Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Covid: lancement de la vaccination des jeunes enfants aux Etats-Unis

Article

le

covid:-lancement-de-la-vaccination-des-jeunes-enfants-aux-etats-unis

Les injections de vaccin contre le Covid-19 aux enfants de 5 à 11 ans ont commencé mardi soir aux Etats-Unis, une nouvelle étape de la campagne d’immunisation saluée comme un « tournant » par Joe Biden, avec 28 millions de bambins nouvellement éligibles dans le pays.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont officiellement recommandé mardi les injections du vaccin de Pfizer pour cette tranche d’âge, après l’autorisation en fin de semaine dernière par l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Il est toujours administré en deux injections, à trois semaines d’écart. Mais le dosage a été adapté à 10 microgrammes par piqure, contre 30 microgrammes pour les groupes plus âgés.

Dès mardi soir, à l’hôpital d’Hartford, dans le Connecticut, un petit groupe de six enfants a reçu une première dose.

« Ca ne fait pas vraiment mal », a confié Kareem Omar, 6 ans, en disant faire cela « pour aider l’Amérique ».

« Je pourrais pleurer juste en pensant à ce moment », a dit Liz Cronin, une mère venue vacciner deux enfants âgés de 6 et 8 ans. « Nous avons tous attendu depuis si longtemps que nos enfants retrouvent un certain sens de la normalité. »

La vaccination « permettra aux parents de mettre fin à des mois d’inquiétude pour leurs enfants », s’est félicité le président américain immédiatement après l’annonce, saluant un « important pas en avant » et un « tournant » dans la lutte contre la pandémie.

Le gouvernement avait largement anticipé la décision des autorités sanitaires en se procurant assez de doses pour cette tranche d’âge, et en commençant à en envoyer des millions aux quatre coins du pays.

Depuis l’autorisation de la FDA, « il n’y a pas eu un moment où les équipes n’ont pas récupéré, emballé, et envoyé des vaccins », a déclaré lundi Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche. « Ils ont travaillé 24h/24 et continueront à le faire. »

La campagne de vaccination des jeunes enfants « atteindra sa pleine capacité la semaine du 8 novembre », avait-il précisé.

Pharmacies, pédiatres, écoles

Chez les 5 à 11 ans, plus de 1,9 million de cas de Covid-19 ont été enregistrés aux Etats-Unis, plus de 8.300 hospitalisations, plus de 2.300 cas de MIS-C (syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique), et une centaine de décès.

Selon les essais cliniques menés par Pfizer sur des milliers d’enfants, le vaccin a démontré une efficacité de 90,7% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Outre leur éviter de tomber malades, les bénéfices attendus comportent également une baisse du nombre de fermetures de classes, et une possible réduction de la transmission de l’épidémie dans la population générale.

Les doses seront disponibles dans des pharmacies, des hôpitaux pédiatriques, mais aussi dans des cabinets de pédiatres, de médecins de famille, et certaines écoles.

Le bouchon des flacons destinés aux enfants est orange, et ainsi facilement reconnaissable comparé aux bouchons violets des flacons pour les groupes plus âgés.

Selon un sondage présenté mardi par les CDC et réalisé en septembre auprès de 1.000 parents, 57% ont déclaré qu’ils feraient « sans aucun doute » ou « probablement » vacciner leur enfant.

Parmi les hésitants, les inquiétudes concernent surtout les effets secondaires à court ou long terme.

« Excellentes preuves »

Plus tôt dans la journée, un comité d’experts convoqués par les CDC avait unanimement recommandé le vaccin de Pfizer pour les 5 à 11 ans.

Ces scientifiques indépendants ont passé en revue, durant une journée de discussions retransmises en direct, les données disponibles sur l’impact de l’épidémie chez les enfants, l’efficacité du vaccin de Pfizer, et ses possibles effets secondaires.

La principale inquiétude concernait le risque de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, détectée chez les adolescents et jeunes adultes (surtout masculins) après la vaccination avec Pfizer ou Moderna.

Les autorités sanitaires ont confirmé près de 880 cas chez les moins de 30 ans (plus de 600 restent à évaluer), dont environ 830 ont nécessité une hospitalisation.

La plupart des cas se résolvent en quelques jours.

Neuf décès ont été suspectés d’être liés à une myocardite après le vaccin. Mais sur six cas pour le moment examinés, une myocardite liée au vaccin a finalement été écartée « comme la cause du décès », a déclaré lors d’une présentation le Dr Matthew Oster, cardiologue pédiatrique.

« Le risque d’avoir un problème cardiaque est bien plus haut si vous attrapez le Covid que si vous prenez ce vaccin », a-t-il ajouté.

Les experts pensent en outre que le risque de myocardite devrait être plus rare chez les jeunes enfants, grâce au dosage réduit, et parce que ce risque pourrait être lié aux niveaux de testostérone.

« Si j’avais un petit-fils, je le ferais assurément vacciner », a déclaré Beth Bell, spécialiste des maladies infectieuses et membre du comité. « Nous avons d’excellentes preuves d’efficacité et de sûreté. Nous avons une analyse bénéfice-risque favorable », a-t-elle martelé.

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus