une visite prochaine en Pologne

Alors qu’approche le 24 février, qui marquera un an depuis l’invasion de l’Ukraine, Joe Biden n’a pas voulu dire s’il se rendrait en Europe à cette occasion.

Mais il a assuré qu’il irait, sans préciser de date, en Pologne, un pays qui joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Je vais aller en Pologne, mais je ne sais pas quand », a-t-il dit aux journalistes, en regagnant Washington après un court déplacement dans la ville de Baltimore (Maryland, est).

Lire Plus

Europe

Belgique : trois blessés, dont l’un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Article

le

Belgique : trois blessés, dont l'un grièvement, après une attaque au couteau à Bruxelles

Le parquet fédéral a indiqué n’avoir pas été saisi « à ce stade », après une attaque au couteau ce lundi à la station de métro Schuman, à Bruxelles. Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre.

Trois personnes ont été blessées dans une attaque au couteau lundi 30 janvier, en fin d’après-midi, dans le métro à Bruxelles, selon un nouveau bilan de la police belge. Le pronostic vital est engagé pour l’une des victimes.

Un homme de 30 ans a été arrêté par les forces de l’ordre. La piste terroriste n’est pas d’actualité.

Une station située près de la Commission européenne

L’attaque est survenue autour de 18 heures dans la station Schuman, située à quelques dizaines de mètres des sièges de la Commission européenne et du Conseil européen. « Mes pensées vont aux victimes (…) Merci à la police pour sa prompte intervention », a indiqué la ministre de l’Intérieur belge, Annelies Verlinden.

Le trafic restait interrompu en début de soirée sur une partie des deux lignes de métro passant par la station Schuman, la police poursuivant son enquête sur place, selon l’opérateur des transports bruxellois (Stib).

Lire Plus

Les + Lus