Nous rejoindre sur les réseaux

Hérault

Le Gard et l’Hérault placés en vigilance orange en raison des risques d’orages et d’inondations

Article

le

le-gard-et-l’herault-places-en-vigilance-orange-en-raison-des-risques-d’orages-et-d’inondations

Les deux départements vont connaître des orages et de fortes pluies avec un risque d’inondation dans la nuit de vendredi à samedi.

Météo France a placé deux départements, le Gard et l’Hérault, en vigilance orange, vendredi 9 juin. Des orages et de fortes pluies pourront se produire dans la nuit de vendredi à samedi, avec des cumuls de précipitations qui pourraient atteindre les 100 mm, ou plus, et un risque d’inondations.

Cette dégradation orageuse pourrait être « accompagnée de grêle et de rafales de vent pouvant atteindre 80 km/h », selon l’institut météorologique. Alors que des averses ont concerné vendredi après-midi les Cévennes et l’Est de l’Hérault, la localisation des plus forts orages dans la soirée « reste encore incertaine, ceux-ci pouvant se produire sur le Haut-Languedoc ou plutôt vers les plaines », soulignent les prévisionnistes.

A Montpellier, afin d’anticiper les ruissellements et risques de crues attendus, le quai du Pirée, dans le centre-ville, a été interdit au stationnement et les différents points bas de la Ville seront fermés en fonction de l’évolution de la situation, selon un communiqué de la municipalité. Les parcs et jardins publics seront également fermés pour la soirée.

En cas d’orages violents, il est recommandé d’éviter de se déplacer et de s’abriter dans un bâtiment en dur. Il faut aussi protéger les biens exposés au vent ou qui peuvent être inondés et éviter d’utiliser le téléphone et les appareils électriques. Si vous êtes à l’extérieur, éloignez-vous des arbres et cours d’eau. En cas d’inondations, il est conseillé de s’éloigner des cours d’eau et des points bas, de rejoindre un point haut ou de s’abriter à l’étage.

Faits Divers

Braquage d’une banque à Clermont-l’Hérault : le suspect retrouvé mort

Article

le

Un homme a braqué une agence bancaire à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, ce mercredi matin. Le braqueur est décédé, et aucun autre individu n’a été blessé lors de l’incident.

Un braquage a eu lieu ce mercredi matin à Clermont-l’Hérault, près de Montpellier, dans la banque Dupuy-de-Parseval. Selon une source proche de l’enquête, il était aux alentours de 9h30 quand un homme a utilisé son véhicule, comme voiture-bélier, pour pénétrer à l’intérieur de l’agence bancaire. Les employés sur place ont immédiatement alerté les gendarmes.

L’homme suspecté de ce braquage a été retrouvé mort, selon une source proche enquête. Il n’y a pas d’autres victimes. Un périmètre de sécurité avait été mis en place dans cette zone commerciale près de l’échangeur de l’A75. Le GIGN avait été appelé sur place. L’intervention était terminée avant son arrivée.

Lire Plus

Faits Divers

Agression de Samara à Montpellier : les trois mineurs ayant «porté des coups» mis en examen

Article

le

Agression de Samara à Montpellier : les trois mineurs ayant «porté des coups» mis en examen

Trois mineurs de 14 et 15 ans ayant participé à l’agression de Samara, une adolescente de 13 ans, devant le collège Arthur-Rimbaud de Montpellier mardi 2 avril, ont été mis en examen vendredi 5 avril dans la soirée pour « tentative d’homicide volontaire » et placés sous contrôle judiciaire, a annoncé le parquet .

Trois mineurs, deux garçons et une fille âgés de 14 et 15 ans, ont été mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire » dans le cadre de l’agression de Samara, 13 ans, au collège Arthur-Rimbaud de Montpellier. Ils ont reconnu leur implication dans les faits et ont été placés sous contrôle judiciaire. Malgré la demande de remise en liberté du plus âgé des trois agresseurs, celle-ci a été rejetée par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier.

L’agression de Samara, qui a récemment émergé de son coma, n’a pas été associée à des motifs religieux selon le procureur. Les tensions entre les élèves trouvent leur origine dans des « invectives » échangées sur les réseaux sociaux, et non dans des considérations religieuses.

Cependant, la mère de Samara a déclaré que sa fille avait été « prise en grippe » depuis plus d’un an par une camarade de collège, qui la traitait de « mécréante ». Des politiciens ont également réagi à cet aspect potentiellement religieux de l’affaire, avec certains dénonçant une instrumentalisation politique de la souffrance de la jeune fille.

En parallèle de l’enquête pénale, une enquête administrative a été lancée par le ministère de l’Éducation pour déterminer d’éventuelles responsabilités du personnel de l’établissement dans cette affaire. Des inspecteurs ont commencé à recueillir des témoignages au collège Arthur-Rimbaud, avec un délai de huit jours pour rendre leur rapport à la ministre, Nicole Belloubet.

Lire Plus

Hérault

Justice : le maire d’Agde Gilles d’Ettore reste en détention provisoire

Article

le

Justice : le maire d'Agde Gilles d'Ettore reste en détention provisoire

La cour d’appel de Montpellier rejette la demande de libération de Gilles d’Ettore, mis en examen pour corruption et prise illégale d’intérêt, malgré les arguments de son avocat.

Le maire d’Agde, Gilles d’Ettore, restera en détention provisoire après que la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Montpellier a rejeté sa demande de remise en liberté. Mis en examen pour corruption et prise illégale d’intérêt, l’élu Les Républicains est en détention depuis 15 jours.

L’avocat du maire a exprimé sa déception suite à cette décision, soulignant que son client, âgé de 56 ans et sans antécédents judiciaires, avait répondu à toutes les questions lors de ses auditions précédentes. Il a également plaidé en faveur de la libération de Gilles d’Ettore, soulignant son engagement en tant que père de famille et élu local depuis 23 ans.

Lors de l’audience de mardi, l’avocat général avait recommandé le maintien en détention du maire afin d’éviter toute collusion entre les différentes parties impliquées dans l’affaire et de garantir le bon déroulement de l’enquête.

Gilles d’Ettore affirme avoir été piégé par une médium qui aurait utilisé des techniques de ventriloquie pour le compromettre. Cette médium est également en détention provisoire. Deux cadres du groupe de BTP Eiffage, soupçonnés d’avoir financé secrètement les travaux chez la voyante, sont également mis en examen, dont l’un est en détention.

L’avocat du maire espère désormais que le juge d’instruction convoquera rapidement son client pour recueillir ses explications complémentaires et envisager ensuite sa remise en liberté.

Télécharger l’application Le Singulier > IOS (iPhone) > Android (Samsung)

Lire Plus

Les + Lus