Nous rejoindre sur les réseaux

Bassin de Thau

FC Sète : Comment se passe la rentrée pour les jeunes qui ont intégré les classfoot ?

Article

le

©FCSète34

Cette année, le FC Sète relançait son partenariat avec les différents collèges de la ville pour remettre en place les classfoot. C’est ainsi, près de 60 jeunes qui ont intégré ce dispositif. Regardons comment se passe la rentrée pour les jeunes ? 

Ce changement de structure entraînait pour certains un nouveau rythme à prendre. Il faut réussir à gérer les trajets, les devoirs, les cours, les entraînements, c’est une toute nouvelle organisation à prendre. Laurent Bonnel, proviseur du collège Victor Hugo explique : « La base de l’accord, c’est que les élèves ont un emploi du temps normal qu’ils suivent à 100 %. Nous essayons d’être le plus attentif possible face à la fatigue de l’élève. Il y a les temps de trajet, les entraînements quatre fois par semaine, les devoirs, les cours… Il ne faut pas qu’ils soient surchargés. Pour l’instant, nous sommes contents, nous n’avons eu aucun problème majeur à relever. Nous avons prévu d’organiser un bilan individuel avant chaque vacance scolaire. L’idée est d’évaluer leur fatigue générale, c’est pourquoi un avis médical sera demandé pour chacun. »

Le proviseur de l’établissement est aussi revenu sur le déroulé de l’organisation : « Cette entente des collèges de la ville avec le club de foot afin d’aménager les horaires et de faciliter les entraînements des jeunes footballeurs détectés par le FC Sète. J’ai simplement été un facilitateur dans ce projet. Comme je suis un ancien footballeur et que j’aime le foot, j’ai naturellement coordonné cette mise en place. Mais ce sont des alternatives que l’on offre à tous les sports, ce n’est pas réservé qu’au foot. Nous proposons la même formule pour les gymnastes, l’aviron, les musiciens… » 

Rentrée scolaire mais aussi sportive

Frédéric Guibal, responsable technique au FC Sète est revenu sur le déroulé de cette rentrée : « La rentrée s’est très bien passée. Le club, les éducateurs, les jeunes et les établissements scolaires trouvent petit à petit leurs repères. Il y a quand même des joueurs qui viennent de loin et qui prennent le train tous les jours. Les éducateurs proposent une importante adaptabilité afin de faciliter l’organisation pour tout le monde. La mise en place de ces formules a demandé énormément de moyens et d’investissement humains, de logistique… Nous ramenons notamment les jeunes à la gare SNCF après les entraînements afin qu’ils reprennent le train le soir. Aujourd’hui, cette organisation est une très belle réussite et nous ne pouvons qu’être satisfaits. »

Il ajoute : « Les jeunes sont fatigués mais contents et fiers de faire part de cette aventure. Nous ne pouvons qu’être satisfaits de la mise en place de ces classes. Les résultats sont très positifs. Je le constate dans un premier temps lors de chaque séances, mais aussi avec d’excellents résultats. Nos U12-U13 sont invaincus et n’ont quasiment que des victoires, nos U15 qui vont gagner 4-1 à l’extérieur. Les premiers résultats sont très bons, mais il faut évidemment attendre pour faire un bilan définitif. La vraie progression sera chiffrée lors des tests que nous leur faisons passer à chaque vacance. Nos cycles de travail correspondent aux périodes entres les vacances scolaires, nous pouvons ainsi évaluer directement l’évolution. »

Pour Sandryk Biton, le manager général du club, « La création de ces classfoot rentre dans le cadre de formation professionnelle similaire aux centres de formations de football où il fallait alliés suivi scolaire et sportif. Ce projet de fond est le fruit d’un travail mis en place depuis plus de 2 ans. Cela a permis de créer une communion entre les collèges publics et privés de la ville. Les débuts sont très encourageants », explique-t-il.

Du côté des jeunes sportifs que nous avons pu rencontrer, ils sont tous ravis de bénéficier d’un emploi du temps sur mesure et ainsi continuer de progresser pour devenir un jour footballeur professionnel.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Sète

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024

Article

le

Sète, Montpellier, Millau accueilleront le relais de la flamme olympique au printemps 2024
©Paris2024

La flamme olympique sera de passage à Sète en amont des Jeux olympiques de Paris, en 2024. Plusieurs élus des territoires de Montpellier, Millau et Sète ont signé ce mercredi 18 janvier la convention « Relais de la flamme » au siège du COJOP à Paris.

Le parcours français de la flamme olympique, qui doit lancer les JO 2024 à son arrivée à Paris, se dessine. Elle passera par Sète, Montpellier et Millau. Le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris vient de l’officialiser, pour le printemps 2024.

Cette signature, réalisée en présence Tony ESTANGUET, Président du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 (COJOP) et Kévin MAYER, deux fois vice-champion olympique et recordman du monde du décathlon, acte officiellement le passage de la flamme olympique à Sète, Montpellier et Millau au printemps 2024, avant de rejoindre Paris pour le lancement des festivités.

Si le parcours de la flamme Olympique n’est pas encore connu, on sait d’ores et déjà qu’il visitera toutes les régions de France à partir d’avril 2024

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Bassin de Thau

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Article

le

Thau : levée des restrictions de récolte, de commercialisation et de consommation des huîtres

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent à nouveau être consommées après de nouvelles analyses. Les moules et palourdes restent encore interdites à la consommation.

Les mesures de restrictions qui s’imposaient notamment aux huîtres de l’étang de Thau depuis le 30 décembre 2022, en raison d’une contamination par des norovirus, sont désormais levées par décision du préfet de l’Hérault.

Les huîtres provenant de l’étang de Thau peuvent donc à nouveau être consommées.

Les restrictions de récolte, pêche, transport, commercialisation et consommation sont toutefois maintenues pour les moules de l’étang Thau en raison d’une contamination par une toxine produite par un phytoplancton toxique (Dinophysis).

Par mesure de précaution, ces interdictions sont étendues aux palourdes. Les escargots provenant de l’étang de Thau n’ont pas montré de contamination et peuvent donc être consommés sans restriction.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

À LIRE AUSSI > Des conchyliculteurs brûlent palettes et déchets ostréicoles devant Sète Agglopôle Méditerranée

Lire Plus

Bassin de Thau

Sylvain Carrière : « Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle »

Article

le

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, le député de l’Hérault Sylvain Carrière, s’est exprimé au nom du groupe parlementaire LFI-Nupes, depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Sylvain CARRIÈRE, député de la 8e circonscription de l’Hérault, continue d’apprendre et de s’imposer au sein du groupe parlementaire de la Nupes. Ce mercredi 11 janvier 2023, une nouvelle étape a été franchie dans son début de parcours en s’exprimant depuis la tribune de l’Assemblée Nationale.

Co-rapporteur de la mission d’information concernant l’application relatif à la loi Climat et résilience, Sylvain CARRIÈRE, a détaillé depuis la tribune cette tribune, les motivations de la LFI-Nupes contre ce projet de loi.

« Nous sommes contre les ZFE dans leur conception actuelle car elle vont à l’encontre de l’écologie populaire et excluent les plus précaires », explique le député de la 8e circonscription de l’Hérault. «Nous sommes pour allier l’amélioration de la qualité l’air et la préservation du droit à la mobilité. Nous défendons l’idée d’un pays à très faible émission qui s’inscrit dans la grande planification écologique », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les zones à faibles émissions (ZFE) visent à interdire les véhicules les plus polluants, diesel en tête. D’ici 2025, toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants devront en disposer, dans le cadre de la loi Climat et résilience.

Vous pouvez voir en vidéo l’intégralité de son intervention depuis la tribune de l’assemblée nationale.

Lire Plus

Les + Lus