Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Covid: lancement de la vaccination des jeunes enfants aux Etats-Unis

Article

le

covid:-lancement-de-la-vaccination-des-jeunes-enfants-aux-etats-unis

Les injections de vaccin contre le Covid-19 aux enfants de 5 à 11 ans ont commencé mardi soir aux Etats-Unis, une nouvelle étape de la campagne d’immunisation saluée comme un « tournant » par Joe Biden, avec 28 millions de bambins nouvellement éligibles dans le pays.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont officiellement recommandé mardi les injections du vaccin de Pfizer pour cette tranche d’âge, après l’autorisation en fin de semaine dernière par l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Il est toujours administré en deux injections, à trois semaines d’écart. Mais le dosage a été adapté à 10 microgrammes par piqure, contre 30 microgrammes pour les groupes plus âgés.

Dès mardi soir, à l’hôpital d’Hartford, dans le Connecticut, un petit groupe de six enfants a reçu une première dose.

« Ca ne fait pas vraiment mal », a confié Kareem Omar, 6 ans, en disant faire cela « pour aider l’Amérique ».

« Je pourrais pleurer juste en pensant à ce moment », a dit Liz Cronin, une mère venue vacciner deux enfants âgés de 6 et 8 ans. « Nous avons tous attendu depuis si longtemps que nos enfants retrouvent un certain sens de la normalité. »

La vaccination « permettra aux parents de mettre fin à des mois d’inquiétude pour leurs enfants », s’est félicité le président américain immédiatement après l’annonce, saluant un « important pas en avant » et un « tournant » dans la lutte contre la pandémie.

Le gouvernement avait largement anticipé la décision des autorités sanitaires en se procurant assez de doses pour cette tranche d’âge, et en commençant à en envoyer des millions aux quatre coins du pays.

Depuis l’autorisation de la FDA, « il n’y a pas eu un moment où les équipes n’ont pas récupéré, emballé, et envoyé des vaccins », a déclaré lundi Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche. « Ils ont travaillé 24h/24 et continueront à le faire. »

La campagne de vaccination des jeunes enfants « atteindra sa pleine capacité la semaine du 8 novembre », avait-il précisé.

Pharmacies, pédiatres, écoles

Chez les 5 à 11 ans, plus de 1,9 million de cas de Covid-19 ont été enregistrés aux Etats-Unis, plus de 8.300 hospitalisations, plus de 2.300 cas de MIS-C (syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique), et une centaine de décès.

Selon les essais cliniques menés par Pfizer sur des milliers d’enfants, le vaccin a démontré une efficacité de 90,7% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Outre leur éviter de tomber malades, les bénéfices attendus comportent également une baisse du nombre de fermetures de classes, et une possible réduction de la transmission de l’épidémie dans la population générale.

Les doses seront disponibles dans des pharmacies, des hôpitaux pédiatriques, mais aussi dans des cabinets de pédiatres, de médecins de famille, et certaines écoles.

Le bouchon des flacons destinés aux enfants est orange, et ainsi facilement reconnaissable comparé aux bouchons violets des flacons pour les groupes plus âgés.

Selon un sondage présenté mardi par les CDC et réalisé en septembre auprès de 1.000 parents, 57% ont déclaré qu’ils feraient « sans aucun doute » ou « probablement » vacciner leur enfant.

Parmi les hésitants, les inquiétudes concernent surtout les effets secondaires à court ou long terme.

« Excellentes preuves »

Plus tôt dans la journée, un comité d’experts convoqués par les CDC avait unanimement recommandé le vaccin de Pfizer pour les 5 à 11 ans.

Ces scientifiques indépendants ont passé en revue, durant une journée de discussions retransmises en direct, les données disponibles sur l’impact de l’épidémie chez les enfants, l’efficacité du vaccin de Pfizer, et ses possibles effets secondaires.

La principale inquiétude concernait le risque de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, détectée chez les adolescents et jeunes adultes (surtout masculins) après la vaccination avec Pfizer ou Moderna.

Les autorités sanitaires ont confirmé près de 880 cas chez les moins de 30 ans (plus de 600 restent à évaluer), dont environ 830 ont nécessité une hospitalisation.

La plupart des cas se résolvent en quelques jours.

Neuf décès ont été suspectés d’être liés à une myocardite après le vaccin. Mais sur six cas pour le moment examinés, une myocardite liée au vaccin a finalement été écartée « comme la cause du décès », a déclaré lors d’une présentation le Dr Matthew Oster, cardiologue pédiatrique.

« Le risque d’avoir un problème cardiaque est bien plus haut si vous attrapez le Covid que si vous prenez ce vaccin », a-t-il ajouté.

Les experts pensent en outre que le risque de myocardite devrait être plus rare chez les jeunes enfants, grâce au dosage réduit, et parce que ce risque pourrait être lié aux niveaux de testostérone.

« Si j’avais un petit-fils, je le ferais assurément vacciner », a déclaré Beth Bell, spécialiste des maladies infectieuses et membre du comité. « Nous avons d’excellentes preuves d’efficacité et de sûreté. Nous avons une analyse bénéfice-risque favorable », a-t-elle martelé.

Europe

Ukraine : Zelensky favorable à une participation russe à un sommet pour la paix

Article

le

Ukraine : Zelensky favorable à une participation russe à un sommet pour la paix

Pour la première fois, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est déclaré favorable à la participation de représentants russes à un prochain sommet pour la paix. Il reste confiant quant au soutien des États-Unis, même en cas de retour au pouvoir de Donald Trump.

Lundi 15 juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a surpris en se déclarant ouvert à la participation de la Russie à un futur sommet pour la paix, organisé par Kiev. Lors d’une conférence de presse, il a affirmé que des représentants russes devraient participer à ce deuxième sommet, espérant qu’un plan puisse être prêt en novembre. Zelensky n’a pas évoqué l’arrêt des hostilités, mais l’établissement d’un plan sur trois sujets : la sécurité énergétique de l’Ukraine, la libre navigation en mer Noire et les échanges de prisonniers.

C’est la première fois que Zelensky envisage des discussions avec la Russie sans exiger un retrait préalable des forces russes du territoire ukrainien. Par le passé, il avait refusé toute négociation tant que Vladimir Poutine resterait au pouvoir, allant jusqu’à signer un décret rendant illégales de telles discussions.

Le premier sommet pour la paix en Ukraine, organisé en Suisse en juin, avait rassemblé une centaine de pays, sans la Russie et sans la Chine, alliée de Moscou. En 2022, l’Ukraine avait proposé un plan de paix en dix points, soutenu par l’Occident et impliquant le retrait des forces russes, une proposition rejetée par Moscou.

Volodymyr Zelensky a également affirmé ne pas craindre une éventuelle réélection de Donald Trump à la présidence américaine, malgré les incertitudes que cela pourrait entraîner sur le soutien de Washington à Kiev. « Je pense que si Donald Trump devient président, nous travaillerons ensemble. Je n’ai pas peur », a-t-il déclaré.

La perspective d’une victoire de Trump en novembre soulève des questions sur la continuité du soutien américain à l’Ukraine. Trump a laissé entendre qu’il mettrait fin rapidement au conflit s’il revenait à la Maison-Blanche, ce qui pourrait contraindre Kiev à négocier dans une position défavorable. Actuellement, près de 20% du territoire ukrainien est encore occupé par la Russie.

Cependant, Zelensky a souligné le soutien significatif du parti républicain aux États-Unis, affirmant que la majorité de ce parti soutient l’Ukraine. Il a récemment rencontré de nombreux élus républicains et noté que certains dirigeants républicains avaient des positions plus radicales que Trump lui-même.

En somme, le président ukrainien se montre ouvert à de nouvelles discussions pour la paix, tout en restant confiant quant au soutien international à son pays, indépendamment des changements politiques à venir aux États-Unis.

Lire Plus

Monde

États-Unis : la tentative d’assassinat contre Trump perturbe la campagne de Joe Biden

Article

le

États-Unis : la tentative d'assassinat contre Trump perturbe la campagne de Joe Biden

La tentative d’assassinat de Donald Trump a obligé le président Joe Biden à modérer ses attaques contre son adversaire républicain, tout en offrant un répit face aux critiques concernant son âge et sa santé.

La campagne présidentielle de Joe Biden a pris un tournant inattendu suite à la tentative d’assassinat de Donald Trump. Le président démocrate a reconnu lundi avoir fait une « erreur » en appelant à « cibler » Trump lors d’un appel avec des donateurs, quelques jours avant l’attaque contre son rival républicain. Dans une interview à NBC, Biden a précisé qu’il voulait dire « concentrez-vous sur lui, sur ce qu’il fait ».

Dans un contexte politique tendu, M. Biden a souligné dimanche soir la nécessité de « faire baisser la température de notre vie politique ». Des républicains ont accusé Biden d’avoir contribué à un climat politique violent ayant conduit à l’attaque contre Trump. En réponse, Biden a déclaré : « Je n’ai pas eu recours à cette rhétorique. Mon rival parle d’une boucherie s’il perd. »

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a affirmé qu’il est « acceptable de parler des actions et de la personnalité de quelqu’un ». Cependant, l’équipe de campagne de Biden a dû ajuster le ton de ses critiques, limitant ainsi un angle d’attaque majeur : présenter Trump comme une menace pour la démocratie américaine. Karen Tumulty, chroniqueuse au Washington Post, estime que ce moment est particulièrement inopportun pour Biden, qui doit redéfinir sa stratégie face à Trump.

Biden a insisté sur l’importance de parler des dangers posés par Trump : « Comment parlez-vous de la menace sur notre démocratie, qui est réelle quand un président dit des choses comme il dit ? Vous ne dites rien juste parce que cela pourrait inciter quelqu’un ? »

La tentative d’assassinat pourrait également aider Biden, 81 ans, en détournant l’attention des préoccupations sur ses capacités à assurer un nouveau mandat. Après l’attaque, Biden a adopté un ton présidentiel, s’adressant à la nation dimanche, une intervention rare depuis son bureau ovale. Lundi, il a déclaré à NBC que son « acuité mentale est sacrément bonne » et a souligné ses réalisations en trois ans et demi de mandat, tout en reconnaissant que les inquiétudes sur son âge sont légitimes.

Les appels à ce que Biden se retire de la course à la présidentielle se sont calmés depuis l’attaque contre Trump. Peter Loge, politologue à l’Université George Washington, a déclaré que cet événement « donne à Biden un peu de temps » et change la donne pour ceux qui demandaient son retrait.

Lire Plus

Monde

États-Unis: Donald Trump victime d’une tentative d’assassinat en Pennsylvanie

Article

le

États-Unis: Donald Trump victime d’une tentative d’assassinat en Pennsylvanie

Donald Trump, candidat à la présidence des États-Unis, a été blessé par un tir lors d’un meeting à Butler, Pennsylvanie. Touché à l’oreille, il a rapidement repris son discours sous les acclamations de ses partisans.

Donald Trump a été la cible d’une tentative d’assassinat lors d’un meeting à Butler, en Pennsylvanie. Alors qu’il venait de commencer son discours, un coup de feu a retenti dans l’assistance. Les agents de sécurité de l’ancien président se sont immédiatement interposés pour le protéger. Trump, malgré une blessure à l’oreille et le visage en sang, s’est relevé en levant le poing et en scandant « Fight ! Fight ! » sous les acclamations de ses partisans criant « USA ! USA ! ».

Évacué par ses agents de sécurité, Donald Trump a été examiné par un médecin sur place. La balle a traversé le haut de son oreille, comme il l’a confirmé sur son réseau social quelques heures après l’incident. Ses jours ne sont pas en danger. « Il est incroyable qu’un tel acte puisse se produire dans notre pays », a-t-il déclaré.

L’assaillant, identifié par le FBI comme Thomas Matthew Crooks, un jeune homme de 20 ans originaire de Bethel Park, a été tué par les forces de l’ordre. Selon les médias américains, il a tiré depuis un toit à l’extérieur du rassemblement. Un participant au meeting a également été tué et deux autres personnes blessées. Les services secrets américains et le FBI poursuivent leur enquête.

Cet incident a suscité une vague de soutien pour Donald Trump, malgré ses implications judiciaires, notamment l’affaire Stormy Daniels. De nombreuses personnalités, dont Joe Biden, Barack Obama et Elon Musk, ont réagi à cet événement.

Il s’agissait du dernier meeting de Donald Trump avant la convention républicaine, où il doit être officiellement investi candidat du Parti républicain face au président sortant, Joe Biden, pour l’élection de novembre. Trump a assuré qu’il participerait à la convention.

Lire Plus

Les + Lus