Nous rejoindre sur les réseaux

Balaruc-le-Vieux

Départementales : Robert André et Marie-France Britto présentent leur liste sur le canton de Frontignan

Article

le

Robert André et Marie-France Britto au centre de la photo

Les 20 et 27 juin prochains auront lieu les élections départementales. Sur le canton de Frontignan, pour lequel 4 listes se présentent, on retrouve Robert André aux côtés de Marie-France Britto. À la tête d’une liste Divers Droite, ils expliquent leurs ambitions et motivations.

Les élections départementales composeront le Conseil départemental de l’Hérault. 50 conseillers départementaux y siègeront en binôme mixte suite à une élection au scrutin majoritaire à 2 tours. Il y aura donc un binôme sortant par canton. Sur le canton de Frontignan, qui regroupe les communes de Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Gigean, Mireval, Vic la Gardiole et Frontignan, 4 listes se présentent. Parmi elles, on retrouve celle des conseillers départementaux sortants : Pierre Bouldoire et Sylvie Pradelle. Les listes qui leur font face sont nouvelles. En effet, aucun des candidats n’étaient en campagne lors des dernières départementales, il y a 6 ans. Robert André, ancien officier de gendarmerie, et Marie-France Britto, employée de commerce, mènent une liste de DVD. Leurs suppléants, David Yvan et Sandrine Perrier appuient leur candidature.

Mme Britto et M. André sont tous deux conseillers municipaux de l’opposition respectivement à Frontignan depuis 2020 et à Mireval depuis 2014. Mme Britto s’est également présentée aux législatives en 2007, sous l’étiquette Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT) et en 2017, en tant que suppléante d’Arnaud Julien sur la liste des Républicains. M. André, quant à lui, a participé aux municipales de Mireval en 2014 au sein de l’opposition, sur une liste de droite. En 2020, il constitue sa propre liste divers droite pour ces mêmes municipales. N’ayant pas été élu, il est resté dans l’opposition.

« Nous sommes et resterons des élus de proximité »

Si le binôme s’est présenté à ces départementales, c’est avant tout pour donner le choix à l’électorat. « On s’est aperçu que le choix des électeurs serait limité. En effet, Pierre Bouldoire et Sylvie Pradelle sont des candidats soutenus par le PS et le PC. Gérard Prato et Patricia Andrieu conduisent une liste RN et bien que la liste de M. Stoecklin et Mme Varo n’aie pas d’étiquette, ils sont d’obédience de gauche – alors qu’ils sont soutenus par mon propre parti : Les Républicains », explique M. André. « À ce moment-là, nous avions déjà des projets en tête mais nous demeurions dans l’expectative. Dès qu’on s’est rendus compte que notre sensibilité de droite républicaine, humaniste et gaulliste ne serait pas représentée, on a pris la décision d’officialiser la candidature de notre binôme », ajoute Mme Britto.

« Notre dessein est de proposer un programme adapté au canton et au département. Dans une volonté de vivre ensemble, notre liste promeut la liberté d’entreprendre, la justice sociale et l’ouverture aux autres puisqu’il ne faut pas se refermer sur soi-même », annoncent-ils. « La proximité entre le Département et ses habitants est primordiale. C’est pourquoi nous tâcherons d’être toujours à leur écoute, présents pour les aider, les conseiller et les guider. Nous sommes et resterons des élus de proximité », complète Marie-France Britto.

« Si nous sommes élus, nous aimerions tenir des permanences mensuelles dans chaque commune du canton. Le but premier de ces permanences sera de permettre aux électeurs de connaître leurs droits. Elles seront dédiées à les aider et à les informer quant aux aides dont ils peuvent bénéficier dans le domaine du logement, de l’alimentaire, etc. Dans l’idéal, on voudrait pouvoir les aider à mieux gérer leurs budgets et leur proposer des insertions sociales et professionnelles », indiquent-ils.

Coopérer pour l’intérêt général

Comme le nom de leur liste – « Hérault, avenir, passion et traditions » – l’indique, le binôme Britto-André est très attaché aux coutumes de son département. « Nous sommes passionnés par notre département, duquel nous sommes originaires. Nous comptons faire perdurer nos traditions séculaires et préserver le patrimoine héraultais. Notre action sera en faveur de notre canton et de ses administrés », déclare M. André.

« Notre état d’esprit s’ancre dans une volonté de coopération, surtout avec les municipalités. Notre action ne sera jamais intrusive. Nous serons là pour soutenir et faciliter la mise en œuvre de leurs propres projets, tout en présentant les nôtres. L’agglomération est aussi un partenaire incontournable du canton. Ainsi, nous travaillerons en collaboration avec elle. Qu’il s’agisse des impôts perçus par le département ou des impôts perçus par l’agglopôle ou les communes, ils viennent tous de la même poche. Par conséquent, il faut instaurer une gestion des finances saine et voir ce que l’on peut faire ensemble au lieu d’être contreproductif en agissant les uns contre les autres », développe le binôme.

Des projets pour la jeunesse et la biodiversité

Le programme du binôme Britto-André est polyvalent. Renforcement de la sécurité aux abords des collèges et dans les transports publics, construction d’un pôle multisport, d’un quatrième EHPAD, etc. « Puisque la réserve foncière existe à Gigean, nous souhaiterions y construire un collège – à taille humaine – moderne et sécurisé. Bien sûr, on est animé par la volonté de sécuriser tous les collèges pour en faire des havres de paix où les enfants apprennent sereinement, pour la plus grande quiétude de leurs parents », détaillent-ils.

