Nous rejoindre sur les réseaux

France

Le procès de Jonathann Daval entre dans sa dernière ligne droite

Article

le

le-proces-de-jonathann-daval-entre-dans-sa-derniere-ligne-droite

Le procès de Jonathann Daval, qui reconnaît désormais avoir « voulu » tuer sa femme Alexia, entre vendredi dans sa dernière ligne droite avec un ultime interrogatoire de l’accusé et les premières plaidoiries mais le verdict sera sans doute repoussé à samedi.

Longuement entendu jeudi sur les faits, Jonathann Daval, 36 ans, sera cette fois interrogé sur sa personnalité.

La cour doit également procéder à l’audition de plusieurs témoins, parmi lesquels Martine Henry, la mère de Jonathann, déjà entendue brièvement au premier jour du procès, lundi.

Les jurés devraient également visionner la dramatique confrontation entre Jonathann et la mère d’Alexia, Isabelle Fouillot : en décembre 2018, alors que le trentenaire soutenait la thèse d’un complot familial, accusant son beau-frère d’avoir tué Alexia, Mme Fouillot avait arraché de nouveaux aveux à Jonathann.

Verdict retardé

Le procès, qui devait s’achever vendredi, a pris un retard important mais les plaidoiries des parties civiles devraient quand même intervenir « en fin d’après-midi », a estimé l’un de leurs avocats, Me Gilles-Jean Portejoie.

Compte tenu du retard accumulé, le verdict devrait être décalé à samedi, ont cependant estimé Mes Portejoie et Randall Schwerdorffer.

Ce dernier, qui défend l’accusé, estime que les jurés devraient rendre leur délibéré « samedi en fin de journée », tandis que pour l’ancien bâtonnier de Clermont-Ferrand, il pourrait intervenir « dans la nuit de samedi à dimanche ».

La journée de jeudi a connu un nouveau rebondissement, un de plus dans un procès très dense émotionnellement : après un premier interrogatoire avorté mercredi soir en raison d’un malaise vagal, Jonathann Daval a avoué l’intention meurtrière qui l’animait lorsqu’il s’en est pris à Alexia.

Lui qui soutenait jusqu’alors avoir simplement voulu « la faire taire », a fini par reconnaître qu’il avait bel et bien « voulu la tuer » lors d’une violente dispute.

« Je lui ai donné la mort, oui, quand on étrangle quelqu’un comme ça, c’est pour donner la mort », a-t-il avoué dans un silence glacial, la voix étranglée par l’émotion, avant de détailler la soirée du meurtre.

« Tensions »

Des aveux qui auront fatalement des conséquences sur les plaidoiries de la défense : ses avocats, qui s’étaient réservé avant le procès la possibilité de plaider les violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, moins sévèrement réprimées, vont y renoncer.

« Nous allons plaider l’homicide volontaire », a annoncé jeudi soir Me Schwerdorffer alors que son client qui comparaît pour homicide sur conjoint, encourt la réclusion à perpétuité.

Également chargé de sa défense, Me Samuel Estève s’est félicité des témoignages « d’amis » du couple qui ont déposé jeudi soir tard à la barre : ils « ont confirmé en tout point ce qu’a expliqué Jonathann sur ses rapports avec (Alexia) dans les derniers temps, c’est-à-dire quand le couple connaissait des tensions importantes ».

« On est maintenant très loin du couple parfait sans histoire, il y avait des tensions », a-t-il relevé, « tout ce qu’a dit Jonathann (…) a été confirmé par les témoins ».

Le couple Daval se délitait depuis plusieurs années et les deux époux se débattaient dans d’importants problèmes intimes : les problèmes d’érection de Jonathann et le désir d’enfant inassouvi d’Alexia.

Frustrés

A l’opposé, les parties civiles sont restées sur leur faim même si Me Caty Richard a voulu voir « un pas en avant » lorsque l’accusé a déclaré « à deux reprises: +oui j’ai voulu la tuer, oui forcément j’ai voulu la tuer+ ».

Son confrère, Me Portejoie, s’est montré moins positif : « on n’a pas appris grand-chose, on tourne en rond ». Vendredi, « il faudra parler directement à Jonathann Daval », a-t-il lancé à ses clients, les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot.

A la barre, ceux-ci avaient déjà tenté d’interpeller mercredi leur ancien gendre mais le président de la cour d’assises, Matthieu Husson, avait coupé court, estimant que le moment n’était pas encore venu pour une telle confrontation.

Mme Fouillot espère désormais « lui parler » même si « on dirait qu’on parle à un mur ». « On dirait qu’il est ailleurs, qu’il n’est pas dans son procès. Il est fermé, fermé, fermé! », a-t-elle déploré.

France

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Article

le

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes sous le choc après le transfert de militants en métropole

Figures marquantes d’un collectif indépendantiste kanak, sept militants, dont le porte-parole Christian Tein, ont été envoyés en métropole pour y être incarcérés, provoquant stupeur et incompréhension au sein de la communauté.

La décision d’envoyer en détention provisoire en métropole, à 17.000 km de chez eux, des militants indépendantistes liés à la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), a plongé la communauté kanak dans le désarroi.

Sept des onze interpellés mercredi ont été transférés dans la nuit de samedi à dimanche à bord « d’un avion spécialement affrété à cette mission », a précisé le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas. Parmi eux, Christian Tein, porte-parole de la CCAT, ainsi que Brenda Wanobo et Frédérique Muliava, toutes deux figures de la CCAT.

L’Union calédonienne (UC), impliquée dans la création de la CCAT, a vivement réagi : « Les responsables de la CCAT ne sont en rien des commanditaires d’exactions mais aujourd’hui des martyrs de la justice coloniale. » L’UC réclame « l’annulation de cette déportation politique. »

Le procureur de Nouméa a justifié cette décision « en raison de la sensibilité de la procédure et afin de permettre la poursuite des investigations de manière sereine, hors de toute pression ou concertation frauduleuse. »

Onze personnes avaient été interpellées mercredi lors d’un vaste coup de filet visant la CCAT, accusée d’être à l’origine des violences récentes en Nouvelle-Calédonie, ayant fait 9 morts, dont deux gendarmes. Les charges retenues contre eux incluent complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme et destruction en bande organisée du bien d’autrui.

Dans le camp des non-indépendantistes, cette mesure est accueillie favorablement. Nicolas Metzdorf, député Renaissance sortant, a salué « le retour à l’ordre et l’envoi des commanditaires présumés en métropole. » Il a ajouté : « Désormais, si on reconnaît leur culpabilité, il faut qu’ils soient condamnés sévèrement. »

La CCAT a annoncé une conférence de presse mardi, tandis que le FLNKS tiendra un bureau politique cette semaine avant son Congrès le 13 juillet. Par ailleurs, le couvre-feu instauré depuis le 14 mai a été prolongé jusqu’au 1er juillet.

Cette situation tendue met en lumière les profondes divisions et les enjeux politiques en Nouvelle-Calédonie, alors que la question de l’indépendance continue de susciter des passions et des conflits.

Lire Plus

France

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Article

le

Météo : le retour du beau temps est annoncé, mais sera de courte durée

Après une fin de printemps fraîche et pluvieuse, le beau temps et des températures estivales arrivent enfin en France, mais ce répit sera de courte durée.

Le beau temps arrive enfin en France ! Mais attention, il ne durera pas longtemps. Malgré le début officiel de l’été le vendredi 21 juin, les températures restent basses et la pluie persiste dans certaines régions, causant même des crues impressionnantes en Mayenne et dans le Maine-et-Loire.

Selon Météo France, la journée de samedi 22 juin sera agréable sur le pourtour méditerranéen, mais le reste du pays ne bénéficiera pas de cette amélioration. Des orages sont attendus dans le centre de la France dans l’après-midi. Ce n’est que dimanche 23 juin que les températures dépasseront enfin les 20°C sur tout le territoire, accompagné d’un grand soleil, à l’exception du sud-est.

Lundi 24 juin, le beau temps régnera sur tout l’Hexagone sans aucune pluie prévue. Les températures seront chaudes, atteignant jusqu’à 28°C à Montpellier. Les habitants du nord de la France pourront enfin ranger leurs vestes, avec des températures atteignant 26°C à Paris, Reims et Rouen, et 25°C à Lille, Metz et Strasbourg. La journée de mardi 25 juin sera la plus favorable de la semaine, avec de la chaleur et du soleil sur tout le territoire, hormis quelques pluies dans le sud-est.

Malheureusement, ce répit sera de courte durée. Dès mercredi, le temps maussade fera son retour, accompagné d’une baisse des températures. À La Rochelle, par exemple, le mercure n’atteindra même pas les 20°C, plafonnant à 19°C.

Ce changement rapide de conditions météorologiques rappelle l’instabilité de cette période de l’année, où les alternances entre beau temps et pluie sont fréquentes. Profitez donc du soleil pendant qu’il est là !

Lire Plus

France

Législatives 2024 : plus d’un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

Article

le

Législatives 2024 : plus d'un million de procurations déjà enregistrées, le chiffre de 2022 dépassé

À quelques jours du premier tour des législatives anticipées, plus d’un million de procurations ont été enregistrées, dépassant ainsi le chiffre du premier tour des législatives de 2022.

Les électeurs se mobilisent en masse pour les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. Plus d’un million de procurations ont déjà été enregistrées, un chiffre supérieur à celui du premier tour des législatives de 2022, a annoncé le ministère de l’Intérieur vendredi 21 juin. Entre le 10 et le 20 juin, 1 055 067 procurations ont été comptabilisées, contre 1 021 350 pour la même période il y a deux ans.

Cette année, le second tour des législatives se déroulera le premier week-end des vacances scolaires, une différence notable par rapport à 2022, où le scrutin avait eu lieu en juin. Le ministère a souligné qu’il y a eu « 6,2 fois plus de procurations » enregistrées entre J-20 et J-10 avant le scrutin, comparé à la même période en 2022.

La dissolution inattendue de l’Assemblée nationale a provoqué la tenue de ces élections anticipées, ce qui contraste avec les élections de 2022, dont les dates étaient connues longtemps à l’avance, permettant aux électeurs de planifier leurs procurations sur une période plus longue.

Les législatives de 2022 s’étaient tenues les 12 et 19 juin, alors que cette année, le second tour coïncide avec le début des vacances scolaires, poussant probablement les électeurs à recourir davantage aux procurations pour s’assurer de pouvoir voter malgré les déplacements estivaux.

Cette augmentation du nombre de procurations témoigne d’une volonté forte des électeurs de participer au processus démocratique, malgré les contraintes et les circonstances exceptionnelles de cette année.

Lire Plus

Les + Lus