Nous rejoindre sur les réseaux

Monde

« Un peu superstitieux », Trump finit sa campagne au même endroit qu’en 2016

Article

le

D’habitude, les républicains ne gagnent pas dans le Michigan, l’un des pans historiquement les plus solides de la « muraille » démocrate.

Mais Donald Trump a remporté l’Etat à la surprise générale il y a quatre ans, premier candidat présidentiel républicain victorieux ici depuis 1988, et il a décidé d’y revenir tard lundi soir pour le dernier meeting de sa campagne, et peut-être le dernier de sa vie politique, à Grand Rapids, exactement comme en 2016.

« On a fini là-bas il y a quatre ans », a admis le président à son avant-dernier meeting, lundi, dans le Wisconsin. « Je suis un peu superstitieux. On va faire pareil ».

Un secret de polichinelle: « Il paraît qu’il l’est un peu », disait avec indulgence Melanie Thorwall, 63 ans, arrivée sur le site de l’événement, à l’aéroport de la ville, dès le matin pour ne pas rater l’apothéose de la campagne 2020.

Avec son fils, ingénieur comme elle, elle n’avait pas pu rentrer dans la salle bondée il y a quatre ans, de nuit. Les deux se souviennent avec nostalgie de l’émotion » à l’époque, de la sensation d’assister à un phénomène.

« Vous imaginiez écouter un grand discours à près d’une heure du matin? On est fous, non? », avait lancé Donald Trump, avant d’ordonner: « Vous allez dormir deux heures, vous irez voter, et vous retournerez au travail. Je connais mon peuple du Michigan ».

Son peuple est revenu lundi, surexcité à l’idée d’infliger au monde une nouvelle surprise.

Par une belle nuit froide, en extérieur, jeunes et vieux dansaient, sautillaient, se photographiaient affublés des preuves de loyauté de rigueur aux shows Trump: casquettes, T-shirts, drapeaux et masques Trump. Ou ce pull à capuche: « Lesbiennes pro-Trump ».

« C’est le seul homme qui me ferait devenir hétéro », plaisante sa propriétaire, Abigail Wall, 27 ans, venue avec sa femme et sa mère Kolleen. Mère et fille étaient bien sûr venues au meeting de 2016.

« Qu’il perde ou qu’il gagne, c’est un moment d’histoire », dit Kolleen. « Mais quand on voit ces meetings, comment penser qu’il puisse perdre? »

« Je reviendrai… »

EN 2016, la démocrate Hillary Clinton était si sûre de garder le Michigan dans son escarcelle qu’elle y avait à peine mis les pieds. Elle y avait rajouté in extremis un meeting le dernier jour, à Grand Rapids — poussant Donald Trump à programmer le sien.

Ici pas de comté qui vote à 90% Trump comme dans le Sud, l’électorat est plus équitablement divisé, plus modéré. Entre apathie des démocrates des villes, et enthousiasme dopé des républicains des banlieues et des campagnes, Donald Trump avait devancé son adversaire de 10.704 voix, soit 0,3% du total.

C’est une terre de syndicats, de main d’oeuvre qualifiée, les constructeurs automobiles Ford, General Motors et Chrysler ont fait la réputation mondiale de Detroit, à 2 heures de là.

Grand Rapids, deuxième ville de l’Etat, est plus connue pour ses grands fabricants de meubles, et ses sous-traitants automobiles, spécialistes des plastiques et des air-bags, dont les bâtiments mordent dans les terres agricoles qui s’étendent jusqu’aux rives du Lac Michigan, une heure à l’ouest.

« Je reviendrai à chaque fois qu’on ouvrira une nouvelle usine ou une usine automobile », avait promis le candidat Trump.

Le président républicain n’a pas pu tenir cette promesse-là (bien qu’une usine Jeep doive ouvrir l’an prochain), mais il lance: « Michigan, vous avez intérêt à voter pour moi, je vous ai décroché tellement d’usines automobiles ».

Dans cet Etat, l’industrie manufacturière a perdu 5.000 emplois l’an dernier, et plus de 60.000 à cause de la pandémie.

Mais l’économie locale n’est pas morte: elle se transforme, s’automatise. Stephen Kepley, le maire de Kentwood, près de Grand Rapids, affirme à l’AFP que les employeurs ne trouvent pas assez de salariés aujourd’hui.

L’un des grands pourvoyeurs de nouveaux emplois est Amazon, honni du président. Le géant a ouvert un grand centre de distribution à Grand Rapids cette année, et des tractopelles creusaient lundi dans un champ pour y ériger un autre.

Rick Bekins a vendu ses terrains à Amazon pour ce nouveau centre. La maison qu’il occupait depuis 19 ans sera rasée pour créer un parking.

« Je n’ai pas voté pour lui pour qu’il soit mon pasteur ou guide spirituel, mais pour diriger ce pays », explique le sexagénaire sur son vote « réticent » de 2016. « Quatre ans plus tard, je vais revoter pour lui, car il n’y a personne de mieux ».

Monde

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

Article

le

Meta va laisser Donald Trump revenir sur Facebook et Instagram

L’ancien président américain avait été banni du réseau social après l’assaut de ses partisans contre le Congrès, le 6 janvier 2021.

Le géant des réseaux sociaux Meta a annoncé mercredi qu’il allait, dans les prochaines semaines, « mettre fin à la suspension » des comptes de Donald Trump sur Facebook et Instagram, deux ans après l’exclusion de l’ancien président américain suite à l’assaut du Capitole.

« Le public doit pouvoir entendre ce que les personnalités politiques disent afin de pouvoir faire des choix éclairés », a justifié Nick Clegg, le responsable des affaires internationales de Meta, dans un communiqué. « Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de limites à ce que les gens peuvent dire sur notre plateforme. Quand il y a un risque de préjudice dans le monde réel – un risque élevé qui justifie une intervention de Meta dans le débat public – nous agissons », a-t-il précisé.

L’ex-chef d’État américain avait été exclu du réseau social le 7 janvier 2021, alors qu’il était encore au pouvoir, pour avoir encouragé ses partisans lors de l’attaque du Congrès à Washington la veille, une décision sans précédent, imitée à l’époque par la plupart des réseaux sociaux grand public, dont Twitter.

En juin 2021, Facebook avait décidé que l’exclusion durerait deux ans, et que le milliardaire républicain ne pourrait revenir que quand les « risques pour la sécurité du public » auraient « disparu ».

La suspension « devrait ne plus jamais arriver à un président en exercice ou à qui que ce soit qui ne mérite pas de sanctions ! », a réagi Donald Trump depuis son compte sur Truth Social, le réseau social qu’il a lancé l’an dernier.

La semaine dernière, l’ancien président avait officiellement demandé à pouvoir retourner sur Facebook. Son avocat avait adressé une lettre au fondateur et président de Meta, Mark Zuckerberg, l’appelant à ne pas « réduire un candidat à la présidentielle au silence ».

L’homme politique avait déjà été réadmis sur Twitter le 19 novembre 2022, quatre jours après avoir déclaré sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il n’a toutefois pas encore publié de message sur ce compte, communiquant principalement via sa propre plateforme, Truth Social.

Lire Plus

Europe

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Article

le

Espagne : un sacristain mort et un prêtre blessé dans une attaque à la machette

Un homme a été interpellé après avoir attaqué à l’arme blanche plusieurs personnes dans un église du sud de l’Espagne.

Un sacristain a été tué mardi 24 janvier et un prêtre grièvement blessé, dans une attaque à la machette dans deux églises d’Algésiras, dans le sud de l’Espagne, a indiqué une source policière à l’AFP, précisant qu’un homme avait été arrêté. Une enquête a été ouverte pour des faits présumés de terrorisme. Elle sera menée par un magistrat de l’Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions.

L’attaque à l’arme blanche s’est produite peu avant 20h dans l’église de San Isidro d’Algésiras, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Une personne a été tuée à l’extérieur de l’église et une blessée dans l’église, a ajouté le ministère.

Selon un prêtre d’Algésiras, cité par El Pais, «l’agresseur s’est d’abord rendu à la paroisse de San Isidro, où il a attaqué le sacristain». «Quelques instants plus tard, il est allé à l’église de la Plaza de la Palma, où il a rencontré le prêtre dans la rue, l’a attaqué et l’a laissé pour mort. Ensuite, il a semblé aller à l’église de la Virgen de Europa, mais je ne sais pas s’il y est arrivé. Toutes les églises sont situées au centre de la ville», raconte le religieux. Plusieurs sources policières soulignent qu’il y a eu des assauts dans «au moins deux églises». Les mêmes sources confirment que l’agresseur était sans papiers, «sans doute d’origine marocaine».

Peu après l’attaque, le président de la communauté d’Andalousie Juan Manuel Moreno a réagi. «Horrible et déchirant. Un sacristain a été assassiné et au moins un autre prêtre a été blessé dans un attentat qui a eu lieu à Algésiras. Prudence, les faits sont en cours d’investigation. Je condamne fermement le crime. L’intolérance n’aura jamais sa place dans notre société», a-t-il écrit sur Twitter.

Lire Plus

Monde

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

Article

le

Guerre en Ukraine : Kiev admet avoir cédé Soledar à la Russie

L’armée ukrainienne a admis mercredi avoir cédé aux Russes la ville de Soledar (ici en juin 2022), deux semaines après l’annonce de sa prise par Moscou.

« Après des mois de combats difficiles […], les forces armées ukrainiennes l’ont quittée » pour « se replier sur des positions préparées », a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire de la zone est Serguiï Tcherevaty, refusant cependant de préciser quand cette retraite a eu lieu.

À la mi-janvier, la petite ville était au centre d’une bataille acharnée et Moscou en avait revendiqué la prise. Le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, avait toutefois démentié, assurant que Soledar était « sous le contrôle des autorités ukrainienne ».

Lire Plus

Les + Lus