« Le département a aussi des compétences dans les domaines culturels et sportifs. Dès lors, on va poursuivre et aider la construction de la médiathèque de Balaruc-les-Bains mais également concrétiser celle de la Maison du Littoral aux Aresquiers, à Vic la Gardiole. Ce lieu d’initiation et d’éducation à l’environnement et à la biodiversité mettra à l’honneur les richesses du littoral héraultais. Enfin, nous avons l’intention de recycler l’espace de la Farge, à Frontignan. On compte dépolluer le site pour y construire un pôle multisport. Ainsi, les jeunes auraient accès à des activités peu communes dont ils sont friands. On songe par exemple au surf et à un sport mécanique, qui éviterait qu’ils aillent sillonner la Gardiole, où ils endommagent la biodiversité », concluent-ils.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Balaruc-le-Vieux

Routes : Le Département de l’Hérault condamné à repasser toutes les routes à 80 km/h

Article

le

La Ligue contre la violence routière a obtenu gain de cause. Le tribunal administratif de Montpellier a rendu sa décision ce mardi : toutes les routes départementales de l’Hérault qui étaient repassées à 90 km/h en septembre 2020 vont devoir revenir à 80 km/h.

Lors de l’audience en mars, la Ligue contre la violence routière avait fait valoir que depuis l’augmentation de la vitesse, les accidents étaient plus nombreux sur ces routes. « Ce sont de belles routes, assez larges, il n’y a pas d’obstacle, mais qui sont extrêmement fréquentées et c’est ça qui provoque un grand nombre d’accidents. Aussi, plus une route est belle, plus on a tendance à rouler vite », avait plaidé devant le tribunal Nicolas Gou, le président de l’association.

En 2021, 75 personnes sont mortes sur les routes de l’Hérault, près de la moitié sur les routes départementales, contre 70 décès en 2019. Cette augmentation est signe pour la Ligue contre la violence routière, que la limitation à 80 km/h permet de sauver des vies.

Ce mardi, le tribunal administratif de l’Hérault a estimé que ces arrêtés « ne précisaient pas les raisons permettant ce relèvement, au regard notamment de l’accidentalité de ces sections de route », et les a donc annulés. Le département de l’Hérault se voit donc contraint de déposer ses panneaux 90 km/h. Cette décision, qui doit être appliquée dès le 1er juin prochain, est « une très bonne nouvelle et une belle victoire pour la sécurité de nos concitoyens », se félicite Nicolas Gou, le président de la Ligue contre la violence routière. Ces changements sont pourtant à nuancer, selon Me Prescillia Pechon, l’avocate du Conseil départemental. Cette dernière estime que le département n’aura qu’à revoir ses arrêtés et expliquer ces relèvements de vitesse pour maintenir la limitation à 90 km/h.

En clair, une fois que les 25 nouveaux arrêtés seront « validés par le préfet puis publiés », les routes en question pourront rester à 90 km/h.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Hérault / Météo : L’Hérault et l’Aude en vigilance orange pluie-inondation ce weekend

Article

le

pluie-inondation:-vigilance-orange-pour-quatre-departements-du-sud-est

Après plusieurs mois de sécheresse, des cumuls de précipitations importants vont s’abattre sur l’Hérault, le Gard et l’Aude dès ce vendredi après-midi et jusqu’à dimanche, voire lundi. Beaucoup de pluie, entre 200mm en plaine et jusqu’à 500mm sur les reliefs des Cévennes avec de la neige.

Météo France place l’Hérault et l’Aude en vigilance orange pluies-inondations, à partir samedi 6h et au moins jusqu’à dimanche à la même heure, en raison de fortes pluies attendues tout le week-end. Le bulletin de suivi évoque un « un épisode méditerranéen, atypique pour la saison », qui se met en place « progressivement et perdurera jusqu’en journée de lundi ».

Dans le département de l’Hérault, il pleuvra toute la journée de samedi. Cela conduira à des cumuls importants en 24 heures, de l’ordre de 100 à 150 mm sur le relief de l’arrière-pays, avec des pointes autour de 200 mm, peut-être un peu plus autour de l’Espinouse. Sur les régions de plaine, des cumuls de 40 à 60 mm sont prévus avec des pointes possibles autour de 100 à 120 mm dans l’ouest du département.

Il n’est pas attendu d’amélioration significative avant la journée de lundi. Ainsi, sur une période de trois jours, des cumuls de l’ordre de 300 à 400 mm sont prévus sur le Haut-Languedoc et le sud des Cévennes.

Prudence également sur le littoral. La mer sera assez agitée et le houle importante.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Balaruc-le-Vieux

Thau / Point Covid-19 : 6 patients en réanimation cette semaine, aucun n’est vacciné

Article

le

Thau / Point Covid-19 : 6 patients en réanimation cette semaine, aucun n’est vacciné

Incidence, décès, réanimation, comme chaque dimanche, on fait le point sur la 5ème vague de la Covid-19 aux Hôpitaux du Bassin de Thau.

Selon le dernier bilan publié ce vendredi 14 janvier 2022 par les hôpitaux du bassin de Thau, 50 patients pour Covid sont hospitalisés dont 21 en médecine, 6 en réanimation et 23 en SSR et EHPAD

Depuis le début de la 5ème vague, 194 patients ont été pris en charge correspondant à 233 séjours dont : 32 en réanimation, 143 en médecine, 58 en SSR. Parmi ces 194 patients, 116 sont rentrés à domicile, 10 ont été transférés, 18 sont décédés (9,3%) et 50 sont hospitalisés actuellement aux Hôpitaux du bassin de Thau.

Sur l’ensemble des patients qui se trouve en réanimation cette semaine (6), aucun n’est vacciné.

À retenir cette quinzaine :

  • Un nombre d’hospitalisation qui continue de progresser avec 35 nouveaux patients en une semaine
  • 6 nouvelles entrées en réanimation
  • 5 décès

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus