Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Le carnaval de Rio reporté sine die pour cause de coronavirus

Article

le

le-carnaval-de-rio-reporte-sine-die-pour-cause-de-coronavirus

Au tour du carnaval de Rio d’entrer dans la danse des événements victimes de la pandémie de coronavirus: son édition 2021, qui devait se tenir en février prochain, a été reportée sine die.

« Nous sommes arrivés à la conclusion que l’événement devait être reporté. Nous ne pouvons tout simplement pas le faire en février. Les écoles de samba n’auront ni le temps ni les ressources financières et organisationnelles pour être prêtes pour février », a dit à des journalistes Jorge Castanheira, le président de la Ligue indépendante des écoles de samba de Rio de Janeiro (LIESA), jeudi soir à l’issue de la réunion des dirigeants de cette association qui organise l’événement.

En juillet, un premier avant-goût de cette décision avait affleuré, lorsque cinq des douze écoles de samba avaient assuré qu’en l’absence d’un vaccin fin septembre, elles demanderaient le report de l’événement.

« Ce n’est pas une annulation, c’est un report. Nous cherchons une solution alternative, quelque chose à faire quand la sécurité sanitaire nous permettra de donner notre contribution à la ville (…) Mais nous n’en sommes pas assez sûrs pour fixer une date », a précisé M. Castanheira.

L’annonce de la LIESA s’applique uniquement à la compétition des écoles de samba, qui se déroule dans l’emblématique Sambodrome de la Ville merveilleuse. Chaque école y défile avec près de 3.000 membres costumés, dansant très près les uns des autres et chantant tout le long du cortège, qui dure un peu plus d’une heure.

Les autorités municipales n’ont en revanche pas encore dit si les festivités de rue seraient autorisées. Le carnaval de Rio se compose en effet d’innombrables défilés de « blocs », ces groupements de quartiers qui déambulent en dansant, dans un joyeux cocktail détonant de musique, déguisement et, souvent, alcool.

Après Sao Paulo

Ces célébrations sont surtout un cauchemar pour un épidémiologiste au vu de la promiscuité et de l’immense foule qu’elles drainent: des millions de personnes y participent chaque année, des Cariocas aux autres Brésiliens en passant par les touristes.

Une telle annonce de la part de la LIESA était dans l’air ces derniers temps surtout en raison de la forte prévalence du coronavirus au Brésil, qui déplore le deuxième plus grand nombre de morts au monde, environ 140.000, derrière les Etats-Unis. Près de 4,7 millions de personnes ont été contaminées.

L’épidémie sur le sol du géant latino-américain a quelque peu ralenti depuis son pic en juillet, mais il y a néanmoins eu, ces deux dernières semaines, une moyenne quotidienne de 30.000 nouveaux cas et 735 nouveaux décès, selon les chiffres du ministère de la Santé.

L’Etat de Rio est le deuxième Etat le plus touché par l’épidémie au Brésil, derrière celui de Sao Paulo.

Le carnaval de Sao Paulo de 2021, lui, avait été reporté sine die dès le 24 juillet, y compris le défilé des « blocs ».

Le carnaval de la ville de Sao Paulo est l’un des plus importants du Brésil. La dernière édition a attiré 120.000 personnes pour admirer les écoles de samba au Sambodrome de l’Anhembi, tandis que les « blocs » ont drainé plus de 15 millions de fêtards, selon le maire, Bruno Covas.

La nouvelle date du carnaval n’a pas été déterminée mais cela pourrait être « à la fin mai ou au début de juillet » 2021, avait précisé le maire de la ville de 12 millions d’habitants.

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus