Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

Elections néo-zélandaises: Ardern largement en tête selon les premiers résultats

Article

le

elections-neo-zelandaises:-ardern-largement-en-tete-selon-les-premiers-resultats

Les travaillistes étaient donnés samedi soir largement en tête des élections néo-zélandaises, selon de premiers résultats laissant penser que la Première ministre Jacinda Ardern, forte des succès enregistrés contre le coronavirus, pourrait même arracher la majorité absolue.

Alors que 36% des bulletins avaient été comptés, le Parti travailliste était en tête avec 50,5% des suffrages, ce qui selon les projections lui permettrait de contrôler 65 des 120 sièges du Parlement.

Jamais un parti néo-zélandais n’est parvenu à avoir la majorité absolue depuis la réforme du système électoral en 1996, ce qui fait que tous les Premiers ministres qui se sont depuis lors succédés ont dû gouverner en coalitions.

Les résultats sont loin d’être définitifs, mais le score des travaillistes semble nettement au-dessus de ce que les sondages avaient avancé. Il s’agirait si elle était confirmée de leur victoire la plus large depuis des décennies.

Le Parti national de Judith Collins (opposition de centre-droit) n’était crédité que de 26% des voix, un score qui ne lui donnerait que 34 sièges au Parlement, soit son pire résultat depuis 2002.

Au pouvoir depuis 2017, Mme Ardern, qui a eu 40 ans cet été, avait surnommé le scrutin les « élections du Covid », axant à fond sa campagne sur son bilan très solide dans la lutte contre la pandémie.

« Se serrer les coudes »

La Nouvelle-Zélande – cinq millions d’habitants – a enregistré 25 décès dus au coronavirus et la stratégie du gouvernement a été saluée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Qui est la plus qualifiée pour assurer la sécurité des Néo-Zélandais et (…) nous placer sur le chemin de la reprise? », avait interrogé la dirigeante travailliste lors de sa campagne.

Mme Ardern a aussi maintes fois insisté sur la nécessité de « se serrer les coudes dans les périodes incertaines », une façon de rappeler que la seconde moitié de son mandat a été marquée par une succession de crises sans précédent dans l’archipel.

La force de caractère de la Première ministre a notamment été éprouvée en mars 2019 lors de la pire attaque terroriste perpétrée de l’histoire néo-zélandaise, quand un suprémaciste blanc a froidement abattu 51 fidèles dans deux mosquées de Christchurch (Sud).

Mme Ardern avait alors impressionné par son attitude, sa compassion vis-à-vis des victimes, et sa réaction politique très vive, notamment sur la question du contrôle des armes et sur celle de la nécessité de pousser les réseaux sociaux à sévir contre la propagation des discours de haine.

A ce drame, avait succédé une éruption volcanique qui a fait 21 morts en décembre et, cette année, la pandémie.

« Quelle que soit la crise que je traverse, vous aurez toujours l’assurance que je donnerai tout ce que j’ai (…), même si cela implique un énorme sacrifice », a-t-elle affirmé cette semaine.

Coalition avec les Verts

Sur le front intérieur, la dirigeante travailliste avait vu ses réformes freinées par les blocages opérés par un de ses partenaires de coalition, le mouvement populiste New Zealand First (NZF) de Winston Peters.

Même si les travaillistes n’obtenaient pas cette fois la majorité absolue, ils devraient pouvoir s’affranchir de NZF pour ne plus s’appuyer que sur les Verts, qui seront plus enclins à soutenir ses programmes en matières d’accès au logement ou de réduction de la pauvreté infantile.

Sa principale adversaire, Mme Collins, a cherché à agiter comme un épouvantail la menace que constitueraient les écologistes, affirmant que les hausses d’impôts que ces derniers défendraient étrangleront les classes moyennes.

Plus de la moitié des 3,5 millions d’inscrits avaient opté pour la procédure de vote anticipé, ce qui signifie que les résultats devraient tomber rapidement. Les bureaux de vote ont fermé à 19H00 (06H00 GMT).

Les élections étaient initialement prévues le 19 septembre, mais le scrutin a été reporté d’un mois en raison d’une deuxième vague épidémique, centrée sur Auckland (nord), qui est désormais terminée.

Les électeurs étaient aussi invités à se prononcer sur deux référendums, le premier sur l’usage du cannabis à des fins récréatives, le second sur l’euthanasie. Les résultats de ces consultations ne sont pas attendues avant le 30 octobre.

Monde

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Article

le

Double attaque à Jérusalem : Macron appelle à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence »

Ces attentats ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Le président français Emmanuel Macron a exhorté ce dimanche 29 janvier Israéliens et Palestiniens à ne pas « alimenter l’engrenage de la violence » après les attentats perpétrés à Jérusalem-Est et la mort d’un Palestinien, tué par des gardes israéliens.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, « le président de la République a rappelé la nécessité pour tous d’éviter des mesures susceptibles d’alimenter l’engrenage de la violence », a indiqué l’Élysée dans un communiqué.

« Il a, une nouvelle fois, exprimé sa disponibilité à contribuer à la reprise du dialogue entre les Palestiniens et les Israéliens », a souligné la présidence française.

Un « attentat abject »

Le chef de l’État a présenté ses condoléances au peuple israélien pour « les victimes de l’attaque terroriste » dans laquelle sept personnes ont trouvé la mort vendredi près d’une synagogue à Jérusalem-est.

Il a une nouvelle fois condamné cet « attentat abject », « fait part de la solidarité pleine et entière de la France avec Israël dans sa lutte contre le terrorisme » et répété « l’attachement indéfectible de la France à la sécurité » de ce pays.

Samedi, un Palestinien de 13 ans a également blessé par balles deux Israéliens à Silwan, à deux pas des remparts de la Vieille Ville.

Une attaque en réponse à un raid israélien meurtrier

Benjamin Netanyahu a promis une réponse « forte » et « solide » au « terrorisme » après les deux attaques. Dimanche, des gardes israéliens ont aussi tué un Palestinien en Cisjordanie.

Les attentats perpétrés à Jérusalem-Est ont fait suite à un raid militaire israélien meurtrier jeudi en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles.

Lire Plus

Europe

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Article

le

Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak limoge un ministre en raison de ses démêlés fiscaux

Le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur Nadhim Zahawi a été limogé à l’issue d’une enquête indépendante.

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a limogé le ministre sans portefeuille et président du Parti conservateur, Nadhim Zahawi, en raison d’une violation du code ministériel liée à ses démêlés fiscaux, a annoncé dimanche 29 janvier Downing Street. À l’issue d’une enquête indépendante, « il est clair qu’il y a eu une grave violation du code ministériel », a expliqué le chef du gouvernement.

« En conséquence, je vous informe de ma décision de vous démettre de vos fonctions au sein du gouvernement de Sa Majesté », a poursuivi Rishi Sunak. En limogeant Nadhim Zahawi plutôt qu’en lui demandant de démissionner, Rishi Sunak cherche à affirmer son autorité, lui qui avait promis à son arrivée à Downing Street « intégrité, professionnalisme et responsabilité ».

Le Premier ministre britannique avait chargé lundi son conseiller éthique indépendant d’enquêter pour déterminer si Nadhim Zahawi, qui siège au Conseil des ministres, avait enfreint le code ministériel dans le cadre du règlement de plusieurs millions de livres sterling qu’il a dû payer pour solder un litige avec le fisc.

Après treize ans au pouvoir, les conservateurs ont vu ces dernières années leur réputation entachée par des affaires de conflits d’intérêts, alimentant des accusations de corruption de la part de l’opposition travailliste, largement en tête des sondages.

Lire Plus

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Les + Lus