Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

Mèze : Le coup de gueule d’une élue s’attire les foudres d’un médecin

Article

le

Annie Krommenacker (G) - Lysiane Estrada (D)

Il y a quelques jours, Lysiane Estrada, deuxième adjointe municipale poussait un « coup de gueule ». Elle se plaignait qu’aucun médecin ne se libère pour signer un acte de décès. Mais c’est un problème sous-jacent qu’il aurait été préférable de mettre en évidence : le manque de médecin à Mèze.

Pour contextualiser, le 8 juillet, Lysiane Estrada, adjointe à la mairie de Mèze a poussé un « coup de gueule » sur sa page Facebook. Elle explique : « À 15h30, le téléphone d’astreinte de la ville a sonné. La Police municipale me demandait de me déplacer au domicile d’une personne dont le décès remontait à plusieurs jours. Vivant dans un petit collectif, et compte tenu des températures, il y avait urgence à enlever le corps. Aucun médecin de Mèze ou des alentours pour venir signer l’acte de décès. En congés, ou tous avec une bonne raison pour ne pas venir… » Avant d’ajouter : « Après 3 heures d’appel […] un médecin a été réquisitionné. Heure d’arrivée 18h !!!! Plus de 3 heures d’attente dans la rue avec la famille éplorée… Pour un acte de 20 minutes. Je suis tout simplement scandalisée par cette situation. Hippocrate doit se retourner dans sa tombe ! » 

Annie Krommenacker, médecin généraliste à Mèze depuis 37 ans, réagissait : « Urgence ? Non, un décès, malheureusement, n’est plus une urgence ; arrivée du médecin comme annoncé dès votre premier appel à 18 heures. Il n’y a pas eu de réquisition, le médecin était volontaire à venir bien que ce n’était, effectivement, pas son patient. Urgence sanitaire : 3h de plus alors que le décès n’était pas à priori du jour ? Famille éplorée, toute famille est éplorée par le décès d’un proche : la douleur est la même que le certificat de décès soit fait à 15h30 ou à 18h. »  Contactée par notre rédaction, le médecin affirmait : « Madame Estrada peut partager ce qu’elle veut sur Facebook, mais pas en tant qu’élue. En tant qu’élu, il faut faire preuve de recul, de réfléchir sur le problème et surtout bien se renseigner. »

Une situation qui risque de s’aggraver 

Dans la suite de sa réponse, le Docteur Annie Krommenacker soulève un point très important. « Cela fait des années que nous cherchons des solutions à la problématique du manque de généralistes sur Mèze. Nous avons de nombreuses fois évoqués cela avec les élus de la mairie de Mèze », souligne le médecin Mézois. En effet, la moyenne nationale est de 3,3 médecins pour 1 000 habitants. À Mèze, il y a 10 médecins pour une population de 12 000 habitants. Ainsi, pour la commune, cela représente mois de 1 médecin pour 1 000 habitants. Le Docteur Krommenacker affirmait : « Il y a une trentaine d’années, nous étions déjà 10 médecins, mais pour 7 000 habitants. Aujourd’hui, il y a le même nombre de médecins pour une population de 12 000 habitants. De plus, le médecin de Loupian est récemment parti sans trouver de successeur, cela représente donc 2 000 personnes de plus qui ont dû se répartir sur les communes aux alentours. »

Avant d’ajouter : « C’est aussi une population qui vieillit, il y a trente ans, il y avait un hospice avec tout juste une vingtaine de personnes. Aujourd’hui, il y a deux maisons de retraite, une résidence Sénioriale et des patients qui sont de plus en plus sujet à des polypathologies et qui prennent donc plus de temps à soigner. » Par ailleurs, la situation risque de s’aggraver fortement. En effet, au 31 décembre 2021, deux médecins devraient partir en retraite. Pour l’instant, malgré les annonces, les demandes, ces deux postes ne sont pas remplacés. Et pour ce qui est d’Annie Krommenacker, elle est normalement déjà retraitée. « Je cherche et j’attends que quelqu’un prenne ma place. Je ne suis pas pressée, mais il est évident que si cette situation dure trop longtemps, je partirai sans successeur. C’est une situation qui est très compliquée », affirme-t-elle.

De ce fait, la ville de Mèze pourrait, si aucun solution n’est trouvée, se retrouver avec seulement sept médecins en activité. La situation pourrait devenir très tendue…

Quelles solutions ?

Ainsi, la priorité, pour Mèze, c’est de pouvoir attirer des médecins et il faut que la ville reste attractive. Pour ce faire, il existe plusieurs solutions. « Par exemple, la municipalité de Marseillan a aidé un jeune médecin à s’installer en prenant en charge le loyer pour l’aider à se lancer. Il faudra que les municipalités et les collectivités territoriales rendent l’exercice plus attractif. Les charges sont importantes et effraient les jeunes médecins, il faut les accompagner dans leur lancement », confiait le médecin. Les municipalités de Pomérols et de Pinet vont mettre en place des centres médicaux et permettent ainsi d’attirer de nouveaux médecins dans des locaux neufs. 

De nombreuses solutions sont possibles, mais il ne faut certainement pas chercher à blâmer les médecins et le travail qu’ils font. Durant la crise sanitaire, les médecins, les professions libérales, le personnel médical, le personnel soignant…tous ont énormément été sollicités. Et bien qu’une élue ait attendu pendant trois heures l’arrivée d’un médecin, ce dernier avait certainement fort à faire avant de se libérer.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus