Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Régionales : Jean-Paul Garraud, candidat RN aux Régionales en visite à Sète 

Article

le

©Garraud

Selon les derniers sondages, la tête de liste de Rassembler l’Occitanie récolterait 33% des votes au premier tour. Il se placerait alors devant Carole Delga. Ce jeudi 10 juin, il est venu rencontrer les Sétois, pour aborder entre autres le tourisme, la pêche, et « ce bassin de vie qu’est Sète ». 

A ses côtés, Frédéric Bort, ancien directeur de cabinet de Georges Frêche, Sébastien Pacull, candidat aux cantons de Sète, les euro-députées RN Julie Lechanteux et France Jamet, et Cédric Delapierre, candidat aux cantons de Mèze. 

Sébastien Pacull avait un rôle important à jouer dans cette visite : engagé auprès des pêcheurs pour sa campagne municipale, il a promis de faire venir un euro député pour aborder « les sujets mortifères », comme les éoliennes en mer. Chose promise chose due : « ce n’est pas un euro député qui est venu, mais 3, ce qui montre bien la force du rassemblement. » 

Sète : une ville clé pour la région, qu’« il faut désenclaver »

Le candidat aux cantons de Sète annonce alors la couleur auprès de Jean-Paul Garraud : « nous souhaitons travailler main dans la main pour le territoire. je parle souvent de remettre Sète au cœur de l’Hérault, mais c’est réducteur : il faut remettre la ville au cœur de l’Occitanie, et de l’Europe. » 

Pour ce faire, il faut d’abord passer par le développement et les transports, un domaine dans lequel « une promesse de développement a été faite à Sète, et elle n’a pas été complètement tenue. la dynamique qui aurait dû être mise en place n’a pas été assez poussée », selon Monsieur Bort. 

En effet les transports, ça compte dans une région touristique, et il a de gros objectifs : « Il faudrait passer par un maillage ferroviaire suffisant pour faire en sorte que ces particularités de la région puissent être mises en valeur. On ne peut pas être désenclavé quand on veut parler d’attractivité, de tourisme et de prospérité. »

Par le potentiel de la région, « Dans les secteurs de pointe comme le tourisme, il faut que l’Occitanie soit meneuse. » Les grandes villes comme Toulouse, ou Montpellier sont certes importantes, mais également ces petites communes : « nous voulons mettre en place un système de rééquilibrage territorial entre les grandes métropoles avec ces territoires ruraux. »

La sécurité et l’énergie, l’une des priorité de ce potentiel mandat 

Autre sujet majeur : l’insécurité, et le candidat sait que « la région n’a pas toutes les compétences en matière de lutte, mais ma candidature est celle qui doit être prise au sérieux sur ce thème ». Il souhaite mettre en place un réel « bouclier de sécurité », en aidant financièrement les communes à s’équiper. On parle de matériel vidéo protection, ou d’équipements policiers. Il évoque aussi la possibilité de créer une police de transport comme en ile de France.

« On a de belles images avec Demain nous appartient, mais demain doit appartenir à tous les sétois », argumente Monsieur Pacull. L’avis est unanime autour de la table sur l’insécurité dans la région, il y a encore beaucoup à faire. 

A propos des soucis d’énergie également, il y a le souhait d’opérer de nombreux changements. Selon Jean-Paul Garraud, les éoliennes, « c’est la fausse bonne idée. (…) Cette énergie n’est pas suffisante, intermittente, et a de fortes répercussions sur l’environnement ». 

On parle de problèmes concernant la faune, ou des problèmes sur la pêche à cause du offshore, qui sont un gros enjeu pour Sète. 

L’attente de la fin de l’ère Delga 

La stratégie pour la victoire du candidat passe également par diverses comparaisons avec ses adversaires, mais surtout la présidente sortante Carole Delga : « A la sortie du mandat de madame Delga, qu’est-ce qu’il restera ? Une politique de clientélisme, de saupoudrage avec un bilan qui n’est pas positif. Politiquement, elle n’a pas fait le poids. »

Il n’a pas sa langue dans sa poche, et n’hésite pas à aborder sans filtre les ratés de Madame Delga, comme les pôles d’usage multi-modaux : « Ça fait bien sur le papier, mais ça ne marche pas du tout avec le département ». Il n’hésite pas non plus à parler de ses « grosses difficultés, dans sa propre majorité, par exemple les écologistes avec qui il y a des antagonismes très nets ».

Si « certains pensent que ce mandat s’est bien passé, (…) c’est totalement faux », appuie le représentant RN, en prenant l’exemple du classement Capital. L’Occitanie est en effet dernière région de France, en chute libre depuis la présidence actuelle. 

Sûr de lui, il assure que « tous les autres font de la figuration, à commencer par les Républicains qui ont en tête de file quelqu’un qui est là non pas pour gagner, mais pour nous faire perdre ». Parlant des chiffres, il annonce savoir que « la pente est ascendante, et ne vois pas pourquoi elle s’arrêterait ». 

Il ajoute pour finir que « La seule force d’opposition c’est la nôtre, la seule force qui va changer le système en place, c’est la nôtre. »

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Bassin de Thau

Mèze : la fête de l’huître 2021 est annulée

Article

le

©Ville de Mèze

La traditionnelle fête de l’huître de Mèze qui devait se dérouler le 6 août prochain n’aura finalement pas lieu cette année. 

Au grand regret des habitants du bassin de Thau et des mézoises et des mézoisois, il faudra attendre encore un an pour célébrer les huîtres à Mèze. Pour la deuxième année consécutive, la 30ème édition de l’évènement ne prendra place cette année, mais la suivante. 

Pourquoi cette annulation ? 

La fête a été annulée par l’association de la fête de l’huître. La présidente, Marie-Pierre Touren, explique les diverses raisons. Déjà, « tous les bénévoles ne sont pas eux-mêmes vaccinés », et avec « une moyenne d’âge de 70 ans, c’est très compliqué de travailler avec un masque ». 

Ensuite, l’obligation d’un pass sanitaire pour ce type de manifestation, « ce n’est pas accessible ». La présidente aborde la difficulté à vérifier chaque personne, surtout « qu’en temps normal, il y a déjà énormément de file d’attente, alors avec la vérification des pass, des pièces d’identité et des vaccins, ce serait encore pire ».

Elle ajoute qu’avec le taux d’incidence dans la région, en plus du plan vigipirate toujours en vigueur, « il n’y a pas de regret à la reporter ». La décision porte également sur la raison que pour les trente ans de l’évènement, la fête doit se passer avec des personnes de tout âge, et sans risques. Alors, si cette annulation attriste, elle permettra espérons le, que pour cet anniversaire, la fête se passe comme avant la crise sanitaire. 

Pas de pertes financières

L’association de l’huître ne bénéficie pas de grosses subventions, et s’auto gère. Marie Pierre explique que l’association fait donc « attention au budget, et n’avait pas engagé de gros frais ». Sitôt l’annonce d’un pass sanitaire faite, les bénévoles de l’associations prît la décision de la reporter pour de meilleures conditions. 

Pour la nourriture, tout est fait au dernier moment, « alors il n’y aura pas de gâchis ». Pour le reste,  « ce ne sera pas gâché mais conservé pour l’année prochaine ». Du côté des assurances, la présidente explique que « l’année dernière, il n’y avait pas eu de problème, et ne s’inquiète donc pas des frais engagés qui ne seraient pas exploités ». 

Finalement, seule est à déplorer la soirée manquée, qui promet cependant des retrouvailles hautes en couleur. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Sète : Pierre Soulages reçoit la plus haute distinction décernée par l’empereur du Japon

Article

le

Pierre Soulages reçoit de la part de l’empereur japonais une des plus hautes distinctions décernées par le pays. 

« L’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’or avec rosette de quatrième classe » a été donné en mains propres le 20 juillet dernier par l’ambassadeur japonais Ihara pour remercier le sétois pour sa contribution à la création de liens culturels entre la France et le Japon. 

À 101 ans, « le peintre vivant aujourd’hui le plus exceptionnel » selon François Hollande, marque l’histoire de son empreinte. Il faut dire que son « noir-lumière » ou son « outre-noir » comme il aime bien les appeler sont des monuments de l’art abstrait et de la peinture informelle. 

Mardi dernier, l’empereur japonais a décidé de récompenser toutes ces années de labeur et d’échanges culturels avec le peintre. Il lui a remis par le biais de l’ambassadeur japonais chez lui, à Sète, la plus haute distinction que le Japon puisse remettre après l’ordre du Chrysanthème. Monsieur Soulages est donc titulaire de « L’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’or avec rosette de quatrième classe », ce qui lui vaut le grade d’officier et le place au même rang que Charles Aznavour et de François Baboulet. 

Les débuts d’une histoire d’amour

1939, le monde est secoué par une guerre dont personne ne veut. Pierre Soulages est mobilisé sur les rivages méditerranéens « Devant moi s’étendait une sorte de flaque de métal fondu, c’était l’étang de Thau. » expliquait-il. Il en a fait son Japon comme Van Gogh a fait de Arles son Soleil levant. S’en suivra un voyage dans les années 60 où il fera la connaissance d’artistes en tout genre. Il tombera aussi amoureux des décors nippons. Il y gravira les échelons là-bas en grandissant sa notoriété en tant que peintre et se fera de plus en plus exposer. En 1992, le Praemium Impériale, le “Nobel de l’art japonais”, est décerné à Pierre Soulages à Tokyo. Cette prestigieuse reconnaissance est suivie en 2000 par une création originale de l’artiste : un vase réalisé à la demande du Président Jacques Chirac qui offre au Japon un trophée pour le grand prix du sumo. C’est ainsi que les relations entre Japon et France débutèrent. 

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Planète

Sète : Une « déchèterie à ciel ouverte » avenue de la Méditerranée

Article

le

©LeSingulier

Depuis plusieurs mois, des citoyens alertent Sète Agglôpole Méditerranée le concernant l’accumulation de déchets dans l’espace public, à différents endroits. L’un de ces sites marquant : l’avenue de la Méditerranée.

Ils en appellent à l’aide alors que l’Agglopôle ferme les yeux. Des riverains auraient contacté les services de Sète Agglopôle devant un état de fait devenu insupportable. L’accumulation de déchets sur les bords de route. Aline Javelot, riveraine, a décidé de contacter notre journal afin de rendre cette situation visible : « Du côté de l’avenue de la Méditerranée, normalement entretenue par Sète Agglôpole Méditerranée, il y a énormément de déchets. Ces déchets sont là depuis très longtemps sur le bas côté. Ce sont des déchets en tout genre ».

Au delà des questions d’hygiènes, ce qui inquiète les habitants c’est la pollution qu’entraîne ces déchets. Si Aline Javelot la constate depuis 1 an, elle assure que cette « déchèterie à ciel ouverte » est présente depuis bien plus longtemps.

Aline Javelot l’assure, elle a contacté les services de Sète Agglôpole Méditerranée en mars 2021 puis en juin 2021, hélas toujours sans réponse de la part de la communauté d’agglomération. 

Le silence de l’Agglopôle

« Ce qui m’interpelle, c’est que malgré le fait que plusieurs riverains et moi-même avons alerté l’agglo, rien ne change. Les service de ramassage passent et ne font rien, alors qu’on ne peut pas ne pas voir », nous confie Aline Javelot. La question des déchets revient souvent sur la table sur le bassin de Thau. De nombreuses associations organisent des ramassages réguliers afin de préserver l’environnement de cette pollution constante.

Le silence de l’agglopôle, dont c’est la mission, déplait. Pour Aline Javelot, il y a une incohérence : « Sur leur site, ils mettent en avant la protection de l’environnement, la protection du bassin de Thau, alors il y a quand même une petite dichotomie », explique t-elle. De plus, cette citoyenne nous confie : « Les services de ramassages passent pour ramasser les poubelles mais par contre ils laissent sur place tous les déchets. En juin, ils ont tondu les côté en laissant les déchets en place. Je l’ai signalé à l’agglo, mais rien n’a été fait ».

Face à ce problème écologique, Aline Javelot a décidé d’organiser un ramassage des déchets avec l’aide d’associations sétoises. Le ramassage citoyen aura lieu prochainement.

Contactée à plusieurs reprises par notre rédaction, Sète Agglôpole Méditerranée n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus