Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

La Russie et l’Ukraine s’accusent de bombardements sur la centrale nucléaire de Zaporijjia

Article

le

la-russie-et-l’ukraine-s’accusent-de-bombardements-sur-la-centrale-nucleaire-de-zaporijjia

La Russie et l’Ukraine se sont à nouveau accusées mutuellement dimanche d’avoir bombardé la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, située dans le Sud ukrainien et occupée militairement par l’armée russe.

Depuis plusieurs mois, Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements sur le site, proche de la ligne de front.

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a estimé que les frappes du weekend – « une bonne douzaine » – étaient « absolument délibérées, ciblées », sans en attribuer la responsabilité aux forces russes ou ukrainiennes, – et a jugé la situation « gravissime », dans un entretien à la chaîne française BFMTV.

Pour le ministère russe de la Défense, « le régime de Kiev ne cesse pas les provocations afin de créer la menace d’une catastrophe à la centrale nucléaire de Zaporijjia ».

Samedi et dimanche, les forces ukrainiennes ont tiré plus d’une vingtaine d' »obus de grand calibre » sur la centrale, affirme le communiqué du ministère.

Ceux-ci ont notamment explosé entre les blocs énergétiques numéro 4 et 5 et visé le toit d’un « bâtiment spécial » situé à proximité de ces blocs, selon la même source.

Ce « bâtiment spécial » abrite un dépôt de combustible nucléaire, a précisé un responsable du producteur russe d’électricité nucléaire Rosenergoatom, Renat Kartchaa, cité par l’agence officielle russe TASS.

Malgré ces bombardements, « le niveau de radiations dans la zone de la centrale reste conforme à la norme », souligne le communiqué du ministère russe de la Défense.

Pour sa part, l’agence nucléaire ukrainienne a accusé la Russie d’avoir bombardé le site de la centrale.

« Ce matin du 20 novembre 2022, à la suite de nombreux bombardements russes, au moins 12 frappes ont été enregistrées sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijjia », a déclaré Energoatom, accusant les Russes d' »organiser une fois de plus un chantage nucléaire et mettre le monde entier en danger ».

« Il y a en a qui considèrent qu’une centrale nucléaire est une cible militaire légitime, ce qui est incroyable », s’est indigné Le directeur général de l’AIEA.

« Arrêtez cette folie »

« Qui que ce soit, arrêtez cette folie! », a exhorté M. Grossi, en insistant: « Les gens qui font ça savent où ils frappent. C’est absolument délibéré, ciblé ».

« La centrale est sur la ligne de front, il y a des activités militaires très difficiles à cerner, il y a des effectifs russes et des effectifs ukrainiens en opération », a rappelé M. Grossi.

L’AIEA, qui dispose de deux inspecteurs sur place dans la centrale, est en train de procéder à une évaluation. « Il y a eu des dégâts dans des endroits assez délicats », a estimé M. Grossi, précisant que les réacteurs n’avaient pas été touchés mais « plutôt la zone où se trouvent les combustibles frais et usés ».

« On compte pouvoir faire un état des lieux demain (lundi) matin très tôt », a-t-il ajouté, précisant que les inspecteurs n’avaient pas pu sortir dimanche, car la situation était trop dangereuse.

Le président français Emmanuel Macron s’est entretenu dimanche avec le chef de l’AIEA sur la situation de la centrale de Zaporijjia et « parlera probablement » au président ukrainien Volodymyr Zelensky, selon la présidence française.

La Russie, qui mène une offensive en Ukraine depuis le 24 février, occupe militairement le territoire de la centrale. Le président russe Vladimir Poutine en a revendiqué l’annexion, tout comme celle de quatre régions ukrainiennes.

Économie

Plafonnement du prix du pétrole russe: insuffisant pour Kiev, rejeté par Moscou

Article

le

plafonnement-du-prix-du-petrole-russe:-insuffisant-pour-kiev,-rejete-par-moscou

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé insuffisant samedi le plafonnement du prix de baril de pétrole russe à 60 dollars, décidé la veille par les pays de l’UE, du G7 et de l’Australie, estimant qu’il ne s’agissait pas d’une « décision sérieuse », Kiev suggérant un prix deux fois plus bas.

La Russie a de son côté affirmé qu’elle « n’accepterait pas » ce plafonnement qui doit être mis en place dans les prochains jours pour limiter les moyens financiers de Moscou dans son invasion de l’Ukraine.

Le cours du baril de pétrole russe (brut de l’Oural) évolue actuellement autour de 65 dollars, soit à peine plus que le plafond européen, impliquant donc un impact limité à court terme.

Dans la matinée, Kiev s’était pourtant satisfait d’un tel mécanisme contraignant, voulant croire tôt ou tard à la « destruction » de l’économie russe sous le poids des sanctions internationales. « Il aurait fallu abaisser (le prix plafond) à 30 dollars pour détruire (l’économie russe) encore plus rapidement », avait toutefois précisé le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak.

Mais en soirée, le président Zelensky a adopté un position nettement plus critique envers les Occidentaux.

« Position faible »

« Ce n’est pas une décision sérieuse de fixer une telle limite pour les prix russes, ce qui est tout à fait confortable pour le budget de l’État terroriste », a-t-il affirmé, selon les services de la présidence.

« La Russie a déjà causé des pertes colossales à tous les pays du monde en déstabilisant délibérément le marché de l’énergie. Et le monde ne peut pas oser » faire un « véritable désarmement énergétique » de Moscou, a-t-il regretté. « C’est une position faible », a-t-il martelé.

Un plafonnement critiqué à Kiev et rejeté par Moscou. « Nous n’accepterons pas ce plafond », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences russes, alors que Moscou avait déjà prévenu qu’il ne livrerait plus de pétrole aux pays qui adopteraient cette mesure.

Dans cette première réaction de Moscou, M. Peskov a toutefois affirmé que la Russie s’était « préparée » en amont « pour un tel plafond », sans donner plus de détails.

Vendredi, les 27 pays de l’Union européenne, le G7 et l’Australie s’étaient mis d’accord sur « un prix maximum de 60 dollars américains pour le pétrole brut d’origine russe transporté par voie maritime », selon les termes d’un communiqué commun.

Le mécanisme entrera en vigueur lundi « ou très peu de temps après », ont précisé le G7 et l’Australie. C’est aussi ce jour-là que débute l’embargo de l’UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime qui va déjà supprimer les deux tiers de ses achats de brut à la Russie.

Ainsi, seul le pétrole vendu par Moscou à un prix égal ou inférieur à 60 dollars pourra continuer à être livré. Au-delà de ce plafond, il sera interdit pour les entreprises de fournir les services permettant le transport maritime (fret, assurance, etc…).

L’Allemagne et la Pologne ayant par ailleurs décidé d’arrêter leurs livraisons via un oléoduc d’ici à la fin de l’année, en plus de l’embargo européen, les importations russes totales seront touchées à plus de 90%, selon les Européens.

« En temps voulu »

Le Kremlin a également déclaré samedi que Vladimir Poutine irait  « en temps voulu » dans le Donbass, cette zone dans l’est de l’Ukraine qu’il a annexée fin septembre, sans toutefois que son armée ne la contrôle entièrement.

Les autorités ukrainiennes ont quant elles de nouveau exhorté les civils à tenir bon malgré des conditions de vie qui se détériorent.

Plusieurs fois par jour, les coupures de courant plongent des millions d’Ukrainiens dans le noir, sans compter le froid qui s’installe dans les foyers.

Les températures dans certaines régions avoisinent ces derniers jours les -5°C, et la température ressentie peut être encore plus basse.

« Il faut tenir », a lancé à la télévision ukrainienne le gouverneur de la région de Mykolaïv, dans le sud, Vitaliï Kim.

Par contre à Kherson, aussi dans le sud, « les réseaux électriques, qui étaient hors d’usage à cause des bombardements ennemis, sont de nouveau reliés » et « 75% de Kherson a de nouveau de l’électricité », s’est félicité le chef de l’administration régionale Yaroslav Yanushevych.

Sur le terrain, les combats sont « durs » dans l’est du pays car « les Russes ont eu le temps de se préparer » aux attaques des troupes de Kiev, a affirmé le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

Bataille autour de Bakhmout

Selon un bulletin de la présidence ukrainienne, la situation est aussi « difficile » près de Bakhmout, une ville de la région de Donetsk que les Russes tentent en vain de conquérir depuis l’été.

La bataille autour de Bakhmout a pris ces derniers jours une importance d’autant plus symbolique pour Moscou que sa conquête viendrait après une série d’humiliantes défaites, avec les retraites de Kharkiv (nord-est) en septembre et Kherson (sud) en novembre.

Le président français Emmanuel Macron a de son côté annoncé qu’il parlerait « prochainement » avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du « nucléaire civil » en Ukraine, après un entretien prévu dimanche avec le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Lire Plus

Europe

L’île d’Ischia, exemple du fléau de l’urbanisation illégale qui frappe l’Italie

Article

le

l’ile-d’ischia,-exemple-du-fleau-de-l’urbanisation-illegale-qui-frappe-l’italie

Ischia, l’île du sud de l’Italie frappée le 26 novembre par un glissement de terrain meurtrier, est victime de sa géographie et de la météo, mais aussi d’un phénomène massif d’urbanisation illégale qui touche de nombreuses régions du pays, et aggrave les risques de catastrophe, affirment experts et responsables politiques.

Le drame « d’Ischia est une tragédie annoncée qui a des causes et des responsabilités précises: une gestion irresponsable du territoire qui, avec l’accélération des effets du changement climatique, est devenue une bombe à retardement », a dénoncé la branche italienne du Fonds mondial pour la nature (WWF) au lendemain de la tragédie.

« C’est très hypocrite de pleurer les victimes maintenant tout en continuant à construire là où on ne devrait pas le faire », fustige l’ONG.

Selon des experts, l’urbanisation légale ou illégale, conjuguée au déboisement, empêche les sols d’absorber l’eau des précipitations, comme cela s’est produit à Casamicciola Terme, localité de l’île où de fortes pluies ont imprégné les terrains surplombant la station thermale et entraîné le glissement meurtrier.

Les constructions abusives sont un sujet récurrent de polémique de l’autre côté des Alpes, les catastrophes naturelles meurtrières qui frappent fréquemment la péninsule étant régulièrement associées à ce fléau.

« Le phénomène triste et répandu des constructions abusives est, dans la mesure où il est la cause, ou l’une des causes des catastrophes, un sujet que l’on ne peut plus éviter », a admis jeudi le ministre de la Protection civile Nello Musumeci.

C’est encore plus vrai à Ischia, île d’origine volcanique de la baie de Naples dont les sols sont particulièrement instables.

« 49% du territoire d’Ischia est classé à haut ou très haut risque de glissement de terrain, avec plus de 13.000 personnes habitant dans ces zones », a expliqué mercredi le ministre de l’Environnement Gilberto Pichetto Fratin.

Chiffre plus inquiétant encore: 93,9% des communes italiennes sont à risque de glissement de terrain, d’inondation ou d’érosion de la côte, selon le dernier rapport de l’Institut supérieur pour la protection et la recherche sur l’environnement (ISPRA).

« Il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste pour comprendre que les constructions illégales représentent un multiplicateur de risques qui va bien au-delà des personnes qui y habitent », selon le WWF.

« Clinique suisse »

Face aux constructions anarchiques, la solution la plus souvent choisie en Italie est l’amnistie. Mais la procédure est si longue et compliquée qu’il faut souvent plusieurs années pour obtenir une réponse de l’administration.

Rien qu’à Ischia, ce sont 27.000 demandes d’amnistie qui ont été déposées ces dernières années, selon les médias.

Et quand la justice décide finalement de démolir une construction abusive, ses occupants trouvent souvent des moyens pour contourner la décision.

Cité par le quotidien turinois La Stampa, Aldo De Chiara, un procureur de Naples retraité, spécialisé dans la lutte contre les constructions illégales, décortique les stratagèmes utilisés.

Les occupants d’une maison illégale « faisaient venir les enfants de toute la famille, au sens large, car la présence de mineurs justifie le renvoi de la destruction », raconte-t-il.

Autre technique employée: les forces de l’ordre lorsqu’elles arrivent « trouvent dans les pièces illégales, la véranda ou la salle à manger, des malades reliés à des perfusions comme dans une clinique suisse ».

Pour Sergio Piro, un hôtelier de 47 ans qui gère trois établissements dont un à Casamicciola Terme, les constructions illégales ne sont qu’une partie du problème.

« Quand il y a un glissement de terrain dans le nord de l’Italie, on parle de changement climatique, quand il y en a un dans le sud, on parle de constructions illégales », explique-t-il à l’AFP.

« Il est vrai qu’il y a des constructions illégales, mais dans ce cas précis c’est un pan de montagne qui s’est détaché car il n’y a pas eu de travaux de prévention, notamment d’entretien des canaux de drainage », relève-t-il.

« J’ai entendu un énorme bruit quand ce torrent de rochers et de terre a frappé les premières maisons », tempère l’hôtelier, qui tient à souligner que le reste de l’île d’Ischia, qui vit essentiellement du tourisme, fonctionne tout à fait normalement.

Lire Plus

Europe

La Commission européenne valide la suppression de vols intérieurs courts en France

Article

le

la-commission-europeenne-valide-la-suppression-de-vols-interieurs-courts-en-france

La Commission européenne a validé avec quelques ajustements la mesure française de suppression des vols intérieurs lorsqu’un trajet en train de moins de 2 heures 30 est possible, selon une décision publiée vendredi au Journal officiel de l’UE.

Cette mesure, disposition emblématique de la loi climat de 2021, devra être réexaminée au bout de trois ans et s’appliquera aussi aux vols de correspondance, précise le texte.

L’exécutif européen avait en décembre 2021 annoncé conduire une « analyse approfondie » de ce projet, contesté par l’Union des aéroports français (UAF) solidairement avec la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe).

Ces derniers estimaient notamment que la loi française, qui a pour conséquence d’interdire des liaisons entre Paris (Orly) et Nantes, Lyon ou Bordeaux, introduisait une discrimination entre les transporteurs.

Des discussions ont eu lieu entre la Commission et le gouvernement français pour assurer la conformité du projet à la législation européenne.

Paris a ainsi dû renoncer à une dérogation que la loi prévoyait pour les trajets en correspondance, la Commission jugeant qu’elle introduisait une distorsion de concurrence entre compagnies aériennes, en particulier celles « dont le modèle économique n’est pas axé sur les passagers en correspondance ».

Le règlement européen sur les services aériens prévoit (article 20) qu’un Etat membre peut, « lorsqu’il existe des problèmes graves en matière d’environnement (…) limiter ou refuser l’exercice des droits de trafic, notamment lorsque d’autres modes de transport fournissent un service satisfaisant ».

Il précise toutefois que ces mesures doivent être « non discriminatoires », ne pas provoquer « de distorsion de la concurrence entre les transporteurs aériens », ne pas être « plus restrictives que nécessaire » et doivent avoir « une durée de validité limitée, ne dépassant pas trois ans, à l’issue de laquelle elles sont réexaminées ».

Cet article n’avait jusque-là jamais été invoqué par un Etat membre.

L’interdiction des liaisons aériennes courtes en France est donc valide pendant trois ans, la France devant transmettre à la Commission une évaluation de la mesure un an auparavant.

Dans un communiqué, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune a salué la décision de la Commission qui constitue « une avancée majeure dans la politique de réduction des émissions des gaz à effet de serre ».

La décision de Bruxelles, affirme-t-il, « permettra de lancer de nouvelles étapes dans l’interdiction effective des lignes aériennes quand il y a une alternative de moins de 2h30 en train » et constitue « une avancée majeure et je suis fier que la France se montre pionnière en la matière ».

Lire Plus

Les + Lus