Nous rejoindre sur les réseaux

Europe

Les Albanais votent à des législatives vitales sur la voie de l’Europe

Article

le

les-albanais-votent-a-des-legislatives-vitales-sur-la-voie-de-l’europe

Les Albanais votaient dimanche pour départager le Premier ministre et une opposition aussi disparate que déterminée à le faire chuter, lors d’un scrutin jugé vital pour les rêves européens du petit pays des Balkans.

La communauté internationale scrute de près ce scrutin qui teste le bon fonctionnement d’institutions fragiles après une campagne émaillée d’insultes, d’accusations de corruption et d’incidents violents.

Depuis la fin du communisme dans le pays pauvre des Balkans au début des années 1990, les résultats des élections sont systématiquement contestés par les perdants et donnent lieu à des allégations de fraude.

Une situation qui provoque la lassitude au moment où l’Albanie, déjà victime d’un séisme dévastateur fin 2019, accuse durement le coût économique et sanitaire de la pandémie du coronavirus qui a fait près de 2.400 morts.

« La politique actuelle a tellement nui au pays », dit Endi Gallo, étudiant de 21 ans, déplorant une économie morose qui pousse les gens, en particulier les jeunes les plus éduqués, à chercher le salut dans l’émigration de masse en Italie, en Allemagne ou aux Etats-Unis.

« On est fatigué, les jeunes font des études pour trouver du travail, les promesses suivent et après on obtient rien », renchérit Mariela Sherrja, 26 ans, experte en finances. « La seule chose qu’on veut c’est du travail pour construire un meilleur avenir ».

Appelant à un vote « libre et honnête »,  le Premier ministre socialiste Edi Rama brigue un troisième mandat face au Parti démocratique de centre-droit allié avec une dizaine de partis de tous bords.

L’Europe sous conditions

En embuscade, le MSI fondé par le président Ilir Meta, adversaire farouche d’Edi Rama dont le parti a souvent joué le rôle de faiseur de roi. L’un des premiers à voter à l’ouverture des bureaux à 05H00 GMT, il a appelé à un « vote patriotique » pour « refonder la République ».

Bruxelles a dit oui au lancement de négociations d’adhésion avec Tirana mais sans fixer de date et tous promettent de mener à leur terme les changements nécessaires, à commencer par la réforme  du système judiciaire et la lutte contre la criminalité organisée.

Edi Rama accuse ses adversaires d’avoir pour seul point commun la volonté de le renverser mais promet de se retirer s’il n’obtient pas la majorité des 140 sièges au Parlement.

Il réclame du temps pour « sortir définitivement l’Albanie du tunnel », finir les projets d’infrastructures entravés par la pandémie et continuer de reconstruire les milliers de logements détruits par le séisme.

Cet artiste-peintre de 56 ans mise sur une campagne de vaccination massive qui doit permettre l’immunisation fin mai d’un demi-million d’Albanais et de relancer l’industrie touristique.

« Le troisième mandat n’est pas pour moi, c’est pour l’Albanie », assure-t-il.

En face, l’opposition promet de relancer l’économie en soutenant les petites entreprises et accuse le Premier ministre sortant de tous les maux.

« Fourches »

Edi Rama « a manipulé les résultats des précédentes élections, a mis la main avec une poignée de gens sur l’économie, contrôle tous les pouvoirs et entrave les perspectives européennes de l’Albanie », assène Lulzim Basha, 46 ans, patron des démocrates. « Vous ne pouvez pas donner une nouvelle chance à l’homme qui a échoué pendant huit ans, l’avenir c’est nous ».

L’intéressé dément tout, et accuse ses adversaires d’avoir peur de la réforme judiciaire en cours.

La vie politique albanaise est souvent marquée par l’outrance verbale et la rhétorique incendiaire.

Malgré les appels à la retenue des ambassades occidentales, la campagne s’est tendue dans les derniers jours, avec la mort d’un militant socialiste abattu dans une fusillade avec des  démocrates qui accusaient le camp adverse d’achats de voix.

Si le vote est manipulé par les socialistes, les « fourches seront là », a averti le président Meta, ce qui lui a valu une volée de bois vert de la part de Washington.

« Que quiconque dise que les citoyens prendront les +fourches+ est inacceptable », a déclaré sur Twitter l’ambassadrice des Etats-Unis à Tirana Yuri Kim. « Ceux qui incitent à la violence seront tenus pour responsables de leurs paroles et de leurs actes ».

Si les rares sondages donnent l’avantage aux socialistes, le scrutin reste incertain et les « derniers jours seront décisifs pour les voix des indécis », relève l’analyste Lutfi Dervishi.

Les bureaux de vote ferment à 17H00. Selon la commission électorale centrale (CEC), les scores des partis seront publiés dans les deux jours suivants.

Europe

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Article

le

Européennes : Débat tendu entre Gabriel Attal et Jordan Bardella à deux semaines des élections

Le Premier ministre Gabriel Attal et le président du RN, Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat animé sur France 2, illustrant les profondes divergences politiques entre leurs camps respectifs.

Jeudi soir, le Premier ministre Gabriel Attal et le président du Rassemblement National (RN), Jordan Bardella, se sont affrontés lors d’un débat en prime time sur France 2. À deux semaines des élections européennes, ce face-à-face a été marqué par des échanges vifs et des divergences claires sur des sujets clés tels que l’Europe, l’immigration et l’environnement.

Pendant environ 1h20, les deux jeunes leaders politiques, Gabriel Attal, 35 ans, et Jordan Bardella, 28 ans, ont débattu avec passion. Le Premier ministre n’a pas manqué de critiquer les revirements du RN sur des questions fondamentales comme l’Europe et l’euro : « Je ne suis pas comme vous, moi, à changer d’avis sur tout. À ne pas assumer des déclarations passées, » a-t-il lancé à Bardella.

En réponse, Bardella a attaqué le bilan du gouvernement, en déclarant : « Qu’il y ait des questionnements sur le projet que nous portons pour le pays que nous voulons mettre en œuvre, c’est un fait. En revanche, il n’y a pas de doute sur le bilan qui est le vôtre. »

Le débat a révélé des lignes de fracture profondes sur des sujets tels que le marché unique, les droits de douane, les véhicules électriques, l’immigration et la défense. Un des échanges les plus tendus a concerné les liens du RN avec la Russie. Gabriel Attal a accusé le parti de Le Pen de compromettre l’Europe : « Votre parti, celui de Mme Le Pen et de Jean-Marie Le Pen, avait besoin d’argent. La Russie avait besoin d’un parti en Europe pour justement affaiblir l’Europe de l’intérieur, » a-t-il déclaré.

Jordan Bardella a répliqué en dénonçant des attaques « sous la ceinture » de la part du Premier ministre.

Sur le thème de l’immigration, Attal a critiqué la présentation du RN qui, selon lui, stigmatise les étrangers : « Avec la présentation que vous faites du sujet, on a le sentiment en vous écoutant que derrière chaque étranger, chaque immigré, il y a un délinquant et un terroriste en puissance. »

Bardella a rétorqué en affirmant que la criminalité est liée à une mauvaise gestion des flux migratoires.

Les positions opposées sur l’environnement ont également été mises en lumière, avec Bardella critiquant les « ambitions environnementales irréalistes » du gouvernement, notamment l’interdiction des véhicules thermiques en 2035. Attal a défendu cette mesure, soulignant la nécessité de réduire la dépendance au pétrole et de lutter contre la pollution.

Le débat, diffusé également sur les chaînes YouTube Hugodecrypte et « C quoi l’info ? » de France Télévisions, visait à capter une audience plus jeune.

La tenue de ce débat à deux a suscité des critiques de la part des autres partis politiques. Le premier secrétaire du PS Olivier Faure et le président des Républicains (LR) Eric Ciotti ont exprimé leur mécontentement auprès de l’Arcom, le régulateur de l’audiovisuel, demandant une égalité de traitement pour tous les partis.

Ce débat a illustré l’importance des prochaines élections européennes et les enjeux politiques majeurs qui en découlent, avec un RN en position de favori selon les sondages.

Lire Plus

Europe

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Article

le

Eurovision : Israël qualifié pour la finale, malgré la contestation

Le vote des spectateurs a permis à la chanteuse représentant Israël d’obtenir sa place pour la finale de l’Eurovision, rapporte Ouest-France vendredi 10 mai. Et ce, malgré de nombreuses protestations à cause de la guerre à Gaza.

Malgré les manifestations et les appels au boycott en raison de la situation à Gaza, Israël a réussi à se qualifier pour la phase finale de l’Eurovision. La chanteuse Eden Golan a remporté le soutien du public, interprétant son titre « Hurricane » sans encombre devant une foule de 9 000 spectateurs à Malmö, en Suède.

L’événement, marqué par la présence de quelque 12 000 manifestants, dont la militante écologiste Greta Thunberg, a souligné les tensions politiques entourant le concours cette année. Alors que la demi-finale a été suivie de près par une nouvelle manifestation contre la guerre à Gaza, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a salué la participation d’Eden Golan, la félicitant pour avoir « affronté avec succès une horrible vague d’antisémitisme ».

L’Union européenne de radiotélévision (UER), organisatrice de l’événement, a renforcé la sécurité à Malmö, compte tenu des menaces reçues par la chanteuse sur les réseaux sociaux. Malgré ces préoccupations sécuritaires, Eden Golan a assuré lors d’une conférence de presse que l’UER prenait toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de tous les participants et spectateurs.

L’Eurovision, souvent vanté comme un événement de tolérance et d’unité européennes, a cependant été ébranlé par des gestes politiques. L’année précédente, l’UER avait interdit au président ukrainien Volodymyr Zelensky de s’exprimer lors du concours. De plus, lors de la première demi-finale de cette édition, le chanteur suédois Eric Saade a porté un keffieh palestinien, un geste regretté par l’UER et la télévision publique suédoise SVT.

Malgré ces controverses, l’Eurovision reste l’un des événements les plus regardés en Europe, symbolisant la diversité culturelle et la tolérance, même si la politique parvient parfois à s’immiscer dans cet univers festif.

Lire Plus

Europe

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Article

le

Eurovision 2024 : Entre musique et politique, une édition sous haute tension

Les festivités musicales sont éclipsées par les tensions géopolitiques, avec la participation controversée d’Israël et des manifestations propalestiniennes.

La 68e édition de l’Eurovision promet d’être une fusion de musique, de glamour et de politique. Alors que les demi-finales se tiennent les 7 et 9 mai, la compétition est déjà en proie à des tensions géopolitiques, avec des manifestations et des appels à l’exclusion d’Israël, en pleine offensive à Gaza.

Organisée cette année à Malmö, en Suède, la compétition voit la participation de 37 pays, mais elle est également le théâtre de rassemblements propalestiniens. La sécurité a été renforcée dans la ville pour accueillir les quelque 100 000 visiteurs attendus.

L’une des chansons favorites cette année, défendue par Jerry Heil et Alyona alyona pour l’Ukraine, prend une dimension politique en abordant le thème de l’union face à l’invasion russe dans leur pays.

Toutefois, c’est la performance d’Eden Golan, représentante d’Israël, qui attire particulièrement l’attention. Malgré les appels à son exclusion, elle maintient sa prestation avec « Hurricane », bien que la chanson ait été modifiée pour répondre aux exigences des organisateurs. Elle-même défend l’unité à travers la musique, un thème repris par le slogan de l’événement, « United by Music » – « Unis par la musique », soulignant la diversité de Malmö.

Ainsi, entre les notes de musique et les slogans politiques, l’Eurovision 2024 s’annonce comme une célébration complexe, mêlant les valeurs universelles de la musique à des enjeux géopolitiques brûlants.

Lire Plus

Les + Lus